Christine et Marielle GoitschelCes deux sœurs qui ont marqué l’histoire du ski…

Marielle Goitschel : « À 7 ans, j’écrivais déjà sur des papiers que je serais championne de ski. »
Dans le nouvel épisode de son podcast, « Merci pour ce moment » qui s’attache à décrypter les grandes heures du sport, Quentin Faure, nous propose de revenir sur la légende d’un duo inoubliable, sœurs à la neige comme à la ville, les championnes de ski, Christine et Marielle Goitschel. À l’écoute !

Par Valérie Domain

Publié le 11 février 2022 à 15h36, mis à jour le 13 février 2022 à 18h49

En sport, les années 60 ont été marquées par un duo d’excellence : les sœurs Goitschel, Christine et Marielle, qui vont dominer le ski de descente durant près de dix ans. Et faire partie des pionnières des JO d’hiver.

En 1964, aux Jeux d’Innsbruck, les deux sœurs vont réaliser un doublé historique : remporter la première et la seconde place sur deux épreuves différentes, à deux jours d’intervalle.

Ce succès, soutenu par le Général de Gaulle lui-même est aussi révélateur de la représentation des athlètes à cette époque.

Pour décrypter les différents enjeux de la représentation sociale des femmes athlètes, Quentin Faure, créateur d’un podcast totalement ÀBLOCK! « Merci pour ce moment » qui vise à déconstruire et comprendre les moments de sport qui nous ont fait rêver, invite autour de la table, Lucie Falcone, elle-même créatrice du podcast Ex-Aequo et auteure de la thèse « De la conquête de l’or blanc à celle de l’imaginaire collectif : ces mythologiques sœurs Goitschel. »

Mais aussi Marion Philippe, historienne du sport à l’université Gustave Eiffel, qui travaille sur la représentation de femmes championnes olympiques.

« On parle d’ailleurs beaucoup de Marielle car c’est elle qui obtient le plus gros palmarès, elle a également laissé une empreinte plus marquée chez les spectateurs grâce à une bonne répartie, une audace et une aisance à l’oral, qui construisent un charisme certain. On parle en revanche un peu moins de sa sœur aînée, Christine, présentée comme plus réservée, mais elle aussi championne et vice-championne olympique. »

Quentin Faure nous propose de décrypter cette histoire de sœurs quasi jumelles qui ont tout gagné en ski. Comment ces victoires ont été traitées et comment les personnages des sœurs Goitschel ont été façonnés ? On vous laisse le découvrir !

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Chloé Trespeuch : « J’ai grandi dans l’idée que quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

Chloé Trespeuch : « J’ai grandi avec l’idée que, quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

À Pékin, en février, elle décrochait une deuxième médaille olympique, l’argent, huit ans après le bronze qu’elle raflait, à 19 ans, à Sotchi. Dans le podcast « Extraterrien », signé Barthélémy Fendt, la snowboardeuse Chloé Trespeuch slalome entre des sujets aussi divers que son goût du défi et de l’adrénaline, sa sensibilité écologique, son régime végétarien ou encore sa préparation mentale. Conversation sans chichi avec une championne.

Écoutez »
Diana Nyad La nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

En 2013, elle reliait à la nage, sans aucune protection contre les requins, Cuba à Key West, en Floride. Elle avait 64 ans. L’Américaine Diana Nyad était alors surtout connue pour avoir été championne de squash dans les années 80. Mais son rêve, c’était de relever ce défi aquatique. She did it. Et elle se raconte dans cet épisode du podcast « Merci pour ce moment » signé Quentin Faure.

Écoutez »
Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d’Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu’elle pratique depuis ses 6 ans.

Écoutez »
Football

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Sport Féminin Toujours 2023, Y a encore du taf  !

Sport Féminin Toujours 2023, Y a encore du taf  !

À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 5 février, télés et radios seront ÀBLOCK! La nouvelle édition de l’opé « Sport Féminin Toujours » incite les médias à intégrer, durant ces quelques jours, davantage de sport féminin dans leurs programmes. Et y a de quoi faire, tant ils sont à la bourre sur le sujet !

Lire plus »
Benoit Beaufils : « Quand j’ai commencé la natation artistique, on s’est bien foutu de ma gueule. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une militante ÀBLOCK! depuis toujours, une Parisienne en short à paillettes, un défi qui fait des vagues, un nageur artistique qui se jette à l’eau (Benoit Beaufils sur notre photo) et un portrait en 5 infos sur une skieuse de tous les records, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
MARIE FRANCOISE POTEREAU

Marie-Françoise Potereau : « En matière de sport féminin, on est encore dans le trop peu ou le pas assez. »

C’est une militante. Depuis toujours. Marie-Françoise Potereau s’est engagée, très tôt, pour la reconnaissance du sport féminin. L’ancienne cycliste de haut-niveau, un temps à la tête de l’asso Femix ‘Sports, poursuit son ambition de faire bouger les lignes à travers ses casquettes de vice-présidente de la Fédération Française de Cyclisme et du CNOSF, en charge de Paris 2024 et de la mixité. Rencontre.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner