Serena Williams This is the end…

Serena Williams, This is the end…
C'est désormais officiel, sa carrière va prendre fin. Après un dernier US Open fin août, Serena Williams bouclera quatre décennies de succès. En simple comme en double, avec ou contre sa sœur, elle est devenue une, si ce n'est LA référence, du tennis féminin. Décryptage d'une icône en 5 infos.

Par Alexandre Hozé

Publié le 17 août 2022 à 18h19

1. La Méthode Williams 

King Richard avait prévu le coup. Pour Venus comme pour Serena, Richard Williams, père des deux championnes, a décidé que ses filles seraient des cracks du monde de la petite balle jaune. Ainsi soit-il. Dès ses 3 ans, Serena Williams se retrouve raquette en main. 

À force de rigueur, détermination familiale et talent (un tout petit peu), tout roule très vite et très bien pour les deux sœurs. Serena n’a pas attendu de débarquer sur le circuit WTA pour enchaîner les victoires. Dans la catégorie moins de 10 ans américaine, elle perd seulement à trois reprises contre quarante-six succès. 

Bref, le potentiel est évident. Idem pour sa sœur aînée. La méthode Williams paye en fin de compte. Si papa a tracé leur voie vers le filet dès leur enfance, force est de constater que Serena tout comme Venus ont fini par adhérer au projet.

Tant mieux, d’ailleurs. Le tennis va se souvenir longtemps du passage des sœurs Williams. 

Les sœurs Williams sous le regard de leur père…©Wikipédia

2. Un prime sans égal 

Tout le monde connaît Serena Williams. Votre grand-mère, vos parents, vos frères et sœurs… Rien de très surprenant quand on traverse les décennies avec une telle constance. 

Avec des débuts sur le circuit professionnel en 1995, miss Williams a perduré jusqu’en 2022, pas loin de trente ans à traîner ses baskets sur les courts ! 

Toutefois, le début des années 2000 de l’Américaine, demeure quelque chose à part. Dans un circuit surchargé de championnes, elle débarque et s’impose comme la nouvelle patronne de la petite balle jaune féminine. 

Après sa première victoire lors d’un tournoi du Grand Chelem à l’US Open 1999, Serena Williams réalise quelques saisons plus tard le « Serena Slam ». Lors de la saison 2002, elle enchaîne Roland-Garros, Wimbledon et l’US Open. Et, histoire de faire bonne mesure, l’Open de Melbourne 2003 tombe également dans sa besace.

Un Grand Chelem sur deux ans, c’est loin d’être banal tout de même. Surtout quand on récidive ! 

Après une période plus difficile, la première moitié des années 2010 signe le retour de Serena Williams au premier plan. En 2014, elle conclut sa saison sur une victoire à domicile lors de l’US Open. Et elle continue sur cet élan en 2015 ! Open de Melbourne, Roland-Garros et Wimbledon, check ! 

En arrivant à l’US Open, le monde du tennis est persuadé que le Grand Chelem ne sera qu’une formalité pour la championne. Mais si le tennis de haut niveau pouvait s’écrire à l’avance, ça se saurait. Serena Williams échoue en demi-finale.

Grosse déception, mais bon, deux « Serena Slam » avec plus de dix ans d’écart, ça reste une performance honnête. 

3. Sa meilleure rivale 

La recette d’un tel succès est composée de beaucoup de paramètres. Mais celui qui revient à tous les coups, c’est l’entraînement. Et longtemps, Serena Williams a partagé les siens avec celle qui deviendra sa meilleure rivale. Son aînée, Venus. 

Les deux sœurs ont multiplié les confrontations durant leur carrière. Trente-et-une rencontres. Et la cadette ne s’est pas laissée faire, loin de là. Au final, elle remporte dix-neuf matchs contre douze pour Venus. 

Et, bien évidemment, histoire de rajouter un peu de drama, l’une des affiches de finale les plus récurrentes lors des années 2000 était Williams contre Williams. À huit reprises, la conclusion d’un tournoi du Grand Chelem a été le théâtre de leur affrontement. 

Lors de son « Serena Slam » en 2002-2003, Serena bat quatre fois de suite sa sœur en finale. Mais pas d’inquiétude pour Venus, madame a réussi une petite carrière également. Sept tournois du Grand Chelem en simple ! 

Et si les deux sœurs se sont disputées bien des finales, elles ont toujours su se mettre d’accord en double. C’est simple, quand Serena et Venus Williams s’alliaient lors d’un tournoi, ça s’est rarement bien fini pour leurs adversaires. Quatorze tournois du Grand Chelem en double dames pour les Américaines ! 

En dehors des terrains ? Les filles soignent leur popularité à coups de Unes glam’ des plus grands magazines. Un duo gagnant, côté court et côté jardin.

4. Palmarès : qui dit mieux ? 

En quatre décennies de tennis, Serena Williams a eu le temps de remporter quelques tournois. Car, même diminuée, la battre était une sacrée affaire. Et quand elle était à 100 %, presque mission impossible. 

Si la championne a connu quelques périodes délicates, notamment pour cause de blessures, elle est toujours parvenue à revenir au sommet du circuit WTA.

La preuve en chiffres : 23 tournois du Grand Chelem en simple, auxquels vous pouvez ajouter 14 supplémentaires en double avec sa sœur, 1 médaille d’or olympique en individuel, plus 3 autres en double avec Venus. Serena remporte aussi à 5 reprises le Masters. Au total, la championne a soulevé 73 trophées en simple. Voilà.

Petit bonus : Serena Williams a passé trois-cent dix-neuf semaines au sommet du classement WTA. C’est simple, seul Steffi Graf et Martina Navratilova ont fait mieux.

Enfin, avec cent quatre-vingt-six semaines consécutives comme numéro 1 mondiale, Serena Williams égale même le record de Steffi Graf. 

Un « petit » parcours… 

©Nike

5. Voilà, c’est fini… 

Serena Williams a finalement trouvé un adversaire trop coriace, même pour elle : l’âge. À bientôt 41 ans, elle annonce ce que le monde du tennis redoutait mais savait inexorable : la fin de sa carrière, une fois son dernier US Open terminé.

Un baroud d’honneur qui s’annonce incroyable, avec un public américain prêt à rendre un dernier hommage à l’une de ses plus grandes championnes. 

Après avoir gagné son vingt-troisième tournoi du Grand Chelem en Australie face à sa sœur en finale, Serena Williams résistait plus qu’honorablement face à la nouvelle génération. Des finales à Wimbledon et à l’US Open, mais plus de victoires majeures. 

Et cet été 2022, Serena Williams l’officialise : elle sera sur les courts pour la dernière fois entre le 29 août et le 11 septembre. L’occasion d’écrire la dernière page d’une aventure qui restera gravée dans la mémoire de tous les amateurs de sport. 

La dernière Une de Serena Williams pour le Vogue américain : « Je suis nulle en adieux. »

L’hommage des Canadiens à Serena Williams lors du tournoi de Toronto, le 10 août 2022. La veille, elle avait annoncé sa retraite sportive.

Ouverture : ©Mission.com

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Ingrid Graziani

Le questionnaire sportif de…Ingrid Graziani

Elle a été à la fois Miss Île-de-France et championne du monde de boxe française en 2003 puis, elle a balancé sa couronne pour se consacrer au combat, devenant championne d’Europe en 2006 et triple championne de France. Aujourd’hui comédienne, Ingrid Graziani allie ses deux passions, le sport et le jeu, en racontant ses histoires de fille boxeuse dans un one woman show « Du ring à la scène » qui devrait revenir après la crise sanitaire. Entre deux séances de boxe, elle a pris le temps de répondre à notre petit questionnaire ÀBLOCK!

Lire plus »
Elisa Savalle

Sportives, faites du bruit !

Elles en ont des choses à dire, des émotions à partager ! Ça tombe bien, ÀBLOCK! adore recueillir leurs confidences de sportive, mais aussi de femme bien dans ses baskets. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, nous mettons en avant ces pratiquantes qui ont appris à se dépasser pour mieux s’imposer et qui en parlent avec exaltation. Des témoignages bruts qui donnent des Elles.

Lire plus »
 Maïva Hamadouche : « J’ai pris la boxe comme une bouée de sauvetage. »

 Maïva Hamadouche : « J’ai pris la boxe comme une bouée de sauvetage. »

Elle a poussé la porte d’une salle de boxe par hasard et, depuis, elle n’a plus quitté le ring. Maïva Hamadouche, 24 combats pro à son actif, 22 victoires dont 18 par K-O., a trouvé sa voie. Après un passage en équipe de France pour les JO de Tokyo, l’Albigeoise de 33 ans s’est fixé un objectif majeur pour 2023 : reprendre sa ceinture mondiale en super-plumes. Rencontre avec une fille qui a du punch.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »

Il était une fois le judo… féminin

Art martial, il a longtemps été une « histoire de bonhommes ». Les compétitions de judo, littéralement « voie de la souplesse », ne se sont ouvertes aux femmes qu’en 1980. Une certaine Rena « Rusty » Kanokogi trouva pourtant un subterfuge pour fouler les tatamis bien avant l’heure…

Lire plus »
Mathilde Lamolle

Mathilde Lamolle, la tireuse qui dégaine plus vite que son ombre

Elle était déjà de la partie aux Jeux de Rio, au Brésil, en 2016. Une première expérience olympique douloureuse pour Mathilde Lamolle, qui avait mis un terme prématurée à sa virée brésilienne lors des qualifications du tir à 25 mètres. Cinq ans plus tard, la donne a changé. Et la toute récente championne d’Europe de tir compte bien profiter des Jeux Olympiques de Tokyo pour enrichir son palmarès. Portrait d’une surdouée du pistolet.

Lire plus »
Eva Yaneva : « Le sport m’a pris par la main et m’a relevée. »

Eva Yaneva : « Le sport m’a prise par la main et m’a relevée. »

Pétillante sportive aux boucles brunes et au sourire communicatif, la volleyeuse Eva Yaneva, championne, début avril, de la Coupe de France et membre de l’équipe nationale de Bulgarie, est une globe-trotteuse des parquets. Quand elle quittera le terrain, ce sera pour enseigner son art aux jeunes filles rêvant de parties de volley endiablées. La transmission de sa passion est en ligne de mire de son prochain service.

Lire plus »
Laura Marino

Le questionnaire sportif de… Laura Marino

Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », elle nous invite à tester nos limites. L’ex-championne de plongeon, aujourd’hui spécialiste de Cliff Diving, répond à notre petit questionnaire entre deux voyages, là où elle plonge des plus hautes falaises.

Lire plus »
Alice Modolo

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rugbywoman qui en a sous les crampons, une sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo), une pongiste à la raquette agile, une lutteuse qui s’est battue pour Tokyo, une pionnière à cheval ou encore une ONG qui va marcher 40 000 km, demandez le programme sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner