Satou Sabally La basketteuse de Dallas aux shoots impitoyables

Satou Sabally
Elle a tout juste 21 ans et elle crève déjà l’écran. La joueuse de basket allemande a débarqué sur les parquets le couteau entre les dents ! Elle est l’une des nouvelles attractions du Championnat américain WNBA. Retour sur le parcours d’une surdouée du basket.

Par Djeinaba Kante

Publié le 18 août 2020 à 17h04, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h06

Lorsque Satou Sabally se déclare à la dernière draft, cette cérémonie américaine où les franchises de WNBA sélectionnent des jeunes joueuses dans le but de les intégrer à leur équipe, les médias américains s’intéressent immédiatement à son cas.

Celle qui évolue au poste d’ailière reçoit une attention toute particulière depuis le match d’exhibition contre les Team USA en novembre dernier où elle a éclipsé sa coéquipière et future superstar de la WNBA, Sabrina Ionescu.

Satou Sabally
©Dallas Wings

Ce soir-là, elle inscrit 25 points et impressionne du beau monde, des experts jusqu’aux stars de la ligue de basket. Elle intègre donc aisément la WNBA après avoir été sélectionnée en deuxième position de la draft par les Wings de Dallas.

Une joueuse de nationalité allemande au Texas ? Rien de très incongru : la ville du Texas connaît très bien l’Allemagne, l’un de ses héros est Allemand et s’appelle Dirk Nowitzki. Il a joué toute sa carrière, soit vingt-et-une saisons, au sein des Mavericks de Dallas. Et il y est devenu une légende.

À l’annonce de sa sélection, Sabally a d’ailleurs été félicitée par ce nouveau mentor. Un passage de flambeau pour lui, mais un très lourd héritage pour elle ! 

Un profil international 

Fille d’un père gambien et d’une mère allemande, Satou Sabally est née à New-York. Elle passe les premières années de sa vie en Gambie avant que sa famille s’installe à Berlin au début de sa scolarité. 

C’est là-bas que son histoire avec le basket commence. Elle évolue assez vite au point de devenir joueuse professionnelle en Allemagne, à seulement 17 ans !

Satou Sabally
©Dallas Wings

Dans la carrière de Satou Sabally, tout va vite. Pour mieux intégrer la culture américaine elle décide de s’envoler pour les États-Unis et d’intégrer l’Université d’Oregon. Elle y fait trois années sur quatre avant de se présenter à la draft.

Un fait assez rare dans le basket féminin où les joueuses ont l’habitude de finir leur cursus universitaire avant de s’essayer à la WNBA, alors qu’elle se sentent prêtes physiquement et mentalement à affronter le haut-niveau.

Mais Sabally n’est pas une sportive comme les autres. Elle connaît le milieu professionnel depuis ses 17 ans et a eu le temps de s’imprégner du jeu américain pendant ses trois années aux States. Tout cela suffit largement à la Berlinoise pour faire la différence.

Satou Sabally
©Dallas Wings

Son côté très international attire, mais il ne faut pas se le cacher, son entrée aussi précoce en ligue pro est surtout liée à son parcours américain. C’est ce qui a pesé dans la balance : « Satou Sabally est un cas particulier car elle a été formée aux États-Unis. Elle parlait donc déjà couramment l’anglais en arrivant et a fait son cursus universitaire à l’Université d’Oregon », confirme Shaï Mamou, journaliste chez Reverse Magazine et Swish Swish.

Une joueuse ultra polyvalente 

Physiquement, Satou Sabally est plutôt gâtée par la nature avec ses 1m93.  Elle possède des qualités physiques propres au poste d’ailière mais son adresse au shoot et son côté hyper mobile lui permettent aussi de pouvoir évoluer dans d’autres postes quand son équipe en a besoin.

Mais au-delà des qualités physiques, elle possède un réel QI basket, à savoir qu’elle lit très bien le jeu sur le parquet. Elle mélange les qualités physiques types d’une joueuse américaine, mais avec des caractéristiques européennes qui séduisent, le All-package !

Le 28 juillet dernier, Sabally donnait un échantillon de son talent lors de son premier match contre le Dream d’Atlanta. Et plus les matchs passent plus la joueuse se montre à l’aise sur le parquet.

En clair, une graine de championne s’est installée à Dallas qui tient très certainement sa star pour les années à venir. 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Nadia Nadim

Nadia Nadim : « Donnez-moi un ballon et j’oublie tout ! »

De réfugiée Afghane à superstar du foot. C’est le destin de Nadia Nadim, attaquante internationale, championne de France avec son ancien club, le PSG, et en partance pour les States. Il en faut beaucoup pour la mettre à terre. Sur le terrain comme dans la vie, Nadia ne lâche rien. Rencontre avec une sportive résiliente.

Lire plus »
louise lenoble highline

Louise Lenoble – Totalement perchée

Grande prêtresse de la highline, elle passe sa vie à marcher sur des sangles au-dessus du vide, là où le vent l’emporte. Le monde lui tend les bras et elle nous raconte son histoire, celle d’une étudiante en médecine devenue nomade pour s’offrir une existence vertigineuse. Zoom sur une fille d’exception. 

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Maame Biney, la black short-track attitude

Elle est la première femme noire à faire partie de l’équipe olympique américaine de patinage de vitesse sur piste courte et le revendique haut et fort. Cette reine du 500 m, sa discipline préférée dans le short-track, est une étoile de ce sport fascinant, toujours le sourire aux lèvres et la foulée explosive. Maame Biney sait comme personne briser la glace.

Lire plus »
14 août 1982 Deux femmes en tête du Rallye du Brésil

14 août 1982, deux femmes en tête du Rallye du Brésil

La conduite et la direction sont leurs atouts. Depuis quatre jours, pilotes et copilotes sont lancés dans la 4e édition du Rallye du Brésil. L’arrivée de la course est plus attendue que jamais. D’autant plus quand, dans la première voiture, deux femmes sont à la manoeuvre, Michèle Mouton et Fabrizia Pons !

Lire plus »
Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Le jeune président de la fédé de badminton qui entend faire de son mandat une réussite sur le plan des enjeux sociétaux et ainsi « mettre l’humain au cœur de la performance sportive et sociale du badminton » a bien l’intention d’attirer les filles dans ses filets…des terrains de bad. À l’heure où, hélas, les compétitions interclubs se transforment en championnat masculin faute de compétitrices.

Lire plus »
Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du patinage version famille nombreuse, un geste sportif décrypté, une pionnière de la « ride », une obstinée olympique (Lolo Jones sur notre photo), une chronique bien sentie et une rencontre avec une pilote acharnée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Charlie Moss

Speakers dans les stades : les femmes aussi donnent de la voix !

Elles chauffent des stades de foot et de rugby blindés de supporters prêts à en découdre. Elles, ce sont les speakers femmes, ces voix de l’ombre qui s’expriment haut et fort dans un milieu souvent majoritairement masculin. Des matchs ambiancés d’une main de maître…de cérémonie. Lançons la Ola pour ces ladies du micro !

Lire plus »
sport sedentarite

Les Françaises, encore trop sédentaires

Dans leur agenda hebdomadaire, moins de la moitié des Françaises n’ont pas encore pris pour habitude de noter une séance de sport par semaine. Les études sont là pour rappeler que la sédentarité est toujours un problème de santé publique en France.

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Salomé Gilles

Salomé Gilles : « Toute petite, je rêvais d’être pilote. On m’a toujours dit que ce serait impossible… »

Petite, Salomé a fait un rêve : un jour, elle sera championne de voltige aérienne. Quelques années plus tard, c’est chose faite ! Aux manettes de sa Formule 1 des airs, la pilote à la persévérance inébranlable s’est imposée Championne de France en 2017. Détermination, progression et réussite sont les maîtres-mots d’une battante qui n’en a pas fini avec le ciel.
Son plan de vol est tout tracé. Au programme : Championnat de France et Open de France fin 2020. Pour Salomé Gilles, l’objectif de ces compétitions est ensuite d’intégrer l’équipe de France. Décollage immédiat pour une interview à 400 à l’heure !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner