Rechercher

Juliette : « Je n'aurais jamais pensé tomber amoureuse de la pole dance ! »Pole danceuse, 29 ans, autrice de bande dessinée

Juliette Taka Pole dance
Juliette Taka dessine. Mais c’est aussi une accro de pole dance. Et c’est de sa pratique depuis plus de trois ans qu’elle s’inspire. Elle vient de publier sa BD “Pole Dance, ma vie en équilibre“. L’occasion d’initier les néophytes à son exigeante discipline, mais aussi de casser les préjugés qui y sont très (trop) souvent associés... Juliette, à la barre !

Propos recueillis par Lise Famelart

Publié le 10 mars 2021 à 17h09, mis à jour le 02 juin 2023 à 9h28

« Revenons trois ans en arrière : je viens de commencer à travailler, je ne fais plus de sport et je me sens un peu molle, mal dans ma peau… je me mets à la recherche d’un sport à pratiquer, de préférence qui tonifie le corps, tout en étant créatif et artistique. Je m’imagine mal me lancer dans la danse classique, j’ai pratiqué la gymnastique et j’ai trouvé ça nul… et puis une amie me parle de la pole dance.

Je vois tout de suite ça comme un défi personnel : parce que c’est un sport qui a une réputation sulfureuse, qui ne me correspond pas forcément. Mais aussi parce qu’en regardant des vidéos, je réalise que les figures sont impressionnantes : les pole-danceuses vont très haut, se retrouvent avec la tête en bas… moi j’ai le vertige et la douleur me fait très peur.

On aurait pu croire que la pole dance ne serait pas pour moi et, finalement, je tombe amoureuse de ce sport !

Mon premier cours se passe à merveille : un peu intimidée, je décide d’y traîner une amie qui a déjà fait de la pole dance, pour être plus en confiance. Quand on arrive dans la salle, nous sommes accueillies par une prof très gentille qui nous met tout de suite à l’aise. Elle est en pleine démonstration et réalise un impressionnant grand écart sur la barre. Je me dis : c’est exactement ça que je veux faire !

Bon… cela dit, c’est une figure que je ne sais toujours pas faire aujourd’hui ! Dès le premier cours, on apprend à réaliser trois figures et à la fin je n’ai plus qu’une envie, c’est de revenir. Et c’est comme ça que tout commence.

Peu à peu, la pole dance occupe une très grande partie de ma vie. Je ne vise pas la compétition ou les spectacles, parce que j’ai un trac épouvantable et que je ne suis pas du genre compétitrice. Mais même sans ces objectifs, je deviens addict à ce sport.

C’est peut-être grâce à cette satisfaction de réussir une figure, cette envie d’aller encore plus loin. Entre la chorégraphie, les cours techniques, les cours plus simples pour consolider les bases, je m’entraîne entre six et huit heures par semaine.

Sans compter que je prends d’autres cours qui sont utiles pour la pole dance : des cours de souplesse, de barres au sol, de renforcement musculaire, de yoga…

En un sens, ma pratique de ce sport est un peu addictive : la courbe d’apprentissage est très satisfaisante puisqu’on maîtrise les figures un petit peu mieux à chaque cours. Le fait de se voir réussir, mais aussi de voir son corps changer et évoluer, ça donne envie d’aller toujours plus loin dans la pratique.

Si cette façon de défier la gravité me faisait peur au début, je surpasse très vite ces craintes en apprenant pas à pas. Il m’arrive de souffrir, c’est sûr, mais je parviens à réaliser des figures dont je n’aurais jamais pensé être capable.

Au fil de ma découverte de la pole dance, je m’amuse à raconter tout ça dans de petites BD. Raconter ma vie en dessin est quelque chose que j’ai toujours aimé faire, et la pole dance est de mon point de vue un sujet incontournable.

Un jour, une personne de chez Glénat me propose d’en faire un album complet. Je décide de me lancer dans cette aventure, et mon livre « Pole Dance, ma vie en équilibre »* paraît finalement en juin 2020.

Mon but avec cet album, c’est d’initier les gens à la pole dance, de leur faire découvrir ce sport qu’on associe souvent à la sexualité, à quelque chose d’interdit. La bande dessinée, c’est quelque chose qui passe de main en main, qui se prête, qui s’offre… c’est l’occasion de présenter mon sport à des personnes qui ne le connaissent pas du tout.

Il y a des pages narratives qui racontent ma vie de façon un peu romancée, et des fiches techniques qui détaillent quelques notions essentielles de ce sport.

La publication de cet album est finalement une super expérience : des initiées me contactent pour me dire qu’elles sont contentes de lire un livre sur la pole dance qui s’écarte des clichés. Pas mal de lectrices me confient aussi que l’album leur a donné envie de se mettre à ce sport… ou même de s’y remettre !

Aujourd’hui, la pratique de mon sport est vraiment compliquée : avec la fermeture des salles, je ne peux plus faire de pole-dance dans des studios. Il existe des barres qu’on peut installer dans son appartement, on peut même choisir des modèles sur mesure en fonction de sa morphologie, de son niveau… malheureusement mon appartement est tout simplement trop petit pour y placer une barre.

Alors, pour compenser, je pratique la souplesse et je travaille ma force, histoire d’être prête pour la réouverture des salles. Mais c’est difficile, je ne peux pas, par exemple, faire de posture tête en bas et je perds un peu l’habitude de la pratique.

Il n’empêche que je ne regrette pas d’avoir fait entrer ce sport dans ma vie. Physiquement, mon corps est beaucoup plus tonifié, je suis plus souple, je dors aussi beaucoup mieux.

Côté confiance en moi, c’est aussi le jour et la nuit : quand on sait que tous les soirs on fait des figures de folie, on se dit qu’on vaut quelque chose !

La pole dance a changé ma vie à plein de niveaux, ça a changé ma façon de manger aussi : il faut s’arranger pour ne jamais avoir trop faim et éviter de se gaver pour garder la nourriture dans le ventre quand on fait des figures tête en bas !

À toutes les femmes qui sont intéressées par la pole dance, je leur conseillerais de ne pas hésiter à se lancer dans un premier cours : l’idéal est, comme moi, d’y aller avec un ou une amie. Les hommes sont aussi les bienvenus dans cette pratique, même s’il y en a peu.

Les débutantes se questionnent souvent sur la tenue : il y a des figures qui nécessitent en effet d’être en brassière par exemple, pour que la peau puisse être en contact avec la barre.

Mais c’est tout à fait possible de pratiquer en short et en tee-shirt, même à haut niveau, et de remonter le tee-shirt pour certaines figures.

Il y a beaucoup de clichés sur la pole dance en France, c’est aussi pour ça que j’ai décidé d’en parler en BD. Mais, dans l’ensemble, l’ambiance est vraiment bienveillante, et même si à l’issue d’un cours d’introduction vous ne décidez pas d’en faire votre sport, vous aurez quand même passé un bon moment ! »

  • *“Pole Dance, ma vie en équilibre“, aux éditions Glénat

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »
Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n'aurais pensé faire ça dans ma vie. »

Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n’aurais pensé faire ça dans ma vie. »

En juin dernier, elle est arrivée première de l’Ironman de Nice dans la catégorie 40-44 ans, la voilà maintenant en route pour les Championnats du monde de la spécialité qui se dérouleront à Hawaï le 14 octobre. Adeline Trazic, professeure d’arts plastiques, n’a qu’une ambition : franchir la ligne d’arrivée et faire le plein d’émotions sur la terre du triathlon.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Delphine Cascarino, l’agréable surprise de l’attaque française

Delphine Cascarino, l’agréable surprise de l’attaque française

L’Euro Foot 2022 va-t-il la révéler ? Delphine Cascarino a marqué les esprits lors du premier match des Bleues en inscrivant le troisième but de la rencontre face à l’Italie. Son palmarès est déjà bien garni, mais une victoire lui fait de l’œil : celle qu’elle ravira sous le maillot tricolore en équipe A. Et elle a tout pour réaliser son rêve. Portrait d’une attaquante inattendue qui vaut le détour.

Lire plus »
Il était une fois le tennis…féminin

Il était une fois le tennis…féminin

Les qualif’ ont déjà commencé à Roland-Garros où 128 joueuses s’affrontent sur terre battue, l’heure pour ÀBLOCK! de revenir sur l’épopée tennistique des femmes sur les courts. Ou comment les dames ont pu sortir des garden-party pour jouer de la raquette en compet’.

Lire plus »
Claire Supiot : « Mon parcours peut faire évoluer le monde du sport et au-delà. »

Claire Supiot : « Mon parcours peut faire évoluer le monde du sport et au-delà. »

En participant aux JO de Tokyo, l’été dernier, elle devenait la première athlète française à avoir participé aux Jeux Olympiques puis, trente-trois ans plus tard, aux Jeux Paralympiques. Claire Supiot est une force de la nature. Souffrant depuis 2008 d’une pathologie évolutive qui entraîne une faiblesse musculaire, elle a pu sortir la tête de l’eau grâce à la natation qui lui offre de quoi vaincre les flots de la maladie. Un exemple de résilience dans le monde du sport 100 % ÀBLOCK!

Lire plus »
Margot Boch et Carla Sénéchal : « Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Ces Jeux d’hiver, c’est un mélange de stress et d’excitation. »

Margot Boch et Carla Sénéchal : « Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Ces Jeux d’hiver, c’est un mélange de stress et d’excitation. »

Deux filles on the rocks, sinon rien. Margot Boch, la pilote, et sa partenaire de glisse Carla Sénéchal, la pousseuse, forme le premier binôme de bobsleigh féminin depuis dix ans. Ce n’est pas pour rien qu’on les surnomme « Les sœurs jumelles » dans cet univers de glace qui, pourtant, leur réchauffe le cœur. Rencontre avec des filles pas si givrées que ça et qui s’entraînent dur pour prendre le bon virage aux JO d’hiver 2022.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de Maëlle Dumitru-Marin

Le questionnaire sportif de… Maëlle Dumitru-Marin

Le 1er juin prochain, elle sera de celles qui s’envoleront tutoyer les nuages pour décrocher un titre aux Championnats d’Europe de trampoline et tumbling en Italie. La Bretonne Maëlle Dumitru-Marin, championne du monde et d’Europe de tumbling par équipe l’an dernier, représentera cette fois la France en individuel. À 22 ans, la tumbleuse fait partie des quatre meilleures Françaises de cette discipline acrobatique. Elle a répondu à notre questionnaire express entre deux séances de préparation.

Lire plus »
God save Channel 4 !

God save Channel 4 !

La chaîne anglaise Channel 4 ne s’engage pas à moitié. Pour les Jeux Paralympiques de Pékin, tous ses consultants seront des para-athlètes. Aux côtés des commentateurs de l’équipe des sports, ils viendront offrir une expertise des plus pertinentes. Une première.

Lire plus »
Gabriella Papadakis Guillaume Cizeron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une figure aérienne (magnifiquement illustrée ici par Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron), une ballerine qui prend la plume et qui répond à un Q&A vidéo, une vision d’experte sur le traitement médiatique du sport féminin, l’histoire des femmes fans de pagaies et une question qui tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Leïla Heurtault

Jeux Olympiques : karaté, un petit JO et puis s’en va !

Après des années à batailler pour intégrer le giron des sports olympiques, le karaté a obtenu gain de cause et sera (enfin !) de la partie aux Jeux Olympiques de Tokyo, du 23 juillet au 8 août. Avant de disparaître aussi vite du programme des JO 2024, à Paris. Retour sur une épopée éprouvante.

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Ella Palis : pour elle, le foot, c'est de la balle !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine…

Un mois de juillet sportivement chargé pour les filles ! Un Euro Foot (avec notamment la joueuse Ella Palis sur notre photo), un Tour de France Femmes… ÀBLOCK! les accompagne grâce à deux dossiers spéciaux. Et, toujours, notre série d’histoire(s) sur les faits marquants du sport féminin qui se sont déroulés les été passés. Bonne lecture !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner