Alexandra Lacrabère5 infos pour briller sur le parquet

Alexandra Lacrabère : 5 infos pour briller sur le parquet
À l'heure où l'équipe de France féminine de handball joue son Mondial, ÀBLOCK! choisit de mettre en lumière celle qui en a été un pilier jusqu'à sa retraite internationale en novembre dernier. Retour en 5 infos sur la carrière d'Alexandra Lacrabère, légende du handball féminin.

Par Alexandre Hozé

Publié le 10 décembre 2021 à 10h53, mis à jour le 02 janvier 2022 à 17h07

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

1. Faire un début de carrière à vitesse grand V

Elle est clairement l’une des meilleures handballeuses au monde des années 2010. Son début de carrière a posé les prémices d’un parcours hors normes.

Alexandra Lacrabère commence le hand à 8 ans. Et ne lâchera jamais ce sport. Elle entre en sport études à Talence, dans le Sud-Ouest de la France, à 14 ans.

Quatre ans plus tard, à force de détermination, d’entraînement et de talent, elle débute (déjà) sa carrière professionnelle avec le CA Béglais.

Cette ascension fulgurante ne s’arrête pas là. Un an après, elle est sélectionnée pour la première fois avec l’équipe de France. Et ses débuts n’ont pas lieu lors d’un match anodin : sa première sélection est contre la Russie, lors du championnat d’Europe 2006.

Cette compétition marque le début d’une histoire d’amour entre Alexandra Lacrabère et le maillot bleu. Sans compter qu’elle décroche, avec ses coéquipières, la médaille de bronze lors de cet Euro. Des débuts réussis.

©FFH/Stéphane Pillaud

2. Être une légende du handball

Alexandra Lacrabère continue de progresser et parvient à se hisser dans le cercle des meilleures joueuses de la planète.

Lors de la saison 2011-2012, avec son club Arvor 29, elle remporte le championnat de France et la Coupe de la ligue. Ajoutez à ça la distinction individuelle de meilleure joueuse du championnat, et vous obtenez une saison quasi parfaite.

Malheureusement, l’équipe de France ne réussit pas à décrocher une médaille lors des JO de Londres et ce, malgré une Alexandra intraitable.

Mais il en faut plus pour décourager les handballeuses françaises. Elles reviennent le couteau entre les dents avec un seul objectif : rejoindre leurs collègues masculins sur le toit du monde.

En 2016, ce collectif incroyable gagne deux médailles internationales. Une de bronze lors de l’Euro, et surtout une d’argent lors des JO de Rio. Alexandra Lacrabère, quant à elle, repart avec le titre de meilleure arrière droite de la compétition.

Et l’ascension n’est pas terminée.

Alexandra Lacrabère et l’équipe de France gagnent en 2017 le Mondial, en 2018 l’Euro, et malgré une défaite en finale de l’Euro 2020, vont chercher la médaille d’or olympique en 2021 à Tokyo.

Toutefois, cette compétition garde un goût amer pour la joueuse. Elle se blesse aux adducteurs en plein coeur de la compétition et c’est depuis le banc qu’elle regarde jouer ses coéquipières.

Mais elle fait partie du groupe et se donne pour mission d’apporter son énergie depuis l’extérieur du terrain. Elle est donc logiquement décorée de la légion d’honneur, tout comme le reste de l’équipe.

©FFHand

3. Se retirer progressivement

Cette médaille sera la dernière obtenue par Alexandra Lacrabère avec l’équipe de France. Elle annonce en novembre 2021 sa retraite internationale, laissant la place à une nouvelle génération bourrée de talent.

« Je suis contente de quitter cette équipe de France-là, parce que je pense qu’elle n’a plus rien à m’apporter et je n’ai plus rien à lui apporter non plus. (…) Je suis juste soulagée. Je ne garde que des bons moments », confiera-t-elle.

Elle laisse derrière elle un palmarès monstrueux : 256 sélections pour 833 buts et 8 médailles internationales, dont trois du plus brillant des métaux.

Son héritage ne se limite pas à l’équipe de France. Elle a été l’une des premières handballeuses françaises à s’illustrer dans des championnats étrangers, dans lesquels elle remporte de nombreux trophées.

Même si ces expériences lui ont été bénéfiques, Alexandra leur préfère le championnat français. Elle joue actuellement avec le club de Chambray, toujours avec son fameux numéro 64, son département de naissance.

Il se dit qu’Alexandra Lacrabère prendra sa retraite à la fin de cette saison. C’est bien possible et, si c’est le cas, le monde du handball lui rendra un hommage mérité. Mais n’allons pas trop vite, profitons de la voir encore se donner à 200 % sur le terrain.

©FFHand

4. Être une sportive engagée

L’héritage d’Alexandra Lacrabère se joue aussi hors terrain.

Tout au long de sa carrière, elle a pointé du doigt les inégalités importantes entre les femmes et les hommes dans le milieu du sport, notamment sa maigre médiatisation.

Et même si des progrès sont là, avec notamment la diffusion du championnat de France féminin par Sport en France et la chaîne L’équipe, Alexandra Lacrabère continue de se battre pour davantage de reconnaissance du handball féminin.

« On peut dire que le handball féminin est plus médiatisé qu’avant, mais ce n’est pas à la hauteur. Nous avons des résultats, que ce soit les clubs en Ligue des Champions avec Metz et Brest, ou l’équipe de France sur le plan international. Je parle du handball, mais c’est le même problème pour les autres sports comme le rugby par exemple… ».

Son combat commence à porter ses fruits, d’autres joueuses donnent de la voix. Il faut dire qu’ils sont bien peu à pouvoir résister à Alexandra Lacrabère.

©Facebook/Alexandra Lacrabère

5. Être une pionnière de la libération de la parole dans le sport français

Ses démarches en dehors des parquets de handball sont nombreuses, et ont toutes contribuées au progrès de nombreuses causes.

En 2011, lors d’une interview avec le magazine Hand Action, elle fait son coming-out. Ce témoignage contribue à libérer la parole des sportives françaises. Amandine Leynaud suivra l’exemple de sa coéquipière de la sélection nationale.

En s’engageant ainsi, elle rejoint Amélie Mauresmo ou encore les triathlètes Carole Péon et Jessica Harrison, premières athlètes françaises à avoir fait leur coming-out.

À l’instar de son ex-coéquipière, Cléopatre Darleux, Alexandra Lacrabère prend aussi régulièrement la parole pour rappeler les difficultés auxquelles peut faire face une femme évoluant dans un sport de haut niveau.

« Beaucoup de joueuses doivent assumer des doubles projets, les rémunérations ne sont pas les mêmes, il y a aussi la question de la maternité. Ce n’est pas évident pour une joueuse professionnelle d’avoir une vie de famille, de revenir après une grossesse…”.

Pas évident et pas normal, en effet. Alors, Alexandra Lacrabère monte au créneau. Un état d’esprit de patronne.

Ouverture ©Facebook/Alexandra Lacrabère

D'autres épisodes de "Handball, des filles au taquet !"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du patinage version famille nombreuse, un geste sportif décrypté, une pionnière de la « ride », une obstinée olympique (Lolo Jones sur notre photo), une chronique bien sentie et une rencontre avec une pilote acharnée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Tourbillons sur glace attendus à Rouen

Tourbillons sur glace attendus à Rouen

L’apéritif se poursuit avant de déguster les JO d’hiver de Pékin. Cette fois, c’est à Rouen qu’une compétition de glisse fait son show. Les 4 et 5 février, la French Cup de patinage artistique synchronisé aura lieu dans la patinoire Nathalie Péchalat. À vos lames, citoyens !

Lire plus »
Le service à la cuillère ? Cékoiça ?

Le service à la cuillère ? Cékoiça ?

On ne l’emploie pas en cuisine mais sur les cours de tennis. Les pros de la balle jaune connaissent bien ce coup qui n’est pas des plus nobles mais qui a ses adeptes. Pour les néophytes, l’expression peut paraître un rien obscure. Alors, c’est quoi, à votre avis, le service à la cuillère ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Bgirl Kimie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une activiste que rien n’arrête, une danseuse new gen’ (BGirl Kimie sur notre photo), une cycliste tout sauf ordinaire, un retour sur l’histoire du tennis féminin et une compétition pour monter sur ses grands chevaux, voici le récap de la première semaine 2022 sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Un petit échauffement avec les Jo d'hiver ?

Un petit échauffement avant les JO d’hiver ?

Quand le monde des sports de glisse a les yeux rivés sur les JO d’hiver de Pékin qui commencent le 4 février, une autre compétition s’annonce dans la station de l’Alpe d’Huez. Les Championnats du Monde Open de Ski Augmenté se dérouleront du 28 au 30 janvier. Un apéritif gourmand avant le plat de résistance olympique.

Lire plus »
Il était une fois le tennis…féminin

Il était une fois le tennis…féminin

Le 17 janvier, s’ouvre la première grande compétition de l’année, celle de l’Open d’Australie. L’occasion pour ÀBLOCK! de revenir sur l’épopée tennistique des femmes sur les courts. Ou comment les dames ont pu sortir des garden-party pour jouer de la raquette en compet’.

Lire plus »
Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Pendant trois jours, du 24 au 26 juin prochain, le gratin du milieu équestre sera présent à Paris, face à la tour Eiffel. La 8e édition du Longines Global Champions Tour-Longines Paris Eiffel Jumping, compétition de haut niveau, est très attendue.

Lire plus »
Myriam Nicole

Best-of 2021, la totale ÀBLOCK!

Avez-vous été ÀBLOCK! cette année ? Que s’est-il passé en 2021 dans nos colonnes ? Vous avez loupé quelque chose ? Attention, séance de rattrapage, voici donc le Best-of des Best-of de cette fin d’année. Enjoy !

Lire plus »
Bethanie Mattek-Sands

Best-of 2021, nos sportives ÀBLOCK!

Durant cette année, la deuxième depuis le lancement d’ÀBLOCK!, nos journalistes se sont penchées sur des sportives d’exception. Dans des portraits en profondeur (comme celui de la tenniswoman Bethanie Mattek-Sands sur notre photo), les parcours de ces championnes se révèlent et impressionnent. Retour sur les enquêtes ÀBLOCK! de l’année 2021.

Lire plus »
Il était une fois le marathon… féminin

Il était une fois le marathon… féminin

En octobre dernier, à Chicago, la Kényane Brigid Kosgei pulvérisait le record du monde de marathon détenu depuis dix-huit ans par Paula Radcliffe. Avec un temps de 2 h 14 min 04 sec, elle enlevait 1 min et 21 sec au record de la Britannique. Mais pour que ces championnes puissent gagner à grandes foulées, il a fallu que d’autres filles intrépides battent le pavé. Histoire express d’une course longue distance conjuguée au féminin.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques qui débutent le 24 août, est une incontournable du parajudo qui s’avance, plus forte que jamais, sur le tatami pour ses cinquièmes Jeux. Attention, elle va faire ippon à Tokyo 2021 !

Lire plus »

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille des montagnes (Pauline sur notre photo), une vidéo féministe, une folle du volant, une championne de VTT militante, une triathlète qui a réponse à tout, des parcours de combattantes qui tiennent bon la barre de Pole Dance ou encore une athlète des années 30 qui n’en était pas vraiment une… C’est le résumé de la semaine sur ÀBLOCK! Profitez !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner