Mélanie Briot : « Gérer une équipe de mecs et l’adrénaline pendant les courses… C’est sport ! »

Mélanie Briot
Pionnière dans un monde de mecs. Seule femme dans le cyclisme à être devenue directrice sportive d'une équipe de Nationale 1, Dinan Sport Cycling, Mélanie est une passionnée de vélo depuis toujours. Vivre au plus près des courses cyclistes, voilà ce qui la motive à partir sur la route toute la sainte journée. Et elle pourrait bien entraîner d’autres filles à prendre ce virage nécessaire pour la féminisation des métiers du sport…
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
  • 10 métiers du sport, 10 femmes, 10 témoignages. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, ÀBLOCK! s’associe à Femix’Sports, l’association pour la promotion du sport au féminin. Ensemble, nous avons choisi de mettre en lumière les métiers de la sphère sportive, ces métiers à féminiser d’urgence pour davantage d’équité et d’équilibre dans cet univers encore trop masculin.

 

« J’ai toujours aimé le sport, mais la pratique du vélo, c’était sûrement parce que mon père était dans ce sport, c’est une histoire de famille ! J’ai commencé à l’âge de 11 ans et j’ai très vite été passionnée. J’ai couru sous les couleurs des pays de la Loire et de la DN de Normandie où j’ai participé aux différents Championnats de France et coupes de France… jusqu’au moment où mon travail ne me permettait plus de m’entraîner et de faire des compétitions le weekend.

C’est tout naturellement que j’ai voulu travailler dans le cyclisme. Je me suis alors dirigée vers des études de STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, ndlr) à Nantes et j’ai poursuivi là-bas avec un stage dans une équipe. C’est cette expérience qui m’a donné envie d’être directeur sportif. J’ai donc continué pour décrocher un master et le brevet d’État – aujourd’hui diplôme d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS)- qui est indispensable pour ce métier.

 

Mélanie Briot et son père, mécanicien au VC Dinan…©DR

J’allais suivre beaucoup de courses avec mes parents et j’étais très intéressée par les voitures qui suivaient les cyclistes ! J’ai eu ensuite la chance, via une connaissance, lors de la Classic Loire-Atlantique, de monter dans une voiture de directeur sportif. Et c’est un peu ça qui a pavé la voie pour moi. J’ai vraiment découvert un métier : plein d’adrénaline, jamais routinier, dans l’action, où il faut toujours s’adapter aux différents coureurs et courses. C’est, littéralement…sport ! Et donc, au moment de faire le stage de licence, je me suis dit : « Pourquoi pas le faire dans une équipe de vélo ! ».

Quand j’ai commencé à exercer, j’ai réussi à accéder en tant qu’entraîneur à une équipe de Nationale 1. Je me voyais par la suite en tant que directrice sportive, à faire les courses en voiture etc. Mais l’équipe s’est arrêtée et mon rêve s’est écroulé du jour au lendemain… J’ai dû relever la tête et je me suis dit : « Bon, allez, c’est pas fini ! ». Et, là, j’ai eu une belle opportunité. Le président du club de Cholet cherchait un directeur sportif dans cette équipe en National 2, c’était reparti !

C’est un petit milieu et quelqu’un m’a recommandée auprès du club, une chance ! On m’a ensuite proposé mon poste actuel au Team Pays de Dinan, qui était également en N2, et j’ai accepté, même si j’étais très bien là où j’étais. Le projet était d’accéder en N1. Un beau challenge ! Et on l’a réussi en 2019 en gagnant la Coupe de France.

©Mathilde Richard

Ici, mon métier consiste à gérer une équipe de quinze coureurs hommes qui ont entre 18 et 30 ans. C’est d’abord un travail de l’ombre : s’occuper de toute la partie logistique jusqu’au jour J de la compétition comme l’organisation des déplacements, les réservations d’hôtels. Ensuite, c’est le travail sur le terrain où l’on va analyser les adversaires, le parcours, le vent, la météo, les bosses, informations que l’on transmettra aux coureurs avant d’établir une stratégie en lien. Il y a aussi tout un travail de relations humaines et de confiance à établir avec les coureurs, c’est presque du management !

Plus concrètement, comme exemple de mes fonctions, je peux citer ce qui m’a toujours fait vibrer : le fait de driver les coureurs pendant les courses depuis la voiture que je conduis. Chez les amateurs, on n’a plus les oreillettes – comme chez les pros – pour communiquer avec ses coureurs donc on doit développer des stratégies en amont et remonter la file de voitures pour échanger avec le cycliste quand il le demande. Il y a un arbitre qui repère ceux qui lèvent la main. En venant à leurs côtés, on discute par la fenêtre, on les ravitaille ou on gère les éventuelles crevaisons.

©Illustration Lisa Lugrin

Même si je n’ai ressenti aucun sexisme ou discriminations pour arriver à ce poste, il est vrai qu’on est, encore aujourd’hui, très peu de directrices sportives, au contraire des assistantes qui sont au petit soin des coureurs en préparant les repas d’après-courses, les ravitaillements et, lors des courses à étapes, favoriser la récupération des coureurs par les massages. Très peu de femmes dirigent les équipes ! Après, comme dans tout métier, les filles sont malheureusement attendues au tournant. Mais il faut faire son bout de chemin, ne pas trop s’occuper du regard des autres et, surtout, prouver qu’on est capables de mener son équipe.

Je pense que devenir directrice sportive m’a permis de prendre un peu de recul et de prouver que j’en étais capable, de savoir gérer les critiques et gagner en confiance. En étant une femme, on doit clairement se battre, surtout quand on manage des hommes. Ce n’est pas forcément facile tous les jours. On se remet souvent en question. Je me demande, par exemple, comment ils vont accepter mes remarques et ma gestion alors que je suis seule face à eux et qu’ils n’ont jamais eu de femme directrice auparavant… Mais, malgré tout, je suis très compétitrice, que ce soit sur le vélo ou dans la vie, je réfléchis et je fonce. C’est un caractère qui aide aussi parfois…

©DR

Pour exercer ce métier, je dirais qu’il faut être à l’écoute, et en permanence, de ses coureurs. J’ai des jeunes qui ont entre 18 et 25 ans et je sais qu’ils ont constamment besoin d’être motivés, de savoir qu’ils font bien les choses.

 Ce qui prime dans mon club, c’est l’état d’esprit du coureur, celui qui mettra tout en œuvre pour y arriver, et pas forcément ses performances sportives. J’aime insuffler l’esprit de cohésion – on a vraiment un état d’esprit très familial dans l’équipe, on souhaite le conserver, même en haut niveau – mais aussi de la rigueur et de l’exigence, tout en se faisant plaisir. La devise de l’équipe, c’est « Être sérieux sans se prendre au sérieux » ! Et puis le but, chez nous, c’est de faire en sorte que les coureurs soient une bande de copains, de manière à établir une cohésion d’équipe.

 

©DR

Mon rêve était donc d’être directeur sportif, je l’ai réalisé. Ce que je pourrais faire de mieux serait de passer en équipe pro. Une femme a réussi ce virage dans le milieu du cyclisme : la Britannique Cherie Pridham qui est devenue la première directrice sportive au sein d’une formation masculine du circuit World Tour. C’est une belle reconnaissance… Pourquoi pas suivre ses traces ! »

  • Devenir Directeur/Directrice sportive cyclisme :

 

En résumé, le directeur sportif cyclisme, qui n’est ni entraîneur ni dirigeant du club, a un poste multitâches essentiel à la survie de l’équipe puisqu’il supervise la logistique des déplacements, les consignes en terme de stratégie sur les courses, le management de l’équipe et la conduite de la voiture suiveuse pendant les courses.

Quelle formation ? C’est via l’obtention du « Diplôme d’État de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et du Sport » (DEJEPS) mention « Cyclisme traditionnel » et spécialité « Perfectionnement sportif » que l’on peut accéder au métier de directeur sportif. Ce diplôme atteste que son titulaire met en œuvre, dans l’ensemble des trois disciplines du cyclisme sur route, sur piste et du cyclo-cross, les compétences figurant dans le référentiel de certification : concevoir des programmes de perfectionnement sportif ; coordonner la mise en œuvre d’un projet de perfectionnement ; conduire une démarche de perfectionnement sportif ; conduire des actions de formation.

Les conditions d’entrée aux formations DEJEPS ? Être âgé de plus de 18 ans (dérogation pour les apprentis), fournir l’attestation de JDC (Journée Défense et Citoyenneté, ex- JAPD), être titulaire d’une attestation de formation aux premiers secours (AFPS) ou du PSC 1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1), réussir le Test d’Exigence Préalable (TEP) et les épreuves complémentaires de sélection.

Pour en savoir + sur les emplois et métiers autour du sport, direction le site du ministère des Sports

Le témoignage de Mélanie a été recueilli dans le cadre de notre opération visant à féminiser les métiers du sport. En partenariat avec Femix’Sports, l’association qui accompagne le développement et la promotion du sport au féminin et en mixité.

Femix'Sports

Sur les réseaux sociaux, utilisez #SportFemininToujours et #PlusDeSportAuFeminin

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, elle s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »
Christine Duchamp

Christine Duchamp : « Avoir de l’impact sur le développement du hockey, ça, c’est fort ! »

Première femme à occuper le poste de Directrice Technique Nationale à la Fédé Française de Hockey sur Glace, Christine Duchamp s’offre un parcours de pionnière dans un sport de glisse où elle a toujours foncé vers les buts. Ancienne joueuse, capitaine de son équipe, entraîneure de l’équipe de France Féminine et première joueuse à avoir évolué en D1 masculine…un parcours inspirant !

Lire plus »

Angélique : « Éduquer par le sport, c’est aussi casser les clichés. »

Elle permet à tous d’accéder à une activité sportive. Angélique est éducatrice sportive en collectivité territoriale dans un milieu rural où les installations sportives peuvent venir à manquer. Elle apporte son savoir-faire, son matériel et son naturel généreux aux enfants qui découvrent alors une activité amusante et enrichissante en-dehors des heures d’école. Une belle école de la vie… sur des rollers ou dans une sacrée partie de hockey !

Lire plus »
Sophie Carpentier

Sophie Carpentier : « Dans la médecine comme dans le sport, il faut que les femmes y aillent ! »

Médecin de l’équipe féminine de rugby Rouen, elle a aussi été celui de l’équipe de France de rugby féminin. Militante du sport santé, Sophie Carpentier n’a pas hésité, il y a quelques années, à se spécialiser dans le sport pour apporter à son quotidien médical un souffle nouveau. Et de prouver que les femmes ont toute leur place dans un métier encore trop souvent conjugué au masculin.

Lire plus »
Mathilde Mignier

Mathilde Mignier : « Ce que j’apprends à mes élèves résonne avec mon parcours de championne… »

Pour elle, le sport c’est comme un jeu, mais un jeu sérieux. Montée sur un ring très jeune, rien ne peut mettre cette fille K.O. Triple championne du monde de savate boxe française, multi championne de France et d’Europe, Mathilde Mignier est aussi prof d’EPS. Une double vie sportive, en solo et avec ses élèves, toujours tournée vers le sport plaisir, passion et… progression !

Lire plus »

Julie Cukierman : « J’aime transmettre le goût de l’effort, la volonté d’aller au bout de soi-même… »

Elle a le sport dans la peau. Une passion jubilatoire qu’elle transmet à merveille, elle qui rêve de prouver que nous sommes tous des sportifs dans l’âme. Préparateur sportif d’athlètes de haut niveau, Julie pratique un métier dans lequel les femmes sont peu nombreuses. Et elle s’y sent bien. Également coach (à ne pas confondre !), elle nous raconte son quotidien entre grands champions et sportifs amateurs.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Leena Gade

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
running

Le CIO, l’ONU et l’OMS… healthy together !

Être en bonne santé, oui, mais tous ensemble ! C’est le message que Le Comité International Olympique, les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la Santé viennent de délivrer en cette Journée olympique. L’idée ? S’associer pour encourager les populations à agir pour préserver leur santé en ces temps de crise sanitaire. Et pour ça, embaucher les athlètes.

Lire plus »
Pauline Déroulède

Pauline Déroulède, tenniswoman en fauteuil, mais toujours debout.

Une guerrière, une winneuse. Sur une seule jambe. Il y a un an, percutée par une voiture, Pauline Déroulède a été amputée de la jambe gauche. Depuis, cette droguée au sport s’entraîne dans le but de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024. Sa discipline : le tennis fauteuil. Mais ne vous y fiez pas, ce qu’elle aime avant tout, c’est taper dans la balle…comme avant. Rencontre bouleversante avec une femme toujours debout.

Lire plus »
Lise Billon

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des paroles de filles sur leur métier passion, une as du tir à l’arc qui a un appétit de lionne, une emblématique pasionaria du skateboard, une footballeuse transgenre qui dégomme les barrières, elles étaient toutes ÀBLOCK! cette semaine pour nous régaler de leurs confidences, nous embarquant ni une ni deux sur leur chemin sportif parfois semé de doutes, mais toujours exaltant. Retour sur les (belles) histoires de la semaine.

Lire plus »
Nita Korhonen

Nita Korhonen : « Le monde de la moto s’ouvre, mais le cas “Sharni Pinfold“ prouve qu’il y a encore du boulot. »

“L’affaire“ Sharni Pinfold a fait l’effet d’un réveil d’après-cuite pour les motards. Une pilote qui se retire de la compet’ pour cause de misogynie, ça plombe les paddocks. La FIM (Fédération Internationale de Moto) a rapidement réagi, déplorant cette décision et rappelant que le monde de la moto devait être bienveillant. Rencontre avec Nita Korhonen, la directrice de la Commission FIM “Femmes et Motocyclisme“.

Lire plus »
Jessy Trémoulière

Jessy Trémoulière : « Le rugby m’a fait grandir. »

Elle a à peine 30 ans, mais déjà une riche carrière derrière elle. L’Auvergnate Jessy Trémoulière, devenue une figure incontournable du paysage rugbystique international, vient d’être sacrée meilleure joueuse de la décennie, deux ans après avoir été élue meilleure joueuse du monde, rien que ça ! Rencontre avec une fille qui sait merveilleusement transformer l’essai.

Lire plus »
Sarah Thomas

Sarah Thomas, Girl Power au Super Bowl

Plus de vingt ans déjà qu’elle joue du sifflet sur les terrains de football américain. Ce dimanche 7 février, Sarah Thomas est entrée dans l’Histoire de la discipline en devenant, à 47 ans, la première femme à arbitrer un Super Bowl. Portrait d’une fille devenue “the first“ sans jamais l’espérer.

Lire plus »

Report du Tour de France ? Pas encore à l’ordre du jour…

Même si la Fédération française de cyclisme demande à ses afficionados de ne plus rouler afin de respecter les consignes de confinement en cette période de crise sanitaire, l’organisateur du Tour de France ne souhaite pas se prononcer pour l’instant sur un éventuel report de la Grande Boucle qui doit partir de Nice le 27 juin.

Lire plus »
Jutta Kleinschmidt

Jutta Kleinschmidt, la folle du volant

C’était en 2001. Il y a vingt ans, Jutta Kleinschmidt mettait « à mâle » les sports mécaniques en inscrivant son nom au palmarès du Paris-Dakar. Première femme à remporter le plus célèbre des rallyes-raids du monde, elle continue, depuis, à militer pour la cause des femmes dans un domaine très masculin. Portrait d’une pionnière qui en a sous le capot.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin