Cherie PridhamUne sacrée nana en tête de peloton

Cherie Pridham
Le monde du vélo fait un sprint historique ! Une femme prend pour la première fois la tête d’une équipe cycliste masculine du World Tour, le plus haut niveau du cyclisme sur route professionnel. La Britannique Cherie Pridham, ancienne coureuse cycliste, obtient ce poste graal à l’âge de 48 ans. Récit du parcours sans faute d’une pédaleuse qui ouvre la route aux suivantes…

Par Claire Bonnot

Publié le 09 février 2021 à 13h59, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h24

« Je me sens vraiment fière et privilégiée de devenir la première femme au poste de directeur sportif, en rejoignant l’une des meilleures équipes du monde, et d’être chargée de diriger de grands coureurs légendaires ».

Le 4 décembre dernier, Cherie Pridham a été nommée directrice sportive pour la saison prochaine par l’équipe Israël Start-Up Nation. Elle comptera sous ses ordres de solides gaillards comme le quadruple vainqueur du Tour de France Christopher Froome (tout récemment arrivé dans l’équipe) mais aussi Daryl Impey (premier cycliste africain à endosser le maillot jaune en 2013), André Greipel (22 victoires d’étapes sur les grands tours), ou encore Dan Martin (deux étapes du Tour de France et du Tour d’Espagne à son palmarès).

©DR

Comment cette ancienne cycliste professionnelle se trouve-t-elle à la tête d’un tel peloton ? « Elle a mérité ce poste au travers de son expérience et de ses succès dans différents rôles tant au sein d’équipes masculines que féminines. Cherie est une grande professionnelle » a expliqué Sylvan Adams, le propriétaire de l’équipe.

Cherie Pridham est en effet loin d’être une débutante. Cette native britannique, née le 22 mai 1971, qui a grandi en Afrique du Sud a débuté le cyclisme là-bas avant, dès l’âge de 21 ans, de participer à des courses cyclistes internationales. Parmi elles, la Grande Boucle Féminine (ancien Tour de France féminin de 1984 à 2009) qu’elle court huit fois et le Tour d’Italie féminin, deux fois.

©DR

Sa deuxième vie sportive débute après un accident à l’entraînement, en 2006, qui l’empêche de poursuivre sur sa belle lancée. Mais il en faut plus pour la faire tomber et elle remonte vite en selle en prenant la tête de l’équipe junior Merlin Development Squad en tant que manager dès 2006 ainsi que de l’équipe masculine Team Raleigh dès 2011, devenant ainsi la première femme directrice sportive en Grande-Bretagne.

Elle fonde dans la foulée sa société « Cherie Pridham Racing » en 2014 et dirige l’équipe masculine Vitus Pro Cycling jusqu’en 2020.

©DR

Manager une équipe de mecs ? No problem pour Cherie Pridham :  « Quand j’ai commencé à courir au Cap, en Afrique du Sud, il n’y avait pas beaucoup de filles, il n’y avait pas de femmes qui couraient et je courais avec les hommes, donc j’étais tout le temps avec des garçons » rappelle-t-elle au site VeloNews.com.

« Ensuite, j’ai pris ma retraite dans une équipe de garçons juniors et j’ai rejoint directement l’équipe continentale masculine à partir de là. Je n’ai donc jamais envisagé les choses autrement que d’être directeur sportif et chef d’équipe en charge d’une équipe masculine. »

©DR

Avec un flegme tout Britannique, la première directrice sportive d’une équipe au masculin, conclut : « Je suppose qu’il y a un peu d’appréhension et de nervosité de ma part. Mais, au final, j’ai fait six Tours de Yorkshire qui est du niveau WorldTour, six Tours de Grande-Bretagne, les convois sont les mêmes, les objectifs sont les mêmes. Je ne vois pas de défis pour moi l’année prochaine. Une course est une course, n’est-ce pas ? » L’esprit sportif à son meilleur !

« En ce qui me concerne, je veux bien faire les choses car je sais que cela pourra être une source d’inspiration pour d’autres, ce qui signifie beaucoup à mes yeux. » La nouvelle directrice sportive a déjà de la suite dans les idées : faire advenir une nouvelle génération de directeurs sportifs, fonction qui se conjuguerait – bien plus qu’avant – au féminin !

©DR

Pour autant, elle s’est chargée de remettre bien vite les choses à leur place. Pas de débat sur une probable différence homme-femme ici. La nouvelle directrice sportive ne veut pas d’un traitement différent sous prétexte de son genre, et encore moins dans un milieu sportif dominé par ses acolytes masculins : « Mon rôle est celui de directeur sportif, pas de femme directeur sportif et je sais qu’on attendra de moi que je me concentre sur cet aspect. Je vais devoir faire face aux mêmes problèmes que mes collègues, je ferai les mêmes erreurs et j’aurai les mêmes succès. »

Une parole forte pour toutes les femmes du sport qui rêveraient de manager ou d’encadrer et s’en empêcheraient par manque de confiance en leurs capacités !

©DR

Cherie Pridham n’a jamais considéré qu’être une femme pouvait changer la donne, que ce soit en positif ou négatif. Elle n’y pense tout simplement pas : « Je ne me suis jamais considérée une seule fois comme une sorte de modèle, mais l’impact de ma nomination m’a fait réaliser que je devrais peut-être assumer ce rôle », a-t-elle déclaré à VeloNews.com.

©DR

« Pour moi, c’est tout simplement naturel de faire ce que je fais, du vélo, et ce depuis l’enfance. Tout au long de ma carrière, je ne me suis jamais concentrée sur mon sexe ou sur le fait que je suis une femme. Je n’ai jamais joué dessus. Je suis une directrice sportive, pas une femme directrice sportive. Et franchement, pas seulement moi, que ce soit au football, au basket-ball, peu importe, si vous êtes assez bon pour le travail, alors pourquoi ne pas le faire ? »

Quoi de plus inspirant pour nos sportives féminines ÀBLOCK !…

D'autres épisodes de "Cyclisme, dans la roue des sportives"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Ed Temple

Ed Temple, la légende masculine du sprint féminin

Il est l’un des plus grands entraîneurs que les États-Unis aient connu. Avec ses Tigerbelles, une équipe d’athlètes afro-américaines du Tennessee, Ed Temple a porté l’athlétisme féminin au pinacle et fait entrer la Perle noire, Wilma Rudolph, ou encore Wyomia Tyus alias Skeeter, dans l’histoire.

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Eve Périsset, à force de détermination

Eve Périsset, à force de détermination

La constance paye. Grâce à ses années d’expérience dans différents clubs, Eve Périsset semble avoir sécurisé sa place de titulaire au sein de l’équipe de France et pour cet Euro de football 2022 qui se déroule jusqu’au 31 juillet. Sa polyvalence, ses ambitions et sa (déjà) grande connaissance du terrain ont fait la différence.

Lire plus »
Delphine Cascarino, l’agréable surprise de l’attaque française

Delphine Cascarino, l’agréable surprise de l’attaque française

L’Euro Foot 2022 va-t-il la révéler ? Delphine Cascarino a marqué les esprits lors du premier match des Bleues en inscrivant le troisième but de la rencontre face à l’Italie. Son palmarès est déjà bien garni, mais une victoire lui fait de l’œil : celle qu’elle ravira sous le maillot tricolore en équipe A. Et elle a tout pour réaliser son rêve. Portrait d’une attaquante inattendue qui vaut le détour.

Lire plus »
1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er août, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »

Mathilde Rivière : « Pour avoir ma place aux JO, j’ai galéré, mais je n’ai rien laissé passer ! »

Elle a bien failli ne pas voir Tokyo. Handicapée par une sévère blessure au dos, la triple championne de France de lutte a finalement décroché son billet, début mai, en Bulgarie, pour les Jeux Olympiques japonais. Une joie immense pour Mathilde Rivière qui nourrit désormais un seul et unique objectif : la médaille. Rencontre avec une fille qui ne se laisse pas facilement mettre au tapis.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner