Rechercher

Stéphane Kempinaire« Dans les photos de sportives, on perçoit une grâce, une émotion douce. »

Camille Muffat
Ses clichés sont un savant mélange de composition graphique et de couleurs. Mais elles sont aussi un concentré d’émotions. Autant dire que Stéphane Kempinaire a l’oeil. À la tête de l’agence KMSP, il partage avec nous 5 clichés qui lui ressemblent.

Par Sophie Danger

Publié le 22 février 2023 à 18h12, mis à jour le 28 avril 2023 à 15h08

Comment la photographie s’est-elle invitée dans ton parcours ?

Je préparais un monitorat de sport, spécialité équitation lorsque j’ai eu un accident. J’ai été en rééducation pendant un très long moment, mais je continuais malgré tout à suivre mes potes en compétition et je les photographiais.

La photo, c’est quelque chose que j’aimais et ce, depuis tout petit. Ça a commencé comme ça. Par la suite, il se trouve que le père de l’un de mes amis était directeur du plus grand laboratoire de Paris. J’ai eu la possibilité d’y faire des stages et de pouvoir appréhender tous les domaines de la photographie, que ce soit le développement, le tirage noir et blanc, la repique, la retouche… tout ce que l’on ne sait plus faire dans la photo numérique.

Lorsque j’ai commencé à me dire que je pourrais en faire mon métier, je suis allé au flan frapper à la porte de l’agence Vandystadt. J’ai été reçu par le directeur, Gerard Vandystadt, qui m’a dit que mes photos étaient nulles mais qu’il avait besoin d’un archiviste. J’ai dit banco en pensant que je verrai bien comment ça se passerait une fois que j’aurais un pied dans l’agence.

Je suis progressivement passé d’archiviste à la négociation avec les agences de pub, les sponsors  et, peu à peu, je me suis remis à la photo. Mon itinéraire a débuté comme ça et aujourd’hui, j’ai fondé ma propre agence, KMSP avec Philippe Millereau.

Stéphane Kempinaire en pleine immersion photographique…

Quelle est, selon toi, la définition d’une belle photo de sport ?

Une belle photo de sport implique, comme pour n’importe quel domaine, de connaître ce que l’on va photographier. Si tu connais bien le domaine dans lequel tu vas évoluer, tu sais quels sont les bons angles, les bonnes attitudes et tout cela te permet d’optimiser la prise de vue.

Je pense aussi que, quand tu réalises des photos dans un domaine donné depuis un certain temps, il ne faut pas se cantonner à ce que tu sais faire, il faut sortir de sa zone de confort, il faut prendre des risques.

Par exemple, la photo où l’on voit Florent Manaudou cracher de l’eau : je savais que, lorsqu’il se se prépare, il prend de l’eau et il la souffle. Pour autant, autour de lui, ce n’était pas très beau, c’était très fouillis. Il faut alors trouver une position particulière, comme cet angle qui me permettait d’avoir ce fond noir sur lequel il se détache et qui vient sublimer la photo.

Florent Manaudou lors des Championnats d’Europe de natation en petit bassin en 2019, à Glasgow, en Écosse… ©Stéphane Kempinaire/KMSP

Est-ce que tu abordes le sport féminin de manière différente lorsque tu couvres un événement ?

Avec les femmes, la photo est moins tournée sur l’exploit et la puissance. Lorsque l’on regarde la photo de Caeleb Dressel qui sort pour une reprise de nage de papillon, c’est de la puissance pure.

Sur les photos des filles, que ce soit celles de natation synchronisée ou les sorties de bassin, il y a toujours une élégance supplémentaire. Je pense qu’il y a plus d’émotion, d’émotion douce j’entends, qui ressort des photos sur lesquelles on voit des athlètes femmes. Il y a plus de grâce.

Caeleb Dressel, médaillé d’or du 100 m Butterfly aux JO de Tokyo en 2021…©Stéphane Kempinaire/KMSP

Est-ce que c’est vraiment ce qui ressort des photos ou est-ce que c’est ce que l’on va chercher pour coller aux clichés véhiculés par les deux sexes ?

Non, ce ne sont pas des clichés, c’est mon ressenti. Avec les sportives, il y a des comportements qui font que la photo va être plus sensuelle, plus imprégnée d’où cette émotion douce dont je parlais.

On le voit sur la photo de cette fille, Anna Santamans, qui vient de finir sa course. Elle fait du sprint et quand elle arrive, elle est épuisée or, elle est très belle même si c’est une photo d’effort.

La nageuse française Anna Santamans à l’Open de France Vichy, Val d’Allier 2014… ©Stéphane Kempinaire/ KMSP/DPPI

Tu as sélectionné pour nous quelques-uns de tes clichés préférés. Parmi eux, il y a cette photo des soeurs Tremble qui attire l’attention et par sa composition graphique et par l’utilisation que tu fais des couleurs. Elles sont à la fois discrètes et, dans le même temps, très vives…

Charlotte et Laura Tremble sont des filles que j’apprécie particulièrement. Elles sont jumelles et sont toutes les deux en équipe de France de natation synchronisée.

Cette photo-là concluait une session de shooting qui avait duré toute la journée. J’avais apporté le fond noir mais, à ce moment, il y a eu une lumière un peu zénithale qui est arrivée. Je savais qu’on allait réussir un truc assez sympa mais je ne savais pas que cette eau qui éclabousse allait prendre une telle teinte. Ce côté turquoise, c’est ce qui donne un petit plus à la photo.

Même si la photographie, c’est de la maîtrise, que la chance ne joue pas, il m’arrive parfois d’être surpris par quelques rendus.

Les nageuses synchronisées françaises, Charlotte et Laura Tremble…©Stéphane Kempinaire/KMSP

L’autre photo de natation synchronisée rappelle la fresque de Michel-Ange sur le plafond de la Chapelle Sixtine à Rome avec ce geste du doigt, ce regard…

C’est la directrice de l’équipe de France de natation synchronisée qui avait imaginé ce genre de composition d’image.

C’était juste avant les Jeux Olympiques de Rio. Moi, je suis immergé et, dans l’eau, il faut savoir que les flashs sont plus aléatoires. Ceci étant, encore une fois, il y a eu ce rayon de lumière qui arrive, vient taper dans le fond de la piscine et je m’en suis servi.

La composition est incroyable mais ce qui ressort avant tout, c’est la maîtrise totale de ces filles. À aucun moment, on a l’impression qu’elles sont en train de travailler, on ne sent pas qu’elles sont en apnée, les visages sont sans effort avec un regard tourné.

Et puis, il y a une part d’inattendu avec ce soleil qui permet de réhausser l’éclairage et remonte sur les visages. Ce cliché, je l’ai fait en couleur mais il ne me plaisait pas, il y avait une nuance trop cyan que je n’aimais pas, alors je l’ai basculé en noir et blanc.

L’équipe de France de Natation synchronisée, à l’INSEP en 2018…©Stéphane Kempinaire/KMSP

Tu a sélectionné deux photos de mouvement, il y a celle de la nageuse Marion Joffle qui évolue en bassin extérieur et qui semble venir te saluer et celle de Laura Augé dont le visage est encadré par une gerbe d’eau extraordinaire…

J’ai pris la la photo d’extérieur à l’occasion d’un championnat de France en eau glacée. Il fait deux degrés dehors, quatre dans l’eau. Cette image, je l’avais en tête, je voulais faire ce que l’on appelle un mi-air, mi-eau.

Il se trouve qu’à chaque passage, cette nageuse, Marion Joffle, me regardait et j’ai trouvé ça rigolo. Pour obtenir cet effet, moi aussi je suis dans l’eau. J’ai le dos à l’extérieur, je respire avec un tuba et mon caisson, dans lequel se trouve mon boitier, est à moitié immergé.

Ce ne sont pas des photos faciles car il ne faut pas donner trop d’épaisseur à l’eau. Il faut également avoir une certaine maîtrise de l’immersion pour ne pas bouger. Ce jour-là, j’ai dû rester quarante minutes dans l’eau car il y avait d’autres nageuses et j’avais oublié mes gants. J’avais très froid et quand je suis sorti de l’eau, mes mains étaient violettes !

La nageuse Marion Joffle surnommée « Le Pingouin », spécialiste de la nage en eau glacée…©Stéphane Kempinaire/KMSP

Et la photo de Laura Auger, tu l’as recommencée combien de fois pour parvenir à ce mouvement parfait de cheveux et d’eau ?

J’ai fait une seule photo. Tout est au flash. Laura est au milieu de la piscine, il faut bien avoir prévu l’éclairage, anticiper ce que ça peut rendre et attendre le bon moment pour déclencher. Tout va très vite.

Il est vrai que le mouvement est parfait, mais les nageuses synchronisées sont des filles qui maîtrisent tellement de choses !

Laura Auger à l’entraînement à l’INSEP en 2015…©Stéphane Kempinaire/KMSP

Tu sais également faire naître l’émotion de moments d’abandon. Il y a notamment cette photo de Camille Muffat qui la montre comme vidée, épuisée et totalement imperméable au monde qui l’entoure. Ce sont des moments très intimes mais on ne se sent pas voyeurs pour autant…

J’essaie toujours de ne pas être intrusif, d’être témoin mais en restant à ma place. Pour Camille, c’était particulier parce que c’était la première fois que je faisais ce que l’on appelle des photos de sortie d’eau. Ce sont des photos compliquées à prendre car tu ne sais pas à quel moment l’athlète va sortir, l’éclairage n’est pas évident et tu n’es pas forcément bien placé.

Encore une fois, il faut absolument que tu anticipes. J’avais pour moi de savoir que Camille sortait toujours de la même façon car chaque sportif a des comportements qu’il répète de manière inconsciente. Ce genre de photos, on ne les faisait jamais avant. J’ai commencé à cette époque en essayant de me renouveler et de proposer des angles auxquels on n’était pas habitués.

Sur cette photo, Camille est encore dans sa concentration, elle est aussi dans la récupération et elle est peut-être même en train de refaire sa course dans sa tête. J’ai proposé ce cliché lors d’un concours organisé par la FINA, la Fédération internationale de natation, et je suis arrivé deuxième.

La nageuse française Camille Muffat…©Stéphane Kempinaire/KMSP

Tes compositions sont également très graphiques. Entre la composition et la lumière, on ne perçoit pas la prothèse de Dimitri Pavadé, du moins pas tout de suite…

Dimitri Pavadé, c’est un sacré bonhomme. Pour faire ce genre de photos, il faut que ton personnage ait la pêche, ce qui implique de ne pas le refaire sauter cinquante fois. Il faut aussi prévoir l’encombrement du personnage en mouvement par rapport au cadre.

Pour ce qui est de la lumière, j’avais de la gélatine orange à gauche et, à droite, de la bleue. On le voit sur son visage. Je dois avouer que j’ai un peu forcé sur la post-prod sur celle-ci. C’est rare. Quand je fais des photos, je n’ai pas envie de passer des heures à les retravailler, je ne suis pas dans la post-prod de pub où le cliché final n’a plus rien à voir avec la photo de base.

C’est pour cela que j’essaie de maîtriser au maximum tous les aspects techniques.

L’athlète paralympique français Dimitri Pavadé…©Stéphane Kempinaire/KMSP

La photo de plongeon est aussi très travaillée au niveau de la composition. Il y a beaucoup d’éléments mais ce qui saute aux yeux, ce n’est pas le plongeoir, pourtant très imposant, mais cette jeune femme qui se prépare à sauter.

Cette photo, c’était à Tokyo pendant les entraînements. Ce sont des moments pendant lesquels il ne se passe pas forcément grand chose. Là, j’ai dû réaliser deux photos intéressantes dont celle-ci.

J’avais un cadre défini et, à ce moment précis, chaque personnage a bien pris sa place : celles qui attendent, les juges, stoïques, avec leurs masques et celle qui se prépare à faire son plongeon avec les jambes en V.

Tu attends ce résultat mais il est long à venir. Il m’est arrivé de passer un temps incroyable à attendre, à faire malgré tout des photos parce que tu ne sais jamais… Il peut se passer quelque chose que tu n’as pas vu mais, parfois, il ne se passe vraiment rien !

Échauffement des plongeuses, à 10 m de hauteur, aux JO de Tokyo 2021… ©Stéphane Kempinaire/KMSP

  • Retrouvez le travail photographique de Stéphane Kempinaire sur son compte Instagram @stephanekempinaire

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Elle fait partie de ces défricheuses qui ont contribué à populariser le rugby féminin. Annick Hayraud, multi-titrée en club et avec l’équipe de France de rugby à XV, n’a jamais cessé de militer. Manager général des Bleues depuis 2016, son mandat s’achève à la fin de l’année et elle espère, à l’avenir, plus de moyens pour développer et pérenniser la pratique. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie »

Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie. »

Quatre médailles d’argent européennes, une médaille de bronze aux récents Jeux de Tokyo… En huit saisons, Valérie Garnier a fait de la France une place forte du basket féminin. Aujourd’hui, si elle quitte son poste d’entraîneur de l’équipe tricolore, elle n’a pas dit son dernier mot. Rencontre avec une enfant de la balle qui n’a plus rien à prouver.

Lire plus »
Mathilde Lamolle

Mathilde Lamolle, la tireuse qui dégaine plus vite que son ombre

Elle était déjà de la partie aux Jeux de Rio, au Brésil, en 2016. Une première expérience olympique douloureuse pour Mathilde Lamolle, qui avait mis un terme prématurée à sa virée brésilienne lors des qualifications du tir à 25 mètres. Cinq ans plus tard, la donne a changé. Et la toute récente championne d’Europe de tir compte bien profiter des Jeux Olympiques de Tokyo pour enrichir son palmarès. Portrait d’une surdouée du pistolet.

Lire plus »
Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Marie Le Net : « Gagner, c’est ce qui me motive le plus ! »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une dingue du volant, une croisière solidaire, un retour sur l’histoire des volleyeuses, une winneuse dans l’âme qui s’attaque au Paris-Roubaix (Marie Le Net sur notre photo), une course mythique qui s’est déroulée ce week-end et qui n’aura plus de secrets pour vous. C’est le meilleur d’ÀBLOCK! Et c’est juste pour vous.

Lire plus »
Clarisse Agbegnenou

Clarisse Agbegnenou : 5 infos pour briller en kimono

Désignée porte-drapeau de la délégation française aux JO de Tokyo 2021 au côté du gymnaste Samir Ait-Saïd, elle est multiple médaillée en trois couleurs, et surtout de la plus belle… l’or. La judokate a su s’imposer sur les tatamis et devenir l’une des meilleures combattantes mondiales. Retour sur 5 infos marquantes de la carrière de Clarisse Agbegnenou.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner