Gloria Agblemagnon L’athlète paralympique qui veut son poids en or

Gloria Agblemagnon, , l’athlète paralympique qui veut son poids en or
À 24 ans, cette fille-là est une force de la nature. Gloria Agblemagnon fait partie des six athlètes du sport adapté dans la délégation française sélectionnée pour les Jeux Paralympiques de Tokyo qui débutent le 24 août. La lanceuse de poids dégainera son plus beau lancer le 29 août, armée d’un acharnement passionné.

Par Claire Bonnot

Publié le 10 août 2021 à 20h15, mis à jour le 20 septembre 2021 à 17h44

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Mon objectif c’est le podium, et si possible l’or ! » Un challenge de rêve pour celle qui adore la compétition, truste les podiums des compétitions internationales et tente de nouveau celui des JO après un premier essai à Rio, en 2016.

Gloria Agblemagnon, dans sa jeune carrière sportive, a engrangé de sacrées médailles : deux d’argent puis six d’or dont la dernière, en 2021, pour le lancer de poids, marteau et disque. C’était lors des Championnats d’Europe et du Monde INAS (International federation for para athletes with an intellectual disability).

Sans aucun doute, elle est un adversaire de poids ! Sa spécialité au lancer ? La plus difficile techniquement : la rotation. Car Gloria assure aussi le spectacle… Aux Jeux Paralympiques de Tokyo 2021, elle défend les couleurs de la France au lancer de poids dans la catégorie F20.

Pourquoi cette passion du sport ? C’est de famille chez les Agblemagnon ! Gloria a grandi auprès d’un papa gardien de but international de l’équipe nationale du Togo et auprès de trois frères et deux sœurs dont une sœur basketteuse et un frère footballeur international.

Elle s’est, elle-même, essayé à une foule d’activités sportives : tennis, équitation, basket et… athlétisme.

L’athlétisme, découvert par (un heureux) hasard : le gymnase où elle jouait au basket était juste à côté de la piste. Très vite, c’est une évidence. À 16 ans, elle intègre le pôle France Sport Adapté, dédié aux personnes avec une déficience intellectuelle.

Même si Gloria connaissait son handicap enfant – une déficience mentale – elle n’y pensait pas. Pour autant, elle n’aurait jamais imaginé pouvoir intégrer cette fédération. Une opportunité magnifique, la promesse d’une vie sportive intense !

« Le lancer est une source de libération pour moi ! », dit-elle dans un reportage qui lui était consacré sur France 3. Et même, une sorte d’échappatoire.

La Bachelière Pro en mode, qui ambitionne de devenir styliste, a trouvé, avec ce sport, un moyen de s’affirmer dans la vie avec ou sans cette composante du handicap : « Le sport permet de montrer que, dans la vie, on peut réussir. Et il faut montrer cela aux personnes concernées par le handicap (…) qui pourraient pratiquer en sport adapté. Les médias ont leur rôle (de médiatisation) à jouer », aime-t-elle répéter

Dans son viseur ? Démontrer que ce n’est pas le handicap qui peut stopper les jeunes sportifs handicapés : « Mon objectif, c’est de montrer qu’il faut toujours se battre et ne rien lâcher. Et par le sport, je peux montrer que tout est possible », explique-t-elle sur le site sportclub-reims.fr.

Une ambassadrice de choc pour l’ensemble des athlètes handicapés, mais pas seulement. Tous ÀBLOCK! avec Gloria !

  • Gloria Agblemagnon a terminé 8e du concours aux Jeux Paralympiques, avec un meilleur jet à 12,62 mètres. À Rio, elle avait terminé 10e. De bon augure pour Paris 2024 ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Clarisse Agbegnenou

Clarisse Agbegnenou : 5 infos pour briller en kimono

Désignée porte-drapeau de la délégation française aux JO de Tokyo 2021 au côté du gymnaste Samir Ait-Saïd, elle est multiple médaillée en trois couleurs, et surtout de la plus belle… l’or. La judokate a su s’imposer sur les tatamis et devenir l’une des meilleures combattantes mondiales. Retour sur 5 infos marquantes de la carrière de Clarisse Agbegnenou.

Lire plus »
Catherine Louveau

Catherine Louveau : « Le monde du sport a beaucoup de mal avec les filles performantes, efficaces, musclées… »

Elle n’a pas l’habitude de mâcher ses mots. Elle affirme, qu’aujourd’hui encore, c’est : « aux hommes la performance et aux femmes l’apparence. » Sociologue, professeure émérite à l’Université de Paris-Sud, son champ de recherches concerne le sport et, plus précisément, les problématiques sexuées dans la sphère sportive. Catherine Louveau, forte de plus de trente ans d’expérience dans le domaine, met à mal les représentations traditionnelles dans le sport et analyse les raisons d’un clivage qui a la vie dure. Rencontre éclairante.

Lire plus »
i'm sorry majolie mccann

« I’m sorry » ou le sarcastique cri des sportives

C’est l’histoire d’un clip engagé, créé par un couple de jeunes cinéastes au fin fond du Québec et qui devient viral. L’histoire d’une vidéo tournée à la demande d’un coach de soccer qui milite pour l’égalité des sexes dans le sport. C’est l’histoire d’une vidéo qui claque.

Lire plus »
Salomé Gilles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La semaine dernière, on fêtait les femmes. Et même si, sur ÀBLOCK!, le 8 mars, c’est toute l’année, on a fait fort : une ministre, deux sociologues, une arbitre, sans compter nos pratiquantes et championnes (comme l’aviatrice Salomé Gilles sur notre photo), les rencontres se sont succédé. Alors, on est aux anges, comme d’hab’. Allez, on vous partage tout !

Lire plus »
Bethanie Makett-Sands

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une aviatrice américaine au sacré culot, une joueuse de tennis aussi colorée que ses médailles (Bethanie Makett-Sands, notre photo), une pionnière de la nage qui défiait les eaux en 1900, une autre, toute jeune, sacrée championne de natation, une chronique sur le sport féminin, le fameux 5 infos sur une tenniswoman aux allures de Grand Chelem, une question qui tue, une initiative qui rassemble et un peu d’actu avec l’Euro Basket 2021, vous n’avez qu’à demander, c’est sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Jeanne Richard

Jeanne Richard : « En biathlon, je peux partir très loin dans ma tête. »

Elle fonce avec la fougue de sa jeunesse et vise juste. Jeanne Richard est la biathlète française à suivre à la trace. Doublement médaillée aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2020, la haut-savoyarde vient de se placer en première place des Championnats du monde jeunes de biathlon. Fraîcheur, plaisir et récompenses, Jeanne Richard a trouvé son sport-épanouissement !

Lire plus »
Agnès Fanjaud

Agnès Fanjaud : « De l’Or en 2024 pour…les dirigeant.e.s ? »

13 septembre 2017, Lima, Pérou. Sur l’écran géant du CREPS de Dijon est diffusée, en direct, la cérémonie qui va révéler le grand organisateur des Jeux 2024. S’affichent les officiels dans l’attente de la décision de la ville hôte. Joies et réjouissances à l’annonce de Paris ! Et que voit-on sur l’écran pour la photo de famille des fédérations… ?

Lire plus »
Rikako Ikee

Rikako Ikee, la nageuse qui ne veut jamais perdre, même contre la maladie…

Elle a seulement 20 ans, mais entame déjà sa deuxième vie. Rikako Ikee, grand espoir de la natation japonaise, a bien failli ne pas participer aux prochains JO de Tokyo. Atteinte d’une leucémie diagnostiquée en février 2019, la sextuple médaillée d’or des Jeux Asiatiques de 2018 a dû batailler dix longs mois contre la maladie avant de revenir au premier plan. Portrait d’une battante.

Lire plus »
Becky Hammon

Becky Hammon : la basketteuse qui s’offre une révolution de parquet

« Big shot Becky » est dans la place ! À 43 ans, Becky Hammon vient d’entrer dans l’histoire du basket nord-américain en devenant, le 30 décembre dernier, la première femme à coacher une équipe lors d’un match officiel de NBA. Malgré la défaite de son équipe des Spurs face aux Lakers, la double championne WNBA continue à marquer les parquets de son empreinte. Récit d’une fille qui sait prendre la balle au bond.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner