Le running virtuel, un sport bien réel

Running
En hausse depuis la crise sanitaire et les interdictions de rassemblement, les courses virtuelles sont un phénomène bien réel ! Deux tendances : participer à une course en extérieur depuis son lieu de vie ou s’équiper d’un home-trainer simulant un parcours. Du sportif occasionnel au professionnel, le running virtuel fait de plus en plus d’adeptes pour ses bienfaits physiques et son côté fédérateur.

Par Claire Bonnot

Publié le 07 juin 2020 à 13h28, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h23

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Le digital a bel et bien sauvé la mise aux confinés, tout déconfits de ne pouvoir continuer leur programme sportif en salle ou encore leurs compétitions. Pour ne pas perdre la forme et le moral, le sport virtuel a fait office de palliatif plutôt apprécié.

« Courir sur un tapis à la maison avec un coach virtuel, c’est une dopamine. Tu te prends au jeu, plus tu en fais, plus tu as envie d’en faire. Tu as enfin le temps d’être disponible pour ta vie perso, familiale, et ton objectif sportif   ! »

Olivier, 35 ans, marié, deux enfants, avait le projet depuis longtemps de se tenir à un emploi du temps sportif sérieux. Mais entre la vie familiale et le boulot, difficile de s’astreindre à un rythme efficace pour se remettre en forme.

Le sport virtuel ou comment garder la forme at home

Inscrit dans un club de rugby aux États-Unis où il vit, il s’est vu privé d’entraînements au moment de la pandémie.

Confinement oblige, le tapis de course est apparu comme la solution miracle pour conjuguer tous ses emplois du temps  : « Je voulais vraiment garder la forme et je m’étais mis à faire les « miracle mornings »   ; tu te lèves une heure plus tôt le matin pour faire des choses pour toi. Mon objectif était de faire du sport mais courir autour de chez moi, c’était compliqué et, entre 6 et 7 heures du matin, il faisait souvent froid. À la maison, tu es au chaud, dispo tout de suite et tout près de la famille. »

Running

Olivier a donc opté pour un tapis de course maison avec l’option du coach en image.

« C’est hyper motivant   : tu choisis un parcours avec des objectifs bien précis d’endurance, de fractionnés, de perte de poids par exemple – les endroits sont magnifiques, tu vas courir au bord de plage ou dans la montagne, j’ai fais Grand Canyon et les chutes du Niagara récemment – et tu suis un coach qui cours et te challenge en direct. C’est bien plus efficace que d’être tout seul. Avoir un prof permet de gérer son mental pendant l’effort et de continuer. C’est le gros plus de ce côté numérique ! »

Si le confinement lui a fait franchir l’étape du running virtuel at home, pour autant, le sport en extérieur reste indispensable : «  Ça ne remplace pas mes dimanches à vélo avec les copains, mais ça me permet d’avoir un entraînement régulier ! ».

Si le running virtuel a fait l’affaire pendant le confinement, il ne remplacera jamais l’adrénaline…

Côté runners pro, cette option «  jeu vidéo » qui a vu son utilisation grimper pendant le confinement est intéressante en terme de préparation physique : « Je pense qu’il y aura de plus en plus un usage technologique et numérique qui viendra s’immiscer dans la pratique sportive, note le champion d’athlétisme Christophe  Lemaître. En athlétisme, il existe de plus en plus d’appareils ou d’applications pour améliorer votre entraînement, pour aller chercher des petits détails pour progresser. Les simulateurs, par exemple, vont devenir petit à petit des éléments incontournables de la préparation d’un sportif dans certaines disciplines, et pas uniquement en ce qui concerne les sports mécaniques comme c’est déjà le cas. »

Une HD le saviez vousgimp

Si le running virtuel a fait l’affaire pendant ce temps inhabituel, il ne remplacera jamais l’adrénaline procurée par le terrain et la compétition. «  En ce qui me concerne, rien ne remplacera jamais le fait de courir sur du tartan, en avançant vraiment d’un point A à un point B. Sans compter que pour progresser, on a ce besoin de confrontation directe, sur la piste. Courir tout seul devant un écran peut-il me faire progresser ? Je ne crois pas. Cela peut simplement être utile lors d’une préparation pour mesurer l’état de forme », nuance Christophe Lemaître

Une pratique virtuelle qui s’est aussi étendue aux cyclistes avec le premier Tour de Suisse virtuel – diffusé en direct sur la chaîne L’Équipe – qui a réuni du 22 au 26 avril 2020 des coureurs professionnels sur leurs vélos d’intérieur. 

Les courses virtuelles participatives ou comment garder le lien avec les autres…

Avec l’annulation des grandes épreuves sportives, pandémie oblige, marathons ou Ironman, le digital vient au secours des sportifs chevronnés et des organisateurs.

Un exemple  ? La marque Puma s’associe à la plus grande communauté de runners de France, Sport Heroes, pour proposer une course digitale en extérieur post-confinement, le 10K Free To Race. Le principe ? Courir 10 km entre le 20 juin 00h01 et le 21 juin 23h59, où l’on veut, quand on veut, accessible à tous, partout en France.

Un classement en temps réels permettra aux coureurs de suivre leurs performances et de se challenger grâce à l’aide d’une montre connectée qu’il faudra donc se procurer.

D’autres courses virtuelles solidaires ont aussi fleuri avec la pandémie tel que la #UnitedWeRun by Asics dont le top départ a été donné le 16 mai dernier. Objectif : lever des fonds via un défi sportif.

Bref, du challenge solidaire et un plaisir partagé  !

#UnitedWeRun

C’est aussi un bon résumé pour la traversée virtuelle du Tennessee effectuée par l’athlète Virginie Duterme depuis le 1er mai dernier (photo ci-dessous).

Première Française à avoir traversé intégralement l’Himalaya népalais en 2017, Virginie Duterme a eu envie d’un peu de « fun » en cette période de confinement. Elle s’est donc lancée dans « The Great Virtual Road Race Across Tennessee 1 000 km ».

Soit un périple de 1021,68 km – la distance qui sépare la frontière de l’Arkansas de celle de la Virginie – à boucler d’ici le 31 août prochain.

Prendre des chemins de traverse… Parcourir « virtuellement » les chemins américains depuis chez soi  !

Virginie Duterme

«   Ça touche tout le monde, c’est très fédérateur.  Il y a des gens pour qui c’est un vrai challenge de sortir tous les jours et il y a des athlètes qui ont déjà parcouru la moitié du parcours. C’est très hétérogène. » expliquait-elle dans Ouest-France.

Plus de 18 000 coureurs de 77 pays différents tentent l’aventure de cette compétition virtuelle à travers (leurs) champs à disposition.

Pour Virginie Duterme, habituée des paysages à couper le souffle sur les toits du monde, il s’agit de s’offrir une escapade bucolique et sportive le long de la Sèvres en remontant jusqu’à Nantes. Chaque jour, en regardant son kilométrage, elle rêve des paysages lointains du Tennessee. Des paysages qu’elle a ainsi parcouru en virtuel comme les autres coureurs.

Un vrai tour du monde (virtuel) en 123 jours  !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Didier Drogba

#WhiteCard ou le sport comme arme de paix

Elle invite le monde à soutenir le mouvement de la paix par le sport. Et avec elle, champions et championnes s’engagent, de Didier Drogba (notre photo) à Tony Estanguet, en passant par Laurence Fisher, Marlène Harnois, Siya Kolisi, Paula Radcliff, ou encore Sarah Ourahmoune. L’organisation internationale Peace and Sport lance aujourd’hui sa campagne digitale mondiale #WhiteCard visant à promouvoir les valeurs positives et structurantes du sport.

Lire plus »
Sharni Pinfold

Sharni Pinfold, portrait d’une motarde désenchantée

Fatiguée de se battre contre la misogynie. Éreintée après des années à tenter de trouver sa place dans le monde des sports mécaniques. Sharni Pinfold, 25 ans, lâche le guidon. Amère. L’Australienne avait tout quitté pour un rêve, devenir pilote professionnelle de moto, aujourd’hui, elle fuit les circuits. Et laisse sur le bitume une carrière prometteuse et quelques illusions.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Su-Wei Hsieh, l’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Lire plus »
Pauline Déroulède

Pauline Déroulède, tenniswoman en fauteuil, mais toujours debout.

Une guerrière, une winneuse. Sur une seule jambe. Il y a un an, percutée par une voiture, Pauline Déroulède a été amputée de la jambe gauche. Depuis, cette droguée au sport s’entraîne dans le but de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024. Sa discipline : le tennis fauteuil. Mais ne vous y fiez pas, ce qu’elle aime avant tout, c’est taper dans la balle…comme avant. Rencontre bouleversante avec une femme toujours debout.

Lire plus »
Agathe Bessard

Best-of 2020 (suite) : les mots exquis de nos championnes

« On ne peut contribuer à l’émancipation des femmes si on n’écoute pas leurs histoires », disait la féministe américaine Gloria Steinem. Depuis 9 mois maintenant, ÀBLOCK! invite les sportives à se raconter. Au-delà du sport et de ses performances, nous entrons dans leur univers très privé, cet univers fait de dépassement de soi qui leur permet de s’imposer, de se réaliser dans toutes les sphères de leur vie. En 2020, ÀBLOCK! a mis en lumière des femmes d’exception qui ont fait du sport un acte de militantisme, même si ce n’est, le plus souvent, ni conscient ni voulu. Et ce n’est qu’un début. Lisons-les, écoutons-les, ces confidences sont sources d’inspiration : leur force, leurs réussites, leur joie à aller toujours plus loin, mais aussi leurs doutes, leurs échecs sont une leçon de vie autant que de sport. Et 2021 sera encore une année riche de rencontres. Mais, pour l’instant, pour encore quelques heures, retrouvons celles qui ont illuminé 2020 à nos côtés !

Lire plus »
Mara Gomez

Mara Gómez, footballeuse d’un nouveau genre

Elle a réalisé son rêve. Première joueuse transgenre à disputer un match du championnat de Première Division Féminine d’Argentine, Mara Gómez, 23 ans, prépare désormais le terrain pour les autres, celles et ceux qui veulent dégommer les barrières. Une belle histoire d’émancipation par le sport.

Lire plus »
Ana Carrasco

Ana Carrasco, la motarde qui fait souffler un vent nouveau dans les paddocks

Première femme à remporter une course de moto dans un Grand Prix, Championne du monde de vitesse, la pilote espagnole est une forte tête, peu soucieuse de ce que l’on dit d’elle. Les clichés, les stéréotypes, elle les balaye d’un revers de main gantée, les yeux fixés sur l’horizon. Son moteur, c’est la moto. Alors, accélérons un peu. Elle n’a pas que ça à faire. Portrait express de celle qui n’a besoin de personne…en Kawasaki.

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
Laure Coanus

Le questionnaire sportif de…Laure Coanus

Arbitre de Jeep Elite, Pro B et Ligue Féminine de Basket (LFB), Laure Coanus est sur tous les terrains, sifflet juste et gestes assurés. Entre deux rencontres sportives, elle répond à quelques questions simples, mais si révélatrices !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner