« Team USA » Le docu choc sur le plus gros scandale d’abus sexuels dans le sport américain

Team USA Netflix
Déchirant et édifiant, le documentaire Netflix « Team USA : Scandale dans le monde de la gymnastique » retrace l’enquête qui a mené à l’accusation de Larry Nassar, médecin officiel de la Fédération américaine de gymnastique, pour agressions sexuelles sur des centaines de gymnastes. À voir absolument pour que « la honte et le pouvoir changent de camp ».

Publié le 23 juillet 2020 à 19h21, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h11

« J’adore la gym, ça t’apprend à être forte et indépendante. » C’est Maggie Nichols, ancienne gymnaste de l’équipe nationale américaine – l’une des premières à avoir révélé les agressions de Larry Nassar – qui prononce ces quelques mots bouleversants au vu de ce qu’il se passait alors en coulisses.

On la découvre aussi, sur un film d’époque, toute petite, le sourire aux lèvres, confiante et légère, réaliser une impressionnante figure au saut de cheval.

Maggie Nichols a commencé la gym à l’âge de trois ans et a gravi les échelons avec un amour sans pareil pour son sport. Elle était même la numéro 2 de l’équipe Élite, la meilleure après la tornade Simone Biles.

Pourtant, elle ne sera pas sélectionnée pour les JO de Rio en 2016 : « La fédération américaine lui a volé son rêve olympique. On a tellement souffert de tout ce qui s’est passé », témoignent ses parents, brisés, face caméra. Mais que s’est-il donc passé ?

Maggie Nichols
Maggie Nichols

Une incroyable enquête d’un journal local, l’Indianapolis Star…

Tout s’enclenche lorsque la rédaction du quotidien américain Indianapolis Star dévoile, en 2014, dans un premier article, que la Fédération américaine de gymnastique a étouffé cinquante-quatre plaintes d’abus sexuels contre des coachs.

En 2016, après un nouvel article contenant d’autres informations compromettantes, une ancienne gymnaste – Rachael Denhollander, l’Atlète A, titre du film en anglais – les contacte alors. Elle accuse de viol, non pas un entraîneur, mais un certain Larry Nassar, osthéopathe et médecin attitré de la Fédération.

Puis une autre gymnaste fait de même, et encore une autre, une ancienne olympienne dont l’avocat contacte le journal.

Team USA Netflix

Lorsque cet article avec les témoignages de gymnastes accusant Larry Nassar d’abus sexuels est publié, la rédaction recense chaque jour de nouvelles confidences à charge.

Des gymnastes – qui témoignent dans le documentaire à visage découvert – prennent alors conscience de ce qui leur est arrivé : « Ce médecin me faisait la même chose ». Et s’engagent à le dénoncer : « J’avais encore peur mais je me suis dit : « Si c’est un pédophile, je m’en voudrais toute ma vie. » »

Sous prétexte de soins, le médecin de la Fédération américaine de gymnastique imposait notamment des pénétrations digitales aux jeunes gymnastes.

Team USA : Scandale dans le monde de la gymnastique

Où l’on découvre alors l’omerta organisée par la Fédération américaine de gym pour conserver une image « propre » au détriment de ses athlètes.

Une plongée glaçante au cœur d’un système éprouvant , opaque. Au coeur aussi des méthodes d’entraînement du couple Karolyi, Bela et Martha, entraîneurs emblématiques de la gymnastique de haut niveau, ceux-là même qui hissèrent l’immense Nadia Comaneci sur la première marche du podium aux Jeux Olympiques de 1976.

« On connaissait leur système mais on savait qu’ils gagnaient toujours », explique une ancienne gymnaste. Maltraitance verbale, psychologique et physique, politique de peur, d’intimidation et de silence. « Tout était bon pour tirer le meilleur d’une athlète », le mot « cruauté » est même lâché.

Le résumé d’une vie de gymnaste de haut niveau ? « Elles s’entraînent dans des centres nationaux dès l’âge de dix ans. Elles sont abusées et maltraitées. Et, une fois majeures, elles ne savent pas distinguer le style musclé d’un entraîneur d’un acte de maltraitance. Et quand elles sont victimes d’abus manifestes, sexuels ou non, elles doutent de leur perception des choses. »

Maggie Nichols
Maggie Nichols témoigne sur Netflix

C’est dans ce climat que la plainte de Maggie Nichols va être étouffée. Steve Penny, le président de la Fédération de gymnastique, avait assuré aux parents mener une enquête interne et avoir confié le dossier au FBI. Pourtant, rien n’a été fait et, étrangement, la jeune gymnaste ne se voit même pas sélectionnée en tant que remplaçante pour les JO.

Le documentaire démontre point par point comment une organisation responsable de tant de jeunes femmes a laissé, en toute connaissance de cause, un criminel en liberté. Pour éviter le scandale…

Une bouleversante reconnaissance pour les « survivantes »

Un documentaire qui veut que « la honte et le pouvoir changent de camp ». Images éprouvantes et très fortes que celles de ces centaines de victimes venant témoigner au procès, les yeux dans les yeux avec leur agresseur, pour se reconstruire, pour que justice soit faite.

Une première plainte avait été exprimée dès… 1997. Pourtant, pendant deux décennies, un prédateur sévissait sans être inquiété. Dans cette atmosphère d’intimidation et de restrictions, il était perçu, selon plusieurs gymnastes, comme « le seul adulte sympa parmi les adultes de la fédération », lui qui laissait des friandises sous les oreillers ou faisait rigoler la galerie !

Il a finalement été condamné, en 2018, au terme de son procès, à une peine allant jusqu’à 175 ans de prison.

Malgré cette victoire judiciaire, l’objectif de l’Indianapolis Star, est de mettre en lumière le système malsain de la Fédération américaine de gymnastique.

Le département de la justice américaine enquête pour sa part sur la Fédération, le Comité International Olympique et le FBI concernant leur gestion des allégations d’abus sexuels envers des athlètes.

Maggie Nichols, elle, a poursuivi sa passion en participant à des championnats universitaires, et semble avoir de nouveau le sourire et fait renaître cette « pêche » qui la caractérise : « J’ai retrouvé l’amour pour ce sport ! ».

Une conclusion déchirante après un si long calvaire.

« Team USA : Scandale dans le monde de la gymnastique », documentaire de Bonni Cohen et Jon Shenk, disponible sur Netflix (1h44).

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

sport feminin

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Ces derniers jours auront été particulièrement ÀBLOCK! Pour l’opération Sport Féminin Toujours 2023, nous avons ajouté notre pierre à l’édifice. Expertes du sport féminin, témoignages de wonderwomen qui se sont relevées à force de détermination et de sueur, état des lieux de la présence du sport féminin dans les médias, c’était le thème de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Benoit Beaufils : « Quand j’ai commencé la natation artistique, on s’est bien foutu de ma gueule. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une militante ÀBLOCK! depuis toujours, une Parisienne en short à paillettes, un défi qui fait des vagues, un nageur artistique qui se jette à l’eau (Benoit Beaufils sur notre photo) et un portrait en 5 infos sur une skieuse de tous les records, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Clarisse Agbegnenou

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un nageur artistique et une pilote moto confrontés tous les deux au sexisme, une boxeuse ambitieuse ou encore 5 infos clés sur l’une des meilleures judokates mondiales, Clarisse Agbegnenou (sur notre photo), c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Mikaela Shiffrin, 5 infos sur la fille de tous les records

Mikaela Shiffrin, 5 infos sur la skieuse de tous les records

La queen de la glisse a encore frappé ! On ne parle pas de Lindsey Vonn, mais de sa cadette, Mikaela Shiffrin. Si leur talent est comparable, la plus jeune des deux est bien partie pour supplanter le palmarès de son aînée. Une skieuse américaine qui détrône Lindsey Vonn ? Ça mérite bien un 5 infos pour cerner le personnage…

Lire plus »
Clara Direz, la skieuse qui s'envole

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Cinq infos sur la nouvelle queen de la glisse, un Top des événements de l’année (avec la skieuse Clara Direz sur notre photo) une musher en pleine odyssée ou encore une puncheuse aux grands objectifs, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bonne lecture !

Lire plus »
Charlotte Cagigos : « En hockey, si nous voulons performer, nous sommes contraintes de nous entraîner avec les garçons. »

Le Maxi Best-of ÀBLOCK! des dernières semaines

Fêtes de fin d’année ou pas, on est restés ÀBLOCK! Des récap’ de l’année 2022 comme s’il en pleuvait, des initiatives #ablockensemble, des questionnaires sportifs en vidéo, des paroles de photographe, des rencontres ébouriffantes… Voici le Maxi Best-of spécial rattrapage !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille des montagnes (Pauline sur notre photo), une vidéo féministe, une folle du volant, une championne de VTT militante, une triathlète qui a réponse à tout, des parcours de combattantes qui tiennent bon la barre de Pole Dance ou encore une athlète des années 30 qui n’en était pas vraiment une… C’est le résumé de la semaine sur ÀBLOCK! Profitez !

Lire plus »
En pleine lucarne : quand les fédés passent à la télé

En pleine lucarne : quand les fédés passent à la télé

Le 30 août dernier, quelques semaines après la chaîne du vélo créée par la fédé de cyclisme, Handball TV voyait le jour. Depuis quelques années, plusieurs fédérations sportives se sont lancées dans la grande bataille de la médiatisation de leur discipline en lançant leurs propres plateformes de diffusion. Zoom sur ces fédés qui se la jouent perso pour la bonne cause.

Lire plus »
Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère »

Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère. »

Elle est sur tous les fronts. Aurélie Groizeleau, 32 ans, manie le sifflet aussi bien sur les terrains internationaux que lors des rencontres de ProD2. Professionnelle depuis le mois de septembre, la Rochelaise pourrait, sous peu, relever un nouveau challenge : arbitrer des matches lors de la Coupe du monde féminine de rugby l’an prochain en Nouvelle-Zélande. Portrait d’une battante qui refuse de rester sur la touche.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner