Florence Griffith-Joyner alias « Flo-Jo »La sprinteuse venue d’une autre planète

Florence Griffith-Joyner alias « Flo-Jo », la sprinteuse venue d’une autre planète
Elle a marqué sa discipline comme personne avant elle. Vingt-trois ans après sa disparition prématurée, Florence Griffith-Joyner continue de régner sans partage sur le sprint mondial. Une longévité exceptionnelle pour l’Américaine controversée après des soupçons de dopage, mais dont les records du monde sur 100m et 200m tiennent désormais depuis plus de trente ans.

Par Sophie Danger

Publié le 06 septembre 2021 à 11h20, mis à jour le 13 septembre 2021 à 12h50

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Il lui a fallu un peu de temps pour se décider. Et tout recommencer.

Nous sommes en 1987, trois ans ont passé depuis sa médaille d’argent sur 200 mètres aux Jeux Olympiques de Los Angeles de 1984 et Florence Griffith-Joyner a plus ou moins tiré un trait sur sa carrière d’athlète de haut niveau.

La Californienne, qui travaille désormais dans une banque, n’enfile plus ses pointes qu’en de – très – rares occasions. Au total, trois sorties estivales en deux saisons, autant dire…rien. La compétition ne semble plus, pour elle, qu’un lointain souvenir et ses incursions sur piste n’ont d’autre but que de garder la ligne, c’est tout.

Il va falloir tout le talent de persuasion de Bob Kersee, son entraîneur et mentor, pour qu’elle accepte de reprendre du service.

Il faut dire que Florence Griffith-Joyner  alias « Flo-Jo » et Bob, c’est une vieille histoire. Tous les deux se connaissent depuis plus de six ans déjà. Ils se sont rencontrés en 1978 à la California State University.

Lui officiait comme coach de l’équipe d’athlétisme, elle était une élève assidue et une sportive prometteuse. Lorsqu’elle avait été contrainte, l’année suivante, de mettre un terme à ses études pour venir en aide financièrement à sa famille, il ne l’avait pas lâchée. Mieux encore, convaincu par son talent, il avait bataillé pour lui trouver une bourse.

Quelques mois plus tard, le duo se reformait à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), plus soudé que jamais.

Repartir en campagne à ses côtés est tentant. D’autant plus tentant, d’ailleurs, que les Jeux de Séoul se profilent à l’horizon. Alors, au printemps 1987, Florence Griffith-Joyner replonge.

Après quelques semaines de remise en forme, elle s’aligne sur le 200 mètres de Walnut, en Californie, et s’invite dans le trio de tête avec un chrono de 22’’82. Flo-Jo est de nouveau dans la place et gagne, dans la foulée, son ticket pour les Championnats du monde de Rome programmés en septembre.

Engagée sur demi-tour de piste dans la capitale italienne, elle y surclasse ses compatriotes Pam Marshall et Gwen Torrence en s’adjugeant la deuxième place en 21’’96, deuxième meilleure performance mondiale de la saison.

©olympics.org

Un retour gagnant pour l’Américaine qui peine néanmoins à s’en satisfaire. Elle qui ne rêve que de victoires et de gloire est lassée des places d’honneur. Déterminée à jouer les premiers rôles, Florence Griffith-Joyner repense sa préparation.

Les mois qui suivent sont intenses. Elle augmente sa charge de travail et enchaîne les entraînements – jusqu’à trois par jours – sous l’œil attentif de Bob Kersee et de son champion olympique de mari, Al Joyner, spécialiste du triple saut.

©olympics.org

En juillet 1988, lorsqu’elle se présente aux sélections olympiques américaines d’Indianapolis, Florence Griffith-Joyner est métamorphosée.

« La panthère », habituée à faire parler d’elle pour ses tenues extravagantes et ses ongles interminables, marque cette fois les esprits moins pour ses excentricités que pour son impressionnante prise de masse musculaire.

Son entrée en lice sur 100 mètres est prévue pour le 16 juillet. Victorieuse de sa série en 10’’60, elle va pulvériser la concurrence au tour suivant. 10’’49 sur ligne droite en quarts de finale !

Elle qui n’avait jamais fait mieux qu’un 10’’96 gagne presque une demi-seconde sur la distance et améliore de 27 centièmes le record du monde détenu jusqu’alors par l’Américaine Evelyn Ashford.

La performance est gigantesque et malgré des doutes concernant un dysfonctionnement possible de l’anémomètre – le vent aurait été trop favorable mais mesuré nul – rien n’y fait : Flo-Jo règne désormais en solitaire sur le sprint mondial.

Juillet 1988, Florence Griffith-Joyner lors des sélections olympiques américaines d’Indianapolis

Reste à confirmer son nouveau statut. Une formalité. Le 25 septembre, à Séoul, après avoir survolé séries, quarts et demies, elle éclipse ses rivales et s’offre l’or olympique en 10’’54, reléguant Ashford à 29 centièmes et l’Est-Allemande Heike Drechsler à 31 centièmes.

Une véritable démonstration qu’elle va porter à son paroxysme, quatre jours plus tard, sur 200 mètres. Intouchable lors des deux premiers tours, Florence Griffith-Joyner s’offre le record du monde en demie (21’’56) avant d’atomiser littéralement ses poursuivantes, moins de deux heures plus tard, en finale. 21’’34, un chrono stratosphérique !

Plus de 60 centièmes de gagnés en une saison, 38 centièmes de mieux que la Jamaïcaine Grace Jackson, sa dauphine, et 61 centièmes plus vite que Drechsler, jusqu’alors femme la plus rapide sur demi-tour de piste !

Jeux Olympiques, 1988, Séoul. Florence Griffith-Joyner remporte les deux médailles d’or pour le 100m et le 200m, mais également l’or avec l’équipe américaine dans le 4 x 100m

La progression est fulgurante, les performances extraterrestres et la polémique enfle avant même que Florence Griffith-Joyner n’ait eu le temps de grimper sur le podium : l’Américaine serait dopée aux hormones de croissance.

L’annonce de l’arrêt, définitif, de sa carrière à la fin de l’été n’arrange rien. Les déclarations de Darrell Robinson non plus. Interrogé par la presse allemande, le spécialiste US du 400 mètres avoue avoir vendu à « Flo-Jo » pour 2000 dollars de substances prohibées.

Sauf que, sans preuves, il n’est pas d’accusation qui tienne. Souvent contrôlée, la reine des distances courtes n’a, qui plus est, jamais été prise en défaut.

Les soupçons vont pourtant repartir de plus belle en 1996. La championne olympique est victime d’une attaque cardiaque et certains n’hésitent pas à (re)mettre en cause les anabolisants. Il en sera de même deux ans plus tard lorsqu’elle décède prématurément d’une crise d’épilepsie dans sa maison californienne de Mission Viejo.

À 38 ans, Flo-Jo n’est plus, mais le doute demeure. Ses records, eux, restent.

©olympics.org

Intouchables depuis plus de trente ans, ils ont longtemps été considérés comme imbattables. Jusqu’à ce que la tornade Elaine Thompson-Herah n’entre en piste cet été.

Créditée d’un 10’’54 sur 100 mètres à Eugene, aux États-Unis, et d’un 21’’53 sur 200 mètres aux JO de Tokyo 2021, au Japon, la Jamaïcaine, désormais deuxième meilleure performeuse mondiale de tous les temps, pourrait bien, sous peu, s’adjuger les couronnes les plus convoitées de l’athlétisme.

En venant bousculer, pulvériser, les records de la grande Florence Griffith-Joyner.

Ouverture ©olympics.org
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Mathilde Lamolle

Mathilde Lamolle, la tireuse qui dégaine plus vite que son ombre

Elle était déjà de la partie aux Jeux de Rio, au Brésil, en 2016. Une première expérience olympique douloureuse pour Mathilde Lamolle, qui avait mis un terme prématurée à sa virée brésilienne lors des qualifications du tir à 25 mètres. Cinq ans plus tard, la donne a changé. Et la toute récente championne d’Europe de tir compte bien profiter des Jeux Olympiques de Tokyo pour enrichir son palmarès. Portrait d’une surdouée du pistolet.

Lire plus »

Julie Cukierman : « J’aime transmettre le goût de l’effort, la volonté d’aller au bout de soi-même… »

Elle a le sport dans la peau. Une passion jubilatoire qu’elle transmet à merveille, elle qui rêve de prouver que nous sommes tous des sportifs dans l’âme. Préparateur sportif d’athlètes de haut niveau, Julie pratique un métier dans lequel les femmes sont peu nombreuses. Et elle s’y sent bien. Également coach (à ne pas confondre !), elle nous raconte son quotidien entre grands champions et sportifs amateurs.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Su-Wei Hsieh, l’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Lire plus »
Donnons des ailes au vélo

« Donnons des Elles au vélo J-1 », ces cyclistes qui sont sur la route toute la sainte journée…

Six ans qu’elles avalent des kilomètres. Six ans à se faire les mollets sur les routes de France, les mêmes routes que celles empruntées par la Grande Boucle. Ces filles-là donnent de la voix sur deux roues pour démontrer que le sport se conjugue aussi au féminin. Cette année, ces cyclistes militantes sont treize à pédaler pour la bonne cause. Et on est ÀBLOCK! avec elles !

Lire plus »
Allyson Felix Allyson Felix, dernier tour de piste pour une athlète toujours dans la course ?

Allyson Felix, dernier tour de piste pour une athlète toujours dans la course ?

Elle pourrait rejoindre Carl Lewis au panthéon olympique. À 35 ans, Allyson Felix dispute, à Tokyo, les cinquièmes (et sans doute derniers) Jeux Olympiques de sa carrière. Alignée sur 400 mètres en individuel et 4×400 en relais, la sprinteuse californienne, neuf médailles à son actif dont six en or, pourrait, en cas de nouveau podium, égaler le record de son illustre compatriote avec dix médailles. Portait d’une sprinteuse à la pointe de son art.

Lire plus »
Julie Bresset : « J’arrête au bon moment. Dans ma tête désormais, c’est parti pour une autre vie ! »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une tenniswoman de légende, une histoire du rugby féminin, une masseuse de mecs balèzes, une vététiste touchante et tout terrain (Julie Bresset sur notre photo), une joueuse de hockey à la peau dure et une baseball girl militante, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! et c’est musclé !

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Charlotte Bonnet : « Quand on fait de la compétition, il faut savoir revenir plus forte, rebondir, apprendre à se faire battre. »

Elle en a fait du chemin ! Championne de natation précoce, Charlotte Bonnet, médaillée olympique alors qu’elle n’avait que 17 ans, a traversé, malgré elle, une longue et douloureuse période de doute. Presque dix ans plus tard, la Brestoise a radicalement changé. Plus mûre, plus forte, elle est parvenue à retrouver le goût de la compétition. Confessions touchantes d’une fille pour qui la natation n’est pas un long fleuve tranquille.

Lire plus »
Jolokia

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »

Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Lire plus »
Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Jackie Joyner-Kersee, la légende du tartan

Plus de vingt ans après avoir raccroché les crampons, elle continue de régner sur les épreuves combinées. L’Américaine Jackie Joyner-Kersee, meilleure performeuse de tous les temps à l’heptathlon, n’a, en deux décennies passées loin des pistes, toujours pas trouvé rivale à sa hauteur. Portrait d’une athlète toujours à la pointe.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner