Fifty Fifty SailUne régate solidaire pour aider les femmes à larguer les amarres

Fifty Fifty Sail
Mettre les voiles pour prouver que la femme a toute sa place dans le sport. C'est tout l'enjeu de cette chouette initiative qui a surgi dans la longue vue d’ÀBLOCK!. Cette régate 100% mixte fait la course contre les clichés et s'engage contre les violences faites aux femmes. Car le sport est un formidable outil de reconstruction pour se réapproprier son cœur et son corps. Embarquement immédiat au sein d'un enthousiaste et généreux équipage…

Par Claire Bonnot

Publié le 15 octobre 2020 à 11h21, mis à jour le 20 juin 2022 à 13h59

« C’est un milieu qui est encore très machiste et dans lequel il y a des préjugés ancrés sur les compétences d’une femme à manœuvrer physiquement par exemple alors qu’elle peut développer bien d’autres domaines de compétences tels que la stratégie et l’analyse des conditions météo. Sur un bateau, on a notre place sans problème ! », s’anime Cyrille Cremades, co-organisatrice avec Nathalie Grubac de la régate Fifty Fifty Sail, fondée par l’association Fifty Fifty. 

Objectif : sensibiliser aux violences faites aux femmes et aux enfants à travers l’organisation d’événements.

Cyrille Cremades
Cyrille Cremades...©DR/Facebook

Prendre le large pour la mixité dans la voile

Le 19 septembre dernier, s’élançaient ainsi, à la Trinité-sur-Mer, des équipages 100% mixtes, soit 50% de femmes et 50% d’hommes à bord pour cette seconde édition de la « Fifty Fifty Sail ».

La règle est claire : « Les équipages ne peuvent pas s’inscrire s’ils ne sont pas en mixité totale et absolue sur le bateau ! », rappelle Nathalie Grubac.

De quoi permettre à toutes les femmes – même les novices, la régate est accessible à tous et à toutes – de se jeter à l’eau au cœur d’un milieu sportif plutôt fermé à la gent féminine : « Je pratique la voile en compétition, j’ai été entraîneur sportif, et je vois très peu de femmes qui concourent sur les bateaux », poursuit Cyrille.

Fifty fity Sail

Une sensibilisation doublée d’une promotion de l’égalité dans le sport qui promet, en prime, une aventure inoubliable.

S’ils prennent le large sur un bateau à voile, les participants ont également l’occasion de côtoyer sur le pont puis à terre, des skippeurs et skippeuses pros, ambassadeurs et parrains/marraines de la sortie en mer tels que les navigateurs d’exception que sont Isabelle Joschke, Yves le Blevec, Justine Mettraux ou Fabrice Amédéo.

Isabelle Joschke
Isabelle Joschke...©DR/ Facebook

L’athlète olympique et championne de ski Carole Montillet a embarqué sur l’un de ces bateaux dès la première édition. Elle avait beau s’y connaître en compétition, la montagnarde était une novice en sports nautiques.

Elle y a emmené sa fille pour transmettre à la jeune génération ce beau message autour de la mixité dans le sport.

Son témoignage ? « Rien n’est impossible à manipuler sur un bateau, il n’y a rien d’infaisable pour une femme et puis on est plusieurs à manœuvrer sur le pont ! »

Le but de la Fifty Fifty Sail ? « Créer un événement sportif et convivial avec des champions et amateurs impliqués. Un événement qui ait du sens et qui fasse sens », résume Nathalie Grubac.

Carole Montillet et sa fille Juliette
Carole Montillet et sa fille Juliette...©DR

Se reconstruire corps et âme grâce au sport

Car cet événement organisé annuellement et qui a pour objectif de faire changer les mentalités sur la place des femmes dans la société via le sport, offre une action bien concrète.

Comment ? En permettant le financement d’un programme de reconstruction par la voile de femmes victimes de violences. En effet, et c’est une première cette année, 50% des frais d’inscription de la régate ainsi qu’une collecte effectuée à terre, permettent de financer cette initiative.

« Cela donne une couleur particulière à la régate et, souvent, les femmes acceptent d’embarquer car elles savent qu’elles s’engagent ainsi pour d’autres femmes. En plus de la convivialité qu’offre cette balade en mer, il y a ce petit supplément d’âme qui bouleverse tout le monde », confie Nathalie Grubac.

Nathalie Grubac
Nathalie Grubac...©DR

L’association vise ainsi la construction et l’extension d’un réseau de solidarité autour de noms reconnus « accélérateurs de communication » dont l’ambassadrice officielle du premier programme de reconstruction par le sport, Carole Montillet : « J’ai été plus que partante, c’est un sujet qui ne doit pas être tabou. Plus on en parle, plus on fait face », nous livre-t-elle.

Concrètement, le programme de reconstruction par la voile prendra effet au printemps 2021 avec pour objectif de faire vivre à un groupe de 6 à 8 femmes l’expérience de la voile à travers trois demi-journées de navigation, sous l’œil aguerri, attentif et bienveillant de Yves le Blevec et d’Isabelle Joschke.

L’association précise que « ces journées se dérouleront selon un programme construit, adapté aux victimes, capable de répondre aux attentes évoquées plus haut et sous le contrôle du docteur Hardelin, spécialiste de la médecine du sport et du sport santé. »

Toutes dans le même bateau

Pourquoi la voile est un territoire propice à cette reconstruction ? « La voile est un excellent support pour des femmes qui ont subi des violences et qui souhaitent rebondir, explique Nathalie Grubac. J’aime beaucoup dire qu’il y a tout un vocabulaire très signifiant autour de la voile : ces femmes larguent enfin les amarres puis vont faire équipe et toutes être dans le même bateau.

À travers l’apprentissage de la voile, on travaille les notions de sensations ou d’équilibre instable pour qu’elles se réapproprient une enveloppe et un cœur qui ont été meurtris. Rien que le vent sur le visage ou la sensation d’une pluie fine sur le corps peut offrir cette réappropriation. »

Fifty fifty sail
Remise officielle du ti-shirt par l'association aux marraines et parrains Carole Montillet, Justine Mettraux, Yves le Blevec, Fabrice Amedeo...©DR

Ce volet « pied marin » thérapeutique est l’un des trois supports sportifs choisis pour le premier programme de reconstruction par le sport. Outre la régate, le ski avec le séjour à la montagne entre mamans et enfants organisé grâce au « Fifty Fifty Day » et le vélo avec « Le Vélo Vert Festival » sont les deux autres pratiques sportives qui offriront à ces femmes victimes de violences de se réparer au sein de « climats bienveillants où prendre du plaisir autant que possible », note Nathalie Grubac.

Un baume pour le corps

« Le sport permet vraiment d’être bien dans ses baskets et de se préparer solidement à la vie », témoigne la championne olympique Carole Montillet.

Et de citer les bienfaits de la reconstruction par le ski : « C’est à travers une activité physique douce – la glisse – et à laquelle on prend plaisir que ces femmes vont reprendre confiance en elles. Sur ce format de séjour partagé entre mères et enfants, le but est de créer une petite bulle pour redonner un peu gout à la vie. La pratique sportive permettra ainsi, dans cet environnement agréable et serein, de se réapproprier son corps, de retrouver ses repères. »

Le sport, un baume pour le corps et l’esprit. Le sport pour s’imposer, se réaliser, s’épanouir dans toutes les sphères de sa vie. ÀBLOCK! est à 100 % Fifty Fifty.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

200 nanas sur 200 km

200 nanas sur 200km, let’s go girls !

Un parcours de 200km à vélo destiné aux filles, c’est l’initiative inédite du jour ! Le top départ sera donné le 26 juin 2021. Le Club Audax Parisien allie le cyclisme et la région parisienne pour valoriser une pratique féminine de longue distance. En selle !

Lire plus »
Sharni Pinfold

Sharni Pinfold, portrait d’une motarde désenchantée

Fatiguée de se battre contre la misogynie. Éreintée après des années à tenter de trouver sa place dans le monde des sports mécaniques. Sharni Pinfold, 25 ans, lâche le guidon. Amère. L’Australienne avait tout quitté pour un rêve, devenir pilote professionnelle de moto, aujourd’hui, elle fuit les circuits. Et laisse sur le bitume une carrière prometteuse et quelques illusions.

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
Aloïse Retornaz

Aloïse Retornaz : « J’ai beaucoup de mal à rester loin de la mer, loin de l’eau. »

Une tête bien faite dans un corps bien entraîné. Championne de France Elite, Championne d’Europe, médaillée d’or en Coupe du monde de 470, la Brestoise Aloïse Retornaz vient de remporter la médaille de bronze sur 470, avec sa coéquipière Camille Lecointre, aux JO de Tokyo. Nous l’avions rencontrée en mai dernier. Échanges passionnants avec une fille qui mord la mer à pleines dents, sans prendre la tasse.

Lire plus »
La question qui tue Un apéro après mon sport, ça peut pas faire de mal, si ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une arbitre qui refuse qu’on la mette sur la touche, une question qui tue sur le sport et l’alcool (notre photo), un 5 infos sur l’une des meilleures karatekas au monde, l’histoire du skateboard féminin, deux événements sportifs inédits à venir et un mouvement d’haltérophilie décrypté, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Laury Thilleman

Le top 10 des influenceuses sport sur Instagram

Depuis le confinement, elles n’ont jamais été autant suivies. Les sportives des réseaux sociaux, plus particulièrement sur Instagram, ont su convaincre les plus sédentaires de bouger. Petite liste (non exhaustive) de ces influenceuses qui nous poussent à sauter dans nos baskets. Et à aimer ça !

Lire plus »
Il était une fois… le BMX féminin

Il était une fois le BMX… féminin

Ce week-end ont eu lieu les Championnats de France de BMX Freestyle Park à Montpellier. Si les filles étaient en piste, il leur aura fallu quelques années pour s’imposer dans le monde des rideurs. L’occasion pour ÀBLOCK! de mettre en lumière les pionnières de la discipline. Entrez dans la “race“ !

Lire plus »
Renelle Lamotte

Rénelle Lamote, l’athlète qui fond sur Tokyo pour oublier Rio

Il y a cinq ans, au Brésil, Rénelle Lamote voyait ses ambitions olympiques réduites à néant dès les séries. Après une lente et douloureuse reconstruction, la demi-fondeuse francilienne est parvenue à renouer avec son meilleur niveau. À quelques jours de son entrée en lice aux Jeux Olympiques de Tokyo, la double vice-championne d’Europe du 800 mètres veut rivaliser avec le gratin mondial.

Lire plus »
Clémence Beretta, celle qui marche vite, très vite

Clémence Beretta, celle qui marche vite, très vite

Ce samedi 20 août, le vingt kilomètres marche féminin s’élance à Munich lors des Championnats Sportifs Européens. Et parmi les qualifiées, une athlète qui n’est pas considérée comme professionnelle mais qui en veut, Clémence Beretta. La prodige de la marche française a des choses à prouver sur les terres allemandes.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner