Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Journal d'une sportive confinée

Ne pas regarder son nombril, penser aux autres.

yoga
Claire Pola, coach sportive, poursuit son petit journal du confinement. Elle nous conte ses aventures entre quatre murs, en direct de Limoges.

Comme beaucoup d’indépendants, j’ai subi un gros coup de frein dans mon activité professionnelle. Ce ralentissement brutal m’a obligé à repenser les choses et à réfléchir sur la poursuite de mon activité à distance.

Je travaille donc à la mise en place de séances en direct pour mes coachés mais aussi pour de nouveaux clients, ceux qui peuvent voir en cette période troublée une occasion de se mettre en mouvement.

Ça m’occupe pas mal, je veux être prête pour lundi, je me bouge !

Besoin de s’aérer  ?

J’habite à Limoges, en appartement, mais j’ai la chance d’avoir une grande terrasse ce qui permet de prendre l’air quand j’en ai envie. 

Je limite mes déplacements aux courses alimentaires donc on peut dire que je n’ai pas vu la campagne depuis un mois et cela me manque, mais nous n’avons pas le choix, nous devons attendre, prendre notre mal en patience.

Ne pas regarder son nombril, penser aux autres, aux malades enfermés dans une chambre d’hôpital nous remet constamment en tête les priorités. 

Pour pallier à ce manque d’évasion, j’ai repris deux activités délaissées depuis quelques années. La première est la guitare électrique que je pratiquais depuis que j’étais toute petite et que j’ai arrêté avec le travail. La musique est un parfait exutoire pour exprimer ses sentiments et voyager.

La deuxième activité est la méditation. En effet, se concentrer sur l’instant présent, l’ici et maintenant permet de lâcher prise.

0A2E6A2E-8522-429D-988C-75896DF3D0A3

Je conseille à tous de reprendre une activité appréciée dans le passé ou d’en découvrir une nouvelle qui peut être d’apprendre une langue étrangère, de lire, de se replonger dans l’histoire ou la géographie, tout ce qui peut faire plaisir et permettre de s’aérer la tête est bon à prendre en ce moment !

Côté nutrition, on zappe le régime !

Comme pour l’entrainement, je déconseille de changer ses habitudes et par exemple de s’astreindre à un régime drastique en ce moment.

En effet, les conditions ne sont déjà pas faciles, suivre un régime ne fera que peser davantage sur le moral.

En revanche, pas question de se laisser aller ! Si on a la chance d’être en forme et même si on ressent de la lassitude, on bouge pour être moins fatigué. Ça semble paradoxale mais le sport est un anti-fatigue puissant.  

8AC39464-4019-4541-8A4E-3008522E8746

Depuis le début du confinement, je me pèse une fois par semaine mais j’ai finalement décidé d’arrêter de monter sur la balance, ce n’est pas le moment, on sait qu’on peut prendre un peu de poids, pourquoi se faire du mal ?

Même si en ce qui me concerne, j’ai l’impression de prendre plus de muscles qu’autre chose, je travaille intensément pour réaliser mes tutos !

Je continue de manger équilibré, avec des fruits et des légumes de saisons et très peu de produits transformés.

Je fais appel à mes commerçants du centre-ville et des Halles de Limoges qui se sont adaptés et ont mis en place un système de drive et de livraison.

Il est important de conserver le plaisir de manger et le rythme des repas :  3 repas et une collation en fin de matinée et à 16 heures. Cette collation est souvent composée d’une banane et d’une poignée d’amandes. 

Mais, ok, j’avoue, je viens de craquer pour un lapin en chocolat ! Pour l’instant, je n’en ai mangé que la moitié mais d’ici ce soir… Après tout, on ne doit pas bouder un petit plaisir de temps à autre. Surtout en ce moment. 

Portez-vous bien, et bougez !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

violette morris

Violette Morris, cette amazone qui voulait vivre comme un homme

« Ce qu’un homme fait, Violette peut le faire ! ». Ce cri féministe date des années 1920. Son porte-voix ? Violette Morris, athlète omnisports qui fit sensation sur les terrains. Esprit libre s’habillant en homme et aimant des femmes, la sportive aux seins coupés fit scandale, traçant la voie d’un féminisme ultra contemporain. Histoire peu ordinaire d’une pionnière du sport féminin au destin hors du commun.

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Mélissa Plaza

Mélissa Plaza : « Le foot a été l’échauffement de ma vie, mais j’étais promise à autre chose. »

Une survivante. Une battante pour le moins singulière. Mélissa Plaza avait un rêve, petite, celui de devenir footballeuse professionnelle. Un choix de vie auquel, malgré les obstacles, elle n’a jamais voulu renoncer. À présent retraitée, l’ex-joueuse de l’OL prête sa voix aux femmes et milite, sans s’économiser, pour une société plus égalitaire. Rencontre avec une fille percutante, forte et généreuse.

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Serge Simon

Serge Simon : ma fille, le rugby et nous. (Le dessous des pelouses. Épisode 8)

Le rugbyman Serge Simon est le numéro 2 de la Fédération française de rugby. C’est aussi un père. Sa fille, Marion, est l’une des réalisatrices de notre podcast « Le dessous des pelouses » qui nous embarque dans les coulisses de son équipe de rugbywomen. Pour elle, il a accepté de se confier sur la place du ballon ovale dans sa vie, mais aussi sur le rugby féminin. Un face à face à la fois percutant, sensible et chaleureux.

Lire plus »
Chloé Anderson

Chloé Anderson, l’athlète transgenre qui bouscule les codes

Joueuse de volley transgenre, elle lutte contre un monde sportif trop peu inclusif. Chloé Anderson, née garçon, est l’une des premières à avoir intégré une équipe féminine universitaire de haut-niveau. Aujourd’hui, l’Américaine veut aider la communauté LGBT+ à investir les terrains. Tous les terrains. Être fier de qui l’on est, malgré les préjugés, voilà ce que défend miss Anderson. Portrait d’une fille pas comme les autres.

Lire plus »
Agathe Runs Bordeaux

Agathe : « La course m’a appris à ne plus fuir la difficulté. Je n’abandonne plus, je fonce ! »

Jamais elle n’aurait imaginé se sentir aussi bien dans ses baskets. Dans tous les sens du terme. Agathe est devenue addict à la course à pied après avoir commencé le running pour perdre ses kilos en trop. Aujourd’hui, elle s’offre des shoots d’adrénaline en multipliant les marathons. Une aventureuse profondément inspirante qui donne envie de parcourir le monde à grandes foulées pour mieux se réconcilier avec soi-même.

Lire plus »
course a pied

Running : cours toujours…tu m’intéresses !

Mais qu’est-ce qui fait courir les filles ? Le plaisir, pardi ! Elles sont de plus en plus nombreuses à enfiler des baskets pour partir s’aérer le corps et l’esprit. Ce qui n’a pas échappé aux équipementiers et aux organisateurs d’événements. Sport gratis, le running est devenu un business en or.

Lire plus »