Rechercher

Analia Pigrée La nageuse guyanaise qui porte les espoirs sur son dos

Analia Pigrée, la nageuse guyanaise qui porte les espoirs sur son dos
La marine bleue compte des torpilles de qualité dans son armada. Parmi les plus rapides, Analia Pigrée, une vraie fusée une fois le top départ donné. Championne d’Europe 2022, la nageuse guyanaise compte bien poursuivre sur sa lancée jusqu’au sommet du mont Olympe...

Par Quentin Haton

Publié le 27 mars 2024 à 17h17

Dans le tableau vivant et aquatique de la natation française, un personnage singulier détonne par son parcours, aussi atypique qu’inspirant. Analia Pigrée, étoile de Cayenne, plonge très tôt dans l’univers de la natation. C’est sur le crawl et le papillon qu’elle fait ses débuts. Sa source d’inspiration est Malia Metella, vice-championne olympique du 100m nage libre à Athènes en 2004 et elle aussi originaire de Guyane. 

Le destin d’Analia Pigrée se dessine dans les eaux de Font-Romeu, sous l’œil expert de Philippe Schweizer. La nageuse quitte son cocon familial à l’aube de ses 15 ans. Un plongeon dans l’inconnu. Loin de sa Guyane natale, elle cherche, dans l’adversité des eaux métropolitaines, une résistance à la mesure de son ambition. 

©Analia Pigrée/Facebook

Très rapidement, elle se hisse au sommet, non sans changer de discipline, se métamorphosant en reine du dos crawlé. « Se transformer chaque jour », telle est la devise de cette championne, sculptant dans l’écume et les vagues son chemin vers l’excellence. 

Toutefois, son épopée n’a pas été sans remous. La saison 2021 s’ouvre sur une note damertume. Analia manque la qualification olympique pour Tokyo. Mais elle ne laisse pas ce contretemps freiner son élan. À Chartres, lors des Championnats de France, trois podiums nationaux la propulsent sur le devant de la scène.

La Guyanaise écrase le record de France du 50 m dos. Puis elle marque de son empreinte les bassins européens lors de sa première sortie internationale. Aux championnats dEurope de Kazan, Analia Pigrée récolte largent et le bronze. 

©Analia Pigrée/Facebook

La finale du 50 m dos aux Championnats du monde en petit bassin 2021 à Abou Dabi, aux Émirats arabes unis, est un spectacle de puissance et de grâce. Analia Pigrée termine au pied du podium. Mais elle brise la barrière des 26 secondes, un exploit inédit pour la France.

Six mois plus tard, elle traverse une épreuve douloureuse en raison d’une blessure à l’épaule, mais elle se jette dans l’arène mondiale, cette fois en grand bassin, à Budapest, pour en revenir auréolée de bronze. Une première historique pour la France sur cette distance. Analia Pigrée, la benjamine du podium, flirte avec l’or à seulement 9 centièmes de la fusée américaine et grande victorieuse des Mondiaux Katharine Berkoff. 

Le graal, elle l’acquiert dans la ville éternelle de Rome, lors des Championnats d’Europe 2022. La veille de la finale du 50m dos, la Française confie, un brin inquiète, qu’elle manque de sensation dans l’eau. Pourtant, le jour J, quelque chose de magique se produit. Alors que le coup de départ retentit, Analia Pigrée plonge dans la piscine avec une seule idée en tête : donner le meilleur d’elle-même. 

©Analia Pigrée/Facebook

L’exploit est immense. Non seulement elle domine ses adversaires, mais elle bat également son propre record de France, arrêtant le chrono à 27,27 secondes. Miss Pigrée s’offre ainsi son premier grand titre international. De l’inquiétude de la veille, il ne reste plus rien, balayée par l’exaltation de la victoire et la douceur d’un record battu.  

La nageuse sort de l’eau, le visage illuminé d’un sourire qui en dit long sur une joie sans limite. Analia Pigrée déclare avec cette humilité et cette fraîcheur qui la caractérisent : « Je fais le record de France, je fais mon meilleur temps… Premiers Championnats d’Europe, premier titre, c’est quelque chose de bien. J’espère pouvoir continuer comme ça. » 

©Analia Pigrée/Facebook

La championne du Canet 66 natation, qui s’entraîne toujours au CNEA de Font-Romeu, brille encore lors des Championnats d’Europe 2023 en petit bassin. Fidèle à sa réputation, elle décroche une médaille d’argent au 50 m dos. De bon augure à quelques mois des Jeux de Paris 2024. La Française a réalisé les minima sur le 100m dos.  

Analia Pigrée est une source d’espoir et de promesse pour l’équipe de France à l’horizon de ces Jeux. Sa discipline, le dos, n’est pas seulement une technique de nage, mais une métaphore de sa démarche : avancer en regardant le monde sous un autre angle, et toujours, malgré les vagues, malgré les tempêtes, rester fidèle à sa voie.

Avec son audace et sa ténacité, Analia Pigrée incarne l’esprit d’une natation française qui ose, qui innove, et qui, surtout, ne craint pas de nager à contre-courant. La Guyanaise, loin des rivages familiers, a déjà conquis les eaux internationales. Et ce n’est que le début, car elle est ÀBLOCK!  

©Analia Pigrée/Facebook

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Clara Direz, la skieuse qui s'envole

Clara Direz, la skieuse qui s’envole

Elle a la glisse dans le sang. Depuis ses jeunes débuts, la skieuse savoyarde trace sur les pistes. Peu importe les blessures, Clara Direz est toujours revenue, la hargne aux skis. Pour les championnats du monde de Méribel et Courchevel, sa détermination est plus grande encore.

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable Jeanne et Emmanuelle

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Bethanie Makett-Sands

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une aviatrice américaine au sacré culot, une joueuse de tennis aussi colorée que ses médailles (Bethanie Makett-Sands, notre photo), une pionnière de la nage qui défiait les eaux en 1900, une autre, toute jeune, sacrée championne de natation, une chronique sur le sport féminin, le fameux 5 infos sur une tenniswoman aux allures de Grand Chelem, une question qui tue, une initiative qui rassemble et un peu d’actu avec l’Euro Basket 2021, vous n’avez qu’à demander, c’est sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Maud Fontenoy

Maud Fontenoy : 5 infos pour briller en mer

L’eau, c’est son élément ! Navigatrice aux multiples exploits, Maud Fontenoy est presque née en mer. Battante dans l’âme, elle est l’une des « premières ». Première femme à traverser l’Atlantique Nord et le Pacifique à la rame. Première Française à réaliser le tour du monde à contre-courant.
À travers sa fondation, elle se bat désormais pour la protection des eaux : sauver l’océan, c’est sauver l’homme.

Lire plus »
course a pied

Running : cours toujours…tu m’intéresses !

Mais qu’est-ce qui fait courir les filles ? Le plaisir, pardi ! Elles sont de plus en plus nombreuses à enfiler des baskets pour partir s’aérer le corps et l’esprit. Ce qui n’a pas échappé aux équipementiers et aux organisateurs d’événements. Sport gratis, le running est devenu un business en or.

Lire plus »
Maïka Vanderstichel

Maïka Vanderstichel : « Pour être arbitre, il faut savoir se blinder. »

À 25 ans, elle a été élue « Meilleure arbitre 2019 de la D1 féminine ». La Girondine Maïka Vanderstichel illustre à merveille la nouvelle génération d’arbitres féminines qui s’imposent peu à peu sur les terrains de football. Pour elle, être femme n’a rien d’incompatible avec la fonction, encore moins avec le ballon rond. Rencontre avec une footeuse bien dans ses baskets, à l’occasion des Journées de l’arbitrage qui se déroulent jusqu’au 29 novembre.

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

Il était une fois l’athlétisme… féminin

Les pistes n’ont pas toujours été ouvertes aux femmes, bien au contraire, les hommes ont longtemps cherché à les empêcher de courir, sauter ou lancer. Le tout, sous des prétextes esthétiques ou de santé. Comment ont-elles enfin pu revêtir leur short sans contrainte ? Petite histoire express de l’athlétisme conjugué au féminin.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner