La Pole Dance Des « putains » d’héroïnes à la barre

Pole Dance
Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Par Claire Bonnot

Publié le 26 février 2021 à 15h02, mis à jour le 02 juin 2023 à 9h29

On se croirait tout droit plongés dans un clip de rap ou une séquence de la comédie-musicale « Burlesque », mais il n’en est rien. Ce n’est pas du spectacle. Ici, il s’agit de vraies femmes dans un vrai studio qui dansent, tournent et ondulent autour d’une vraie barre de Pole Dance.

Nous sommes au cœur d’une leçon dispensée par S Factor, une école de Pole Dance fondée au début des années 2000 par l’actrice américaine, Sheila Kelley : « Je veux de la vérité, votre pouvoir érotique et ce magnifique désir qui vous habite. C’est une chose difficile à montrer. Ça va vous aider à vous provoquer et à lâcher prise. »

Elles ont tous les âges, toutes les corpulences et des histoires de vie différentes. Une chose les relie : leur envie de tenir la barre. Savent-elles pourquoi ? Pas toutes. Si la plupart souhaitent aimer leur corps, se sentir sexy ou se lâcher, elles ne savent pas encore jusqu’où cette barre verticale les mènera. Sheila Kelley ne leur cache rien : « Vous allez vouloir arrêter en pensant que c’est trop intime et que ça fait peur. »

« Strip Down, Rise up », comme dit le titre américain, soit « Déshabillez-vous et Revendiquez votre pouvoir » ! Il ne vous reste plus qu’à chausser des talons de quinze à plateforme…

Sheila Kelley…©Netflix

« Entrer dans mon monde, c’est comme mettre les pieds dans un Fight club pour femmes ». C’est l’actrice hollywoodienne qui le dit. Sheila Kelley s’en est fait « une mission de vie », celle « d’aider les femmes à se sentir complètes à nouveau (…) dans une société où les femmes sont piégées par la masculinité. Le corps féminin a été mis sous silence. Il est temps pour les femmes de prendre leur pouvoir ».

Le moyen ? Par le mouvement. Cette démarche ondulante où la cambrure pousse les femmes à redécouvrir leur féminité et à ne plus avoir honte de leurs corps « qui ne ressemblent pas aux unes des magazines ». « Je savais que je devais dissocier cette discipline du regard masculin, du male gaze. J’en ai donc parlé comme un sport, comme une activité de remise en forme », explique la fondatrice du S Factor.

Oui, car au-delà d’un sport, ce qui se dégage de cet enseignement, c’est l’aspect curatif via la construction d’une communauté, « une aventure de reconstruction » partagée entre femmes.

©Netflix

On suit notamment les parcours d’Evelyn, 50 ans, endeuillée par la mort de son mari et qui cherche à se retrouver, celui d’une ancienne gymnaste agressée sexuellement par Larry Nassar, l’ancien médecin officiel de la Fédération américaine de gymnastique, condamné à la prison à vie, ou encore celui d’une malade du cancer que la Pole Dance a sauvée.

Avant de danser, les mises à nu de chacune de ces femmes sont poignantes, à l’image de cercles de paroles thérapeutiques. Ces cours de Pole Dance ne sont pas anodins. Ils bouleversent l’esprit et le corps longtemps emprisonnés. « C’est curatif, mais je comprends aussi que ça peut provoquer des choses », témoigne Sheila Kelley.

Alors, elle ouvre ses enseignantes à la parole d’une psychologue : « Les enseignants ne sont pas thérapeutes, mais font vivre une expérience thérapeutique et curative, il faut donc être très prudents ! », leur explique cette dernière.

Les passés traumatiques des élèves sont nombreux, le plus souvent des agressions sexuelles et des viols refoulés mais toujours présents dans les corps meurtris, les corps corpulents.

Dans ce cadre, ce partage au su et au vu de toutes ne convient pas à toutes les femmes et il faut respecter le libre-arbitre de chacune. Il est intéressant d’entendre dans ce documentaire une ex-élève qui ne se retrouve pas du tout dans cette façon de délivrer la femme en elle et…en petite tenue : « J’étais au milieu de femmes qui pleuraient. Je ne me sentais pas valorisée. (…) Je ne voudrais pas que mon fils de douze ans me voit en culotte et sans haut », dit-elle.

©Netflix

Car le lâcher-prise est total : c’est un lieu où les femmes peuvent extérioriser toutes leurs émotions en dansant : pleurer, crier, se déhancher langoureusement. « Le niveau de vérité est tel parce qu’on se voit danser. On capte les émotions de chacune », raconte Jenyne Butterfly, véritable étoile et performeuse de la discipline, qui remporte le premier championnat de la US Pole Dance Federation et la médaille d’argent en finale mondiale, en 2009. « Il faut du courage pour faire ce voyage », admet Sheila Kelley. « C’est magnifique à voir ! Ce ne sont pas les mêmes femmes qu’il y a six mois ! ».

Cependant, si la parole est activée, la place est faite au respect du timing de chacune : « Tu n’es pas obligée d’en parler ». Et Sheila Kelley de rappeler : « J’apprends à exécuter les ordres du corps de chacune ». Un coup de pouce thérapeutique et libérateur, en somme, via une discipline sportive et artistique tournée vers le self-love !

Des talons de plusieurs centimètres pour entraîner la cambrure, des petites tenues exigées pour que la peau accroche la barre. En bref, un corps à corps total qui demande à ces femmes de se mettre à nu, dans toute leur essence et vulnérabilité.

L’exercice est difficile : physiquement mais aussi mentalement. « Dès qu’on en parle, les gens s’imaginent des hommes buvants et des femmes dansant pour de l’argent. Ce n’est pas seulement ça », rappelle Jenyne Butterlfy. « Quand j’ai entendu qu’ils en parlaient pour la première fois à la télé, c’était Sheila Kelley, c’était fou ! Elle l’a démocratisée et l’a mise à la portée de toutes les femmes ».

Jenyne Butterfly…©Netflix

Outre le sport thérapeutique, la Pole Dance fait l’objet de compétitions, de shows spectaculaires, elle est starisée dans des films et se voit intégrée dans des spectacles grand public comme au Cirque du Soleil où Jenyne a brillé pendant cinq ans. Pourtant, l’aura scandaleuse de cette danse tient bon la barre. Qu’en est-il vraiment de son origine ? C’est peut-être là où le bât blesse dans ce documentaire.

Les racines de cette discipline sportive et artistique restent peu évoquées. La Pole Dance, une discipline qui  mêle danse et acrobatie autour d’une barre métallique verticale, serait née au Canada dans les années 20 dans des cirques forains itinérants recherchant toujours plus d’attractions et de spectaculaire.

Les « Hoochie-Coochie dancers », des danseuses tournant autour du poteau soutenant le chapiteau, proposaient des numéros en tenues légères, réservés aux adultes.

©Netflix

C’est avec l’avènement du Burlesque dans les années 1950 que ce type de spectacle fait son apparition dans les bars avant de s’étendre aux clubs de strip-tease dans les années 1970-1980, dans tout le monde anglo-saxon.

La discipline érotisée se meut en pratique sportive et artistique au début des années 1990 sous l’impulsion d’une danseuse de pole Dance canadienne, Fawnia Mondey, qui commence à enseigner cet art et ce sport très complet via un premier DVD pédagogique de Pole Dance.

©Netflix

D’autres danseuses vont prendre ce chemin, souhaitant faire sortir la Pole Dance des clubs de strip-tease et la faire reconnaître pour ses multiples atouts : « Une fabuleuse manière de développer sa musculature et sa souplesse, en même temps que sa sensibilité artistique et sa confiance en soi, tout en s’amusant et en assumant mieux sa sensualité et – éventuellement – sa féminité », comme le décrit la Fédération Française de Danse qui a intégré et reconnu la Pole Dance comme une discipline sportive et artistique en 2016, suite à son apparition dans la métropole en 2006.

Avec un championnat de France de Pole Dance, la discipline a retrouvé toutes ses couleurs et compte, en France, de plus en plus de pratiquantes et pratiquants, quelques 25 000 élèves avec près de 250 écoles.

Dégommant les préjugés, la Pole Dance est aujourd’hui (depuis 2015) reconnue comme une danse à part entière par le Conseil international de la danse et démontre son extraordinaire pouvoir spectaculaire sur les plus grandes scènes. Haut les corps !

©Netflix

 

  • « Pole Dance, haut les corps ! » (Strip Down, Rise Up), Documentaire de Michèle Ohayon, 1h52 min, à regarder sur Netflix
Ouverture ©Netflix

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marie Tabarly : « Naviguer avec un équipage féminin ne me branche pas plus que ça mais on est obligées d’en passer par là »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire féminine de marathon, une voileuse qui prend le large (Marie Tabarly sur notre photo), une championne en reconstruction au micro de notre podcast, un nouveau mag à découvrir ou une pionnière de la navigation, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Badass, le nouveau mag carrément ÀBLOCK!

Badass, le nouveau mag carrément ÀBLOCK!

Ce seize pages sympa à lire – en mode « posterzine » – va « droit au but » pour mettre toutes les sportives sur le podium. De quoi être dans les starting-blocks pour son premier numéro et sa collecte participative. Nous, on adhère !

Lire plus »
Anaïs quemener

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ambassadrice ÀBLOCK! qui rejoint l’aventure de notre média (la championne de marathon Anaïs Quemener sur notre photo), une experte en histoire du vêtement sportif, un ex-rugbyman qui conjugue son sport au féminin ou encore l’histoire des femmes haltérophiles, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Alice Finot : « Les jalousies, la prise de risque, ont été des moteurs de ma performance en athlétisme. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une navigatrice toujours sur le pont, une athlète qui se joue des obstacles (Alice Finot sur notre photo), un bodybuilder qui étudie la puissance du muscle ou encore la petite histoire de l’haltérophilie au féminin à l’heure des Mondiaux, découvrez le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Oriane Bertone, la femme araignée qui a trouvé sa voie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le ballon rond qui ne s’arrête pas de tourner, un retour sur les Mondiaux d’athlétisme, une lettre sur un avenir ÀBLOCK! pour le sport de haut niveau, une demoiselle araignée (Oriane Bertone sur notre photo), un show toulousain avec les meilleures triathlètes et une navigatrice on ne peut plus ÀBLOCK!, c’est le meilleur de la semaine.

Lire plus »
Virginie Verrier : «  Mon film sur Marinette Pichon va-delà du football. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une légende paralympique, une déclaration d’amour aux sportives, une réalisatrice qui met en lumière une footeuse du nom de Marinette Pichon (interprétée par Garance Marillier sur notre photo), l’histoire des femmes dans les stades et un décryptage du rendez-vous d’athlétisme de l’année, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

Il était une fois l’athlétisme… féminin

Les pistes n’ont pas toujours été ouvertes aux femmes, bien au contraire, les hommes ont longtemps cherché à les empêcher de courir, sauter ou lancer. Le tout, sous des prétextes esthétiques ou de santé. Comment ont-elles enfin pu revêtir leur short sans contrainte ? Petite histoire express de l’athlétisme conjugué au féminin.

Lire plus »
Tour de France Femmes 2023

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un tour cycliste qui mérite bien son récap’, des footeuses qui veulent la Coupe, des volleyeuses de feu, une histoire de l’escrime conjugué au féminin et un petit coup d’oeil dans le rétro sur les événements marquants du sport, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
Le skating ? Cékoiça ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une entraîneuse déterminée, un peu de vocabulaire pour les pistes enneigées, un entretien à cœur ouvert avec une présidente de haut niveau, une dingue de kayak en polo et une course organisée par la RATP, c’est le meilleur d’ABLOCK! cette semaine. Profitez !

Lire plus »
Iga Swiatek, un air de déjà vu…

Roland-Garros 2023, le récap’

Roland-Garros 2023 s’est conclu sur la victoire d’Iga Swiatek face à la surprenante Karolina Muchova. Avant ça, cette quinzaine parisienne dédiée au tennis a offert son lot de déceptions, confirmations, surprises… Place aux moments forts de cette édition 2023 du tournoi de la Porte d’Auteuil !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner