Rechercher

Audrey : « Grâce à la boxe, j’ai pu évacuer ma colère. Je n'ai plus peur. »Adepte de boxe, responsable de mécénat, 28 ans

boxe, Audrey
Victime d’une agression sexuelle dans le métro, elle naviguait entre détresse, rage et culpabilité. La découverte de la boxe lui a rendu une sérénité qu’elle ne pensait plus possible. Témoignage.

Publié le 11 décembre 2022 à 11h43, mis à jour le 11 décembre 2022 à 11h44

« À l’école, je faisais tout pour ne pas faire de sport. J’étais asthmatique, j’étais dispensée, et ça m’allait très bien !

À 24 ans, j’étais en vrac  : des maux de dos, mal à la nuque… Être toujours devant l’ordi, ça ne pardonne pas !

Ce fut une évidence : « Il faut que je fasse un peu de sport. » J’ai enfilé des baskets et je suis allée courir.

Me mettre à la course avec mon asthme, ce fut un défi. Je l’ai relevé  : j’ai bouclé mes premiers 5km puis je les ai enchaînés, et au bout de deux ans, j’en étais à 21km.

Ajouté à quelques séances de renforcement musculaire le matin, j’ai vite commencé à en ressentir et à en voir les effets.

« J’avais été victime d’une agression sexuelle dans le métro qui m’avait mise en colère. Contre moi-même. Car je n’étais pas capable de me défendre. »

Je me préparais à faire un semi-marathon, mais ça s’est passé autrement  : je me suis inscrite dans un club de boxe.

Ça faisait un moment que je pensais à pratiquer un sport de combat, mais je ne m’en sentais pas capable.

Et puis, ça a fait son chemin. Je me suis dit  : on y va ! C’était le moment.

J’avais été victime d’une agression sexuelle dans le métro qui m’avait mise en colère. Contre moi-même. Car je n’étais pas capable de me défendre. Et je venais de vivre une séparation amoureuse très douloureuse.

Ça faisait beaucoup, je me sentais désemparée. 

Boxe, Audrey
Photo : Bruno Guillard

A Paris, je suis donc entrée dans une salle de boxe. J’avais dans l’idée de m’inscrire à un cours pour femmes, mais ils ne proposaient que des cours mixtes. Je me suis pointée quand même et ça m’a plu.

Assez vite, j’y suis allée au moins trois fois par semaine, parfois deux fois par jour, c’était complémentaire avec la course.

Je suis passée du rien au tout. Mais j’ai toujours fait attention de ne pas faire du sport au détriment de mes autres activités, ça ne prend pas toute la place dans ma vie. C’est important à dire car la bascule entre épanouissement et addiction est très fine.

Ce qui m’intéresse dans la boxe, c’est la confrontation, le fait de prendre des coups, de devoir en donner. J’étais terrifiée au début, mais la peur te fait plus de mal que le coup en soi, il faut la dépasser.

« Je suis plus sereine depuis que j’apprivoise la peur. »

La boxe te donne la possibilité d’exprimer ta combativité, d’expérimenter le rapport à l’autre. Je voulais aussi ne plus être une victime, pouvoir réagir pour me protéger si j’étais encore confrontée à une agression, pouvoir courir vite, me défendre. Je suis plus sereine depuis que j’apprivoise la peur.

On m’a dit  : tu vas maigrir des seins, te faire casser le nez ; on m’a dit que j’allais perdre de la valeur sur le terrain de la séduction, mais c’est faux, très culpabilisant, très enfermant.

« Le rapport au corps est décisif dans le sport, la femme n’a pas sa valeur comme objet de désir. »

Mon corps s’est modelé à son rythme, je ne suis pas trop musclée, je me sens bien.

Le rapport au corps est décisif dans le sport, la femme n’a pas sa valeur comme objet de désir. On oppose souvent la boxe et la féminité… mais ce n’est pas ça, il faut sortir des stéréotypes.

Le seul moment peut-être où tu es confrontée à ton genre, c’est lorsqu’un mec combat contre une fille et qu’il essaye de ne pas taper dans les seins. Sinon, homme comme femme, c’est pareil. Tu te rends compte que c’est plutôt une question de caractère ou de personnalité, une question de fluidité dans le jeu, d’être à l’aise ou pas.

Quant à savoir si une femme préfère combattre contre une femme que contre un homme, je ne crois pas que ce soit important. En tout cas, pour la plupart des boxeuses que je connais. Mais l’inverse… Pour certains mecs, on a parfois l’impression que combattre contre une fille, c’est un peu dévalorisant.

Premier Crochet

Le Podcast «  Premier crochet », je l’ai créé pour raconter tout ça. Pour aller à la rencontre d’autres pratiquantes de sports de combat, en commençant par la boxe, un lieu d’énorme brassage culturel, où l’on se trouve à discuter avec des gens très différents de soi. Ça t’apporte une lucidité sur ce que tu es et ce que tu vis.

J’ai choisi de donner la parole à des femmes car les injonctions envers nous s’expriment encore trop facilement, nous les subissons énormément. Il faut décrypter et détricoter les stéréotypes.

« On prend un plaisir intense à pouvoir lâcher les chiens, à oser frapper. »

Et puis, je trouve que toutes les pratiquantes de boxe ont des choses en commun : comme moi, elles prennent un plaisir intense à pouvoir lâcher les chiens, à oser frapper,  ça donne envie de les écouter.

Mais la façon dont les normes de la masculinité s’articulent avec la boxe m’intéresse aussi. Parce que c’est humain que tu aies envie de chialer après ton premier coup et ça peut aussi être le cas pour un mec. J’aimerais ouvrir mon micro à un homme qui ose le dire.

J’aime le podcast, car nous ne sommes pas dans l’image, il est plus facile de libérer la parole. C’est pourquoi, généralement, je n’affiche pas les visages des femmes que je rencontre  : sur les photos, ils restent dans l’ombre. C’est le cas pour moi aussi, je me livre dans le premier épisode et c’est un exercice assez délicat.

C’est simple, Premier Crochet est un podcast qui veut donner de la visibilité à la voix.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Maman d’un enfant en bas âge, la trentenaire Noëlie n’a pourtant jamais lâché le guidon et s’est fait une place de choix dans le monde du vélo. Son prochain défi ? La course reine de l’ultra-cyclisme, la RAF 2500km, sans assistance et en totale autonomie. Avec sa coéquipière Elsa, elles seront le premier duo féminin de toute l’histoire de la RAF. De vraies Indiana Jones au féminin !

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Aude Biannic, celle qui pédale pour les autres

Aude Biannic, celle qui pédale pour les autres

On met très souvent en avant les leaders de chaque formation, mais qui sont-ils sans leurs équipiers ? En fin de carrière, Aude Biannic reste une coéquipière de luxe pour sa leadeuse Annemiek van Vleuten. Portrait d’une Bretonne qui est d’une aide précieuse pour la suprématie de son équipe.

Lire plus »
Q&A Delphine Delrue

Le Q&A de la badiste Delphine Delrue

Les Jeux Olympiques de 2024 à Paris s’annonce bien pour les Françaises. Parmi les jeunes championnes à haut potentiel, la joueuse de badminton en double dames ou mixte Delphine Delrue a toute sa place. Elle a déposé raquette et volant pour répondre à notre Q&A en vidéo.

Lire plus »
Isabelle : « Continuer le sport fait partie de ma lutte contre le cancer du sein. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une étude sur les corps féminins musclés à l’extrême, une crossfiteuse qui combat la maladie par le sport (Isabelle sur notre photo), une nouvelle chronique philo signée Marie Robert, un récap’ de la dernière compet de ballon ovale, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bonne (re)découverte !

Lire plus »
Stéphanie Gicquel

Stéphanie Gicquel : « Mes expéditions polaires, c’est fort, obsessionnel. »

Impressionnante. C’est le mot qui fuse lors de la conversation avec cette femme solide, volontaire, atypique. Stéphanie Gicquel détient le record de la plus longue expédition en Antarctique à ski sans assistance. Elle fait partie de ces athlètes que rien n’effraie. Les éléments, elle s’en fait un allié ; les peurs, elle les apprivoise. Les rêves, même glacés, elle leur donne vie. Rencontre avec une sportive étourdissante.

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une boxeuse qui s’est relevée de tout, une alpiniste pionnière, une masseuse de gars balèzes, une gymnaste soumise à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK! (Célia Serber sur notre photo), un défi solidaire sportif pour voir la vie en rose, mais aussi notre nouvelle chaîne YouTube, demandez le programme !

Lire plus »
Camille Lecointre

Camille Lecointre : « En voile, j’aime jouer avec l’incertitude, les éléments qu’on ne maîtrise pas… »

Matelot de l’équipe de France olympique en 470, dériveur en duo, médaillée de bronze aux JO, championne d’Europe et médaille de bronze aux Championnats du monde 2019, désignée Marin de l’année 2019 par la fédé de voile avec sa coéquipière Aloïse Retornaz, Camille Lecointre navigue avec sagesse et précision…sur l’eau, mais aussi dans la vie. Comme le vent l’emporte.

Lire plus »
Serena Williams, This is the end…

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des Bleuettes ambitieuses, un lancer pas comme les autres et son égérie, la révérence d’une légende (Serena Williams sur notre photo), une crossfiteuse plus forte que le temps, une marcheuse motivée et le récap’ historique du mois d’août, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Nelia Barbosa

Nélia Barbosa : « Après mon amputation, tout ce qui m’intéressait était de savoir si je pourrais encore faire du bateau. »

Elle n’a jamais rien lâché. Atteinte d’une tumeur puis amputée du pied, Nélia Barbosa, passionnée de canoë-kayak, aurait pu abandonner sa vie de sportive. C’était mal la connaître. La voilà aujourd’hui athlète accomplie de paracanoë, tout juste médaillée d’argent à Tokyo sur 200m KL3. Nous l’avions rencontrée en mars dernier, en pleine préparation de ces Jeux Paralympiques. Elle raconte comment le sport est devenu sa thérapie.

Lire plus »
Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine Marie-Amélie Le Fur

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un slalom XXL, une femme de trempe engagée, un rattrapage sur la culture handisport (avec notamment Marie-Amélie Le Fur sur notre photo), une sirène et une question gourmande et sportive à la fois, c’est le Best-of ÀBLOCK! de la semaine. Go !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner