Rechercher

Handball féminin Le récap' du Mondial de l'équipe de France

Handball féminin : le récap' du Mondial 2021 de l'équipe de France
Dimanche soir, l'équipe de France de handball féminin perdait la finale du Championnat du monde contre la Norvège. La victoire était à un jet de ballon, mais cette défaite ne doit pas faire oublier la compétition dans son ensemble, compétition durant laquelle les Bleues ont fait vibrer leurs supporters. Retour en 5 points sur ce Mondial riche en émotions.

Par Alexandre Hozé

Publié le 20 décembre 2021 à 19h39, mis à jour le 11 janvier 2022 à 11h00

  • Commencer le Mondial en maîtrise totale 

 Championnes olympiques en titre, les Françaises arrivent en Espagne en favorites. Leur JO de Tokyo avaient mis en valeur une équipe sûre de ses forces et au mental d’acier, voire même d’or. 

Le mondial se profilait donc comme une confirmation pour ce groupe. Olivier Krumbholz devait quand même composer sans plusieurs cadres, comme Alexandra Lacrabère et Amandine Leynaud, qui ont arrêté leur carrière internationale sur la consécration olympique. 

Les Bleues sont donc attendues, et répondent présentes dès le premier tour. 

Dans un groupe qu’elles sont censées dominer, les joueuses françaises vont faire preuve d’un grand sérieux, attentives à ne pas se compliquer les matchs. 

La première rencontre contre l’équipe de l’Angola est un début de compétition réussi, avec une victoire 30 à 20. La Slovénie ne parvient pas non plus à inquiéter des Françaises qui se baladent et… les baladent. 

Seul le Monténégro accroche un peu les Bleues, surtout en première mi-temps. Mais ce groupe est plein de ressources, et réagit de manière exemplaire, infligeant un 12 à 7 sur la seconde période à des Monténégrines courageuses mais impuissantes face aux championnes olympiques. 

L’équipe de France de handball sort donc invaincue de ce premier tour et confirme son ambition de réaliser le doublé JO – Mondial. 

Mais les résultats ne font pas tout. La manière impressionne, avec notamment une défense de fer, qui permet de développer un jeu en transition d’une rapidité et d’une efficacité redoutable. 

Le second tour s’annonce plus compliqué, mais les Bleues et leur staff restent confiants, comme tous les supporters français qui suivent en grand nombre la compétition. 

©BeInSports

  • Confirmer un statut de favorites 

La deuxième phase de poule du mondial met les joueuses d’Olivier Krumbholz face à trois équipes dont deux d’un calibre supérieur, la Serbie et la Russie. 

La rencontre contre la Pologne est maîtrisée dans la continuité du premier tour, avec une victoire de 10 buts d’écart à la clé. 

Le réel premier test du mondial a lieu contre une équipe serbe ambitieuse, qui met à mal l’équipe de France lors de la première mi-temps. Menée de 3 buts à la pause, les Bleues réagissent comme des patronnes avec une deuxième mi temps excellente, notamment en défense. Les Serbes sont limitées à 7 petits buts et s’inclinent logiquement face à des Françaises en mode diesel. 

Le dernier match des phases de groupe est un remake de la finale des JO de cet été, face à une équipe de Russie revancharde. 

Mais Olivier Krumbholz et ses filles sont déterminés à s’assurer une première place du groupe et le font savoir en première mi-temps, infligeant un 17-12 à des adversaires dépassées.

La seconde période est contrôlée, à l’image de la première moitié de compétition de l’équipe de France.

À partir de maintenant, les choses sérieuses commencent, avec les matchs à élimination directe qui débutent avec une confrontation contre la Suède en quart de finale. 

©BeInSports

  • Une équipe à réaction 

Cet affrontement est également un remake des derniers JO, cette fois de la demi-finale. À Tokyo, le match avait été tendu, se finissant sur une victoire par deux buts d’écart. 

Le climat espagnol réussira moins aux suédoises. 

La première mi-temps est accrochée et éprouvante pour tous les supporters français et se conclut sur une égalité parfaite. 

Mais le sélectionneur français réussit une fois de plus à aider ses joueuses à modifier le court du match, avec des ajustements efficaces. 

Les dix premières minutes de la seconde période en témoignent, avec un 7 buts à 2 infligé à des Suédoises dépassées par l’excellente agressivité de la défense française. Comme depuis le début du mondial, les Bleues se projettent à une rapidité ingérable et infligent un rythme trop soutenu pour leurs adversaires. 

Olivier Krumbholz est plus que satisfait de la performance de ses handballeuses face à une équipe suédoise jamais simple à affronter : “Très heureux ! Plus cinq contre la Suède j’aurai signé tout de suite !”. 

Performances impressionnantes sur le terrain et image parfaite : un équilibre est trouvé entre la jeune garde et les anciennes comme Alisson Pineau ou Cléopatre Darleux. 

Cette combinaison donne foi aux supporters bleus qui croient dur comme fer à la médaille d’or pour cette équipe. Mais les Danoises, adversaires des Françaises en demi-finale, n’entendent pas faire de la figuration face aux championnes olympiques. 

©BeInSports

  • Une demi et du suspense 

Cette volonté s’est imposée aux Bleues dès le début de la rencontre, avec une défense très dure mise en place par l’équipe du Danemark. Même si l’écart se maintient à 2 buts d’écart à la pause, les françaises souffrent et n’arrivent pas à imposer leur jeu. 

Les contre-attaques notamment, sont très bien défendues par des Danoises très appliquées sur le repli défensif. 

Le début de deuxième mi-temps est dans la continuité de la première, avec une équipe de France qui a toujours du mal en attaque. Mais une bonne défense leur permet de rester dans le match. 

La rencontre va basculer à dix minutes de la fin. À force de défense et de concentration en attaque, les Bleues réussissent à égaliser, malgré une grande gardienne danoise. Le bras de fer se durcit encore, avec une intensité en défense remarquable des deux côtés. 

Mais les joueuses d’Olivier Krumbholz prennent l’avantage à quatre minutes de la fin par l’intermédiaire d’Alicia Toublanc, et enterrent les derniers espoirs danois. Elles sont en finale ! 

Ce match met en valeur la force mentale des Bleues et leur détermination à réaliser un doublé JO – Mondial historique. Les handballeuses françaises sont fières de leur performance et elles ont raison. 

Estelle Nze Minko lance à la fin du match : “On a vraiment tout donné. Le résultat est magnifique, on a été au bout de ce qu’on pouvait faire !”. 

Elles emportent avec elles en finale tous les supporters français qui vibrent pour cette équipe depuis le début du Mondial. 

  • Un rendez-vous avec l’Histoire avorté

La première mi-temps de la finale met en valeur toutes les forces de l’équipe de France. 

Une défense intraitable, très agressive sur les lignes de passe et qui récupèrent de nombreux ballons. Une attaque rapide mais efficace, qui associe avec justesse folie instinctive et maîtrise collective. Et des gardiennes qui répondent présentes à haut niveau comme à leur habitude. 

Les vingt-huit premières minutes du match sont un récital français, l’écart au score allant jusqu’à 6 buts d’avance pour les Bleues. Puis, alors qu’il ne reste que deux petites minutes, un long moment de flottement suite à un problème sur le tableau d’affichage coupe le rythme imposé depuis le début par les Françaises. Les Norvégiennes en profitent pour remonter légèrement, mais le score est tout de même de 16 à 12 pour l’équipe de France. 

Les 30 minutes de jeu qui suivent sont un cauchemar pour les joueuses d’Olivier Krumbholz. Alors que leur rythme rapide en attaque et leur défense de fer leur ont permis de se hisser jusqu’en finale, les Norvégiennes vont les supplanter sur ces plans de jeu. Silje Solberg, gardienne de la Norvège, fait une mi-temps à un niveau exceptionnel, avec 11 arrêts au compteur.

La capitaine de l’équipe de France, Coralie Lassource, tente de sonner la révolte en inscrivant 2 buts d’affilé, mais rien à faire. À court de souffle et de solution, les handballeuses françaises encaissent un 17 à 6 en deuxième période, et voient leurs espoirs dorés s’envoler. 

Les regrets dominent évidemment, mais il ne faut pas oublier que les Bleues rapportent une septième médaille à la maison en six ans. Elles ont aussi gagné le soutien du public : 4,3 millions de téléspectateurs les ont supportées ce 19 décembre.

Et l’avenir s’annonce radieux, avec une jeune garde bourrée de talent, incarnée par Pauleta Foppa, Méli Nokambi et tant d’autres. 

Les françaises ont réalisé une compétition idéale jusqu’à cette deuxième mi-temps, mais elles ne comptent pas se laisser abattre.

Paris 2024 en ligne de mire, l’équipe de France a bien l’intention de revenir sur la première marche du podium, et nul doute qu’elles nous feront vibrer de nouveau. 

©BeInSports

Ouverture ©BeInSports

D'autres épisodes de "Handball, des filles au taquet !"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Attention, première ! Une rencontre internationale de rugby commentée uniquement par des femmes, c’est le programme de ce 16 mars. Cette initiative forte, Ouvrons la voix, soutenue par la fédé du ballon ovale, entend prouver que l’expertise est tout autant du côté des filles que des gars. Alors, girls, marquons l’essai !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Sarah Lezito

Sarah Lezito : « Mon objectif à moto, c’est juste de kiffer. »

Les cascades à moto des héroïnes d’Avengers ou encore de Batman, c’est elle. Sarah Lezito, 29 ans, est l’une des, si ce n’est LA, plus grandes stunteuses de la planète. Convoitée par le cinéma, elle apparaît régulièrement dans des super-productions, mais n’aime rien tant que réaliser ses propres vidéos. Elle chérit avant toute chose sa liberté, celle de faire ce qu’elle veut quand elle veut avec ses motos. Rencontre avec une fille au caractère en acier trempé !

Lire plus »
La question qui tue

En sport, la récup, c’est obligé ?

On les adore ces séances où on pète la forme, où tous les exercices nous semblent easy, où on se dépasse en mode “même pas mal“. Forcément, ça donne envie de recommencer. Vite, trop vite. Et c’est là que la récupération joue son rôle. Pas convaincu ? Lis plutôt la réponse de notre coach, Nathalie Servais !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Il était une fois le tennis…féminin

Il était une fois le tennis…féminin

Les qualif’ ont déjà commencé à Roland-Garros où 128 joueuses s’affrontent sur terre battue, l’heure pour ÀBLOCK! de revenir sur l’épopée tennistique des femmes sur les courts. Ou comment les dames ont pu sortir des garden-party pour jouer de la raquette en compet’.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner