Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Bruna de Paula :

« Le sport m’a tout appris : sans lui, je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui. »

Bruna de Paula
Handballeuse pro venue tout droit de son Brésil natal en 2016, Bruna de Paula est une force de la nature, corps et esprit alignés et déterminés ! Couronnée meilleure joueuse de la saison 2019-2020 du Championnat de France féminin de handball, elle trace sûrement sa route vers la médaille tant rêvée des Jeux Olympiques. Une belle leçon de sport et de vie.

Par Claire Bonnot

Tu viens d’être élue meilleure joueuse du Championnat de France de la saison. Qu’est-ce qu’on ressent lorsqu’on est ainsi distinguée ?

C’est une vraie récompense  ! Ça montre que le travail ça paye et que je suis sur le bon chemin.

Si on refait le match… Comment as-tu commencé le handball ?

Quand j’étais petite, c’était le foot que j’adorais, c’était vraiment mon sport de cœur. Mais dans ma ville (au Brésil, ndlr), il n’y avait pas de foot féminin… C’est comme ça que j’ai découvert le hand qui est devenu ma passion.

J’ai commencé à l’école. Et il se trouve que l’entraîneur était aussi celui du club de la ville. Il m’a invitée à venir faire partie de l’équipe. J’avais seulement dix ans !

J’ai continué dans cette voie, j’ai quitté la maison pour partir m’entraîner dans un club de haut niveau à l’âge de 14 ans.  J’ai eu de la chance parce que ma famille n’était pas aisée et notre seule alternative était alors de travailler jeune.

Bruna de Paula

Qu’est-ce qui t’as plu dans le handball ?

Les différentes façons qu’il y a de se sortir d’une situation difficile sur le terrain. Pour moi, c’est exactement ce qu’il se passe dans la vie de tous les jours. Tu dois gérer. Avec le handball, c’est pareil, il y a sans cesse des obstacles que tu dois dépasser  ! 

Grand tournant : Tu es sélectionnée en 2015 pour le Championnat du monde au Danemark…

J’avais à peine 19 ans  ! Je ne m’attendais pas du tout à ça. Surtout que l’année d’avant, le Brésil avait été Champion du monde de handball (en 2013, en Serbie, ndlr). Ça me paraissait irréel d’être dans l’équipe de championnes !

Tout comme d’avoir été élue Meilleure Joueuse cette année… Être sélectionnée dans l’équipe nationale, c’était un rêve mais peut-être trop tôt réalisé… Ça m’a mis beaucoup de pression. Pourtant, tout s’est très bien passé !

Bruna de Paula

Un an plus tard, en 2016, tu quittes le Brésil pour la France. Tu rejoins les Panthères du club français de Fleury Loiret. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

J’ai eu cette opportunité et je l’ai saisie car je veux toujours plus. Et je savais qu’en France, je pouvais encore progresser alors qu’au Brésil, je me sentais stagner.

Dans ma vie personnelle, c’est pareil, j’ai besoin d’être défiée, or là, j’ai senti que c’était le moment d’aller vers quelque chose de nouveau, la chance d’évoluer dans le hand. Je n’ai pas hésité !

Quelle est ton arme secrète sur le terrain ?

Mon point fort, c’est vraiment la réactivité, la capacité que j’ai à décider rapidement des actions à mener sur le terrain. J’ai aussi une certaine facilité à jouer dans les trois postes, arrière gauche, demi-centre et arrière droite.

Bruna de Paula

Qu’est-ce qui te plaît tant dans le fait de jouer en équipe ?

La force du collectif.  Lorsque tu es embarquée dans un match avec ton équipe, quoi qu’il arrive, les autres joueuses vont être là pour toi. Pour te porter, pour t’aider dans les moments difficiles. Toute l’équipe est derrière toi. On court toutes derrière le même objectif  !

Un souvenir de victoire qui t’a marquée ?

Le Mondial 2015  ! Parce que c’était mon premier et que j’étais ébahie par tout ce que je vivais. Un moment inoubliable : quand on a marqué le dernier but à deux secondes de la fin !

Bruna de Paula

Et d’une défaite qui t’a tout de même permis d’avancer ?

Ah, je n’aime pas perdre  ! On va dire que j’ai appris à perdre, mais ce n’est pas encore mon point fort aujourd’hui ! Je sais que dans un match, il y a un gagnant et un perdant, et si c’est l’adversaire qui gagne, c’est parce qu’il est meilleur que nous, tout simplement.

«  Perdre, c’est aussi avoir la chance de repérer ses erreurs et donc de s’améliorer. »

Je dois l’accepter et ça permet de se remettre en question, de se dire « Qu’est-ce que je vais faire lors du prochain match pour décrocher la victoire ? »

Perdre, c’est aussi avoir la chance de repérer ses erreurs et donc de  s’améliorer.

DE PAULA-Fleury Loiret - Bertrand DElHOMME

Le sport de haut niveau, c’est beaucoup de sacrifices ou c’est un plaisir total pour toi ?

À part être loin de ma famille, ce n’est vraiment pas un sacrifice parce qu’il n’y a même pas deux secondes dans le hand où j’ai la sensation de travailler. C’est une passion, un plaisir, c’est dans mon cœur, je donne tout. Le hand c’est ma vie  !

Comment on se sent quand on a atteint le haut niveau ?

Il faut être préparé, avoir le mental pour ça, parce que le sport, ce n’est pas que du bonheur, il y a les blessures, la pression. On a un coach pour nous aider en ce sens. 

«  Le sport m’a montré que j’avais de la force et qu’en tant que femme, je pouvais faire la même chose que les hommes, même plus parfois  ! »

Bruna de Paula

Mais moi, j’ai de la chance parce que j’arrive à voir les problèmes d’une autre façon. Je me dis que c’est juste un instant dans ma vie et que ça va passer, que c’est peut-être arrivé afin que je puisse grandir encore.

Le sport, ça t’a apporté quoi dans ta vie personnelle ?

Je suis partie très jeune de chez moi, c’est le sport qui m’a tout appris  : à respecter les autres, à savoir se dépasser. Je tiens vraiment à remercier le sport pour cette belle leçon de vie ! Sans lui, je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui.

Est-ce que ça t’a aidé dans ta vie de femme ?

Le sport m’a montré que j’avais de la force et qu’en tant que femme, je pouvais faire la même chose que les hommes, même plus parfois  ! Ça a forgé mon caractère  : si je veux quelque chose, je ne lâche rien, je fais tout pour l’avoir.

Que dirais-tu aux femmes pour les inciter à se mettre au sport ?

Il faut croire en soi, être très déterminée. Si tu veux quelque chose, peu importe ce que les autres en disent tant que toi tu y croies !

Quelle est la suite du match pour toi ? Ton rêve ?

Les JO 2021  ! Le grand objectif de ma vie est d’avoir une médaille, c’est le rêve de toutes les sportives. Et de la rapporter pour mon pays… le Brésil !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

yoga

Pia Le Cannu – Yoga spirit

« J’ai découvert sur mon visage un sourire que je n’avais pas eu depuis très longtemps. » Quand la jeune working woman, Pia, croise le chemin du yoga, c’est un apaisement instantané et un appel à l’enseigner. Rencontre…zen.

Lire plus »

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
zumba

Zumba, entrez dans la danse !

Une tornade, un raz de marée. Cette discipline venue de Colombie a su trouver le combo gagnant – transpirer en s’éclatant – pour séduire des femmes qui veulent bouger sans pour autant avoir l’impression de faire du sport. Reportage au pays de cette danse devenue trendy.

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Anne-Flore Marxer : « Chez moi, faire bouger les lignes, ça vient des tripes ! »

Depuis ses 18 ans, elle se bat pour l’inclusion des femmes dans les sports de glisse. Grâce à cette snowboardeuse franco-suisse à la personnalité magnétique, la pratique du freestyle et autre freeride évolue, se féminise doucement. À 36 ans, c’est désormais derrière une caméra qu’Anne-Flore Marxer s’engage et poursuit le combat. Passionnante conversation avec une sportive activiste.

Lire plus »
Claire la sirène

Sport de sirène : enquête sur une vague déferlante

Dans la famille natation, je demande le dernier-né palmé : le “mermaiding“ ou comment nager comme une sirène. Désormais reconnu comme une activité sportive, à l’enseignement encadré, il prend dans ses filets de plus en plus d’adeptes heureux de plonger dans leurs rêves d’enfant. Immersion toute !

Lire plus »

Rallye des Gazelles : Anne et Sandra attendront encore un peu…

Elles se sont lancées un défi un peu fou : participer au Rallye Aïcha des Gazelles au Maroc, le seul Rallye-Raid hors-piste 100% féminin au monde. Elles, ce sont Anne et Sandra. Elles devaient nous faire partager leur préparation jusqu’au départ, en 2021, mais le COVID-19 est passé par là et décision a été prise de reporter d’un an. Mais ce n’est que partie remise.

Lire plus »
Khadjou Sambe

Khadjou Sambe, le surf comme planche de salut

Première surfeuse pro du Sénégal devenue symbole d’émancipation, elle glisse sur l’eau pour mieux noyer les préjugés. Changer les mentalités est son crédo dans un pays où certains sports ne se conjuguent pas au féminin. Khadjou Sambe s’entraîne dur pour se qualifier aux prochains JO de Tokyo et ça va tanguer !

Lire plus »
Julia Chanourdie

Julia Chanourdie : « Lorsque j’escalade, je suis une guerrière ! »

Gravissant la rude paroi du monde de l’escalade avec l’agilité prudente et conquérante d’une Spiderwoman, Julia Chanourdie, 24 ans, vient d’entrer dans l’histoire de son sport en devenant la première grimpeuse française et la troisième mondiale à réussir une voie cotée 9b. Un exploit réalisé de main de maître. Athlète au sommet de son art, elle représentera la France aux JO de Tokyo. Conversation ascensionnelle avec une fille au mental de roc.

Lire plus »