Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Existe-t-il un alpinisme au féminin ?

Alpinisme
Voilà déjà un bout de temps qu’elles ont chaussé les crampons. Si elles sont encore en minorité dans les clubs d’alpinisme, elles tracent leur voie. Mais les femmes ont-elles une manière bien à elles de grimper, marcher et s’élever ? Ce Podcast riche en témoignages nous aide à mieux comprendre ce qui pousse les femmes à s’élever jusqu’aux cimes sans en faire une montagne.

Par Valérie Domain

Qui connaît Henriette d’Angeville, la première femme alpiniste, qui fit l’ascension du Mont Blanc en 1838  ? Qui sait que la première ascension hivernale de ce même Mont Blanc a été pratiquée (et réussie) en 1876 par une Anglaise du nom d’Isabella Straton ?  

Pourtant, ce sport demeure associé à la masculinité. Dommage, car lorsque les femmes investissent cette discipline, elles fixent leurs propres règles du jeu, réinventent l’alpinisme.

Ce premier épisode du podcast «  Des sons et des cimes » réalisé par la journaliste amoureuse des montagnes Pauline Boulet pour Alpine Mag, est riche d’enseignements sur la pratique de l’alpinisme par les femmes, les avis sont partagés : faut-il conjuguer au féminin cet art de grimper aux sommets ? 

Pour les femmes, s’engager dans des pratiques sportives a toujours été accompagné d’une injonction : rester féminine. Et on porte encore cet héritage aujourd’hui.

Entre Anne Sauvy, alpiniste amatrice de faces nord et écrivaine, Cécile Ottogalli-Mazacavallo, enseignante-chercheuse à l’UFRAPS de Lyon, spécialiste des questions de genre dans le milieu du sport, Rozenn Martinoia, enseignante-chercheuse en sciences sociales à Grenoble et présidente de l’Observatoire des pratiques de la montagne et de l’alpinisme, et Marion Poitevin, guide de haute montagne et secouriste en montagne, fondatrice de l’association Lead the Climb, rattachée à la FFCAM (Fédération française des clubs alpins et de montagne), les opinions divergent. Mais elles sont toutes étayées. 

Gravissons avec elles les montagnes de préjugées et de clichées liés à un sport qui se féminise lentement mais surement. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi écouter…

Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Agathe Bessard

Agathe Bessard : « En skeleton, t’as pas le choix, il faut foncer ! »

Une fusée qui glisse comme elle respire, un sang-froid et une concentration inébranlables… Celle qui aime se surnommer « Fast & Curious » a une longueur d’avance : pionnière dans le skeleton féminin français, médaillée de bronze aux JO de La Jeunesse 2016, vice-championne d’Europe junior par deux fois et au bout du tunnel (de glace) : les JO d’hiver 2022. Rencontre tout schuss avec une reine de la luge.

Lire plus »
Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Maïka Vanderstichel

Maïka Vanderstichel : « Pour être arbitre, il faut savoir se blinder. »

À 25 ans, elle a été élue « Meilleure arbitre 2019 de la D1 féminine ». La Girondine Maïka Vanderstichel illustre à merveille la nouvelle génération d’arbitres féminines qui s’imposent peu à peu sur les terrains de football. Pour elle, être femme n’a rien d’incompatible avec la fonction, encore moins avec le ballon rond. Rencontre avec une footeuse bien dans ses baskets, à l’occasion des Journées de l’arbitrage qui se déroulent jusqu’au 29 novembre.

Lire plus »
Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »