Bruna de Paula :

« Le sport m’a tout appris : sans lui, je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui. »

Bruna de Paula
Handballeuse pro venue tout droit de son Brésil natal en 2016, Bruna de Paula est une force de la nature, corps et esprit alignés et déterminés ! Couronnée meilleure joueuse de la saison 2019-2020 du Championnat de France féminin de handball, elle trace sûrement sa route vers la médaille tant rêvée des Jeux Olympiques. Une belle leçon de sport et de vie.

Par Claire Bonnot

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Tu viens d’être élue meilleure joueuse du Championnat de France de la saison. Qu’est-ce qu’on ressent lorsqu’on est ainsi distinguée ?

C’est une vraie récompense  ! Ça montre que le travail ça paye et que je suis sur le bon chemin.

Si on refait le match… Comment as-tu commencé le handball ?

Quand j’étais petite, c’était le foot que j’adorais, c’était vraiment mon sport de cœur. Mais dans ma ville (au Brésil, ndlr), il n’y avait pas de foot féminin… C’est comme ça que j’ai découvert le hand qui est devenu ma passion.

J’ai commencé à l’école. Et il se trouve que l’entraîneur était aussi celui du club de la ville. Il m’a invitée à venir faire partie de l’équipe. J’avais seulement dix ans !

J’ai continué dans cette voie, j’ai quitté la maison pour partir m’entraîner dans un club de haut niveau à l’âge de 14 ans.  J’ai eu de la chance parce que ma famille n’était pas aisée et notre seule alternative était alors de travailler jeune.

Bruna de Paula

Qu’est-ce qui t’as plu dans le handball ?

Les différentes façons qu’il y a de se sortir d’une situation difficile sur le terrain. Pour moi, c’est exactement ce qu’il se passe dans la vie de tous les jours. Tu dois gérer. Avec le handball, c’est pareil, il y a sans cesse des obstacles que tu dois dépasser  ! 

Grand tournant : Tu es sélectionnée en 2015 pour le Championnat du monde au Danemark…

J’avais à peine 19 ans  ! Je ne m’attendais pas du tout à ça. Surtout que l’année d’avant, le Brésil avait été Champion du monde de handball (en 2013, en Serbie, ndlr). Ça me paraissait irréel d’être dans l’équipe de championnes !

Tout comme d’avoir été élue Meilleure Joueuse cette année… Être sélectionnée dans l’équipe nationale, c’était un rêve mais peut-être trop tôt réalisé… Ça m’a mis beaucoup de pression. Pourtant, tout s’est très bien passé !

Bruna de Paula

Un an plus tard, en 2016, tu quittes le Brésil pour la France. Tu rejoins les Panthères du club français de Fleury Loiret. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

J’ai eu cette opportunité et je l’ai saisie car je veux toujours plus. Et je savais qu’en France, je pouvais encore progresser alors qu’au Brésil, je me sentais stagner.

Dans ma vie personnelle, c’est pareil, j’ai besoin d’être défiée, or là, j’ai senti que c’était le moment d’aller vers quelque chose de nouveau, la chance d’évoluer dans le hand. Je n’ai pas hésité !

Quelle est ton arme secrète sur le terrain ?

Mon point fort, c’est vraiment la réactivité, la capacité que j’ai à décider rapidement des actions à mener sur le terrain. J’ai aussi une certaine facilité à jouer dans les trois postes, arrière gauche, demi-centre et arrière droite.

Bruna de Paula

Qu’est-ce qui te plaît tant dans le fait de jouer en équipe ?

La force du collectif.  Lorsque tu es embarquée dans un match avec ton équipe, quoi qu’il arrive, les autres joueuses vont être là pour toi. Pour te porter, pour t’aider dans les moments difficiles. Toute l’équipe est derrière toi. On court toutes derrière le même objectif  !

Un souvenir de victoire qui t’a marquée ?

Le Mondial 2015  ! Parce que c’était mon premier et que j’étais ébahie par tout ce que je vivais. Un moment inoubliable : quand on a marqué le dernier but à deux secondes de la fin !

Bruna de Paula

Et d’une défaite qui t’a tout de même permis d’avancer ?

Ah, je n’aime pas perdre  ! On va dire que j’ai appris à perdre, mais ce n’est pas encore mon point fort aujourd’hui ! Je sais que dans un match, il y a un gagnant et un perdant, et si c’est l’adversaire qui gagne, c’est parce qu’il est meilleur que nous, tout simplement.

«  Perdre, c’est aussi avoir la chance de repérer ses erreurs et donc de s’améliorer. »

Je dois l’accepter et ça permet de se remettre en question, de se dire « Qu’est-ce que je vais faire lors du prochain match pour décrocher la victoire ? »

Perdre, c’est aussi avoir la chance de repérer ses erreurs et donc de  s’améliorer.

DE PAULA-Fleury Loiret - Bertrand DElHOMME

Le sport de haut niveau, c’est beaucoup de sacrifices ou c’est un plaisir total pour toi ?

À part être loin de ma famille, ce n’est vraiment pas un sacrifice parce qu’il n’y a même pas deux secondes dans le hand où j’ai la sensation de travailler. C’est une passion, un plaisir, c’est dans mon cœur, je donne tout. Le hand c’est ma vie  !

Comment on se sent quand on a atteint le haut niveau ?

Il faut être préparé, avoir le mental pour ça, parce que le sport, ce n’est pas que du bonheur, il y a les blessures, la pression. On a un coach pour nous aider en ce sens. 

«  Le sport m’a montré que j’avais de la force et qu’en tant que femme, je pouvais faire la même chose que les hommes, même plus parfois  ! »

Bruna de Paula

Mais moi, j’ai de la chance parce que j’arrive à voir les problèmes d’une autre façon. Je me dis que c’est juste un instant dans ma vie et que ça va passer, que c’est peut-être arrivé afin que je puisse grandir encore.

Le sport, ça t’a apporté quoi dans ta vie personnelle ?

Je suis partie très jeune de chez moi, c’est le sport qui m’a tout appris  : à respecter les autres, à savoir se dépasser. Je tiens vraiment à remercier le sport pour cette belle leçon de vie ! Sans lui, je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui.

Est-ce que ça t’a aidé dans ta vie de femme ?

Le sport m’a montré que j’avais de la force et qu’en tant que femme, je pouvais faire la même chose que les hommes, même plus parfois  ! Ça a forgé mon caractère  : si je veux quelque chose, je ne lâche rien, je fais tout pour l’avoir.

Que dirais-tu aux femmes pour les inciter à se mettre au sport ?

Il faut croire en soi, être très déterminée. Si tu veux quelque chose, peu importe ce que les autres en disent tant que toi tu y croies !

Quelle est la suite du match pour toi ? Ton rêve ?

Les JO 2021  ! Le grand objectif de ma vie est d’avoir une médaille, c’est le rêve de toutes les sportives. Et de la rapporter pour mon pays… le Brésil !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Christine Duchamp

Christine Duchamp : « Avoir de l’impact sur le développement du hockey, ça, c’est fort ! »

Première femme à occuper le poste de Directrice Technique Nationale à la Fédé Française de Hockey sur Glace, Christine Duchamp s’offre un parcours de pionnière dans un sport de glisse où elle a toujours foncé vers les buts. Ancienne joueuse, capitaine de son équipe, entraîneure de l’équipe de France Féminine et première joueuse à avoir évolué en D1 masculine…un parcours inspirant !

Lire plus »
Kon Hiyori

Kon Hiyori, la little miss Sumo qui lutte pour la cause féminine

Elle a été élue l’une des femmes les plus inspirantes et influentes de la planète par la BBC. Lutteuse de sumo japonaise, connue pour défendre le droit des femmes à concourir professionnellement au Japon, Kon Hiyori est une force de la nature, déterminée à faire bouger les solides traditions de cette discipline ancestrale. Portrait.

Lire plus »
Camille Lecointre

Camille Lecointre : « En voile, j’aime jouer avec l’incertitude, les éléments qu’on ne maîtrise pas… »

Elle vogue gaiement vers les JO de Tokyo. Matelot de l’équipe de France olympique en 470, dériveur en duo, médaillée de bronze aux JO, championne d’Europe et médaille de bronze aux Championnats du monde 2019, désignée Marin de l’année 2019 par la fédé de voile avec sa coéquipière Aloïse Retornaz, Camille Lecointre navigue avec sagesse et précision…sur l’eau, mais aussi dans la vie. Comme le vent l’emporte.

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

JO 1948 : Fanny Blankers-Koen, « mère indigne » devenue star de la piste

On la surnommait « La ménagère volante ». Spécialiste du sprint, elle est la seule à avoir décroché quatre médailles d’or en une seule édition. Un palmarès d’autant plus bluffant à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les compétitions, encore moins les mères de famille. Récit d’une femme au foyer devenue femme médaillée.

Lire plus »
Karolina Muchova

Karolina Muchova, c’est de la balle !

OK, elle vient de s’incliner face à Jennifer Brady, mais elle lui a donné du fil à retordre. Et nous, on l’aime bien cette tenniswoman, spécialiste des coups de théâtre. À l’Open d’Australie, Karolina Muchova, 27e mondiale au classement WTA, a réussi à mettre la N°1 mondiale, Ashleigh Barty, au tapis. Le monde du tennis est de plus en plus séduit par la Tchèque de 24 ans, elle qui s’est offert sa première demi-finale en Grand Chelem et sa deuxième victoire contre une joueuse du top 5. Portrait d’une fille qui nous a pris de court.

Lire plus »
Catherine Louveau

Catherine Louveau : « Le monde du sport a beaucoup de mal avec les filles performantes, efficaces, musclées… »

Elle n’a pas l’habitude de mâcher ses mots. Elle affirme, qu’aujourd’hui encore, c’est : « aux hommes la performance et aux femmes l’apparence. » Sociologue, professeure émérite à l’Université de Paris-Sud, son champ de recherches concerne le sport et, plus précisément, les problématiques sexuées dans la sphère sportive. Catherine Louveau, forte de plus de trente ans d’expérience dans le domaine, met à mal les représentations traditionnelles dans le sport et analyse les raisons d’un clivage qui a la vie dure. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin