Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Y a-t-il une vie après le sport ?

Sans titre
Elles ont été des championnes, elles ont gagné, ont tout donné. Puis vint le temps de raccrocher. Comment alors se reconstruire, envisager une autre sorte de victoire : le retour à une vie ordinaire ?

Par Cécile Vérin

Un jour, tout s’arrête. La sportive de haut niveau, accoutumée à une vie organisée par d’autres, rythmée par les entraînements et les compétitions, doit passer à autre chose. C’est le grand saut. Dans l’inconnu. Une phase de reconstruction. «  C’est le deuil d’une vie cadrée, une phase où l’athlète quitte un monde qui l’a fait vibrer et qu’il ne revivra plus. La crise est inéluctable, il faut se remobiliser rapidement. Et plus il y a eu de préparation, mieux ça se passe  », analyse Meriem Salmi, responsable pendant treize ans du suivi psychologique au sein du département médical de l’INSEP (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance).

Pourtant, pas facile d’anticiper quand la retraite sportive est précipitée par une blessure. C’est ce qui est arrivé à Mary Pierce, victime en 2006 d’un déchirement des ligaments du genou en plein match et qui n’a plus jamais rejoué au haut niveau ensuite.

Et à Frédérique Quentin, quintuple championne de France du 1 500 m, contrainte d’arrêter l’athlétisme après une lésion au tendon d’Achille en 2000 alors qu’elle se préparait à disputer les JO de Sydney. « Un arrêt brutal et douloureux, je me suis sentie trahie par mon corps », raconte celle qui est aujourd’hui responsable du haut niveau et du sport féminin à la FDJ (Française des jeux).

mr-bimsky-A1uOoLvSfBg-unsplash

Il faut remplir le vide

Choisie ou non, la retraite sportive force les championnes à «  trouver une alternative et faire émerger les désirs et les envies » dans des journées perçues comme fades, explique Meriem Salmi qui suit toujours de nombreux sportifs de haut niveau.

Pour Frédérique Quentin, «  quand on s’entraîne douze fois par semaine ou que l’on vomit après une séance difficile, c’est anormal. Le retour à une vie ordinaire est compliqué, il faut remplir le vide  ».

Pour cela, il peut y avoir les études, comme pour Florence Masnada (notre photo ci-dessous), double médaillée olympique en ski alpin puis diplômée d’une école de commerce : «  Je savais quoi faire, mes études m’ont donné un équilibre et une ouverture . »

Parmi les cursus possibles, on trouve aussi ceux qui permettent de devenir entraîneur. Car si certaines, comme Malia Metella, coupent radicalement les liens avec leur sport (voir notre encadré ci-dessous), d’autres voient dans l’accompagnement des sportifs ou des équipes une façon de rester en contact avec leur discipline. «  Je m’étais dit que je ne serais jamais entraîneur. Mais on se prend au jeu. Et puis il y a l’envie de transmettre ce qu’on a reçu et appris  », commente Raphaëlle Tervel, championne du monde 2003 avec l’équipe de France de handball et entraîneur depuis 2015 de l’ES Besançon féminin, 4e du championnat de LFH (Ligue féminine de handball) cette saison.

Florence Masnada

Plus facile quand la championne devient mère

L’envie d’encadrer se manifeste aussi chez les ex-championnes de sports individuels. Après sa blessure, Mary Pierce a supervisé de jeunes joueurs et s’est impliquée dans l’organisation d’une série de tournois de tennis féminin à La Réunion et à l’Île Maurice. La gagnante de Roland-Garros 2000, qui explique également avoir pu compter sur la religion, est devenue en 2016 capitaine adjointe de l’équipe de France de Fed Cup.

Un groupe dont Amélie Mauresmo était elle-même capitaine depuis 2012. L’ancienne numéro un mondiale a aussi conseillé Michaël Llodra et Victoria Azarenka puis entraîné Andy Murray. Avant de donner naissance à son deuxième enfant en avril.

«  La transition vers une nouvelle vie après le sport de haut niveau est plus facile pour une sportive qui devient mère, car l’énergie et l’attention sont alors centrées sur autre chose que nous-mêmes. L’état d’esprit est moins extrême, plus terre à terre », estime Florence Masnada.

Une vision que partage la psychologue Meriem Salmi : «Chez celles qui l’ont, l’envie d’un enfant aide à se projeter plus facilement. La psychologie et la sociologie nous apprennent que les femmes sont plus soucieuses de leur avenir que les hommes, davantage préparées par leur éducation à gérer plusieurs choses en même temps, elles ont moins de mal à effectuer cette transition  ».

Raphaëlle Tervel hand
"Il y a l’envie de transmettre ce qu’on a reçu et appris », confie Raphaëlle Tervel, championne du monde 2003 avec l’équipe de France de handball et entraîneur depuis 2015 de l’ES Besançon féminin.

L’arrêt du haut niveau permet aussi à des championnes auparavant concentrées sur leurs performances de rattraper le temps perdu, notamment auprès des amis et de la famille. Le rôle de ces derniers est d’ailleurs capital dans le maintien de l’équilibre personnel, tout aussi important que l’équilibre mental ou l’état physique pour aborder une nouvelle vie.

Raphaëlle Tervel, qui a raccroché après sa deuxième victoire en Ligue des champions, a ainsi souhaité prendre une année sabbatique pour passer du temps avec ses proches avant d’être finalement contactée par Besançon au bout de six mois. Malia Metella, elle, avait « envie de découvrir ce qui se passait à l’extérieur de cette bulle, de dire enfin oui aux amis qui proposaient de prendre un verre ».

La nouvelle vie des championnes reste malgré tout un bouleversement. « Être athlète de très haut niveau, c’est une identité, une façon de bouger, de parler, de manger, de vivre », analyse Meriem Salmi.

D’où la nécessité pour ces champions d’être accompagnés, de bénéficier d’une surveillance et d’un encadrement. De plus en plus de structures proposent aujourd’hui aux athlètes d’être soutenus avant, pendant et après le grand saut. Pour ainsi parvenir à réussir ce qui équivaut littéralement à un changement d’identité.

Le gros ras-le-bol de Malia Metella

Malia Metella

Certaines athlètes ont du mal à raccrocher, mais pas Malia Metella, vice-championne olympique du 50 m nage libre en 2004. Après sa retraite en 2009, la nageuse a soigneusement évité les bassins pendant… trois ans. «  Je ne voulais plus nager en piscine, l’odeur du chlore me dégoûtait, un vrai rejet. Même à la télé, je ne regardais que les courses de mon frère Mehdy et après j’éteignais  », raconte celle qui s’occupe désormais du développement commercial Evénements chez Allianz.

Mais son corps meurtri par des années de pratique lui a fait payer cette « pause ». «  J’ai eu un lumbago. On m’a expliqué que le corps a une mémoire, il se rappelle l’intensité de toutes ces années. Après, il faut continuer à le nourrir d’activité physique  », explique l’ex-championne qui, depuis, a trouvé un juste milieu en pratiquant trente minutes de sport tous les matins avant d’aller travailler.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »
Sarah Bouhaddi

Sarah Bouhaddi : l’Amérique était son but

Cent-quarante-neuf sélections. Pas une de plus. En tout cas sur le sol français. La gardienne star des Bleues et de l’OL lâche Lyon pour l’Utah. Direction les States pour la footballeuse qui rejoindra cet été les Royals de Salt Lake City. Un contrat négocié il y a déjà plusieurs semaines. Goal baby, goal !

Lire plus »
Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Lire plus »
diane mary hardy

Diane Marie-Hardy, l’athlétisme chevillé au cœur

Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen.

Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.

Lire plus »
Sarah Fuller

Sarah Fuller : Un petit coup de pied dans le foot US, un grand pas pour le sport féminin

Elle a participé, au pied levé, à un match de l’équipe masculine de son université américaine et, d’un coup, d’un seul, elle est entrée dans l’Histoire… Sarah Fuller, 21 ans, powerful kicker de son équipe féminine, Vanderbilt Women’s Soccer, est devenue, le 28 novembre dernier, la première femme à participer à un match du « Power 5 », une organisation qui regroupe au niveau universitaire les cinq meilleures divisions américaines de football américain. Ou comment une sportive dégomme le plafond de verre…

Lire plus »
Chloé Anderson

Chloé Anderson, l’athlète transgenre qui bouscule les codes

Joueuse de volley transgenre, elle lutte contre un monde sportif trop peu inclusif. Chloé Anderson, née garçon, est l’une des premières à avoir intégré une équipe féminine universitaire de haut-niveau. Aujourd’hui, l’Américaine veut aider la communauté LGBT+ à investir les terrains. Tous les terrains. Être fier de qui l’on est, malgré les préjugés, voilà ce que défend miss Anderson. Portrait d’une fille pas comme les autres.

Lire plus »
Jolokia

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »

Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Lire plus »
FISE

Festival International des Sports Extrêmes (FISE) : les filles, prêtes à devenir des « rideuses » ?

Hervé André-Benoit organise le Festival International des Sports Extrêmes alias FISE depuis plus de vingt ans. Une compétition annuelle de sports urbains qui se déroule chaque année à Montpellier. COVID-19 oblige, ce passionné de BMX et de wakeboard, propose une édition 100 % digital dont le top départ vient d’avoir lieu. Rencontre avec un rider qui tente de convaincre les filles de truster des terrains de jeu traditionnellement masculins.

Lire plus »