Rechercher

Le Q&A de l'haltérophile Romain Imadouchène

Le Q&A de l'haltérophile Romain Imadouchène
Sur ÀBLOCK!, nous mettons en lumière des championnes, mais il arrive que notre cœur fasse boom pour un champion et c'est le cas avec l'haltérophile dunkerquois Romain Imadouchène, généreux et déterminée. Alors, pourquoi se passer d'en parler ? Petit Q&A avec un sacré bonhomme.

Publié le 15 décembre 2022 à 12h22, mis à jour le 16 décembre 2022 à 18h12

  • Quelques mots sur Romain Imadouchène…

Il a un début de carrière atypique. Et la suite promet de belles sensations. Romain Imadouchène débute tardivement, après plusieurs années de judo. Tombé amoureux de la salle de sport, il finit par s’orienter naturellement vers la force et l’haltérophilie qui lui offre le dépassement de soi qu’il recherche en permanence. Après un début de carrière sans véritables succès, mais bénéfique puisqu’il acquiert l’expérience qui fera de lui un champion, Romain Imadouchène décide de changer de catégorie. 

Il passe dans les moins de 96kg, avec Paris 2024 toujours dans un coin de sa tête. Choix payant, il s’épanouit en utilisant toute sa puissance. Et les résultats suivent rapidement. 

©Red Bull content

Aux Championnats du Monde 2021, Romain Imadouchène réalise son meilleur classement : neuvième. Mais, surtout, il est le premier européen et bat le record de France de l’épaulé-jeté. Cette performance fait de lui le détenteur de tous les records de France des moins de 96kg. 

Et jugez plutôt : 212 kilos à l’épaulé-jeté, 162 à l’arraché et au général, 372 kilos…sa progression est fulgurante et Romain Imadouchène n’a pas l’intention de s’arrêter là. 

La preuve ? Le Dunkerquois décroche la médaille d’or à l’épaulé-jeté avec 213 kg, lors des Championnats du monde, le 14 décembre 2022 à Bogota, en Colombie. Cela faisait seize ans que l’haltérophilie française n’avait plus eu de champion du Monde !

L’objectif désormais reste quand même d’aller chercher une médaille devant son public aux Jeux Olympiques de Paris, en 2024. Romain Imadouchène répète à qui veut l’entendre qu’il y croit dur comme fer. 

Son ascension semble en effet ne faire que commencer. 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Écoutez »
Kids

La parité aux JO fera-t-elle bouger les jeunes filles ?

Cet été, à Paris, les premiers Jeux paritaires de l’histoire vont s’ouvrir. Mais le sport français fait-il pour autant la part belle aux jeunettes ? Le podcast le plus déjanté de la parentalité, Papas Poules, met le sujet sur la table dans ce nouvel opus dont ÀBLOCK! est partie prenante.

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « Quand j’ai découvert le ski freestyle, j’avais 8 ans, j’ai été subjuguée. »

Deux fois gagnante au classement général des coupes du monde de sa spécialité, le half-pipe, elle a décroché l’argent aux JO de Sotchi en 2014 et de Pyeongchang en 2018, mais aussi la victoire aux X-Games à Aspen en 2017. La skieuse acrobatique Marie Martinod, aujourd’hui consultante dans les médias, a beau être un petit format, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et elle nous le prouve dans cet entretien signé du podcast 1m60max et ÀBLOCK!

Lire plus »
Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner