Rechercher

Fifty Fifty SailUne régate solidaire pour aider les femmes à larguer les amarres

Fifty Fifty Sail
Mettre les voiles pour prouver que la femme a toute sa place dans le sport. C'est tout l'enjeu de cette chouette initiative qui a surgi dans la longue vue d’ÀBLOCK!. Cette régate 100% mixte fait la course contre les clichés et s'engage contre les violences faites aux femmes. Car le sport est un formidable outil de reconstruction pour se réapproprier son cœur et son corps. Embarquement immédiat au sein d'un enthousiaste et généreux équipage…

Par Claire Bonnot

Publié le 15 octobre 2020 à 11h21, mis à jour le 20 juin 2022 à 13h59

« C’est un milieu qui est encore très machiste et dans lequel il y a des préjugés ancrés sur les compétences d’une femme à manœuvrer physiquement par exemple alors qu’elle peut développer bien d’autres domaines de compétences tels que la stratégie et l’analyse des conditions météo. Sur un bateau, on a notre place sans problème ! », s’anime Cyrille Cremades, co-organisatrice avec Nathalie Grubac de la régate Fifty Fifty Sail, fondée par l’association Fifty Fifty. 

Objectif : sensibiliser aux violences faites aux femmes et aux enfants à travers l’organisation d’événements.

Cyrille Cremades
Cyrille Cremades...©DR/Facebook

Prendre le large pour la mixité dans la voile

Le 19 septembre dernier, s’élançaient ainsi, à la Trinité-sur-Mer, des équipages 100% mixtes, soit 50% de femmes et 50% d’hommes à bord pour cette seconde édition de la « Fifty Fifty Sail ».

La règle est claire : « Les équipages ne peuvent pas s’inscrire s’ils ne sont pas en mixité totale et absolue sur le bateau ! », rappelle Nathalie Grubac.

De quoi permettre à toutes les femmes – même les novices, la régate est accessible à tous et à toutes – de se jeter à l’eau au cœur d’un milieu sportif plutôt fermé à la gent féminine : « Je pratique la voile en compétition, j’ai été entraîneur sportif, et je vois très peu de femmes qui concourent sur les bateaux », poursuit Cyrille.

Fifty fity Sail

Une sensibilisation doublée d’une promotion de l’égalité dans le sport qui promet, en prime, une aventure inoubliable.

S’ils prennent le large sur un bateau à voile, les participants ont également l’occasion de côtoyer sur le pont puis à terre, des skippeurs et skippeuses pros, ambassadeurs et parrains/marraines de la sortie en mer tels que les navigateurs d’exception que sont Isabelle Joschke, Yves le Blevec, Justine Mettraux ou Fabrice Amédéo.

Isabelle Joschke
Isabelle Joschke...©DR/ Facebook

L’athlète olympique et championne de ski Carole Montillet a embarqué sur l’un de ces bateaux dès la première édition. Elle avait beau s’y connaître en compétition, la montagnarde était une novice en sports nautiques.

Elle y a emmené sa fille pour transmettre à la jeune génération ce beau message autour de la mixité dans le sport.

Son témoignage ? « Rien n’est impossible à manipuler sur un bateau, il n’y a rien d’infaisable pour une femme et puis on est plusieurs à manœuvrer sur le pont ! »

Le but de la Fifty Fifty Sail ? « Créer un événement sportif et convivial avec des champions et amateurs impliqués. Un événement qui ait du sens et qui fasse sens », résume Nathalie Grubac.

Carole Montillet et sa fille Juliette
Carole Montillet et sa fille Juliette...©DR

Se reconstruire corps et âme grâce au sport

Car cet événement organisé annuellement et qui a pour objectif de faire changer les mentalités sur la place des femmes dans la société via le sport, offre une action bien concrète.

Comment ? En permettant le financement d’un programme de reconstruction par la voile de femmes victimes de violences. En effet, et c’est une première cette année, 50% des frais d’inscription de la régate ainsi qu’une collecte effectuée à terre, permettent de financer cette initiative.

« Cela donne une couleur particulière à la régate et, souvent, les femmes acceptent d’embarquer car elles savent qu’elles s’engagent ainsi pour d’autres femmes. En plus de la convivialité qu’offre cette balade en mer, il y a ce petit supplément d’âme qui bouleverse tout le monde », confie Nathalie Grubac.

Nathalie Grubac
Nathalie Grubac...©DR

L’association vise ainsi la construction et l’extension d’un réseau de solidarité autour de noms reconnus « accélérateurs de communication » dont l’ambassadrice officielle du premier programme de reconstruction par le sport, Carole Montillet : « J’ai été plus que partante, c’est un sujet qui ne doit pas être tabou. Plus on en parle, plus on fait face », nous livre-t-elle.

Concrètement, le programme de reconstruction par la voile prendra effet au printemps 2021 avec pour objectif de faire vivre à un groupe de 6 à 8 femmes l’expérience de la voile à travers trois demi-journées de navigation, sous l’œil aguerri, attentif et bienveillant de Yves le Blevec et d’Isabelle Joschke.

L’association précise que « ces journées se dérouleront selon un programme construit, adapté aux victimes, capable de répondre aux attentes évoquées plus haut et sous le contrôle du docteur Hardelin, spécialiste de la médecine du sport et du sport santé. »

Toutes dans le même bateau

Pourquoi la voile est un territoire propice à cette reconstruction ? « La voile est un excellent support pour des femmes qui ont subi des violences et qui souhaitent rebondir, explique Nathalie Grubac. J’aime beaucoup dire qu’il y a tout un vocabulaire très signifiant autour de la voile : ces femmes larguent enfin les amarres puis vont faire équipe et toutes être dans le même bateau.

À travers l’apprentissage de la voile, on travaille les notions de sensations ou d’équilibre instable pour qu’elles se réapproprient une enveloppe et un cœur qui ont été meurtris. Rien que le vent sur le visage ou la sensation d’une pluie fine sur le corps peut offrir cette réappropriation. »

Fifty fifty sail
Remise officielle du ti-shirt par l'association aux marraines et parrains Carole Montillet, Justine Mettraux, Yves le Blevec, Fabrice Amedeo...©DR

Ce volet « pied marin » thérapeutique est l’un des trois supports sportifs choisis pour le premier programme de reconstruction par le sport. Outre la régate, le ski avec le séjour à la montagne entre mamans et enfants organisé grâce au « Fifty Fifty Day » et le vélo avec « Le Vélo Vert Festival » sont les deux autres pratiques sportives qui offriront à ces femmes victimes de violences de se réparer au sein de « climats bienveillants où prendre du plaisir autant que possible », note Nathalie Grubac.

Un baume pour le corps

« Le sport permet vraiment d’être bien dans ses baskets et de se préparer solidement à la vie », témoigne la championne olympique Carole Montillet.

Et de citer les bienfaits de la reconstruction par le ski : « C’est à travers une activité physique douce – la glisse – et à laquelle on prend plaisir que ces femmes vont reprendre confiance en elles. Sur ce format de séjour partagé entre mères et enfants, le but est de créer une petite bulle pour redonner un peu gout à la vie. La pratique sportive permettra ainsi, dans cet environnement agréable et serein, de se réapproprier son corps, de retrouver ses repères. »

Le sport, un baume pour le corps et l’esprit. Le sport pour s’imposer, se réaliser, s’épanouir dans toutes les sphères de sa vie. ÀBLOCK! est à 100 % Fifty Fifty.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Sandrine Martinet : « On a tous des différences qui peuvent être des forces. »

Sandrine Martinet : « Petite, on s’est beaucoup moqué de moi, avec le judo j’ai trouvé ma place. »

Habituée des Jeux Paralympiques, la multiple championne de judo Sandrine Martinet se prépare aujourd’hui à ceux de Paris. Atteinte d’une maladie qui réduit l’acuité visuelle, elle a pourtant une vision claire de ce qu’elle veut dans la vie. Et son petit gabarit n’est pas un obstacle non plus. À l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max, elle nous parle de ce qui, pour elle, n’est pas un problème de taille.

Lire plus »
Nouria Newman

Nouria Newman : « En kayak extrême, tu es seule face à toi-même. »

Baroudeuse kayakiste, elle maîtrise haut la main les rapides les plus dingues de la planète. À 28 ans, cette championne du monde de slalom en équipe et triple championne du monde de kayak extrême se fait désormais la main et la malle en kayak d’expédition aux conditions extrêmes. Accro à l’adrénaline, elle ne lâche jamais la pagaie. Un vent de fraîcheur sans langue de bois !

Lire plus »
Betty Robinson, la course à un train d’enfer

Betty Robinson, la course à un train d’enfer

Elle est partie de rien et revenue de tout. Cinq mois après ses débuts en athlétisme, Élisabeth « Betty » Robinson est devenue la première championne olympique du 100 mètres de l’Histoire. Sacrée à Amsterdam en 1928, elle brillera également à Berlin, sept ans après qu’un accident d’avion ait manqué de peu lui ôter la vie.

Lire plus »
Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « Quand j’ai découvert le ski freestyle, j’avais 8 ans, j’ai été subjuguée. »

Deux fois gagnante au classement général des coupes du monde de sa spécialité, le half-pipe, elle a décroché l’argent aux JO de Sotchi en 2014 et de Pyeongchang en 2018, mais aussi la victoire aux X-Games à Aspen en 2017. La skieuse acrobatique Marie Martinod, aujourd’hui consultante dans les médias, a beau être un petit format, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et elle nous le prouve dans cet entretien signé du podcast 1m60max et ÀBLOCK!

Lire plus »
Becky Hammon

Becky Hammon : la basketteuse qui s’offre une révolution de parquet

« Big shot Becky » est dans la place ! À 45 ans, Becky Hammon, après être devenue la première femme à coacher une équipe en NBA, marque un peu plus l’histoire du basket nord-américain en enchaînant les victoires en WNBA, la ligue féminine, et en étant élue entraîneure de l’année. Récit d’une fille qui sait prendre la balle au bond.

Lire plus »
Gabriella Papadakis Guillaume Cizeron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une figure aérienne (magnifiquement illustrée ici par Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron), une ballerine qui prend la plume et qui répond à un Q&A vidéo, une vision d’experte sur le traitement médiatique du sport féminin, l’histoire des femmes fans de pagaies et une question qui tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Suzanne Lenglen

Suzanne Lenglen, « la Divine » insoumise des courts de tennis

Championne du monde à 15 ans, la Française Suzanne Lenglen a grandi avec une raquette de tennis dans les mains. Six fois gagnante à Wimbledon et six fois à Roland-Garros, elle sera la première star internationale du tennis féminin ouvrant la voie aux grandes tenniswomen. Son audace vestimentaire sur les courts libérera pour des générations la sportive qui sommeille en chaque femme. Jeu, set et match !

Lire plus »
Donnons des ailes au vélo

« Donnons des Elles au vélo J-1 », ces cyclistes qui sont sur la route toute la sainte journée…

Six ans qu’elles avalent des kilomètres. Six ans à se faire les mollets sur les routes de France, les mêmes routes que celles empruntées par la Grande Boucle. Ces filles-là donnent de la voix sur deux roues pour démontrer que le sport se conjugue aussi au féminin. Cette année, ces cyclistes militantes sont treize à pédaler pour la bonne cause. Et on est ÀBLOCK! avec elles !

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Charlotte Bonnet : « Quand on fait de la compétition, il faut savoir revenir plus forte, rebondir, apprendre à se faire battre. »

Elle en a fait du chemin ! Championne de natation précoce, Charlotte Bonnet, médaillée olympique alors qu’elle n’avait que 17 ans, a traversé, malgré elle, une longue et douloureuse période de doute. Presque dix ans plus tard, la Brestoise a radicalement changé. Plus mûre, plus forte, elle est parvenue à retrouver le goût de la compétition. Confessions touchantes d’une fille pour qui la natation n’est pas un long fleuve tranquille.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner