Rechercher

Marie Marvingt La pionnière du Tour de France

Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France
Si on bouclait la (grande) boucle ? Alors que le premier Tour de France Femmes vient de s'achever, place à celle qui a été la seule, en 1908, lorsque les femmes n’étaient pas autorisées à participer au Tour de France, à s'engager sur cette course avec les hommes. Marie Marvingt se passera de permission pour prendre le départ de la plus renommée des compétitions cyclistes. L’Auvergnate, 33 ans, fera partie des trente-sept coureurs à venir à bout des cinq-mille kilomètres du parcours. Sans que son nom ne soit inscrit au palmarès.

Par Sophie Danger

Publié le 31 juillet 2022 à 18h45, mis à jour le 31 juillet 2022 à 19h00

13 juillet 1908. Le jour n’est pas encore levé lorsque Lucien Georges Mazan se présente sur l’île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine.

« Petit-Breton » comme on le surnomme, s’apprête à prendre le départ de la sixième édition du Tour de France avec, en tête, l’envie furieuse d’inscrire son nom au palmarès pour la deuxième fois consécutive, un exploit jusqu’alors inédit.

Le vainqueur du Bol d’Or 1904 n’est évidemment pas le seul à convoiter la victoire finale et ses lauriers. Des cent-soixante-deux coureurs inscrits pour l’occasion, cent-quatorze ont eux aussi honoré le rendez-vous.

La première étape doit les mener de Paris à Roubaix, deux-cent-soixante-quinze kilomètres à parcourir pour se dégourdir les jambes et prendre ses marques.

En tout, il y en aura quatorze pour un total de presque cinq mille kilomètres et une arrivée programmée, à Paris, vingt-sept jours plus tard. 

À l’écart du peloton, une femme assiste tranquillement à l’effervescence de ce matin d’été radieux. Contrairement au reste de l’assistance, elle n’est pas une spectatrice comme les autres.

Son nom ? Marie Félicie Elisabeth Marvingt. Sportive émérite, elle s’est déjà illustrée en haute-montagne trois ans auparavant en réalisant la première féminine de la traversée Charmoz-Grépon dans la chaîne du Mont-Blanc.

L’année suivante, la jeune Auvergnate, également nageuse accomplie, a marqué les esprit en devenant la première Française à concourir dans la Traversée de Paris.

Elle s’est classée, sans démériter, 15e, améliorant, au passage, le record de la célèbre Australienne Annette Kellermann.

Des prouesses remarquées, certes, mais dont Marie Marvingt est loin de se contenter. Son nouveau défi ? Se mesurer aux « géants de la route » sur le Tour de France.  

Le challenge est beau, mais les obstacles nombreux. En ce début de siècle, le sport féminin n’en est qu’à ses balbutiements et les « athlétesses » n’ont pas toujours bonne presse.

Marie Marvingt l’a d’ailleurs appris à ses dépends lorsqu’Henri Desgrange, le célèbre patron du journal l’Auto, initiateur de la Grande Boucle, lui a refusé de manière catégorique le droit de participer à « sa » course.

Ses coups d’éclats à vélo sur Nancy-Bordeaux, Nancy-Milan et Nancy Toulouse*, n’y ont rien changé. Pour l’ancien recordman du monde de cyclisme reconverti, depuis, en redoutable homme de média, les femmes n’ont pas leur place sur le Tour et aucun argument ne saurait le faire plier.

L’Aurillacoise n’a eu d’autre choix que d’en prendre note.

Mais il en faut plus pour la décourager. Car si Desgrange est borné, Marie Marvingt, elle, est têtue. Et s’apprête à le prouver.

Interdite de départ officiel, elle enfourche son vélo quelques minutes après que ses concurrents masculins se soient lancés à l’assaut des routes de l’Hexagone. Elle fera de même lors des treize étapes suivantes.

Le 9 août, alors que « Petit-Breton » suivi, par intermittence, des trente-cinq autres forçats rescapés de ce Tour de force, pénètre dans l’enceinte du Parc des Princes pour un finish en apothéose, la trentenaire met, elle aussi, le pied à terre après avoir avalé, comme les autres, les deux-cent-soixante-deux derniers kilomètres du parcours.

Une performance extraordinaire qui ne lui vaudra ni honneurs ni reconnaissance.          

Il lui faudra patienter encore quelques années pour que son nom passe enfin à la postérité grâce à ses talents de… pilote !

Elle y gagnera un surnom, « la fiancée du danger ». Un succès mérité pour cette intrépide fille de l’air qui ne renoncera néanmoins jamais à ses premières amours.

Pour preuve, en 1961, âgée de 86 ans, elle s’offrira une ultime grande virée au volant de Zéphyrine, sa précieuse bicyclette.

Point de départ : Nancy. Point d’arrivée : Paris. Elle mettra six jours pour atteindre la Capitale à raison de dix heures d’efforts quotidiens. Elle s’éteindra deux ans plus tard dans un hospice de Laxou, une petite ville de Meurthe-et-Moselle.

Disparue peu à peu de la mémoire collective, son souvenir refera surface avec force six décennies plus tard lorsque Mathieu Klein, maire de Nancy, proposera sa panthéonisation. L’étude du dossier est toujours en cours.   

* Ces courses sont citées dans la biographie de Marie Marvingt mais il semble n’en avoir aucune trace dans la presse de l’époque, hormis dans un portrait paru en 1920 dans Le Miroir des Sports       

Ouverture ©Google Images

D'autres épisodes de "Cyclisme, dans la roue des sportives"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Kellie Harrington, la boxe comme uppercut vital

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine qui continue sa récolte de breloques, une activiste comme on les adore, une fille aux poings magiques (Kellie Harrington sur notre photo) et un nouveau carnet de route signé de notre ambassadrice Anaïs Quemener, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Mylène Chavas, la gardienne qui touche au but

Mylène Chavas, la gardienne qui touche au but

Du haut de ses 24 ans, elle conserve toujours près d’elle son ballon…et son sang-froid. Gravir les échelons sans brûler les étapes, c’est la recette de la deuxième gardienne des Bleues. Cet Euro sera peut-être l’occasion de prouver qu’elle en a sous le gant.

Lire plus »
Hamburger sport la question qui tue

J’ai fait une heure de sport, je peux m’offrir un gros menu burger ?

Ah, cette chouette impression du travail accompli, cette satisfaction d’avoir tout donné ! Puis, ce besoin impérieux de récompense. Et la récompense, on va pas se le cacher, c’est souvent dans l’assiette qu’on va la chercher. Mais est-ce bien raisonnable de se jeter sur tout ce qui n’est pas light, même si on s’est bougé pendant une heure ? La réponse éclairée de notre coach, Nathalie Servais. Lisez plutôt avant de dévorer !

Lire plus »
À vos marques, partez... sur les pistes !

À vos marques, partez… sur les pistes !

Ce samedi 29 janvier, dans la station des 7 Laux, aura lieu la première édition du Trail Blanc. Une course nocturne, à pied, sur les montagnes enneigées afin de se dépasser dans une bonne ambiance qui mêlera dépassement de soi et chutes en tout genre.

Lire plus »
Les « Cholas » et le skate, une affaire qui roule

Les « Cholas » et le skate, une affaire qui roule

Sur leur planche, elles sillonnent le pays en tenue traditionnelle. Ces jeunes skateuses boliviennes ont ainsi trouvé comment revaloriser leur héritage indigène et lutter contre les discriminations. Rencontre avec Estefanny Morales et Suzan Meza, deux membres du groupe ImillaSkate.

Lire plus »
Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Gardienne star du hockey sur gazon, la british Maddie Hinch aurait pu abandonner les terrains aussi vite qu’elle y a été célébrée. Héroïne des Jeux Olympiques de Rio en 2016 après avoir stoppé quatre penaltys sur cinq, ouvrant la voie à la médaille d’or pour son équipe nationale, elle n’a pas su résister à la pression. Mais c’était mal connaître cette wondersportive qui a fini par se relever pour mieux remporter, cet été, la médaille de bronze aux Jeux de Tokyo. La numéro un mondial de la cage est toujours dans la place !

Lire plus »
Rikako Ikee

Rikako Ikee, la nageuse qui ne veut jamais perdre, même contre la maladie…

Elle a seulement 20 ans, mais entame déjà sa deuxième vie. Rikako Ikee, grand espoir de la natation japonaise, a bien failli ne pas participer aux prochains JO de Tokyo. Atteinte d’une leucémie diagnostiquée en février 2019, la sextuple médaillée d’or des Jeux Asiatiques de 2018 a dû batailler dix longs mois contre la maladie avant de revenir au premier plan. Portrait d’une battante.

Lire plus »
Marine Leleu : « Dans le milieu du sport, je suis un électron libre. »

Marine Leleu : « Dans le milieu du sport, je suis un électron libre. »

Son été a commencé par un Ironman à Nice, s’est poursuivi par un triathlon à Genève, le tout ponctué de séances de CrossFit, de kilomètres à vélo, de paddle, de randonnées, de courses à pied… Marine Leleu, première Française à avoir bouclé un Enduroman, est une machine, mais une machine bien huilée. Rencontre avec une fille qui fait avant tout du sport pour le plaisir.

Lire plus »
Coupe du Monde féminine de football 2023, le récap

Coupe du Monde féminine de football 2023, le grand récap’

La Coupe du Monde 2023 s’est bouclée par la victoire de l’Espagne, une première pour le pays. Ce ne fut pas aussi joyeux du côté de nos Bleues pour qui le Mondial s’est achevé sur une élimination frustrante aux tirs aux buts. La déception est de mise, mais l’avenir semble promettre de belles choses pour cette équipe de France qui ne lâche rien.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner