Alizée : « La planche à voile, c’est ma bouteille d’oxygène »Passionnée de windsurf, 33 ans, attachée de presse

Alizee windsurf
Sea, windsurf and sun. C’est un peu la philosophie de vie sportive d’Alizée qui n’a jamais eu peur de se jeter à l’eau. On peut dire qu’elle est tombée dedans petite et en est ressortie avec une planche à voile dans les mains. De quoi s’envoler dans son quotidien et dans son sport !

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 24 mars 2021 à 9h06, mis à jour le 29 juillet 2021 à 13h02

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Le sport a toujours fait partie de mon quotidien. Je suis née au sein d’une famille de sportifs et j’ai fait mes premiers pas sur la plage de Wimereux, une station balnéaire du nord de la France.

Mon terrain de jeu n’était pas un jardin classique, mais une immense plage. L’eau a très vite été mon élément, je suis pratiquement née dedans !

Pour moi, le windsurf – alias la planche à voile, mais l’expression anglaise est plus dans le vent – est une histoire de famille. C’est mon père qui m’a transmis le virus de la planche. Ma mère accompagnait mon père sur les compétitions et nous étions toujours là avec mon frère et ma sœur, des mordus de la planche, eux aussi, qui ont continué en compétitions à haut niveau.

Mon père m’a appris la planche à voile dès l’âge de six ans en me faisant surfer dans une piscine naturelle de notre ville.

À la base, le windsurf était vraiment un loisir, je n’ai pas trop cet esprit de compét’. Et j’ai vraiment renoué avec ce way of life plaisir en déménageant de Paris pour venir exercer mon métier dans un lieu propice à mon sport passion, les Sables-d’Olonne.

Je rêvais de ça et de pouvoir offrir ce bol d’air à mes futurs enfants. Aujourd’hui, je vis à cinquante mètres de la plage avec mon mari, devenu aussi passionné que moi par les sports de glisse, et mon petit garçon de deux ans et demi, Gabin, que l’on fait déjà monter sur une planche. Une histoire de transmission qui se perpétue !

Ce que j’aime dans ce sport, c’est le plaisir absolu de glisser sur l’eau et l’adrénaline que ça procure une fois au large. On ressent une sensation d’immensité qui nous dépasse, il semble ne pas y avoir de limites, on navigue où l’on veut.

C’est aussi une activité sportive qui offre l’opportunité de faire des voyages aux quatre coins du monde, à la recherche des bons spots. On y rencontre des personnes de cultures différentes, on échange sur nos passions communes. Le monde de la glisse est vraiment cool, sympa et enrichissant !

Le windsurf m’apporte sans aucun doute une sensation de liberté et d’évasion. Une fois sur l’eau, j’oublie tout. C’est le seul sport qui m’offre cette possibilité de faire le vide : il me permet d’évacuer le stress du quotidien, de prendre du recul sur moi-même. C’est ma bouteille d’oxygène : la planche à voile est un besoin vital chez moi !

Je pratique la vitesse et la vague, j’aime faire des surfs et des petits sauts dans les vagues ! J’en ai bien profité au Portugal sur le spot de la Coupe du monde de Windsurf (PWA), Viana do Castelo.

Il y a une forte adrénaline quand on saute et, bien sûr, un peu de peur, mais, une fois lancée, je reste bien en position, en équilibre et il me suffit d’atterrir à bon port même si parfois il peut y avoir un peu de casse.

Je n’ai jamais été en danger, mais on peut avoir peur lorsque les conditions se corsent en termes de tempête, vagues, houle. C’est un sport où l’on recherche à dépasser les limites, forcément ça entraîne des risques.

Il m’est arrivé de casser mon pied de mât, j’ai dû rester dans l’eau au large, accroupie à mon flotteur, au milieu du vent et de la houle. Je me suis un peu épuisée avant l’arrivée du zodiac, ça a été une petite frayeur.

Je n’ai pas de stress quand je pars à l’eau, ce n’est que du plaisir pour moi. En compétition, c’est un peu différent, il y a du stress, mais du bon : c’est bon signe d’avoir cette petite boule au ventre, elle prouve que je souhaite aller au bout de mes défis, que je suis sur la ligne de départ, prête à décoller !

Dans ma pratique, il y a vraiment eu un tournant lors d’une compétition : d’une activité loisir, je suis passée à une envie de me mesurer aux autres, d’être compétitrice, de me lancer des défis !

C’était au mois d’octobre 2020 pour le Fort Boyard Challenge. Il fallait faire le tour du mythique Fort Boyard, peu importe le vent. Un défi puisqu’il réunit amateurs et professionnels de la glisse.

Le premier jour a été rude, j’ai stagné pendant trois heures sur l’eau faute de vent avec un matériel peu adapté aux conditions. Mais je me suis battue pour aller au bout de la course. Mon esprit de compétition a surgi lors de cette régate où j’étais accompagnée de mon père et de mon mari.

Ça m’a vraiment donné envie de faire d’autres compétitions : j’attends avec impatience le Défi Wind qui a été reporté à l’année prochaine !

La planche m’a aidé à forger mon caractère, à me sentir d’attaque dans les événements de la vie comme au cœur de la houle ou en plein milieu d’une compétition face aux concurrents.

C’est un sport qui a boosté ma confiance en moi car il demande de s’accrocher et de persévérer pour pouvoir progresser. Et puis, ce n’est pas toujours évident pour une jeune femme car ça reste tout de même un sport et un milieu très masculin.

Il faut savoir prendre sa place, ce qui a été plus simple pour moi ayant grandi au sein d’une famille plongée dans le windsurf depuis longtemps.

Je dirais à celles qui ont peur de se jeter à l’eau que c’est un sport génial car il s’adapte à tous les niveaux et que les sensations de glisse sont là, même lorsqu’on débute.

Et pour celles qui vivent au bord de l’océan, je dirais d’absolument profiter de cette proximité pour se mettre aux sports de glisse. Pas d’excuses ! »

  • Pour marcher sur l’eau, glissez dans les traces d’Alizée via son compte Instagram, @alizegougou
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Rikako Ikee

Rikako Ikee, la nageuse qui ne veut jamais perdre, même contre la maladie…

Elle a seulement 20 ans, mais entame déjà sa deuxième vie. Rikako Ikee, grand espoir de la natation japonaise, a bien failli ne pas participer aux prochains JO de Tokyo. Atteinte d’une leucémie diagnostiquée en février 2019, la sextuple médaillée d’or des Jeux Asiatiques de 2018 a dû batailler dix longs mois contre la maladie avant de revenir au premier plan. Portrait d’une battante.

Lire plus »

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Madeleine Larcheron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une footballeuse à la détermination sans faille, une tireuse qui ne compte pas louper sa cible à Tokyo, une nageuse olympique de légende, deux skateuses qui vont “rider“ dur aux Jeux (dont Madeleine Larcheron sur notre photo), un 5 infos sur la porte-drapeau française, une course en treillis et un camp sportif pour l’été, c’est la séance ÀBLOCK! de rattrapage !

Lire plus »

Plongée libre : les femmes comme des poissons dans l’eau

Nouvelle pépite sur les écrans dans le viseur de ÀBLOCK! : la série documentaire « Sports d’ailleurs » sur Netflix. Une plongée fascinante dans diverses cultures et les sports originaux que ces communautés pratiquent. On vous emmène faire un voyage dans « Le Grand bleu » avec l’épisode 3 consacré à la plongée libre, sport national aux Philippines où les femmes règnent sur les mers…

Lire plus »
Sarah Fuller

Sarah Fuller : Un petit coup de pied dans le foot US, un grand pas pour le sport féminin

Elle a participé, au pied levé, à un match de l’équipe masculine de son université américaine et, d’un coup, d’un seul, elle est entrée dans l’Histoire… Sarah Fuller, 21 ans, powerful kicker de son équipe féminine, Vanderbilt Women’s Soccer, est devenue, le 28 novembre dernier, la première femme à participer à un match du « Power 5 », une organisation qui regroupe au niveau universitaire les cinq meilleures divisions américaines de football américain. Ou comment une sportive dégomme le plafond de verre…

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner