Rechercher

Jeux Olympiques de la Jeunesse d'Hiver 2024 Avalanche bleue au programme !

Lola Bugeaud : « Le biathlon, ce n'est pas de la méditation, mais pas loin . »
Place aux jeunes ! Du 19 janvier au 1er février, ce sont les athlètes de demain qui prennent les rênes à l'occasion des Jeux Olympiques de la Jeunesse d'Hiver 2024. Dans la province de Gangwon, en Corée du Sud, ce ne sont pas moins de 81 médailles d'or qui sont à rafler. Et nos p'tits Bleus comptent bien en ramener à la maison...

Par Alexandre Hozé

Publié le 09 janvier 2024 à 17h42

L’année 2024 s’annonce on ne peut plus olympique ! Si le parfum des Jeux Olympiques et Paralympiques se fait de plus en plus sentir à Paris, une autre compétition prestigieuse va s’ouvrir d’ici peu de temps.

Le 19 janvier, les JOJ (Jeux Olympiques de la Jeunesse) d’Hiver débuteront en Corée du Sud, dans la province de Gangwon. Le climat s’y prête parfaitement… Mais une chose est sûre, la fougue de cette jeunesse talentueuse va réchauffer le mercure !

Ce ne sont pas moins de mille-neuf-cents athlètes, répartis en quinze disciplines, qui vont s’affronter jusqu’au 1er février sur les quatre-vingt-une épreuves au programme. Ski, biathlon, patinage, snowboard, hockey sur glace… Les sports d’hiver sont dans la place !

Ces JOJ sont l’occasion de prendre note pour l’avenir : les champions et championnes de demain sont certainement dans le lot ! Et on croit en nos jeunes pousses françaises…

Léa Casta et Franck Tekam seront les porte-drapeaux de la délégation tricolore pour ces JOJ 2024… ©️France Olympique

Il faut dire qu’il y a de quoi ! Remontons le temps de presque une année… Nous sommes début 2023, le 28 janvier pour être précis. Ce soir-là, le Festival Olympique de la Jeunesse Européenne (FOJE) d’Hiver vient de s’achever sur les pistes italiennes. Et la première nation de ce rendez-vous de la glisse européenne, c’est… la France !

Dix-sept médailles au compteur, sept en or, six en argent et quatre en bronze, le bilan parle de lui-même. De quoi nourrir de beaux espoirs pour les JOJ de Gangwon, même si le groupe tricolore est en partie remanié. C’est le jeu, seuls les athlètes entre 14 et 18 ans peuvent participer ! Certains médaillés du dernier FOJE ne font donc pas partis du voyage, mais d’autres sont toujours là.

À commencer par les deux porte-drapeaux tricolores : Léa Casta et Franck Tekam.

Lola Bugeaud fait partie des meilleures biathlètes de ces JOJ…©️CNOSF/KMSP

Léa Casta arrive comme l’une des plus grandes chances de médaille française. En janvier 2023, cette spécialiste de snowboard cross avait obtenu l’or en équipe mixte (avec l’aide d’Eliott Leicht) et l’argent en individuel. Ses faits d’armes ne s’arrêtent pas là, la jeunette de 16 ans a montré l’étendu de son talent à de multiples reprises lors d’étapes de Coupe du Monde senior. Mais avant de passer définitivement dans la cour des grandes, place à la confirmation lors des JOJ 2024 !

La biathlète Lola Bugeaud débarque en Corée dans le même état d’esprit conquérant. Médaillée d’or avec le relais mixte et d’argent en individuel lors du sprint de six kilomètres durant le FOJE 2023, la championne vise d’autres breloques à l’occasion de ces JOJ. En combiné nordique, Romane Baud croit également en ses chances. Et elle a raison.

Les jeunes gars veulent eux aussi briller. Notre porte-drapeau Franck Tekam en patinage de vitesse, ainsi que Luca Mérimée-Mantovani et Romain Allemand en snowboard freestyle possèdent tout le talent nécessaire pour finir sur un podium.

Au total, ce sont soixante-cinq tricolores qui vont concourir sur les anciennes installations des Jeux Olympiques d’Hiver 2018. PyeongChang étant dans la province de Gangwon, il serait dommage de ne pas en profiter !

©CIO

C’est l’occasion de parfaire la « formation » de toutes ces jeunes championnes et ces champions. Car même si les JOJ 2024 sont pris très au sérieux par tous les participants (ça fait une chouette ligne dans le CV), n’oublions pas que cette compétition est aussi un tremplin vers l’olympisme des grands.

Les Jeux Olympiques d’Hiver de 2026 qui auront lieu en Italie, font de l’œil aux jeunes espoirs de la peuf. Et pour nos tricolores, avec la désormais très probable organisation des JO de 2030 dans l’Hexagone, la préparation peut déjà commencer…

Pour cela, quoi de mieux qu’une véritable fête du sport ? Car c’est bien ça, les Jeux Olympiques de la Jeunesse, une ode à la bonne humeur, au fair-play, à la compétition (un peu quand même) et surtout à l’entente entre jeunes du monde entier. Le tout avec un accès gratuit aux épreuves pour les spectateurs.

Alors… glissez jeunesse !

©CIO

Ouverture Lola Bugeaud ©KMSP/CNOSF

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Un Bunny Up ? Cékoiça ?

Un Bunny Up ? Cékoiça ?

Le bunny up ou bunny hop, que l’on peut traduire par saut de lapin en français, est l’une des techniques phares de l’univers du VTT. Mais qu’est-ce que c’est ? Et en quoi ça consiste ? Les coachs ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Suite de notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Euro féminin 2022, les Bleues under pressure

Euro féminin 2022, les Bleues under pressure

L’Angleterre accueille l’Euro féminin dès ce 6 juillet et pour plus de trois semaines de rencontres à haut niveau. Alors que les seize nations qualifiées ont terminé leur préparation, la pression monte petit à petit. L’équipe de France compte bien faire taire les critiques et briller sur la scène anglaise. Petit récap’ de la compet’ avant le coup d’envoi.

Lire plus »
La question qui tue

Pourquoi, le soir, je suis ballonnée ?

Cette question qui tue, on nous l’a posée plusieurs fois. Genre, des sportives et des pas (toujours) sportives, si si ! Il semblerait que gonfler le soir venu soit malvenu. Et que ça concerne aussi celles qui font leurs abdos consciencieusement. Parce que (hey, on vous le dit, là, tout de suite, ça a pas forcément à voir). Alors, on va tenter une réponse avec notre coach, Nathalie Servais. Mais, on est d’accord qu’on n’est pas gastro, hein ?

Lire plus »
Sophia Bouderbane

Sophia Bouderbane : « Le karaté, c’est puissant, ça t’offre des émotions rares. »

La veste du karatégi sanglée à la perfection, la tête sur les épaules, les pieds ancrés sur le tapis… la karatéka française, multi médaillée, qui a raflé l’an dernier le titre de championne d’Europe, vit sa passion intensément et viscéralement. Pour elle, le karaté est un code moral. Et un épanouissement joyeux qu’elle partage sans retenu. Conversation avec une grande Dan.

Lire plus »
Virginie Verrier : «  Mon film sur Marinette Pichon va-delà du football. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une légende paralympique, une déclaration d’amour aux sportives, une réalisatrice qui met en lumière une footeuse du nom de Marinette Pichon (interprétée par Garance Marillier sur notre photo), l’histoire des femmes dans les stades et un décryptage du rendez-vous d’athlétisme de l’année, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anaïs Quemener : « J'aime le trail, ça me fait sortir de ma zone de confort. »

En piste avec Anaïs Quenemer (chapitre 1)

Après son 10 000 mètres sur piste où elle est devenue vice-championne de France, Anaïs Quemener remettait les baskets le 22 mai à Saint-Maur dans le Val-de-Marne. Nous l’avons suivie sur la piste bleue du stade Chérin. Échauffement au programme pour ce premier épisode à suivre…

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner