Rechercher

Il était une fois le ski… féminin

Il était une fois le ski… féminin
À l’heure où les meilleures skieuses de la planète jouent des bâtons pour remporter une médaille aux JO de Pékin, faisons un petit saut dans le passé, histoire de saluer les premières dames à pouvoir fouler les pistes enneigées et les podiums olympiques.

Par Clotilde Boudet

Publié le 13 février 2022 à 18h41, mis à jour le 18 février 2024 à 12h23

Si le ski est un moyen de locomotion depuis la préhistoire, il faut attendre le XIXe siècle pour que les Scandinaves se lancent dans des compétitions… Dans lesquelles les femmes sont très vite incluses.

Une femme à ski dans les bois, dessin exécuté avant 1890…©Bibliothèque de Norvège

En 1908, le concours international de ski de Chamonix voit le jour organisé par le Club Alpin Français : « Les équipes françaises se présentent munis de leur seul, long et lourd bâton de frêne. Surprise, les skieurs norvégiens sont équipés de deux bâtons légers en bambou…Survolées par les skieurs militaires norvégiens, des courses nationales et internationales sont organisées dans les catégories suivantes : jeunes, dames, messieurs, militaires ; les disciplines principales sont les épreuves de fond et de saut », explique sur son site la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM).

L’épreuve de ski de fond des dames en 1908, à Chamonix…©Federal de documentation/ffcam

« Neuf participantes feront la course de fond de 3km entre le hameau des Plans en direction des Praz, sur un terrain varié avec obstacles, marche en forêt et dénivelé de 50m : victoire des Chamoniardes Marthe et Marie Simond », nous conte le blogdechristinechamonix.fr.

En 1909, c’est le tour du concours de Morez qui y organise également une épreuve réservée aux femmes. « En 1909, le concours international de ski est organisé du 31 janvier au 5 février dans le Jura à Morez. Ce sont les épreuves de fond, de saut et de vitesse qui sont proposées pour les catégories jeunes, dames, messieurs, et militaires. Le bobsleigh est présenté à cette occasion, il est utilisé sur les routes verglacées… », note la FFCAM.

©Gallica Bnf /Agence Rol

Les dames pratiquent d’abord en robe longue, le port du pantalon ne leur étant autorisé sur les pistes qu’à partir de 1920… C’est donc en pantalon qu’elles participent, bien que peu nombreuses, aux premiers championnats du monde de 1931.

Les skieuses disputent les mêmes épreuves que les hommes : la descente, le slalom et le combiné.

©Gallica Bnf /Agence Rol

La première grande championne du ski français avec notamment un titre mondial remporté en 1954 en slalom géant, s’appelle Lucienne Schmidt-Couttet, il s’agit de la sœur du médaillé olympique, James  Couttet.

Puis, viendront les légendaires sœurs Goitschel, Christine et Marielle Goitschel et le « double doublé », slalom et géant, aux Jeux olympiques d’Innsbruck en 1964.

Lucienne  Schmidt-Couttet

Mais si, femmes et hommes, disputent les mêmes épreuves de descente, slalom et combiné, cette égalité n’est pas une réalité dans toutes les facettes du ski…

Côté saut à ski, la pratique est discipline olympique depuis 1924, mais ne s’est ouverte aux femmes qu’en 2014 ! Gian-Franco Kasper, président de la Fédération internationale de ski (FIS) déclarait en 2005 : le saut à ski n’est pas « adapté aux femmes d’un point de vue médical ». Pourtant, déjà en 1862, la Norvégienne Olavsdottir Vestby s’élançait pour un saut de 6 mètres.

©Nos montagnes, 1943

Cette injustice poussera, en 2008, une quinzaine de sauteuses à ski américaines à poursuivre en justice le comité d’organisation des JO de Vancouver, pour « discrimination de genre ».

Leur demande sera déboutée, mais leur colère sera entendue. En 2014, l’Allemande Carina Vogt devient la première championne olympique de saut à ski de l’histoire.

C’est aussi d’Allemagne que vient la première championne olympique de ski alpin. Elle a 21 ans et a pour nom Cristl Cranz. Nous sommes en 1936, à Garmisch, et l’Allemande remporte dans son pays la descente du combiné en ski alpin.

Durant sa carrière, elle décroche douze médailles d’or aux championnats du monde… Un record qui n’a, jusqu’ici, jamais été battu.

Cristl Cranz… ©CIO

Ouverture Mont Kosciusko, 1926, par Albert James Perier/Alamy

D'autres épisodes de "Il était une fois le sport... conjugué au féminin"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Kids

À la puberté, faut limiter le sport oui ou non ?

Le sport, quand on est parents d’un ado, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Qu’il pratique une activité sportive, évidemment… mais pas trop quand même. « Pense aussi à l’école » ! Et puis, il paraît que le sport et la puberté ne font pas bon ménage. Il paraît…

Lire plus »
Il était une fois le baseball... féminin

Il était une fois le baseball… féminin

Il débarquera aux Jeux Olympiques 2028 de Los Angeles. Rien de très surprenant pour un sport made in America. Les femmes en ont d’abord été écartées, mais elles ont vite pris les battes en main ! Retour sur l’histoire des pionnières du baseball.

Lire plus »
Premier Round, un combat ÀBLOCK! Kids

Premier Round, un combat ÀBLOCK!

S’engager pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes des quartiers prioritaires, lutter contre la maltraitance envers les enfants sous toutes ses formes, ce sont les missions musclées de Premier Round, asso lancée par la boxeuse Rima Ayadi.

Lire plus »
Sandrine Alouf : « Mes photos de sportives, c’est une loupe sur une société ultra genrée. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière qui a le break dans le sang, une asso qui se bouge, des fonds pour donner une chance à mille petites filles, une photographe qui met à terre les préjugés et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Mélissa Plaza : « Le slam est très thérapeutique. Quand je répare ces femmes en mettant les mots justes aux bons endroits, je me répare moi-même. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-footeuse qui rejoint la Team ÀBLOCK! pour slamer sur des championnes inspirantes (Mélissa Plaza sur notre photo), un nouvel éclairage juridique sur le sport, la présentation d’un mondial qui fait des vagues et une rubrique Kids qui nous donne des ailes, c’est le top de la semaine ! Enjoy !

Lire plus »
Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire de raquettes et volants, une femme engagée qui donne de la voix pour réparer les corps, le retour des Kids (avec la pilote moto de 16 ans, Justine Pedemonte) et une double journée de grimpe en salle, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Kids

Pour commencer le sport, y a un âge… ou pas ?

Développer son équilibre, apprendre l’esprit d’équipe, se dépenser… Nombreux sont les enfants à pratiquer un sport en dehors de l’école. D’ailleurs, les clubs s’ouvrent de plus en plus aux tout-petits. Mais à partir de quel âge peut-on vraiment faire du sport ?

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Angelina Favario : « Le sport automobile est un sport macho, mais ça ne m’atteint pas. »

Angelina Favario : « Le sport automobile est un sport macho, mais ça ne m’atteint pas. »

Elle n’a pas encore 20 ans mais déjà une détermination de fer. Angelina Favario, jeune pilote, n’a qu’une idée en tête : devenir pro et, pourquoi pas, évoluer, à l’avenir, en Formule 1. La Savoyarde, qui a fait ses gammes l’an passé en F4, sait qu’elle devra, pour cela, se battre tout au long du chemin contre adversaires et préjugés. Rencontre avec une demoiselle que rien ne peut freiner.

Lire plus »
Camille Prigent

Camille Prigent : « Le kayak, ça t’apprend la résilience… »

Tombée dans la marmite tourbillonnante du kayak quand elle était petite, la kayakiste de 22 ans semble voler sur l’eau depuis son titre aux JO de la Jeunesse et ses victoires en championnats nationaux, européens et mondiaux. La tête sur les épaules et armée d’une motivation sans faille, Camille Prigent trace avec détermination son sillon pour Paris 2024.

Lire plus »
Charlotte Hym et Madeleine Larcheron

Charlotte Hym et Madeleine Larcheron, les rideuses françaises entrent en… Skate

Elles seront deux. Deux Françaises à porter fièrement les couleurs de l’équipe de France lors des épreuves de skateboard qui auront lieu le 25 juillet (street) et le 4 août (park) aux JO de Tokyo. Charlotte Hym et Madeleine Larcheron auront l’occasion de marquer l’Histoire des Jeux Olympiques en s’invitant sur le premier podium consacré à la discipline. Faisons les présentations.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner