Maria Sharapova 5 infos pour briller au revers

Maria Sharapova
Sur les terrains, au début des années 2000, la joueuse de tennis russe a rapidement marqué les esprits par sa détermination acharnée et son talent affirmé. Dotée d’un tempérament de feu, avec la raquette ou en entreprenariat, Maria Sharapova a conquis les courts et les cœurs. Malgré les soupçons de dopage, même après sa retraite sportive. Retour en 5 infos sur une icône qui a porté haut les couleurs de son pays.

Par Manon Gimet

Publié le 07 juin 2021 à 18h32, mis à jour le 28 juillet 2021 à 10h44

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

1. Partir pour les États-Unis

À 4 ans, Maria Sharapova prend la raquette en main et le début d’une belle histoire d’amour avec le tennis commence. Deux ans plus tard, habitante de Sotchi, en Russie, elle se rend à une exhibition sportive de la joueuse de tennis tchécoslovaque Martina Navratilova, à Moscou, et échange quelques balles avec la star.

C’est alors que Martina Navratilova voit en la jeune Russe un grand potentiel. Elle recommande à son père de l’envoyer au camp d’entraînement de l’entraineur américain Nick Bollettieri, en Floride.

En 1995, Maria Sharapova s’envole pour la côte Est des États-Unis et commence ses cours avant d’être admise à l’académie du centre. Six ans plus tard, elle a à peine 14 ans et devient professionnelle. À 16 ans, elle remporte ses deux premiers tournois : Tokyo et Québec.

Maria Sharapova commence sa carrière de joueuse de tennis sur les chapeaux de roues.

2. Être la première Russe titrée

Étonnant ou pas, en tennis, elle est la première Russe à réaliser plusieurs performances sur le circuit féminin mondial. Maria Sharapova lance les festivités en 2004 lorsqu’elle remporte Wimbledon, puis enchaîne, quatre ans plus tard, avec l’Open d’Australie.

Une chose est sure, elle a un mental ÀBLOCK!. Et elle le prouve en remportant les quatre tournois du Grand Chelem en simple durant sa carrière : Wimbledon, en 2004, l’US Open, en 2006, l’Open d’Australie, en 2008, mais aussi Roland-Garros en 2012 et 2014.

Du haut de son 1,88m, Maria Sharapova devient la perle du tennis russe, par sa technicité hors pair, mais aussi par sa ténacité légendaire face à toutes les problématiques. Elle pratique un tennis puissant, audacieux.

3. Devenir Numéro 1 mondiale à 18 ans

Alors qu’elle atteint tout juste sa majorité, en 2005, Maria Sharapova devient la première Russe de l’histoire du tennis féminin à occuper le rang de numéro 1 au classement mondial. Un exploit pour la jeunette !

Au cours de cette saison, ses résultats sur terre battue sont en demi-teinte, beaucoup de victoires, mais aussi plusieurs défaites lors de phases finales. Son style de jeu en fond de court n’est pas le plus efficace sur cette surface.

Néanmoins, Sharapova se reprend sur d’autres tournois majeurs du circuit. À la fin de la saison, pour cause de forfait suite à des blessures, elle perd sa place du numéro 1 et termine au 4e rang mondial. Elle a 18 ans.

4. Avoir un caractère de championne

Alors qu’elle fait désormais partie des meilleures joueuses de tennis mondiales, Maria Sharapova traverse des périodes difficiles. Des blessures à répétition lui font rater plusieurs tournois, mais elle tient, sans jamais se laisser submerger par ses émotions.

À chaque retour, elle revient en force, s’accroche. Et séduit par la qualité de son tennis et sa détermination à vouloir demeurer l’une des joueuses qui comptent sur les circuits.

Et ça marche : pendant les dix-neuf ans de sa carrière dans le Top 100, Sharapova rafle 36 titres en simples et 3 en double, avec 5 titres du Grand Chelem, 1 titre au Masters de 2004 et 1 médaille d’argent olympique, en 2012.

L’édition 2016 de l’Open d’Australie va pourtant l’abattre en plein (en)vol. Accusée de dopage, Sharapova voit sa carrière mise en suspend : elle est contrôlée positive à un médicament qu’elle prenait, dit-elle, depuis plusieurs années, médicament qui a fait son apparition dans la liste des produits dopant, un an plus tôt.

« J’ai fait une énorme erreur. Je n’ai pas regardé la liste des produits interdits en 2016. J’ai laissé tomber mes fans, j’ai laissé tomber le sport. Je ne veux pas que ma carrière se termine de cette manière. J’espère que j’aurai une autre chance », lance la russe lors d’une conférence de presse, au tournoi australien.

Et de s’expliquer longuement :« Trente minutes avant de rentrer sur le court, j’ai subi un traitement pour soulager mon épaule afin de jouer la rencontre. Les blessures aux épaules ne sont pas nouvelles pour moi – au fil du temps, mes tendons se sont effilochés. J’ai subi plusieurs opérations chirurgicales – une fois en 2008, une autre l’année dernière – et passé d’innombrables mois en physiothérapie. Le simple fait de monter sur le terrain ce jour-là m’a semblé être une victoire finale, alors que bien sûr, cela aurait dû être le premier pas vers la victoire. »

Elle revient sur les courts en 2017, après quinze mois de suspension, et rentre facilement dans le Top 25. Maria Sharapova montre une fois de plus qu’elle a un mental d’acier. Elle ne retrouvera, toutefois, jamais le tennis qui l’avait menée au sommet.

5. Se tourner vers l’humanitaire

Hors des courts, Maria Sharapova a une autre relation avec la raquette. Elle a fondé une association à son nom qui a pour objectif de faire découvrir le tennis aux enfants dans les régions défavorisées. Et elle s’engage, donnant du temps, de l’argent, de l’espoir.

Egalement ambassadrice du Programme des Nations unies pour le développement entre 2007 et 2016, l’athlète russe met en avant le manque d’eau douce en Afrique, la préservation des richesses naturelles du monde et la toxicomanie dans les pays en développement.

En 2018, elle s’associe à la National Association of Women Business Owners pour accompagner de jeunes entrepreneures. Elle qui avait créé à 25 ans la marque de confiserie Sugarpova, vend aujourd’hui ses produits dans vingt-deux pays.

Début 2020, Maria Sharapova annonce sa retraite sportive après un dernier match perdu au premier tour de l’Open d’Australie, match difficile, durant lequel la Croate Donna Vekic lui aura mené la vie dure.

La désormais ex-joueuse de tennis vient de fêter ses 34 ans.

 

©Sam Brannan

Ouverture illustration ©Ahsien

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du patinage version famille nombreuse, un geste sportif décrypté, une pionnière de la « ride », une obstinée olympique (Lolo Jones sur notre photo), une chronique bien sentie et une rencontre avec une pilote acharnée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Tourbillons sur glace attendus à Rouen

Tourbillons sur glace attendus à Rouen

L’apéritif se poursuit avant de déguster les JO d’hiver de Pékin. Cette fois, c’est à Rouen qu’une compétition de glisse fait son show. Les 4 et 5 février, la French Cup de patinage artistique synchronisé aura lieu dans la patinoire Nathalie Péchalat. À vos lames, citoyens !

Lire plus »
Le service à la cuillère ? Cékoiça ?

Le service à la cuillère ? Cékoiça ?

On ne l’emploie pas en cuisine mais sur les cours de tennis. Les pros de la balle jaune connaissent bien ce coup qui n’est pas des plus nobles mais qui a ses adeptes. Pour les néophytes, l’expression peut paraître un rien obscure. Alors, c’est quoi, à votre avis, le service à la cuillère ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Bgirl Kimie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une activiste que rien n’arrête, une danseuse new gen’ (BGirl Kimie sur notre photo), une cycliste tout sauf ordinaire, un retour sur l’histoire du tennis féminin et une compétition pour monter sur ses grands chevaux, voici le récap de la première semaine 2022 sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Un petit échauffement avec les Jo d'hiver ?

Un petit échauffement avant les JO d’hiver ?

Quand le monde des sports de glisse a les yeux rivés sur les JO d’hiver de Pékin qui commencent le 4 février, une autre compétition s’annonce dans la station de l’Alpe d’Huez. Les Championnats du Monde Open de Ski Augmenté se dérouleront du 28 au 30 janvier. Un apéritif gourmand avant le plat de résistance olympique.

Lire plus »
Il était une fois le tennis…féminin

Il était une fois le tennis…féminin

Le 17 janvier, s’ouvre la première grande compétition de l’année, celle de l’Open d’Australie. L’occasion pour ÀBLOCK! de revenir sur l’épopée tennistique des femmes sur les courts. Ou comment les dames ont pu sortir des garden-party pour jouer de la raquette en compet’.

Lire plus »
Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Pendant trois jours, du 24 au 26 juin prochain, le gratin du milieu équestre sera présent à Paris, face à la tour Eiffel. La 8e édition du Longines Global Champions Tour-Longines Paris Eiffel Jumping, compétition de haut niveau, est très attendue.

Lire plus »
Myriam Nicole

Best-of 2021, la totale ÀBLOCK!

Avez-vous été ÀBLOCK! cette année ? Que s’est-il passé en 2021 dans nos colonnes ? Vous avez loupé quelque chose ? Attention, séance de rattrapage, voici donc le Best-of des Best-of de cette fin d’année. Enjoy !

Lire plus »
Bethanie Mattek-Sands

Best-of 2021, nos sportives ÀBLOCK!

Durant cette année, la deuxième depuis le lancement d’ÀBLOCK!, nos journalistes se sont penchées sur des sportives d’exception. Dans des portraits en profondeur (comme celui de la tenniswoman Bethanie Mattek-Sands sur notre photo), les parcours de ces championnes se révèlent et impressionnent. Retour sur les enquêtes ÀBLOCK! de l’année 2021.

Lire plus »
Il était une fois le marathon… féminin

Il était une fois le marathon… féminin

En octobre dernier, à Chicago, la Kényane Brigid Kosgei pulvérisait le record du monde de marathon détenu depuis dix-huit ans par Paula Radcliffe. Avec un temps de 2 h 14 min 04 sec, elle enlevait 1 min et 21 sec au record de la Britannique. Mais pour que ces championnes puissent gagner à grandes foulées, il a fallu que d’autres filles intrépides battent le pavé. Histoire express d’une course longue distance conjuguée au féminin.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Madeleine Larcheron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une footballeuse à la détermination sans faille, une tireuse qui ne compte pas louper sa cible à Tokyo, une nageuse olympique de légende, deux skateuses qui vont “rider“ dur aux Jeux (dont Madeleine Larcheron sur notre photo), un 5 infos sur la porte-drapeau française, une course en treillis et un camp sportif pour l’été, c’est la séance ÀBLOCK! de rattrapage !

Lire plus »
Pole Dance

La Pole Dance, des « putains » d’héroïnes à la barre

Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Pauline Ferrand Prevot

Cyclisme : 5 championnes qui tiennent la route

Riche, pleine de promesses, l’histoire du cyclisme français féminin est pourtant assez peu connue. Pourtant, de nombreuses coureuses se sont illustrées tout au long du XXe siècle et continuent d’inspirer la nouvelle génération qui tente aujourd’hui d’entretenir cet héritage. Quoi de mieux que de leur rendre hommage à l’heure où les hommes s’illustrent sur le Tour de France ? Revenons sur l’histoire de cinq championnes du passé au présent, au parcours différent, mais toujours lumineux.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner