Karolina MuchovaCette fille, c’est de la balle !

Karolina Muchova
OK, elle vient de s'incliner face à Jennifer Brady, mais elle lui a donné du fil à retordre. Et nous, on l'aime bien cette tenniswoman, spécialiste des coups de théâtre. À l’Open d’Australie, Karolina Muchova, 27e mondiale au classement WTA, a réussi à mettre la N°1 mondiale, Ashleigh Barty, au tapis. Le monde du tennis est de plus en plus séduit par la Tchèque de 24 ans, elle qui s’est offert sa première demi-finale en Grand Chelem et sa deuxième victoire contre une joueuse du top 5. Portrait d’une fille qui nous a pris de court.

Par Claire Bonnot

Publié le 18 février 2021 à 10h07, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h21

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Fan de Roger Federer, elle a très tôt pris la raquette de tennis en main. Ultra sportive depuis son enfance – Karolina Muchova naît le 21 août 1996 -, elle a été initiée au tennis par son père, le footballeur tchèque Josef Mucha.

Et une fois le service lancé, rien n’a pu l’arrêter : « Je suis toujours très passionnée par ce que je fais, dit-elle. Alors, quand je me suis dit que ça allait être du tennis, je me suis dit que je ferai du tennis. Je n’ai jamais eu de plan B. Heureusement, mon plan A a fonctionné ! »

Miss Muchova a 17 ans losqu’elle débute comme professionnelle sur le circuit féminin de l’ITF (Fédération Internationale de Tennis). On est en 2013 et il ne lui faudra qu’un an pour remporter son premier titre.

©WTA

En 2018, Karolina Muchova a 22 ans et le cercle très prisé du WTA Tour à l’Open de Corée lui ouvre grand les bras. Elle poursuit sur sa belle lancée à l’US Open 2018 avec une première victoire dans le Top 20, allant jusqu’au troisième tour du tournoi en battant la 12e mondiale et double championne du Grand Chelem, Garbiñe Muguruza.

À partir de là, le moral remonte pour celle qui avait trop tendance à multiplier blessures et défaites dans un parcours chaotique : « J’ai senti que je pouvais le faire. Que je pouvais concourir. Je ne savais pas si j’étais en mesure de battre toutes ces championnes, mais je savais que j’étais capable de rivaliser avec elles. J’ai peut-être eu un peu de chance. En tout cas, en recevant de l’argent avec mon prix, j’ai investi en moi. J’ai pu me permettre un physio, de meilleurs entraîneurs, j’ai changé de club et je suis allée à Prague. »

©DR

2019 est l’année des exploits : Karolina Muchova devient la première joueuse à se hisser en quarts de finale à Wimbledon pour sa première participation depuis sa prédécesseur, Li Na, en 2006, et elle obtient son premier titre WTA à Séoul en battant – aisément, tranquillement, la Polonaise Magda Linette.

Sa meilleure performance en 2020 ? Avoir notamment battu Venus Williams à l’US Open. On a vu pire.

Aujourd’hui, avec cette place en demi-finale de l’Open d’Australie, la joueuse Tchèque dit réaliser un rêve d’enfant : « Pour moi, être en demi-finale, c’est un rêve et je suis vraiment heureuse. Quand j’étais enfant, quand j’ai eu mon premier ordinateur portable, j’ai mis la Rod Laver Arena en fond d’écran. Et je me disais « J’espère qu’un jour je jouerais là-bas… » Et maintenant je vais jouer une demi-finale sur ce court… ».

©DR

Imprévisible, elle a pris son monde par surprise en venant à bout de la N°1 mondiale, Ashleigh Barty, qui menait le match et ne semblait pas en danger. Karolina Muchova n’était pourtant pas au top, menée 5-0 en seulement 16 minutes : « Je me sentais perdue sur le court, je pense que la chaleur m’a affectée, j’avais la tête qui tournait. Les médecins ont pris ma tension et m’ont rafraîchie. Le break m’a aidée », a-t-elle expliqué ensuite en conférence de presse.

Mais la demoiselle a de la ressource et le retour fut impressionnant.

Alors qu’elle n’avait réussi qu’un coup gagnant dans la première manche, Karolina Muchova a retourné la situation face à une Barty qui multipliait les fautes directes (37 exactement), ne frappant quasiment que des balles sans réelle consistance.

Jeu, set et match ! La 27e mondiale coiffe au poteau la 1ère mondiale. Récente sur les hauts courts du tennis féminin, la tenniswoman Tchèque a déjà prouvé qu’il ne fallait pas l’enterrer trop vite. Et particulièrement à l’Open d’Australie. Contre Elise Mertens et contre Karolina Pliskova, elle débute mal ses rencontres avant de les remporter haut la main.

 

À elle donc le match pour une place en finale face à Jennifer Brady ! Et tant pis si, cette fois, le coup de théâtre ne fut pas au rendez-vous, Karolina Muchova n’est pas de celles qui abandonnent.

Jennifer Brady n’a-t-elle pas dit à la fin du match aujourd’hui : « La victoire a été plus difficile, ça a mis plus longtemps que je l’espérais, oui. J’espérais qu’elle fasse la faute, mais elle ne la faisait pas et elle était même plus agressive…»

Sa marque de fabrique, c’est en effet son jeu agressif, intelligent et varié, qui fait d’elle une adversaire de haut vol, difficilement prévisible. Un jeu gracieux et puissant, prisé et remarqué, comparé (et oui ! ) à celui de Roger Federer… son idole. Une joueuse de tennis qui n’a pas dit son dernier mot. Ni frappé sa dernière balle.

©DR

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »

Sport et Coronavirus : le vrai du faux

On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Lire plus »
Jeanne Richard

Jeanne Richard : « En biathlon, je peux partir très loin dans ma tête. »

Elle fonce avec la fougue de sa jeunesse et vise juste. Jeanne Richard est la biathlète française à suivre à la trace. Doublement médaillée aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2020, la haut-savoyarde vient de se placer en première place des Championnats du monde jeunes de biathlon. Fraîcheur, plaisir et récompenses, Jeanne Richard a trouvé son sport-épanouissement !

Lire plus »
Colette Besson, la tornade de Mexico

Colette Besson, la tornade de Mexico

Personne ne misait sur elle. Colette Besson a pourtant mis le monde à ses pieds lors des Jeux de Mexico en 1968. Engagée sur 400 mètres, la protégée d’Yves Durand Saint-Omer s’est offert, en finale, une dernière ligne droite d’anthologie pour aller décrocher les lauriers olympiques. Portrait d’une athlète qui ne manque pas d’air.

Lire plus »
FISE

Festival International des Sports Extrêmes (FISE) : les filles, prêtes à devenir des « rideuses » ?

Hervé André-Benoit organise le Festival International des Sports Extrêmes alias FISE depuis plus de vingt ans. Une compétition annuelle de sports urbains qui se déroule chaque année à Montpellier. COVID-19 oblige, ce passionné de BMX et de wakeboard, propose une édition 100 % digital dont le top départ vient d’avoir lieu. Rencontre avec un rider qui tente de convaincre les filles de truster des terrains de jeu traditionnellement masculins.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le week-end prochain, elle fera vrombir sa bécane au Bol d’Or. Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber formera avec sa copine des circuits, Patricia Audebert, l’unique team 100 % féminine de l’événement du Castellet pour la course du Bol d’Or Classic. Entre deux entraînements sur l’asphalte, elle répond à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Sarah Fuller

Sarah Fuller : Un petit coup de pied dans le foot US, un grand pas pour le sport féminin

Elle a participé, au pied levé, à un match de l’équipe masculine de son université américaine et, d’un coup, d’un seul, elle est entrée dans l’Histoire… Sarah Fuller, 21 ans, powerful kicker de son équipe féminine, Vanderbilt Women’s Soccer, est devenue, le 28 novembre dernier, la première femme à participer à un match du « Power 5 », une organisation qui regroupe au niveau universitaire les cinq meilleures divisions américaines de football américain. Ou comment une sportive dégomme le plafond de verre…

Lire plus »
Hal Connolly et Olga Fikotova

JO 1956 : Hal Connolly et Olga Fikotová, love story au temps de la guerre froide

Elle était lanceuse de disque, il était lanceur de marteau. Elle était tchécoslovaque, il était américain. En plein cœur des Jeux Olympiques de Melbourne, ils ont connu à la fois gloire et déshonneur en décrochant une médaille d’or et en vivant une histoire d’amour interdite entre bloc de l’Est et bloc de l’Ouest. Récit d’une « olympic romance » qui a enflammé le monde.

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

JO 1948 : Fanny Blankers-Koen, « mère indigne » devenue star de la piste

On la surnommait « La ménagère volante ». Spécialiste du sprint, elle est la seule à avoir décroché quatre médailles d’or en une seule édition. Un palmarès d’autant plus bluffant à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les compétitions, encore moins les mères de famille. Récit d’une femme au foyer devenue femme médaillée.

Lire plus »
Julie Pujols-Benoit

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le lancement de la collection d’ouvrages ÀBLOCK! (où l’on commence par Julie Pujols-Benoit sur notre photo), du tennis en plein Open de Melbourne, une femme de rugby engagée, des pionnières sur neige et glace, un témoignage qui nous dévore et un retour de flamme, l’histoire du golf féminin… Récap’ d’une semaine musclée.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner