La Pole Dance

Des « putains » d’héroïnes à la barre

Pole Dance
Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Par Claire Bonnot

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

On se croirait tout droit plongés dans un clip de rap ou une séquence de la comédie-musicale « Burlesque », mais il n’en est rien. Ce n’est pas du spectacle. Ici, il s’agit de vraies femmes dans un vrai studio qui dansent, tournent et ondulent autour d’une vraie barre de Pole Dance.

Nous sommes au cœur d’une leçon dispensée par S Factor, une école de Pole Dance fondée au début des années 2000 par l’actrice américaine, Sheila Kelley : « Je veux de la vérité, votre pouvoir érotique et ce magnifique désir qui vous habite. C’est une chose difficile à montrer. Ça va vous aider à vous provoquer et à lâcher prise. »

Elles ont tous les âges, toutes les corpulences et des histoires de vie différentes. Une chose les relie : leur envie de tenir la barre. Savent-elles pourquoi ? Pas toutes. Si la plupart souhaitent aimer leur corps, se sentir sexy ou se lâcher, elles ne savent pas encore jusqu’où cette barre verticale les mènera. Sheila Kelley ne leur cache rien : « Vous allez vouloir arrêter en pensant que c’est trop intime et que ça fait peur. »

« Strip Down, Rise up », comme dit le titre américain, soit « Déshabillez-vous et Revendiquez votre pouvoir » ! Il ne vous reste plus qu’à chausser des talons de quinze à plateforme…

Sheila Kelley…©Netflix

« Entrer dans mon monde, c’est comme mettre les pieds dans un Fight club pour femmes ». C’est l’actrice hollywoodienne qui le dit. Sheila Kelley s’en est fait « une mission de vie », celle « d’aider les femmes à se sentir complètes à nouveau (…) dans une société où les femmes sont piégées par la masculinité. Le corps féminin a été mis sous silence. Il est temps pour les femmes de prendre leur pouvoir ».

Le moyen ? Par le mouvement. Cette démarche ondulante où la cambrure pousse les femmes à redécouvrir leur féminité et à ne plus avoir honte de leurs corps « qui ne ressemblent pas aux unes des magazines ». « Je savais que je devais dissocier cette discipline du regard masculin, du male gaze. J’en ai donc parlé comme un sport, comme une activité de remise en forme », explique la fondatrice du S Factor.

Oui, car au-delà d’un sport, ce qui se dégage de cet enseignement, c’est l’aspect curatif via la construction d’une communauté, « une aventure de reconstruction » partagée entre femmes.

©Netflix

On suit notamment les parcours d’Evelyn, 50 ans, endeuillée par la mort de son mari et qui cherche à se retrouver, celui d’une ancienne gymnaste agressée sexuellement par Larry Nassar, l’ancien médecin officiel de la Fédération américaine de gymnastique, condamné à la prison à vie, ou encore celui d’une malade du cancer que la Pole Dance a sauvée.

Avant de danser, les mises à nu de chacune de ces femmes sont poignantes, à l’image de cercles de paroles thérapeutiques. Ces cours de Pole Dance ne sont pas anodins. Ils bouleversent l’esprit et le corps longtemps emprisonnés. « C’est curatif, mais je comprends aussi que ça peut provoquer des choses », témoigne Sheila Kelley.

Alors, elle ouvre ses enseignantes à la parole d’une psychologue : « Les enseignants ne sont pas thérapeutes, mais font vivre une expérience thérapeutique et curative, il faut donc être très prudents ! », leur explique cette dernière.

Les passés traumatiques des élèves sont nombreux, le plus souvent des agressions sexuelles et des viols refoulés mais toujours présents dans les corps meurtris, les corps corpulents.

Dans ce cadre, ce partage au su et au vu de toutes ne convient pas à toutes les femmes et il faut respecter le libre-arbitre de chacune. Il est intéressant d’entendre dans ce documentaire une ex-élève qui ne se retrouve pas du tout dans cette façon de délivrer la femme en elle et…en petite tenue : « J’étais au milieu de femmes qui pleuraient. Je ne me sentais pas valorisée. (…) Je ne voudrais pas que mon fils de douze ans me voit en culotte et sans haut », dit-elle.

©Netflix

Car le lâcher-prise est total : c’est un lieu où les femmes peuvent extérioriser toutes leurs émotions en dansant : pleurer, crier, se déhancher langoureusement. « Le niveau de vérité est tel parce qu’on se voit danser. On capte les émotions de chacune », raconte Jenyne Butterfly, véritable étoile et performeuse de la discipline, qui remporte le premier championnat de la US Pole Dance Federation et la médaille d’argent en finale mondiale, en 2009. « Il faut du courage pour faire ce voyage », admet Sheila Kelley. « C’est magnifique à voir ! Ce ne sont pas les mêmes femmes qu’il y a six mois ! ».

Cependant, si la parole est activée, la place est faite au respect du timing de chacune : « Tu n’es pas obligée d’en parler ». Et Sheila Kelley de rappeler : « J’apprends à exécuter les ordres du corps de chacune ». Un coup de pouce thérapeutique et libérateur, en somme, via une discipline sportive et artistique tournée vers le self-love !

Des talons de plusieurs centimètres pour entraîner la cambrure, des petites tenues exigées pour que la peau accroche la barre. En bref, un corps à corps total qui demande à ces femmes de se mettre à nu, dans toute leur essence et vulnérabilité.

L’exercice est difficile : physiquement mais aussi mentalement. « Dès qu’on en parle, les gens s’imaginent des hommes buvants et des femmes dansant pour de l’argent. Ce n’est pas seulement ça », rappelle Jenyne Butterlfy. « Quand j’ai entendu qu’ils en parlaient pour la première fois à la télé, c’était Sheila Kelley, c’était fou ! Elle l’a démocratisée et l’a mise à la portée de toutes les femmes ».

Jenyne Butterfly…©Netflix

Outre le sport thérapeutique, la Pole Dance fait l’objet de compétitions, de shows spectaculaires, elle est starisée dans des films et se voit intégrée dans des spectacles grand public comme au Cirque du Soleil où Jenyne a brillé pendant cinq ans. Pourtant, l’aura scandaleuse de cette danse tient bon la barre. Qu’en est-il vraiment de son origine ? C’est peut-être là où le bât blesse dans ce documentaire.

Les racines de cette discipline sportive et artistique restent peu évoquées. La Pole Dance, une discipline qui  mêle danse et acrobatie autour d’une barre métallique verticale, serait née au Canada dans les années 20 dans des cirques forains itinérants recherchant toujours plus d’attractions et de spectaculaire.

Les « Hoochie-Coochie dancers », des danseuses tournant autour du poteau soutenant le chapiteau, proposaient des numéros en tenues légères, réservés aux adultes.

©Netflix

C’est avec l’avènement du Burlesque dans les années 1950 que ce type de spectacle fait son apparition dans les bars avant de s’étendre aux clubs de strip-tease dans les années 1970-1980, dans tout le monde anglo-saxon.

La discipline érotisée se meut en pratique sportive et artistique au début des années 1990 sous l’impulsion d’une danseuse de pole Dance canadienne, Fawnia Mondey, qui commence à enseigner cet art et ce sport très complet via un premier DVD pédagogique de Pole Dance.

©Netflix

D’autres danseuses vont prendre ce chemin, souhaitant faire sortir la Pole Dance des clubs de strip-tease et la faire reconnaître pour ses multiples atouts : « Une fabuleuse manière de développer sa musculature et sa souplesse, en même temps que sa sensibilité artistique et sa confiance en soi, tout en s’amusant et en assumant mieux sa sensualité et – éventuellement – sa féminité », comme le décrit la Fédération Française de Danse qui a intégré et reconnu la Pole Dance comme une discipline sportive et artistique en 2016, suite à son apparition dans la métropole en 2006.

Avec un championnat de France de Pole Dance, la discipline a retrouvé toutes ses couleurs et compte, en France, de plus en plus de pratiquantes et pratiquants, quelques 25 000 élèves avec près de 250 écoles.

Dégommant les préjugés, la Pole Dance est aujourd’hui (depuis 2015) reconnue comme une danse à part entière par le Conseil international de la danse et démontre son extraordinaire pouvoir spectaculaire sur les plus grandes scènes. Haut les corps !

©Netflix

 

  • « Pole Dance, haut les corps ! » (Strip Down, Rise Up), Documentaire de Michèle Ohayon, 1h52 min, à regarder sur Netflix
Ouverture ©Netflix
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

Trophées FemixSports

Les Trophées Femix’Sports, 4e !

5 catégories pour 15 prix. L’asso Femix’Sports vient de lancer la quatrième édition de ses Trophées récompensant sportives, arbitres, bénévoles et fédés, autant de personnalités engagées dans le sport féminin. À vous de voter !

Lire plus »
Alice Modolo

Le questionnaire sportif de…Alice Modolo

Elle vient de signer 3 records de France d’affilée. Un tiercé gagnant réalisé lors des Mondiaux d’apnée (AIDA) qui se tenait au Blue Hole de Dahab, en Égypte : 85, 87 et 89 mètres en bi palmes. Un beau lancement de saison pour la championne d’Europe qui a, cerise sur le gâteau, remporté la compétition, hommes et femmes confondus. De retour sur terre, Alice Modolo a répondu à notre petit questionnaire qui ne manque pas de souffle !

Lire plus »
Laetitia Blot

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un sport de combat explosif et de plus en plus féminin, le MMA est dans la place sur ÀBLOCK! avec quelques guerrières en cage (comme Laetitia Blot sur notre photo) qui s’expriment comme elles se battent, mais aussi une boxeuse sous les projecteurs de notre questionnaire sportif et une campagne digitale pour le mouvement de la paix par le sport, c’est le menu de la semaine, enjoy !

Lire plus »
Laure Coanus

Le questionnaire sportif de…Laure Coanus

Arbitre de Jeep Elite, Pro B et Ligue Féminine de Basket (LFB), Laure Coanus est sur tous les terrains, sifflet juste et gestes assurés. Entre deux rencontres sportives, elle répond à quelques questions simples, mais si révélatrices !

Lire plus »
Didier Drogba

#WhiteCard ou le sport comme arme de paix

Elle invite le monde à soutenir le mouvement de la paix par le sport. Et avec elle, champions et championnes s’engagent, de Didier Drogba (notre photo) à Tony Estanguet, en passant par Laurence Fisher, Marlène Harnois, Siya Kolisi, Paula Radcliff, ou encore Sarah Ourahmoune. L’organisation internationale Peace and Sport lance aujourd’hui sa campagne digitale mondiale #WhiteCard visant à promouvoir les valeurs positives et structurantes du sport.

Lire plus »
Ingrid Graziani

Le questionnaire sportif de…Ingrid Graziani

Elle a été à la fois Miss Île-de-France et championne du monde de boxe française en 2003 puis, elle a balancé sa couronne pour se consacrer au combat, devenant championne d’Europe en 2006 et triple championne de France. Aujourd’hui comédienne, Ingrid Graziani allie ses deux passions, le sport et le jeu, en racontant ses histoires de fille boxeuse dans un one woman show « Du ring à la scène » qui devrait revenir après la crise sanitaire. Entre deux séances de boxe, elle a pris le temps de répondre à notre petit questionnaire ÀBLOCK!

Lire plus »
Jeanne Richard

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une légende du foot féminin, une lanceuse de marteau au mental d’acier, une pionnière des JO, une jeune biathlète épanouie et au palmarès déjà bien rempli (Jeanne Richard sur notre photo), une trampoliniste attendue à Tokyo en juillet ou encore une cascadeuse à moto qui ne fait que ce qu’elle veut quand elle veut, voici le programme !

Lire plus »

JO 1928 : Lina Radke, l’athlète trop “disgracieuse” pour courir

Elle s’appelait Karoline Radke-Batschauer dite Lina Radke. Pionnière de l’athlétisme, cette Allemande qui courait comme un lièvre fut la première médaillée d’or olympique au 800m, mais aussi la dernière jusqu’en…1960. Après sa victoire, l’épreuve fut tout bonnement supprimée. Miss Radke avait manqué de grâce en franchissant la ligne d’arrivée…

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »
Léa Labrousse

Le questionnaire sportif de…Léa Labrousse

Elle pourrait nous offrir ses plus belles figures à Tokyo, elle qui se prépare pour les prochains JO, en juillet. La trampoliniste Léa Labrousse, 6 médailles européennes en tumbling et trampoline et 2 pour la France, a atterri en douceur pour répondre à notre questionnaire Proustien.

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

JO 1948 : Fanny Blankers-Koen, « mère indigne » devenue star de la piste

On la surnommait « La ménagère volante ». Spécialiste du sprint, elle est la seule à avoir décroché quatre médailles d’or en une seule édition. Un palmarès d’autant plus bluffant à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les compétitions, encore moins les mères de famille. Récit d’une femme au foyer devenue femme médaillée.

Lire plus »
Surya Bonaly

Surya Bonaly : 5 infos pour briller sur la glace

À l’image d’une Simone Biles, championne avant-gardiste de la gymnastique, Surya Bonaly marqua le monde du patinage artistique dans les années 1990 de ses prouesses interdites. La multi championne de France et d’Europe et vice-championne du monde par trois fois, a toujours voulu briser la glace des conventions pour faire évoluer son sport, au grand dam des juges, mais pour le plus grand plaisir du public. Ou comment devenir une Reine des glaces en 5 (r)évolutions !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Tifany Huot-Marchand

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »
Baronne Raymonde de Laroche

Raymonde de Laroche ou l’histoire de la baronne qui ne manque pas d’air

Elle a, sans regret, délaissé les arts pour la mécanique. Élisa Léontine Deroche, dite Baronne Raymonde de Laroche, a été comédienne avant de tout quitter pour grimper dans un aéroplane. Première femme au monde à décrocher un brevet de pilote-aviateur, la Parisienne a marqué de son empreinte les débuts de l’aviation. Récit d’une actrice devenue casse-cou.

Lire plus »
Alice Modolo

Le questionnaire sportif de…Alice Modolo

Elle vient de signer 3 records de France d’affilée. Un tiercé gagnant réalisé lors des Mondiaux d’apnée (AIDA) qui se tenait au Blue Hole de Dahab, en Égypte : 85, 87 et 89 mètres en bi palmes. Un beau lancement de saison pour la championne d’Europe qui a, cerise sur le gâteau, remporté la compétition, hommes et femmes confondus. De retour sur terre, Alice Modolo a répondu à notre petit questionnaire qui ne manque pas de souffle !

Lire plus »
Valérie Taylor

Valérie Taylor, la plongeuse écolo qui a inspiré « Les dents de la mer »

Plongeuse experte en requins, repérée en 1975 par Spielberg, la blonde Australienne au physique de sirène hollywoodienne a toujours eu à coeur de défendre les requins et regrette encore aujourd’hui que le film ait été contre-productif.
Celle qui n’a jamais eu peur de plonger quand il fallait y aller a été une des voix pionnières pour la conservation des fonds marins. Cap sous la mer toute !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin