Rechercher

Marinette Pichon5 infos pour briller au ballon rond

Marinette Pichon 5 infos pour briller au ballon rond
Elle est l’une des pionnières du football féminin français, son incarnation. Longtemps restée la meilleure buteuse des Bleues, le ballon rond est son plus bel accessoire. Que ce soit sur la pelouse, sur le banc ou derrière un micro, Marinette Pichon s’impose sur tous les terrains. Alors que, le 7 juin, son biopic débarque au cinéma, revenons sur sa carrière ébouriffante en 5 infos.

Par Manon Gimet

Publié le 13 septembre 2021 à 17h17, mis à jour le 20 avril 2023 à 20h09

1. Commencer le football très jeune

Le football fut son échappatoire lorsqu’elle était enfant, elle qui fut victime d’un père violent et alcoolique. Haute comme trois pommes, voila Marinette Pichon licenciée dans un club, l’A.S Brienne, où elle est la seule fille.

Elle a 5 ans et son amour pour le ballon ne va pas cesser de grandir. « Je ne sais pas ce que j’aurais fait si je n’avais pas eu le foot », écrira-t-elle dans son autobiographie “Ne jamais rien lâcher“.

Onze ans plus tard, à l’âge de 16 ans, l’attaquante rejoint le club féminin de Saint-Memmie Olympique où elle restera près de dix ans.

2. Réaliser son American Dream

Attaquante hors-pair, dotée d’une technique impeccable, elle est repérée lors du championnat d’Europe, en 2001, par l’entraîneur du club de Philadelphie, aux États-Unis. Ni une ni deux, elle signe pour la ligue professionnelle américaine, la Women’s United Soccer Association (WUSA), chez les Philadelphia Chargers.

C’est une révélation. Dès la première saison, elle marque quatorze buts et est élue meilleure attaquante et joueuse de la Ligue américaine. Elle rentre en France quelques mois avant de rejoindre un autre club américain, les Wildcats, dans le New-Jersey, avec lequel elle remporte le titre de la Conférence de l’Est de la ligue.

Un burger porte son nom dans un restaurant de Philadelphie, elle reçoit les encouragements du président George W. Bush, mais ce ne sera pas suffisant pour lui assurer une carte verte. La footballeuse est contrainte de rentrer en France.

Marinette Pichon, première footballeuse française professionnelle à être partie jouer aux États-Unis, est reconnue comme la première star française de football féminin.

3. Être pionnière de l’équipe de France

Le 22 mars 1994, Marinette Pichon est sélectionnée pour jouer en équipe de France féminine de football, « le début d’une longue histoire d’amour avec les Bleues », comme elle l’écrit dans son autobiographie.

Elle y marque les esprits. Neuf ans après ses débuts dans l’équipe tricolore, elle obtient son billet pour sa première Coupe du monde.

En 2007, alors que les Bleues se font sortir de la Coupe du monde, dès les éliminatoires face aux Anglaises, Marinette Pichon annonce sa retraite internationale.

Pilier de la sélection, elle a détenu le record de buts jusqu’en 2020, avant d’être doublée par Eugénie Le Sommer : 81 buts pour 112 sélections, son ratio est bluffant ! Tout comme son mental.

4. Savoir réussir sa reconversion

Même si elle a raccroché les crampons en 2007, le football coule dans ses veines. Et elle a beaucoup à offrir.

Elle est recrutée chez France Télévisions en tant que consultante quatre ans plus tard pour assurer le commentaire des matches du championnat de France de D1 (première division féminine).

On la retrouve également sur différents événements comme le tournoi de football féminin des Jeux Olympiques de Londres en 2012, les tournois féminin et masculin des Jeux de Rio en 2016, du championnat d’Europe en 2017 et de la coupe du monde 2019 sur TF1, cette fois, avant de s’installer au Québec pour prendre le poste d’entraîneure au sein de l’Association Régionale de soccer du Lac Saint-Louis à Montréal, aujourd’hui directrice sportive du club de LaSalle, dans la même ville de Montréal, sa nouvelle ville de coeur.

En début d’année 2021, elle reprend le micro pour commenter sur France Télévisions les matches de foot des JO de Tokyo 2021.

5. Passer des terrains au grand écran

Déjà présente sur le petit écran, Marinette Pichon part à l’assaut du cinéma. En 2022, un biopic sur sa vie, son parcours, ses combats, sous le titre de « Marinette » est réalisé par Virginie Verrier et tourné entre la France et les États-Unis. Il sortira ce 7 juin en France, un mois avant le début de la Coupe du monde féminine qui se déroulera en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Premier biopic sur une sportive en France et le premier au monde réalisé par une femme, il s’appuie sur la biographie de l’ancienne joueuse, « Ne jamais rien lâcher » (éditions First), et se déroule sur trois décennies.

Sa vie de femme avec un mental de guerrière, son inépuisable dépassement de soi ou son envol vers une liberté si souvent rêvée, ce film nous embarquera dans l’univers de Marinette Pichon entre 1980 et 2006, juste avant sa retraite sportive. Pour interpréter l’internationale de foot : l’actrice Garance Marillier.

Un biopic social aussi qui fera résonance avec l’actualité : des violences familiales (subies dans son enfance) à celle faite aux femmes (subie dans sa vie personnelle), du sport comme outil d’émancipation féminine à l’évolution et la reconnaissance du foot féminin français ou encore de l’homosexualité (Marinette Pichon a reçu le OUT D’OR 2018) à la PMA (que la footballeuse est allée chercher en Belgique, elle a aujourd’hui un fils de 8 ans)…

On est ÀBLOCK! pour la retrouver au ciné !

 

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Kids

À la puberté, faut limiter le sport oui ou non ?

Le sport, quand on est parents d’un ado, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Qu’il pratique une activité sportive, évidemment… mais pas trop quand même. « Pense aussi à l’école » ! Et puis, il paraît que le sport et la puberté ne font pas bon ménage. Il paraît…

Lire plus »
Il était une fois le baseball... féminin

Il était une fois le baseball… féminin

Il débarquera aux Jeux Olympiques 2028 de Los Angeles. Rien de très surprenant pour un sport made in America. Les femmes en ont d’abord été écartées, mais elles ont vite pris les battes en main ! Retour sur l’histoire des pionnières du baseball.

Lire plus »
Premier Round, un combat ÀBLOCK! Kids

Premier Round, un combat ÀBLOCK!

S’engager pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes des quartiers prioritaires, lutter contre la maltraitance envers les enfants sous toutes ses formes, ce sont les missions musclées de Premier Round, asso lancée par la boxeuse Rima Ayadi.

Lire plus »
Sandrine Alouf : « Mes photos de sportives, c’est une loupe sur une société ultra genrée. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière qui a le break dans le sang, une asso qui se bouge, des fonds pour donner une chance à mille petites filles, une photographe qui met à terre les préjugés et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Mélissa Plaza : « Le slam est très thérapeutique. Quand je répare ces femmes en mettant les mots justes aux bons endroits, je me répare moi-même. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-footeuse qui rejoint la Team ÀBLOCK! pour slamer sur des championnes inspirantes (Mélissa Plaza sur notre photo), un nouvel éclairage juridique sur le sport, la présentation d’un mondial qui fait des vagues et une rubrique Kids qui nous donne des ailes, c’est le top de la semaine ! Enjoy !

Lire plus »
Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire de raquettes et volants, une femme engagée qui donne de la voix pour réparer les corps, le retour des Kids (avec la pilote moto de 16 ans, Justine Pedemonte) et une double journée de grimpe en salle, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Kids

Pour commencer le sport, y a un âge… ou pas ?

Développer son équilibre, apprendre l’esprit d’équipe, se dépenser… Nombreux sont les enfants à pratiquer un sport en dehors de l’école. D’ailleurs, les clubs s’ouvrent de plus en plus aux tout-petits. Mais à partir de quel âge peut-on vraiment faire du sport ?

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Aton

Aton, acteur, ex-héros du GIGN : « J’ai une copine qui soulève plus lourd que moi en haltérophilie, et alors ? »

On le connaît sous le nom de Philippe B., ancienne figure du GIGN, devenu Aton depuis sa reconversion dans le cinéma. Grand sportif, il mène sa vie comme un guerrier et tel que le lui a appris son père lorsqu’il était ado. Et guerrier ne veut pas dire macho. Pour lui, les femmes n’ont rien à prouver, surtout pas dans le sport. Et il sait de quoi il parle : son épouse est une ex-sportive de haut-niveau. Entretien (d)étonnant et en mode « Féral » à l’occasion de la sortie de son deuxième livre.

Lire plus »
Un Sacré-Coeur pour un trail à pleins poumons

Un Sacré-Coeur pour un trail à pleins poumons

Le 2 octobre, la foule de touristes sera remplacée par des sportifs tout en jambes sur la butte Montmartre et autour du Sacré-Cœur. La troisième édition de l’Urban Trail de la Fondation du Souffle accueillera 1000 volontaires, le tout pour la bonne cause. C’est déjà l’heure de s’inscrire !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner