Florence Griffith-Joyner alias « Flo-Jo »La sprinteuse venue d’une autre planète

Florence Griffith-Joyner alias « Flo-Jo », la sprinteuse venue d’une autre planète
Elle a marqué sa discipline comme personne avant elle. Vingt-trois ans après sa disparition prématurée, Florence Griffith-Joyner continue de régner sans partage sur le sprint mondial. Une longévité exceptionnelle pour l’Américaine controversée après des soupçons de dopage, mais dont les records du monde sur 100m et 200m tiennent désormais depuis plus de trente ans.

Par Sophie Danger

Publié le 06 septembre 2021 à 11h20, mis à jour le 13 septembre 2021 à 12h50

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Il lui a fallu un peu de temps pour se décider. Et tout recommencer.

Nous sommes en 1987, trois ans ont passé depuis sa médaille d’argent sur 200 mètres aux Jeux Olympiques de Los Angeles de 1984 et Florence Griffith-Joyner a plus ou moins tiré un trait sur sa carrière d’athlète de haut niveau.

La Californienne, qui travaille désormais dans une banque, n’enfile plus ses pointes qu’en de – très – rares occasions. Au total, trois sorties estivales en deux saisons, autant dire…rien. La compétition ne semble plus, pour elle, qu’un lointain souvenir et ses incursions sur piste n’ont d’autre but que de garder la ligne, c’est tout.

Il va falloir tout le talent de persuasion de Bob Kersee, son entraîneur et mentor, pour qu’elle accepte de reprendre du service.

Il faut dire que Florence Griffith-Joyner  alias « Flo-Jo » et Bob, c’est une vieille histoire. Tous les deux se connaissent depuis plus de six ans déjà. Ils se sont rencontrés en 1978 à la California State University.

Lui officiait comme coach de l’équipe d’athlétisme, elle était une élève assidue et une sportive prometteuse. Lorsqu’elle avait été contrainte, l’année suivante, de mettre un terme à ses études pour venir en aide financièrement à sa famille, il ne l’avait pas lâchée. Mieux encore, convaincu par son talent, il avait bataillé pour lui trouver une bourse.

Quelques mois plus tard, le duo se reformait à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), plus soudé que jamais.

Repartir en campagne à ses côtés est tentant. D’autant plus tentant, d’ailleurs, que les Jeux de Séoul se profilent à l’horizon. Alors, au printemps 1987, Florence Griffith-Joyner replonge.

Après quelques semaines de remise en forme, elle s’aligne sur le 200 mètres de Walnut, en Californie, et s’invite dans le trio de tête avec un chrono de 22’’82. Flo-Jo est de nouveau dans la place et gagne, dans la foulée, son ticket pour les Championnats du monde de Rome programmés en septembre.

Engagée sur demi-tour de piste dans la capitale italienne, elle y surclasse ses compatriotes Pam Marshall et Gwen Torrence en s’adjugeant la deuxième place en 21’’96, deuxième meilleure performance mondiale de la saison.

©olympics.org

Un retour gagnant pour l’Américaine qui peine néanmoins à s’en satisfaire. Elle qui ne rêve que de victoires et de gloire est lassée des places d’honneur. Déterminée à jouer les premiers rôles, Florence Griffith-Joyner repense sa préparation.

Les mois qui suivent sont intenses. Elle augmente sa charge de travail et enchaîne les entraînements – jusqu’à trois par jours – sous l’œil attentif de Bob Kersee et de son champion olympique de mari, Al Joyner, spécialiste du triple saut.

©olympics.org

En juillet 1988, lorsqu’elle se présente aux sélections olympiques américaines d’Indianapolis, Florence Griffith-Joyner est métamorphosée.

« La panthère », habituée à faire parler d’elle pour ses tenues extravagantes et ses ongles interminables, marque cette fois les esprits moins pour ses excentricités que pour son impressionnante prise de masse musculaire.

Son entrée en lice sur 100 mètres est prévue pour le 16 juillet. Victorieuse de sa série en 10’’60, elle va pulvériser la concurrence au tour suivant. 10’’49 sur ligne droite en quarts de finale !

Elle qui n’avait jamais fait mieux qu’un 10’’96 gagne presque une demi-seconde sur la distance et améliore de 27 centièmes le record du monde détenu jusqu’alors par l’Américaine Evelyn Ashford.

La performance est gigantesque et malgré des doutes concernant un dysfonctionnement possible de l’anémomètre – le vent aurait été trop favorable mais mesuré nul – rien n’y fait : Flo-Jo règne désormais en solitaire sur le sprint mondial.

Juillet 1988, Florence Griffith-Joyner lors des sélections olympiques américaines d’Indianapolis

Reste à confirmer son nouveau statut. Une formalité. Le 25 septembre, à Séoul, après avoir survolé séries, quarts et demies, elle éclipse ses rivales et s’offre l’or olympique en 10’’54, reléguant Ashford à 29 centièmes et l’Est-Allemande Heike Drechsler à 31 centièmes.

Une véritable démonstration qu’elle va porter à son paroxysme, quatre jours plus tard, sur 200 mètres. Intouchable lors des deux premiers tours, Florence Griffith-Joyner s’offre le record du monde en demie (21’’56) avant d’atomiser littéralement ses poursuivantes, moins de deux heures plus tard, en finale. 21’’34, un chrono stratosphérique !

Plus de 60 centièmes de gagnés en une saison, 38 centièmes de mieux que la Jamaïcaine Grace Jackson, sa dauphine, et 61 centièmes plus vite que Drechsler, jusqu’alors femme la plus rapide sur demi-tour de piste !

Jeux Olympiques, 1988, Séoul. Florence Griffith-Joyner remporte les deux médailles d’or pour le 100m et le 200m, mais également l’or avec l’équipe américaine dans le 4 x 100m

La progression est fulgurante, les performances extraterrestres et la polémique enfle avant même que Florence Griffith-Joyner n’ait eu le temps de grimper sur le podium : l’Américaine serait dopée aux hormones de croissance.

L’annonce de l’arrêt, définitif, de sa carrière à la fin de l’été n’arrange rien. Les déclarations de Darrell Robinson non plus. Interrogé par la presse allemande, le spécialiste US du 400 mètres avoue avoir vendu à « Flo-Jo » pour 2000 dollars de substances prohibées.

Sauf que, sans preuves, il n’est pas d’accusation qui tienne. Souvent contrôlée, la reine des distances courtes n’a, qui plus est, jamais été prise en défaut.

Les soupçons vont pourtant repartir de plus belle en 1996. La championne olympique est victime d’une attaque cardiaque et certains n’hésitent pas à (re)mettre en cause les anabolisants. Il en sera de même deux ans plus tard lorsqu’elle décède prématurément d’une crise d’épilepsie dans sa maison californienne de Mission Viejo.

À 38 ans, Flo-Jo n’est plus, mais le doute demeure. Ses records, eux, restent.

©olympics.org

Intouchables depuis plus de trente ans, ils ont longtemps été considérés comme imbattables. Jusqu’à ce que la tornade Elaine Thompson-Herah n’entre en piste cet été.

Créditée d’un 10’’54 sur 100 mètres à Eugene, aux États-Unis, et d’un 21’’53 sur 200 mètres aux JO de Tokyo 2021, au Japon, la Jamaïcaine, désormais deuxième meilleure performeuse mondiale de tous les temps, pourrait bien, sous peu, s’adjuger les couronnes les plus convoitées de l’athlétisme.

En venant bousculer, pulvériser, les records de la grande Florence Griffith-Joyner.

Ouverture ©olympics.org
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Amy Bond

Amy Bond, la Pole danseuse qui voulait se réconcilier avec son corps

Elle est l’une des « putains » d’héroïnes à avoir trouvé dans la barre de Pole Dance un exutoire, un réconfort, puis, une deuxième vie. Nous l’avons découverte dans le docu de Netflix « Pole Dance, Haut les corps ! ». Impossible, depuis, de la quitter des yeux ! Amy Bond s’envole, sens dessus-dessous, vertigineuse. Portrait d’une fille qui balance son corps comme elle se jetterait du haut d’une falaise.

Lire plus »
Marion Joffle

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une nageuse faite de glace (Marion Joffle sur notre photo), un légendaire dénicheur de sprinteuses au temps de la ségrégation, une super-granny du tennis, une étude sur le sport féminin et, en prime, une question qui tue et deux initiatives à pied et à la voile, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Laetitia Blot

Laetitia Blot : « Je veux que les femmes puissent se dire : elle, elle fait un sport de combat et elle est féminine. »

Elle est montée sur ressorts, elle déborde d’énergie. Laetitia Blot est un phénomène. Après avoir collectionné les titres en judo, en lutte et en sambo, la Française de 37 ans s’est lancée dans le MMA (Mixed Martial Arts). Victorieuse de son premier combat en octobre dernier, elle s’apprête désormais à affronter Marie Loiseau, ce 8 avril, dans le cadre du MMA Grand Prix. Rencontre avec une fille qui s’amuse à mettre « les poings » sur les « i ».

Lire plus »
Adrienne Bolland

Adrienne Bolland, l’intrépide étoile de l’aviation française

Elle était un drôle de phénomène, une casse-cou de l’aviation des Années folles. Il y a cent ans, le 1er avril 1921, en devenant la première femme à traverser la mythique Cordillère des Andes, à bord de son G3 Caudron, Adrienne Bolland a ouvert l’horizon à ses semblables, bien avant les grands noms célébrés de l’aviation : des hommes tels que Mermoz ou Saint-Exupéry. Récit d’une pionnière terriblement attachante.

Lire plus »
Un WOD ? Cékoiça ?

Un WOD ? Cékoiça ?

Parfois, ils ne sont pas faciles à décrypter. Les coachs ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Sur ÀBLOCK! on a pensé défricher tout ça avec un lexique pratique. C’est le petit dico « Coach Vocab' » Et on commence par le terme WOD propre au CrossFit.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner