Rechercher

Chamari Atapattu L'inspirante cricket woman

Chamari Atapattu, l'inspirante cricket woman
Sport adulé dans les anciennes colonies anglaises, le cricket voit monter la notoriété d'une joueuse au talent indéniable. Chamari Atapattu brille batte en main depuis 2009. En club ou avec l'équipe nationale du Sri Lanka, elle écrit l'histoire de son sport.

Par Alexandre Hozé

Publié le 12 juin 2022 à 18h01

La force de l’inspiration… point à ne pas négliger dans le sport de haut niveau. Pour certaines stars, les similitudes avec leurs idoles de jeunesse sont frappantes. Neymar qui dribble comme Ronaldinho, Iga Swiatek qui domine comme Rafael Nadal sur terre-battue… 

Les champions et championnes nouvelle génération récupèrent les points forts des anciens et les remodèlent à leur sauce. Chamari Atapattu, star sri-lankaise de cricket, ne fait pas exception à la règle.

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Son joueur préféré, Sanath Jayasuriya, a dominé le circuit mondial. Batteur agressif et imprévisible, il a changé les codes de cette partie du jeu. Et pour ce faire, le monsieur surprenait son monde en inversant sa prise sur la batte. 

Spécificité unique en son genre, en tout cas à très haut niveau, jusqu’en 2009. C’est à ce moment précis que la jeune Chamari Atapattu débarque sur la scène internationale du cricket. Pourtant droitière, elle batte comme une gauchère. Mais, bon, au vu des résultats, on ne peut qu’approuver. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

D’autant plus que la Sri-Lankaise utilise cette technique depuis toujours. Bercée par les exploits de Sanath Jayasuriya, elle commence le cricket à l’âge de 4 ans. Entourée de garçons, elle se fait sa place et finit même par devenir meilleure que ses camarades. 

Sa montée en puissance est progressive, mais une fois arrivée à son prime, plus rien ni personne ne fut en mesure de l’arrêter. Et ce n’est pas fini.

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Ses débuts avec l’équipe nationale ont lieu en 2009. La jeune femme a seulement 19 ans, mais elle n’est pas impressionnée. En 2011, elle réalise une performance digne de l’élite du cricket. Face à l’Irlande, elle inscrit 111 runs lors de son passage à la batte. Un century (100 runs en un match) à 21 ans, pas mal. 

Elle réitère en 2014 face à l’Afrique du Sud, histoire de confirmer qu’elle est l’une des meilleures batteuses du circuit. Et personne ne peut affirmer le contraire. 

Lors de la saison 2016-2017, Chamari Atapattu est désignée joueuse de l’année par la fédération sri-lankaise de cricket (en toute objectivité, évidemment). Et la voilà aussi reconnue comme la meilleure batteuse dans les compétitions internationales. 

L’Australie, une des top nations du circuit, a notamment fait les frais du talent de la prodige qui, avec 178 runs, a tout simplement survolé l’une des compet’ de cricket restée mémorables. Ses malheureuses adversaires ont tout tenté, lancer avec ou sans rebond, avec plus ou moins d’effet, mais rien à faire. 

À la fin de la saison, les Rebels de Melbourne qui avaient compris la leçon, s’en sont aller draguer miss Atapattu de l’autre côté de l’océan : Chamari accepte la proposition et devient la première Sri-lankaise à intégrer un club étranger. 

Une fierté pour la native de Kurunegala qui devient à son tour une source d’inspiration pour les jeunes filles fans de cricket. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Depuis, elle brille dans la ligue australienne et également avec la sélection du Sri Lanka. Devenue capitaine, Chamari Atapattu a réalisé sept centuries depuis 2009, le dernier récemment contre le Pakistan. 

À 32 ans, sa carrière est encore loin d’être bouclée et c’est bien ce qui pose problème à ses adversaires. Mais, pour les très nombreux adeptes de cricket, le plaisir d’observer Chamari Atapattu batte en main devrait perdurer plusieurs années encore. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Becky Hammon

Becky Hammon : la basketteuse qui s’offre une révolution de parquet

« Big shot Becky » est dans la place ! À 45 ans, Becky Hammon, après être devenue la première femme à coacher une équipe en NBA, marque un peu plus l’histoire du basket nord-américain en enchaînant les victoires en WNBA, la ligue féminine, et en étant élue entraîneure de l’année. Récit d’une fille qui sait prendre la balle au bond.

Lire plus »
Anaïs Quemener : « J'aime le trail, ça me fait sortir de ma zone de confort. »

En piste avec Anaïs Quenemer (chapitre 1)

Après son 10 000 mètres sur piste où elle est devenue vice-championne de France, Anaïs Quemener remettait les baskets le 22 mai à Saint-Maur dans le Val-de-Marne. Nous l’avons suivie sur la piste bleue du stade Chérin. Échauffement au programme pour ce premier épisode à suivre…

Lire plus »
Championnat du Monde féminin de handball 2023, le récap'

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des disciplines qui goûtent à l’olympisme, un docu pour breaker, un retour sur des Bleues qui ramènent la Coupe à la maison (nos championnes du monde de handball sur notre photo) et une combattante engagée, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon récap’ !

Lire plus »
Iga Swiatek, un air de déjà vu…

Iga Swiatek à Roland-Garros, un air de déjà vu…

Iga Swiatek marche sur l’eau du côté de la Porte d’Auteuil. Victorieuse face à Coco Gauff, la Polonaise a ainsi trouvé l’occasion d’instaurer un peu plus son règne sur le circuit WTA. À seulement 21 ans, elle semble suivre les traces de son idole, le roi de Roland-Garros, Rafa Nadal…

Lire plus »
L'épaulé-jeté ? Cékoiça ?

L’épaulé-jeté ? Cékoiça ?

Les pratiquant.e.s d’haltérophilie et de CrossFit le connaissent bien. Mais, pour les néophytes, ce mouvement est difficile à imaginer. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Julie Bresset 5 infos pour briller sur deux roues

Julie Bresset : 5 infos pour briller sur deux roues

Ce 16 octobre, elle signe la fin de sa carrière sportive par un jubilé dans son fief des Côtes-d’Armor. Julie Bresset, 32 ans et presque autant sur les pédales, a (presque) tout gagné et tout connu. La vététiste bretonne, championne olympique, maintes fois championne du monde, est l’une des cyclistes les plus appréciées du circuit. Victime d’un burn-out et de blessures à répétition, elle est toujours retombée sur ses roues. Retour sur une championne en 5 braquets.

Lire plus »
Sophia Bouderbane

Sophia Bouderbane : « Le karaté, c’est puissant, ça t’offre des émotions rares. »

La veste du karatégi sanglée à la perfection, la tête sur les épaules, les pieds ancrés sur le tapis… la karatéka française, multi médaillée, qui a raflé l’an dernier le titre de championne d’Europe, vit sa passion intensément et viscéralement. Pour elle, le karaté est un code moral. Et un épanouissement joyeux qu’elle partage sans retenu. Conversation avec une grande Dan.

Lire plus »
Jeux de Beijing 2022 : 1 fille, 2 garçons pour un drapeau

JO Beijing 2022 : 1 fille, 2 garçons et 1 drapeau

Et le drapeau est attribué à… Tessa Worley, Kevin Rolland et Benjamin Daviet ! Cette semaine ont été désignés les porte-drapeaux de la délégation française pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Pékin 2022. Récompense méritée pour trois sportifs au palmarès de feu et au mental bien trempé. Petite fiche de révision pour ceux qui ne les connaissent pas (encore).

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner