Rechercher

Martina Navratilova5 infos pour briller avec une raquette

Martina Navratilova 5 infos pour briller avec une raquette
Elle vient de fêter ses 65 ans. Et alors ? Et alors, tout est bon pour revenir sur l'exceptionnelle carrière de la tête d’affiche du tennis féminin mondial des eighties. Retour en 5 infos sur la reine des courts au revers puissant.

Par Manon Gimet

Publié le 29 octobre 2021 à 10h07, mis à jour le 15 novembre 2021 à 15h23

1. Partir s’entraîner aux États-Unis

À 18 ans, elle était déjà une joueuse prodige du tennis, un espoir tchécoslovaque de la raquette, qui a remporté haut la main, à l’âge de 15 ans, le championnat national de tennis de son pays. Mais Martina Navratilova, née en 1956 à Prague, ne voit pas d’autre solution que de fuir.

Nous sommes en 1975 et la Tchécoslovaquie, alors communiste, lui refuse l’accès aux plus grands tournois, entendez par là, aux tournois américains.

« Ma fédération ne voulait pas me laisser partir jouer aux États-Unis, où se déroulaient alors 90 % des tournois, ce qui signifiait que je n’allais pas pouvoir poursuivre ma carrière », explique Martina Navratilova dans une interview alors qu’elle part s’installer aux USA.

Elle sera déchue de sa citoyenneté, mais signera l’un des plus beaux palmarès de l’histoire du tennis.

En 2008, Martina Navratilova récupérera la nationalité tchèque. Elle a aujourd’hui la double nationalité, demeurant Américaine.

2. Détenir des records en simple et en double

Lorsque l’on parle de Martina Navratilova, on ne compte plus le nombre de victoires… Des records de titres en simple, 167, et en double, 177. Sans oublier son maintien au 1er rang mondial pendant cinq années consécutives (1982-1986) pendant lesquelles elle remporte 428 matchs sur 442 en simple.

En double, elle manie la raquette comme personne. Avec sa partenaire, Pam Shriver, elle détient l’un des palmarès les plus impressionnants : 109 matchs consécutifs remportés dont le Grand Chelem (gagner les quatre tournois majeurs la même année, Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon, Us Open) en 1984.

Martina Navratilova est la troisième joueuse de l’histoire (avec Doris Hart et Margaret Smith Court) à remporter les quatre tournois du Grand Chelem en simple, en double et en mixte.

3. Avoir une âme de militante

Martina Navratilova s’est toujours engagée pour des causes qui lui tiennent à cœur, en particulier pour les droits des communautés LGBT.

En juillet 1981, elle est poussée à faire son coming out à la suite d’un article de presse. Elle disait en privé : « Si je dis que je suis gay et que j’en parle ouvertement, cela pourrait créer des dommages au circuit féminin. » Elle n’a pourtant pas le choix. Et perd son sponsor…

En 2000, elle reçoit le prix national de l’égalité de la Human Rights Campaign, groupe de défense et le lobby le plus important en matière de droits des personnes LGBT aux États-Unis.

Elle fait également partie d’organismes pour la défense des animaux ou portant assistance aux enfants en difficultés.

En 1974, elle créé sa fondation pour soutenir les jeunes sportives, les inspirer et les aider à développer leur potentiel, la Women’s Sports foundation.

4. Passer librement des courts de tennis à la bibliothèque

Lorsqu’elle ne joue pas, Martina Navratilova se raconte. À commencer par son tennis : en 1982, alors au sommet, elle publie un manuel d’instructions pour mieux briller sur les courts, « Mon tennis à votre service », co-écrit avec une autre joueuse, l’Américaine Mary Carillo.

Puis, elle écrit sur sa vie : en 1985, elle publie une autobiographie avec George Vecsey, un chroniqueur sportif du New York Times, intitulée « Being Myself ».

L’écriture la démange et elle décide de prendre la plume pour signer trois romans policiers avec la romancière Liz Nickles : « The Total Zone », « Breaking Point » et « Killer Instinct ».

5. Devenir entraîneure

Après avoir raccroché sa raquette, en 2006, Martina Navratilova retrouve les terrains en 2014, mais cette fois-ci côté coulisses. La polonaise Agnieszka Radwanska s’offre les services de la légende vivante du tennis féminin. Navratilova, 58 ans, travaillera ainsi avec Tomasz Wiktorowski, l’entraîneur historique de Radwanska.

« Je n’ai pas bien dormi hier car j’ai pensé au fait que j’allais devoir me remettre en mode compétition, confie Martina Navratilova après avoir accepté le challenge. Mais je suis excitée à l’idée de rejoindre le staff d’Agnieszka. Ce sera un défi sympa. »

L’expérience ne durera qu’un an, la reine des courts préférant dès lors assister aux matches en spectatrice.

Depuis, elle ne se lasse pas de partager ses ressentis. Le mois dernier, elle se disait impressionnée par Emma Raducanu en suivant le match des huitièmes de finale de l’US Open de la joueuse Britannique contre l’Américaine Shelby Rogers. « Sa technique est impeccable. Son QI de tennis est extrêmement élevé. Et la pondération émotionnelle qu’elle a, c’est vraiment difficile à trouver. Donc, elle possède vraiment le package complet. »

À l’image d’une certaine Navratilova…

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Attention, première ! Une rencontre internationale de rugby commentée uniquement par des femmes, c’est le programme de ce 16 mars. Cette initiative forte, Ouvrons la voix, soutenue par la fédé du ballon ovale, entend prouver que l’expertise est tout autant du côté des filles que des gars. Alors, girls, marquons l’essai !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Il était une fois… le BMX féminin

Il était une fois le BMX… féminin

Ce week-end ont eu lieu les Championnats de France de BMX Freestyle Park à Montpellier. Si les filles étaient en piste, il leur aura fallu quelques années pour s’imposer dans le monde des rideurs. L’occasion pour ÀBLOCK! de mettre en lumière les pionnières de la discipline. Entrez dans la “race“ !

Lire plus »
Wendie Renard, la capitaine qui ne perd pas le cap

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un retour sur les nombreuses sportives qui se sont illustrées en juillet, un regard « business » sur le football féminin, la découverte des Bleues de l’Euro Foot (dont Wendie Renard, la capitaine, sur notre photo), un trail pour la bonne cause, l’histoire des premières stars féminines du ballon rond, voilà le menu du Best-of ÀBLOCK! de la semaine.

Lire plus »
Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Manae Feleu : « Quand je dis que je joue au rugby, on me répond que c’est un sport de brutes . »

Elle mène de front études de médecine et sport de haut niveau. Manae Feleu, 22 ans, a fait ses premières passes au ballon ovale à Futuna avant de tenter l’aventure sur le continent. La deuxième ligne des Amazones de Grenoble, cinq sélections en équipe de France A, n’a qu’un souhait : continuer à tout mener de front et être championne du monde de rugby en 2025. Rencontre.

Lire plus »
David Rochefort « Monica Seles ne voulait qu’une chose, être la meilleure. »

David Rochefort : « Monica Seles ne voulait qu’une chose, être la meilleure. »

C’était il y a tout juste trente ans. Le 30 avril 1993, Monica Seles est victime d’une agression au couteau alors qu’elle dispute un match de tennis en Allemagne. Le coupable s’appelle Günter Parche, chômeur de l’ex-RDA, amoureux fou de Steffi Graf, grande rivale de la jeune Serbe. Un évènement dramatique dont David Rochefort s’est emparé pour écrire « Le prix fort », roman passionnant dans lequel il reconstitue les faits qui ont amené à cette journée dramatique.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner