Karolina Muchova

Cette fille, c’est de la balle !

Karolina Muchova
OK, elle vient de s'incliner face à Jennifer Brady, mais elle lui a donné du fil à retordre. Et nous, on l'aime bien cette tenniswoman, spécialiste des coups de théâtre. À l’Open d’Australie, Karolina Muchova, 27e mondiale au classement WTA, a réussi à mettre la N°1 mondiale, Ashleigh Barty, au tapis. Le monde du tennis est de plus en plus séduit par la Tchèque de 24 ans, elle qui s’est offert sa première demi-finale en Grand Chelem et sa deuxième victoire contre une joueuse du top 5. Portrait d’une fille qui nous a pris de court.

Par Claire Bonnot

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Fan de Roger Federer, elle a très tôt pris la raquette de tennis en main. Ultra sportive depuis son enfance – Karolina Muchova naît le 21 août 1996 -, elle a été initiée au tennis par son père, le footballeur tchèque Josef Mucha.

Et une fois le service lancé, rien n’a pu l’arrêter : « Je suis toujours très passionnée par ce que je fais, dit-elle. Alors, quand je me suis dit que ça allait être du tennis, je me suis dit que je ferai du tennis. Je n’ai jamais eu de plan B. Heureusement, mon plan A a fonctionné ! »

Miss Muchova a 17 ans losqu’elle débute comme professionnelle sur le circuit féminin de l’ITF (Fédération Internationale de Tennis). On est en 2013 et il ne lui faudra qu’un an pour remporter son premier titre.

©WTA

En 2018, Karolina Muchova a 22 ans et le cercle très prisé du WTA Tour à l’Open de Corée lui ouvre grand les bras. Elle poursuit sur sa belle lancée à l’US Open 2018 avec une première victoire dans le Top 20, allant jusqu’au troisième tour du tournoi en battant la 12e mondiale et double championne du Grand Chelem, Garbiñe Muguruza.

À partir de là, le moral remonte pour celle qui avait trop tendance à multiplier blessures et défaites dans un parcours chaotique : « J’ai senti que je pouvais le faire. Que je pouvais concourir. Je ne savais pas si j’étais en mesure de battre toutes ces championnes, mais je savais que j’étais capable de rivaliser avec elles. J’ai peut-être eu un peu de chance. En tout cas, en recevant de l’argent avec mon prix, j’ai investi en moi. J’ai pu me permettre un physio, de meilleurs entraîneurs, j’ai changé de club et je suis allée à Prague. »

©DR

2019 est l’année des exploits : Karolina Muchova devient la première joueuse à se hisser en quarts de finale à Wimbledon pour sa première participation depuis sa prédécesseur, Li Na, en 2006, et elle obtient son premier titre WTA à Séoul en battant – aisément, tranquillement, la Polonaise Magda Linette.

Sa meilleure performance en 2020 ? Avoir notamment battu Venus Williams à l’US Open. On a vu pire.

Aujourd’hui, avec cette place en demi-finale de l’Open d’Australie, la joueuse Tchèque dit réaliser un rêve d’enfant : « Pour moi, être en demi-finale, c’est un rêve et je suis vraiment heureuse. Quand j’étais enfant, quand j’ai eu mon premier ordinateur portable, j’ai mis la Rod Laver Arena en fond d’écran. Et je me disais “J’espère qu’un jour je jouerais là-bas…” Et maintenant je vais jouer une demi-finale sur ce court… ».

©DR

Imprévisible, elle a pris son monde par surprise en venant à bout de la N°1 mondiale, Ashleigh Barty, qui menait le match et ne semblait pas en danger. Karolina Muchova n’était pourtant pas au top, menée 5-0 en seulement 16 minutes : « Je me sentais perdue sur le court, je pense que la chaleur m’a affectée, j’avais la tête qui tournait. Les médecins ont pris ma tension et m’ont rafraîchie. Le break m’a aidée », a-t-elle expliqué ensuite en conférence de presse.

Mais la demoiselle a de la ressource et le retour fut impressionnant.

Alors qu’elle n’avait réussi qu’un coup gagnant dans la première manche, Karolina Muchova a retourné la situation face à une Barty qui multipliait les fautes directes (37 exactement), ne frappant quasiment que des balles sans réelle consistance.

Jeu, set et match ! La 27e mondiale coiffe au poteau la 1ère mondiale. Récente sur les hauts courts du tennis féminin, la tenniswoman Tchèque a déjà prouvé qu’il ne fallait pas l’enterrer trop vite. Et particulièrement à l’Open d’Australie. Contre Elise Mertens et contre Karolina Pliskova, elle débute mal ses rencontres avant de les remporter haut la main.

 

À elle donc le match pour une place en finale face à Jennifer Brady ! Et tant pis si, cette fois, le coup de théâtre ne fut pas au rendez-vous, Karolina Muchova n’est pas de celles qui abandonnent.

Jennifer Brady n’a-t-elle pas dit à la fin du match aujourd’hui : « La victoire a été plus difficile, ça a mis plus longtemps que je l’espérais, oui. J’espérais qu’elle fasse la faute, mais elle ne la faisait pas et elle était même plus agressive…»

Sa marque de fabrique, c’est en effet son jeu agressif, intelligent et varié, qui fait d’elle une adversaire de haut vol, difficilement prévisible. Un jeu gracieux et puissant, prisé et remarqué, comparé (et oui ! ) à celui de Roger Federer… son idole. Une joueuse de tennis qui n’a pas dit son dernier mot. Ni frappé sa dernière balle.

©DR

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Anne-Flore Marxer

Anne-Flore Marxer : « Chez moi, faire bouger les lignes, ça vient des tripes ! »

Depuis ses 18 ans, elle se bat pour l’inclusion des femmes dans les sports de glisse. Grâce à cette snowboardeuse franco-suisse à la personnalité magnétique, la pratique du freestyle et autre freeride évolue, se féminise doucement. À 36 ans, c’est désormais derrière une caméra qu’Anne-Flore Marxer s’engage et poursuit le combat. Passionnante conversation avec une sportive activiste.

Lire plus »

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Laura Flessel

Laura Flessel : 5 infos pour briller à l’épée

Celle que l’on surnomme “la Guêpe” pour sa vitesse d’exécution et la précision de ses coups a marqué l’histoire grâce à sa spécificité de toucher ses adversaires aux pieds mais surtout grâce à son palmarès plus qu’impressionnant. Laura Flessel a pris sa retraite sportive en 2012, s’est frottée brièvement à la politique en 2017 avec un passage éclair au ministère des Sports, et demeure toujours très appréciée du public. Retour sur les 5 grandes dates de sa carrière d’escrimeuse.

Lire plus »
Alpinisme

Existe-t-il un alpinisme au féminin ?

Voilà déjà un bout de temps qu’elles ont chaussé les crampons. Si elles sont encore en minorité dans les clubs d’alpinisme, elles tracent leur voie. Mais les femmes ont-elles une manière bien à elles de grimper, marcher et s’élever ? Ce Podcast riche en témoignages nous aide à mieux comprendre ce qui pousse les femmes à s’élever jusqu’aux cimes sans en faire une montagne.

Lire plus »
Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »
La question qui tue

Une brassière, ça serre trop, j’peux pas juste mettre un sous-tif ?

Oh, ça va, avouons-le, on a toutes rêvé de faire du sport à poil sous le t-shirt ! Tellement plus confort de pas avoir un truc qui compresse la poitrine et vous scie la peau du dos ! Oui, mais non. La question qui tue, du coup, c’est : « Une brassière, c’est obligé ? Si je mettais plutôt un bon vieux soutien-gorge ? » Euh…la réponse de notre coach Nathalie Servais. Ça vaut mieux.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Surf, yoga, course, CrossFit, athlétisme, cyclisme ou encore natation, le sport a encore une fois fait les belles heures d’ÀBLOCK! la semaine dernière…Entre témoignages de pratiquantes acharnées, histoires de sportives du passé, entretiens avec une athlète green ou une candidate à la présidence du Comité national olympique, en passant par un petit questionnaire Proustien à une championne qui envoie du lourd, on s’active grave. Et c’est pour vous.

Lire plus »
Aton

Aton, acteur, ex-héros du GIGN : « J’ai une copine qui soulève plus lourd que moi en haltérophilie, et alors ? »

On le connaît sous le nom de Philippe B., ancienne figure du GIGN, devenu Aton depuis sa reconversion dans le cinéma. Grand sportif, il mène sa vie comme un guerrier et tel que le lui a appris son père lorsqu’il était ado. Et guerrier ne veut pas dire macho. Pour lui, les femmes n’ont rien à prouver, surtout pas dans le sport. Et il sait de quoi il parle : son épouse est une ex-sportive de haut-niveau. Entretien (d)étonnant et en mode “Féral” à l’occasion de la sortie de son deuxième livre.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page