Rechercher

Le Q&A de la gymnaste Célia Joseph-Noël

Le Q&A de la gymnaste Célia Joseph-Noël
Gymnaste au parcours atypique, qui privilégie le collectif à l'individuel, Célia Joseph-Noël étonne et détonne dans le monde de la gymnastique française. Petit questionnaire sportif pour mieux connaître cette jeunette qui monte.

Publié le 26 décembre 2022 à 10h34

  • Quelques mots sur Célia Joseph-Noël…

Privilégier le collectif à l’individu. Choix difficile et rarement pris dans ce sens dans les sports de haut niveau avec des épreuves individuelles. D’autant plus quand on a la potentiel pour briller seul. Mais Célia Joseph-Noël décide de nager à contre-courant. 

Son potentiel ne fait aucun doute dès ses débuts en gymnastique rythmique, à l’âge de 6 ans. Sa progression est fulgurante et ses années en junior font d’elle une tête d’affiche de la nouvelle génération de gymnastes. Elle est championne de France, double finaliste des championnats d’Europe en ruban et en cerceau… Et, surtout, Célia Joseph-Noël participe aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires en 2018. 

Célia Joseph-Noël en 2015.

Ces performances lui permettent d’intégrer les seniors très tôt, mais ce n’est pas un problème, au contraire. C’est un nouveau titre de championne de France et une qualification aux championnats d’Europe qui tombent dans sa besace. 

L’originaire du pôle d’Évry est promise à de grandes choses en individuel, les JO de Paris 2024 notamment. Mais elle va prendre un choix qui va surprendre tout le monde. Célia Joseph-Noël intègre l’INSEP et l’Ensemble France. Ce collectif l’a convaincue de stopper sa carrière en solo pour briller en équipe. Parfaitement intégrée, la gymnaste est déjà titulaire et si l’Ensemble France ne s’est pas qualifié pour les JO de Tokyo, ces jeunettes-là ont bien l’intention de progresser. 

Avec déjà une place en finale lors des championnats du monde de 2021, la course vers Paris 2024 est bien engagée pour Célia Joseph-Noël et ses coéquipières. 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Écoutez »
Kids

La parité aux JO fera-t-elle bouger les jeunes filles ?

Cet été, à Paris, les premiers Jeux paritaires de l’histoire vont s’ouvrir. Mais le sport français fait-il pour autant la part belle aux jeunettes ? Le podcast le plus déjanté de la parentalité, Papas Poules, met le sujet sur la table dans ce nouvel opus dont ÀBLOCK! est partie prenante.

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Camille Serme : « Si je reprends le squash, c'est pour me qualifier aux JO de Los Angeles. »

Camille Serme : « Si je reprends le squash, c’est pour me qualifier aux JO de Los Angeles. »

Elle a tout gagné ou presque. En juin 2022, Camille Serme, alors 33 ans, annonçait l’arrêt de sa carrière. Deux ans plus tard, la sextuple championne d’Europe de squash reprend du service avec un objectif : prendre part aux Jeux Olympiques de L.A. dans quatre ans. Une route qui passera par les Internationaux de France à Paris en septembre. Rencontre avec une fille qui sait rebondir.

Lire plus »
Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « Quand j’ai découvert le ski freestyle, j’avais 8 ans, j’ai été subjuguée. »

Deux fois gagnante au classement général des coupes du monde de sa spécialité, le half-pipe, elle a décroché l’argent aux JO de Sotchi en 2014 et de Pyeongchang en 2018, mais aussi la victoire aux X-Games à Aspen en 2017. La skieuse acrobatique Marie Martinod, aujourd’hui consultante dans les médias, a beau être un petit format, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et elle nous le prouve dans cet entretien signé du podcast 1m60max et ÀBLOCK!

Lire plus »
Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner