Rechercher

Jeux ParalympiquesQui sont les Agitos ?

agito couv
Symboles des Jeux Paralympiques, ils sont en mouvement, vifs et légers. Ce sont les Agitos. Pourquoi ? Comment ? Explication express.

Par Manon Gimet

Publié le 20 août 2021 à 20h00, mis à jour le 04 mars 2022 à 14h44

Organisés à la même fréquence que les Jeux Olympiques, soit tous les quatre ans, les Jeux Paralympiques font rêver un grand nombre d’athlètes. Cet événement de grandeur internationale se distingue par des symboles qui lui sont propres. Le drapeau paralympique accueille, sur son fond blanc, les Agitos.

« Agito » provient du latin « Je bouge ». C’est un symbole de mouvement en forme de croissant asymétrique. Sur le drapeau, les Agitos représentent aussi la volonté de ne jamais abandonner, l’inspiration et la passion qui animent les para-athlètes.

Le rouge, le bleu et le vert sont les couleurs utilisées sur un fond blanc, les mêmes que celles présentes sur la plupart des drapeaux des pays du monde entier. Avec de l’imagination, les trois Agitos encerclent un point central.

« Permettre aux athlètes paralympiques d’atteindre l’excellence sportive, d’inspirer et d’exciter le monde », c’est ce que symbolise, pour le Comité international paralympique (CIP), la mise en forme de ces symboles.

Le premier logo paralympique a été créé pour les Jeux Paralympique de Séoul, en 1988. C’est en reprenant le drapeau national de la Corée du Sud et trois motifs d’origine coréenne, des « Taegeuks », ressemblant à des virgules penchées sur un fond blanc que le tout premier symbole paralympique a fait son apparition.

Cinq des Taegeuks étaient disposés de la même manière que les anneaux olympiques avec des couleurs identiques : bleu, noir, rouge en haut et jaune et vert en bas, de gauche à droite.

Mais, trop ressemblant avec le symbole olympique, ce logo paralympique a été modifié en 1994 pour se rapprocher de ce qu’il est aujourd’hui.

Pour la première fois de l’histoire des Jeux Olympiques et Paralympiques, l’emblème de Paris 2024 sera commun pour les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques, avec les anneaux et les Agitos.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « Quand j’ai découvert le ski freestyle, j’avais 8 ans, j’ai été subjuguée. »

Deux fois gagnante au classement général des coupes du monde de sa spécialité, le half-pipe, elle a décroché l’argent aux JO de Sotchi en 2014 et de Pyeongchang en 2018, mais aussi la victoire aux X-Games à Aspen en 2017. La skieuse acrobatique Marie Martinod, aujourd’hui consultante dans les médias, a beau être un petit format, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et elle nous le prouve dans cet entretien signé du podcast 1m60max et ÀBLOCK!

Lire plus »
Tour de France Femmes 2023 Bon vent dans le dos !

Tour de France Femmes 2023, bon vent dans le dos !

Il reprend la route. Cette 2e édition du Tour de France Femmes espère être aussi suivie que son homologue masculin. L’année dernière, l’engouement a été total et la Néerlandaise Annemiek Van Vleuten s’est imposée. La question est donc maintenant : qui pour lui succéder ?

Lire plus »
Manon Hostens : « Il faut faire entendre notre voix pour guider les jeunes générations ! »

Manon Hostens : « Le kayak est une passion que je veux partager. »

C’est la queen de la descente en kayak. Quadruple championne du monde cette année, Manon Hostens manie la pagaie comme personne, mais n’en a pas moins les pieds sur terre. À 27 ans, elle a à cœur de faire connaître son sport et sait que, pour ça, il faut de belles victoires . Cette fille ÀBLOCK! compte bien poursuivre sur son élan et a déjà les yeux tournés vers les Jeux de Paris 2024.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner