Euro féminin de handball 2022 Comme d'hab', les Bleues sont ÀBLOCK!

Euro féminin de handball 2022, comme d'habitude, les Bleues sont ABLOCK!
L'Euro féminin de handball ? C'est maintenant ! Sur les parquets, et c'est souvent le cas, l'équipe de France débarque en favorite. Là encore et dans la continuité de leur titre olympique, les Bleues ont bien l'intention de tout casser avec un groupe rajeuni mais toujours aussi performant. Si on faisait les présentations ?

Par Alexandre Hozé

Publié le 03 novembre 2022 à 8h47, mis à jour le 04 novembre 2022 à 17h20

C’est vrai que les supporters français ne sont généralement pas à plaindre. Sur bon nombre de disciplines, les athlètes tricolores parviennent toujours à se glisser dans le haut du tableau. Mais, historiquement, s’il y a bien un sport qui réussit aux équipes nationales de l’Hexagone, c’est le handball. 

On le sait, les gars assurent, ce sont des experts. Mais leurs collègues des parquets féminines ne sont pas moins inspirées ballon en main. La première division française sera d’ailleurs à l’honneur lors de cet Euro, pas moins de trente-huit joueuses sont issues de onze clubs tricolores.

Mais celles qui nous intéressent portent le maillot de l’équipe de France et elles dominent avec. Championnes du monde (2003 et 2017), d’Europe (2018), olympiques encore plus récemment (2021) … Elles assurent, nos Bleues ! 

©Equipes de France de Handball/FFH

Car même quand elles ne gagnent pas, c’est quasi systématique, elles rapportent une breloque à la maison. Vice-championne du monde l’année dernière, l’Equipe de France compte bien continuer sur sa lancée. 

Pour ce faire, Olivier Krumbholz a choisi vingt joueuses avec pour mission de récupérer le trône européen perdu en 2020 face à la Norvège. Et si certains gros noms restent sur la touche comme Allison Pineau, Méline Nocandy (indisponible) ou encore Laura Glauser (blessée), ce groupe fait peur. Et c’est tant mieux.

L’alliage entre l’expérience des cadres et la fougue de la jeunesse donne un résultat détonnant. La Pologne en a fait les frais lors de deux matchs de préparation, les Bleues sont ÀBLOCK!. 

Dans l’avion s’envolant pour la Macédoine du Nord, on retrouve neuf championnes olympiques. Des patronnes. En commençant par la gardienne de but Cléopatre Darleux et la capitaine Estelle Nze-Minko puis Béatrice Edwige, Coralie Lassource, Grâce Zaadi-Deuna… Les compétitions internationales à fort enjeu, elles connaissent, merci.

Le contexte pour les jeunettes comme Floriane André, Léna Grandveau, Audrey Dembélé ou encore Camille Depuiset est donc rassurant. Il y a pire comme effectif pour se frotter au top du top du handball féminin ! 

Les Bleues le savent et l’affirment, le minimum, c’est la médaille. Et cette course à la breloque commence ce samedi 5 novembre contre un des hôtes de cet Euro, la Macédoine du Nord.

À partir de là, l’équipe de France fera tout pour rentrer sur le terrain de la finale, le 20 novembre. 

©Equipes de France de Handball/FFH

Le handball européen reste la crème de la crème et la domination tricolore a de quoi frustrer quelques concurrents. L’espoir, le désir, l’ambition qui tiennent les seize équipes en lice pour cet Euro ? Faire chuter les adversaires, oui, mais plus encore les Bleues. 

Les Pays-Bas sont dans le même groupe que les Françaises pour les poules, les Danoises comme les Suédoises ont l’envie de prendre leur revanche suite à de récentes défaites aux mondiaux et aux JO…

Mais l’adversaire numéro 1 pour l’équipe de France vient tout droit du nord. Championne du monde et tenante du titre européen, la Norvège compte bien lancer un raid sur l’est européen et repartir avec l’or. 

Impuissantes face à ces Vikings en finale de l’euro 2020 et du championnat du monde 2021, les Bleues veulent leur revanche.

Pour ça, il va falloir assurer ballon en main. Et ça, on le sait, les Françaises savent faire. 

©Equipes de France de Handball/FFH

Ouverture : l'équipe de France aux JO de Tokyo 2021 ©LFH

D'autres épisodes de "Handball, des filles au taquet !"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Elisa Savalle

Sportives, faites du bruit !

Elles en ont des choses à dire, des émotions à partager ! Ça tombe bien, ÀBLOCK! adore recueillir leurs confidences de sportive, mais aussi de femme bien dans ses baskets. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, nous mettons en avant ces pratiquantes qui ont appris à se dépasser pour mieux s’imposer et qui en parlent avec exaltation. Des témoignages bruts qui donnent des Elles.

Lire plus »
Hélène Pietrenko

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’arc et des flèches en mode féminin, un triathlon XXL (avec la toujours motivée championne Hélène Pietrenko sur notre photo), une pratiquante qui a trouvé confiance en elle grâce au sport et qui se raconte avec passion, une sportive qui a porté trois maillots de l’équipe de France dans trois sports différents ou encore une arbitre qui révolutionne le monde du rugby, c’est sur ÀBLOCK! et c’est tout. Bonne lecture !

Lire plus »
Tifany Huot-Marchand« Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner