Maud Fontenoy

5 infos pour briller en mer

Maud Fontenoy
L’eau, c’est son élément ! Navigatrice aux multiples exploits, Maud Fontenoy est presque née en mer. Battante dans l’âme, elle est l’une des « premières ». Première femme à traverser l’Atlantique Nord et le Pacifique à la rame. Première Française à réaliser le tour du monde à contre-courant. À travers sa fondation, elle se bat désormais pour la protection des eaux : sauver l’océan, c’est sauver l’homme.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
  1. Naître pratiquement sur la mer !

L’histoire d’amour entre la navigatrice et la mer ne date pas d’hier !

Maud avait à peine sept jours quand elle a embarqué sur le voilier familial. Elle a vécu les quinze premières années de sa vie sur une goélette de 17 mètres, fabriquée par son père. Petite, elle suivait des cours par correspondance et a appris à vivre simplement.

Maud Fontenoy
©Jean-Christophe L'Espagnol

  2. Traverser l’Atlantique Nord et le Pacifique à la rame

Les challenges ? Un mode de vie ! En 2003, elle est la première femme à traverser l’Atlantique Nord à la rame.

Une traversée qui a marqué la navigatrice « Depuis qu’en mer, pendant ma traversée à la rame de l’Atlantique Nord, j’ai dû boire mon urine pour survivre, je peux vous dire que je ne vois plus un robinet qui coule de la même manière ! L’eau est une ressource si précieuse. »  

En 2005, rebelote ! Admiratrice des exploits du rameur Gérard d’Aboville, elle est la première femme à réaliser la même performance : traverser le Pacifique à la rame :  « Aucune femme ne l’avait fait, pourquoi est-ce qu’une femme ne pouvait pas prouver que c’est d’abord une question de volonté, de détermination ? »

Maud Fontenoy
©DR

  3. Être la première française à réaliser le tour du monde à contre-courant

En 2007, elle se lance en solitaire dans un Tour du monde à la voile à contre-courant.

Une aventure qui n’est pas sans risque : « J’ai fait des stages de survie. J’avais appris à m’arracher des dents, à me recoudre, à être abandonnée dans un canot de sauvetage en pleine mer », explique-t-elle.

Après quatre mois et demi en mer, une tempête fait céder le mât à quelques jours de l’arrivée ! Maud se retrouve sur une épave à la dérive.

Créative et déterminée, elle se fabrique une mini-voile et un mât pour repartir. Et la navigatrice boucle courageusement ce Tour du monde…

  4. S’engager pour l’éducation et l’écologie

En 2008, elle crée la « Fondation Maud Fontenoy » pour éduquer les plus jeunes et le grand public à la nécessité de préserver les océans.

Ces actions sont menées dans plus de 60 000 classes de France et d’Outre-mer : « Quand on connaît mieux les choses, on apprend à les aimer et ensuite à les protéger. »

Maud Fontenoy
©Jean-Christophe L'Espagnol

  5. Devenir « Madame classe de mer »

En 2019, elle est chargée par le ministre de l’Éducation nationale de relancer les classes de mer. C’est une action bénévole hors parti politique.

Pour la navigatrice, on n’est jamais plus sensible au sort de l’océan que quand on l’a vu !  

Maud Fontenoy
©Maud Fontenoy Fondation

+ d’infos sur la Fondation de Maud Fontenoy 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

Pole Dance

La Pole Dance, des « putains » d’héroïnes à la barre

Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Lire plus »
Fanny Caspar

« Bump It » : tout schuss pour le ski freestyle féminin !

Ce 25 février 2021 aurait dû avoir lieu, en Andorre, un show de ski freestyle 100% féminin. Des rideuses devaient y promouvoir la cause des femmes dans le sport extrême. La Covid-19 est passée par là et la démo est reportée en 2022, mais pas le soutien aux sportives du ski freestyle. Ni à celles qui rêvent, en secret, de se lancer sur la piste. On se lève tous et toutes pour « Bump It » !

Lire plus »
i'm sorry majolie mccann

« I’m sorry » ou le sarcastique cri des sportives

C’est l’histoire d’un clip engagé, créé par un couple de jeunes cinéastes au fin fond du Québec et qui devient viral. L’histoire d’une vidéo tournée à la demande d’un coach de soccer qui milite pour l’égalité des sexes dans le sport. C’est l’histoire d’une vidéo qui claque.

Lire plus »
Tanya Naville

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une badiste qui nous a pris dans ses filets, une championne d’aviron qui ne nous cache rien, deux pionnières des Jeux Olympiques qui ont su briller dans l’eau et sur terre, une alpiniste engagée et ébouriffante (la preuve sur notre photo !) et une tenniswoman qui nous fait craquer…Régalez-vous !

Lire plus »
Audrey Tanguy

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Nostalgie pré-JO avec nos championnes du passé, confidences sportives avec une ultra-traileuse inoxydable (Audrey Tanguy, notre photo), échanges de haut vol avec une championne de saut à ski ou encore pionnières contemporaines dans des milieux de mecs, on est ÀBLOCK! et on aime ça ! Petit tour d’horizon de nos sujets de la semaine passée, mais toujours d’actu…

Lire plus »
Laura Tarantola

Le questionnaire sportif de… Laura Tarantola

Elle vient de remporter le titre de championne de France indoor d’aviron. Sans réelle surprise, toutefois : Laura Tarantola a les épaules larges ! Mais c’est sur l’eau que la Championne du Monde 2018 passe la plupart de son temps, s’entraînant pour décrocher l’or aux prochains JO de Tokyo. Entre deux coups de rame, elle a bien voulu nous éclairer sur quelques pans de sa personnalité.

Lire plus »
Yoshiro Mori

Yoshiro Mori, patron des JO de Tokyo : “Oups, pardon, je l’ai dit !”

Des “commentaires inappropriés”. C’est ainsi que le CIO (Comité international olympique) vient de qualifier les propos de Yoshiro Mori, 83 ans, président du Comité d’organisation des prochains Jeux olympiques. Celui qui fut également Premier ministre au Japon affirmait la semaine dernière que “les femmes parlaient trop pendant les réunions”. Aïe.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Nathalie Péchalat, sous la glace, le feu !

À tout juste 36 ans, l’ancienne championne de danse sur glace, rechausse les patins et enfile une tenue inédite, celle de grande patronne de la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG). Une femme à ce poste ? Une première ! Portrait d’une fonceuse.

Lire plus »
Louise Lenoble

2020 : Le best-of ÀBLOCK!

9 mois. 9 mois à donner la parole aux championnes et aux sports peu médiatisés, aux pratiquantes enthousiasmantes, aux acteurs et actrices de la sphère sportive. 9 mois à écrire sur des sportives étonnantes, qui nous boostent et nous inspirent, aux quatre coins du monde. Notre nouveau média digital est encore jeune, mais il collectionne déjà une foule de pépites. Confidences, témoignages, tranches de vie… nous plongeons jour après jour dans l’univers des sportives avec gourmandise. Et cela va bien au-delà du sport : dans leur intimité, au cœur de leurs émotions et de leurs ressentis. Petit florilège de ces filles qui ont définitivement marqué ÀBLOCK!

Lire plus »
Sophia Flörsch

24 Heures du Mans : les filles vont faire fumer l’asphalte !

Une (quasi) première dans l’histoire du sport automobile : un équipage 100 % féminin est sur la grille de départ de la mythique course d’endurance, en LMP2. Un seul précédent : le trio Lyn St. James, Desiré Wilson et Cathy Muller, en 1991, qui avaient finalement dû abandonner la course. Prouver que les femmes ont leur place dans le sport auto, trop souvent trusté par les hommes, est l’ambition clairement affichée par son sponsor, l’horloger Richard Mille. Entretien sans langue de bois avec sa directrice marketing, Amanda Mille.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin