Rechercher

Mondiaux de para athlétisme 2023L'heure du récap'

Championnat du monde de para athlétisme, le récap'
Ils ont quitté la piste. Le 17 juillet, les athlètes handisport ont bouclé, à Paris, leurs Championnats du monde de para athlétisme. Dernière grosse échéance avant le rendez-vous des Jeux Paralympiques de Paris 2024, ces Mondiaux faisaient office de test avant le grand bain. Petit résumé de la compet’.

Par Timéo Gomes

Publié le 18 juillet 2023 à 18h33, mis à jour le 19 juillet 2023 à 9h48

Elle était là la dernière chance de se mettre en confiance pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024. Les Championnats du monde de para athlétisme 2023 dans cette même capitale française, au Stade Charléty, prenaient fin ce 17 juillet après neuf jours de compétition.

Douze disciplines étaient à l’honneur au stade Charléty, chacune divisée en plusieurs catégories qui permettent de s’adapter à tout type de handicap. La délégation française était bien évidemment de la partie avec plusieurs objectifs en tête : faire mieux que les six médailles remportées lors des derniers mondiaux en 2019 à Dubaï, mais également qualifier un maximum de ses athlètes pour les Jeux Paralympiques.

Alors, parmi les 1330 athlètes des 107 nations présentes dans la ville lumière, qui a su tirer son épingle du jeu ?

Trois pays ont dominé de bout en bout la compétition avec, en tête de liste, la Chine. L’empire du Milieu à empoché un total de 45 médailles dont 16 ornées d’or, ce qui leur permet de s’imposer comme les grands gagnants de cette compet’ d’athlétisme.

Cependant, une autre délégation a su empocher davantage de médailles que les athlètes chinois : les Brésiliens. Avec 14 médailles d’or, 13 d’argent et 20 de bronze, le pays sud-américain totalise 47 médailles. Le plus grand nombre, certes, mais des médailles de bronze qui ne permettent pas au Brésil de devancer la Chine dans sa course à la qualité.

En revanche, c’est assez pour se placer devant le troisième et dernier pays de ce podium : les Etats-Unis avec, au compteur, 39 médailles.

©Mondiaux de para athlétisme

Ce podium, il a comme un air de déjà vu et à raison puisque ce sont exactement les trois mêmes équipes qui étaient montées sur ces marches à Dubaï en 2019 pour les derniers mondiaux, qui plus est dans le même ordre.

Mention spéciale à la Grande Bretagne et l’Ukraine qui finissent respectivement quatrième et cinquième, encore une fois comme en 2019.

Ces mondiaux ont également été l’endroit d’accomplissements individuels sans précédent, c’est le cas de Marcel Hug. L’athlète suisse de catégorie T54 a remporté à lui seul trois médailles d’or sur ces championnats du monde, celle du 800 mètres, du 1 500 mètres et du 5 000 mètres. Trois victoires qui lui rapportent au total treize décorations dorées sur les Mondiaux et les Jeux Paralympiques, et le voilà qui inscrit un peu plus sa légende dans le monde de l’handisport.

Mais alors qu’ont fait les Français et plus particulièrement les Françaises puisque, vous le savez, ici c’est Girl Power ? Hélas, le bilan est plutôt mitigé. Jamais très loin, mais très rarement assez proches pour accrocher le podium.

À l’image de Gloria Agblemagnon qui, en finale de lancer de poids F20, échoue à cinq petits centimètres de la troisième place dans une épreuve remportée par la Britannique Sabrina Fortune. Le minimum est quand-même assuré pour la Vierzonnaise qui, grâce à cette performance, pourra défendre le bleu-blanc-rouge aux Jeux Paralympiques l’an prochain.

Gloria Agblemagnon

Des performances comme celles-ci, on en retrouve plusieurs parmi les athlètes de l’équipe de France : Nantenin Keita, à quatre centièmes de secondes d’aller chercher le bronze au 400 mètres T13, ou encore Mandy François-Elie, pourtant double médaillée sur 100 et 200 mètres (bronze et argent) en 2019 qui tombe cette fois à la cinquième place du 100 mètres et du saut en longueur T37, avant de finir septième du 200 mètres.

Typhaine Soldé en catégorie T64, de son côté, n’a pas réussi à se qualifier pour la finale de saut en longueur. Pas de médaille non plus pour la Lyonnaise double médaillée d’or aux championnats d’Europe, Angelina Lanza, arrivée sixième au saut en longueur en catégorie T47.

La grosse éclaircie de la compétition, on la doit à Manon Genest, l’athlète de 30 ans en catégorie T37, a décroché la seule médaille féminine française grâce à son saut à 4,76 mètres sur la longueur lors de son sixième et dernier essai. Juste assez pour se placer derrière la Chinoise Xiaoyan Wen et l’Américaine Jaleen Roberts, respectivement championne et vice-championne du monde.

Un constat féminin décevant, mais qui s’applique à toute la délégation française, les hommes ayant rapportés trois médailles, toutes en bronze grâce à Timothée Adolphe sur 100 et 400 mètres T11 et à Valentin Bertrand sur saut en longueur T37.

Le compte arrive donc à quatre médailles pour les Tricolores. Sans être parvenus à égaler ou battre la performance de 2019 qui était de six médailles, la confiance des Français n’est pas à son max en vue des Jeux de Paris l’année prochaine. Il faudra pourtant redoubler d’efforts pour y performer et aller chercher le plus grand nombre de breloques possible.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Louise Lenoble

2020 : Le best-of ÀBLOCK!

9 mois. 9 mois à donner la parole aux championnes et aux sports peu médiatisés, aux pratiquantes enthousiasmantes, aux acteurs et actrices de la sphère sportive. 9 mois à écrire sur des sportives étonnantes, qui nous boostent et nous inspirent, aux quatre coins du monde. Notre nouveau média digital est encore jeune, mais il collectionne déjà une foule de pépites. Confidences, témoignages, tranches de vie… nous plongeons jour après jour dans l’univers des sportives avec gourmandise. Et cela va bien au-delà du sport : dans leur intimité, au cœur de leurs émotions et de leurs ressentis. Petit florilège de ces filles qui ont définitivement marqué ÀBLOCK!

Lire plus »
Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »
JO Beijing 2022 Tempête bleue annoncée sur les hauteurs de Chine

JO Beijing 2022 : Tempête bleue annoncée sur les hauteurs de Chine

L’équipe de France arrive en force ! Du 4 au 20 février, la 24e édition des JO d’hiver aura lieu à Pékin, autrement dit Beijing, en Chine. Et elle a bien l’intention de marquer les esprits durant cette quinzaine olympique. Au programme, de nouvelles épreuves et toujours plus de spectacle, ça fait un paquet de bonnes raisons de marquer d’une croix les dates de ces Jeux Olympiques. Petit tour d’horizon de ce qui nous attend.

Lire plus »
Isabeau Courdurier : « Retrouver du plaisir en VTT m’a permis de sortir de mes comportements destructeurs. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du ski, du rugby, du VTT (Isabeau Courdurier sur notre photo), de la breakdance… Des héroïnes, des légendes, des championnes, la semaine a été riche encore une fois sur ÀBLOCK! Séance de rattrapage pour ne rien manquer du sport féminin qui fait bouger les lignes. Bonne lecture !

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : « L’apnée m’a permis de devenir moi, pleine et entière. »

Sous l’eau, elle respire. Vice-championne du monde d’apnée, championne de France, Alice Modolo vient de signer son retour dans les profondeurs en remportant la Coupe d’Europe en poids constant monopalme. Singulière et attachante, cette sirène qui se défend d’être « illuminée » ne laisse personne lui dicter sa vie, même si c’est de la folie. Rencontre avec une apnéiste qui ne manque pas de souffle.

Lire plus »
Cap Optimist, ou comment faire du paddle un acte de solidarité

Cap Optimist, ou comment faire du paddle un acte de solidarité

Elle est sauveteuse en mer et au-delà. Stéphanie Barneix accompagnée de cinq autres waterwomen rallient actuellement Monaco et Athènes en paddleboard. Un échauffement avant le défi Cap Optimist, qui se déroulera entre le Pérou et la Polynésie Française en janvier 2023. Un défi à la seule force des bras pour soutenir les personnes atteintes de cancer.

Lire plus »
Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Plus de vingt ans après avoir raccroché les crampons, elle continue de régner sur les épreuves combinées. L’Américaine Jackie Joyner-Kersee, meilleure performeuse de tous les temps à l’heptathlon, n’a, en deux décennies passées loin des pistes, toujours pas trouvé rivale à sa hauteur. Portrait d’une athlète toujours à la pointe.

Lire plus »
Lil'Viber

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Deux légendes, du handball et du rugby, qui raccrochent les baskets, une motarde allumée (Lil’Viber sur notre photo), un duo de marins qui met les voiles, une histoire sportive et une petite odeur de Jeux Olympiques, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner