Jeux ParalympiquesQui sont les Agitos ?

agito couv
Symboles des Jeux Paralympiques, ils sont en mouvement, vifs et légers. Ce sont les Agitos. Pourquoi ? Comment ? Explication express.

Par Manon Gimet

Publié le 20 août 2021 à 20h00, mis à jour le 04 mars 2022 à 14h44

Organisés à la même fréquence que les Jeux Olympiques, soit tous les quatre ans, les Jeux Paralympiques font rêver un grand nombre d’athlètes. Cet événement de grandeur internationale se distingue par des symboles qui lui sont propres. Le drapeau paralympique accueille, sur son fond blanc, les Agitos.

« Agito » provient du latin « Je bouge ». C’est un symbole de mouvement en forme de croissant asymétrique. Sur le drapeau, les Agitos représentent aussi la volonté de ne jamais abandonner, l’inspiration et la passion qui animent les para-athlètes.

Le rouge, le bleu et le vert sont les couleurs utilisées sur un fond blanc, les mêmes que celles présentes sur la plupart des drapeaux des pays du monde entier. Avec de l’imagination, les trois Agitos encerclent un point central.

« Permettre aux athlètes paralympiques d’atteindre l’excellence sportive, d’inspirer et d’exciter le monde », c’est ce que symbolise, pour le Comité international paralympique (CIP), la mise en forme de ces symboles.

Le premier logo paralympique a été créé pour les Jeux Paralympique de Séoul, en 1988. C’est en reprenant le drapeau national de la Corée du Sud et trois motifs d’origine coréenne, des « Taegeuks », ressemblant à des virgules penchées sur un fond blanc que le tout premier symbole paralympique a fait son apparition.

Cinq des Taegeuks étaient disposés de la même manière que les anneaux olympiques avec des couleurs identiques : bleu, noir, rouge en haut et jaune et vert en bas, de gauche à droite.

Mais, trop ressemblant avec le symbole olympique, ce logo paralympique a été modifié en 1994 pour se rapprocher de ce qu’il est aujourd’hui.

Pour la première fois de l’histoire des Jeux Olympiques et Paralympiques, l’emblème de Paris 2024 sera commun pour les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques, avec les anneaux et les Agitos.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Pierra Menta 2022 : le bonheur est dans le trail

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine !

Une triathlète pas comme les autres, un trail grandeur nature (Pierra Menta sur notre photo), une pionnière qui chérit le ballon rond, un retour sur une finale de tennis interminable et sur des JO en noir et blanc et une portière déterminée… C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour bien commencer les vacances !

Lire plus »
Hélène Pietrenko

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine…

De l’arc et des flèches en mode féminin, un triathlon XXL (avec la toujours motivée championne Hélène Pietrenko sur notre photo), une pratiquante qui a trouvé confiance en elle grâce au sport et qui se raconte avec passion, une sportive qui a porté trois maillots de l’équipe de France dans trois sports différents ou encore une arbitre qui révolutionne le monde du rugby, c’est sur ÀBLOCK! et c’est tout. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois le tir à l’arc… féminin

Il était une fois le tir à l’arc… féminin

Les femmes ont manié l’arc dès la Grèce Antique… De cette époque à la naissance des premières championnes, l’archerie s’est toujours composée au féminin. À l’occasion de la Coupe du Monde organisée du 21 au 26 juin à Paris, retour sur ces archères qui ont tiré en plein dans le mille.

Lire plus »
Hazal Nehir, folle de toits

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une acrobate de la street (Hazal Nehir sur notre photo), une batteuse d’exception, du paddle pour la bonne cause, une marathonienne aux souliers d’or ou encore une arbitre qui ouvre la voie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
La question qui tue : pourquoi, quand je cours, j'ai un point de côté ?

Pourquoi, quand je cours, j’ai un point de côté ?

Ce sentiment désagréable d’avoir un doigt coincé dans la poitrine, on le connaît tous… On commence son footing, tranquillement, et tout à coup PAF, un point de côté ! Minute, prend une grande respiration, ÀBLOCK! te dit d’où ils viennent et comment s’en débarrasser.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Manon Petit-Lenoir : « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »

Manon Petit-Lenoir : « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »

Elle a su rider son snowboard jusqu’aux JO de Pékin. À tout juste 23 ans et après une foule de podiums en championnats de France, Coupes du monde et Jeux Olympiques de la jeunesse, la haute-savoyarde d’origine, Manon Petit-Lenoir, est une fonceuse qui glisse à l’adrénaline et a su se relever d’une (très) mauvaise chute pour reprendre le flambeau du sport de (très) haut niveau. Conversation avec une fille qui planche tous les jours pour gagner.

Lire plus »
diane mary hardy

Diane Marie-Hardy, l’athlétisme chevillé au cœur

Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen.

Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.

Lire plus »
Il était une fois le snowboard….féminin

Il était une fois le snowboard… féminin

En 2016, le film documentaire Full Moon sortait sur les écrans. Le grand public découvre alors que, oui les femmes peuvent rider ! À l’occasion de cette riche période olympique d’hiver, ÀBLOCK! (re)met en lumière cette discipline née en 1965 et l’une de ses plus grandes rideuses, la pionnière française qui a marqué la neige… et les esprits. Elle s’appelait Karine Ruby.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner