Chamari Atapattu L'inspirante cricket woman

Chamari Atapattu, l'inspirante cricket woman
Sport adulé dans les anciennes colonies anglaises, le cricket voit monter la notoriété d'une joueuse au talent indéniable. Chamari Atapattu brille batte en main depuis 2009. En club ou avec l'équipe nationale du Sri Lanka, elle écrit l'histoire de son sport.

Par Alexandre Hozé

Publié le 12 juin 2022 à 18h01

La force de l’inspiration… point à ne pas négliger dans le sport de haut niveau. Pour certaines stars, les similitudes avec leurs idoles de jeunesse sont frappantes. Neymar qui dribble comme Ronaldinho, Iga Swiatek qui domine comme Rafael Nadal sur terre-battue… 

Les champions et championnes nouvelle génération récupèrent les points forts des anciens et les remodèlent à leur sauce. Chamari Atapattu, star sri-lankaise de cricket, ne fait pas exception à la règle.

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Son joueur préféré, Sanath Jayasuriya, a dominé le circuit mondial. Batteur agressif et imprévisible, il a changé les codes de cette partie du jeu. Et pour ce faire, le monsieur surprenait son monde en inversant sa prise sur la batte. 

Spécificité unique en son genre, en tout cas à très haut niveau, jusqu’en 2009. C’est à ce moment précis que la jeune Chamari Atapattu débarque sur la scène internationale du cricket. Pourtant droitière, elle batte comme une gauchère. Mais, bon, au vu des résultats, on ne peut qu’approuver. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

D’autant plus que la Sri-Lankaise utilise cette technique depuis toujours. Bercée par les exploits de Sanath Jayasuriya, elle commence le cricket à l’âge de 4 ans. Entourée de garçons, elle se fait sa place et finit même par devenir meilleure que ses camarades. 

Sa montée en puissance est progressive, mais une fois arrivée à son prime, plus rien ni personne ne fut en mesure de l’arrêter. Et ce n’est pas fini.

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Ses débuts avec l’équipe nationale ont lieu en 2009. La jeune femme a seulement 19 ans, mais elle n’est pas impressionnée. En 2011, elle réalise une performance digne de l’élite du cricket. Face à l’Irlande, elle inscrit 111 runs lors de son passage à la batte. Un century (100 runs en un match) à 21 ans, pas mal. 

Elle réitère en 2014 face à l’Afrique du Sud, histoire de confirmer qu’elle est l’une des meilleures batteuses du circuit. Et personne ne peut affirmer le contraire. 

Lors de la saison 2016-2017, Chamari Atapattu est désignée joueuse de l’année par la fédération sri-lankaise de cricket (en toute objectivité, évidemment). Et la voilà aussi reconnue comme la meilleure batteuse dans les compétitions internationales. 

L’Australie, une des top nations du circuit, a notamment fait les frais du talent de la prodige qui, avec 178 runs, a tout simplement survolé l’une des compet’ de cricket restée mémorables. Ses malheureuses adversaires ont tout tenté, lancer avec ou sans rebond, avec plus ou moins d’effet, mais rien à faire. 

À la fin de la saison, les Rebels de Melbourne qui avaient compris la leçon, s’en sont aller draguer miss Atapattu de l’autre côté de l’océan : Chamari accepte la proposition et devient la première Sri-lankaise à intégrer un club étranger. 

Une fierté pour la native de Kurunegala qui devient à son tour une source d’inspiration pour les jeunes filles fans de cricket. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Depuis, elle brille dans la ligue australienne et également avec la sélection du Sri Lanka. Devenue capitaine, Chamari Atapattu a réalisé sept centuries depuis 2009, le dernier récemment contre le Pakistan. 

À 32 ans, sa carrière est encore loin d’être bouclée et c’est bien ce qui pose problème à ses adversaires. Mais, pour les très nombreux adeptes de cricket, le plaisir d’observer Chamari Atapattu batte en main devrait perdurer plusieurs années encore. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le questionnaire sportif de Déborah Ferrand

Le questionnaire sportif de… Déborah Ferrand

Militaire dans l’armée de l’air, sportive de haut niveau au sein du Centre national des sports de la défense de Fontainebleau, Déborah Ferrand collectionne depuis 2007 les titres et les médailles civiles et militaires en parachutisme, elle est notamment championne du monde de précision d’atterrissage 2018. Après la période Covid, elle reprend les voiles doucement mais sûrement. Elle a répondu à notre petit questionnaire sport entre deux séances de voltiges.

Lire plus »
Jessi Combs

Jessi Combs, la femme-badass la plus rapide de la planète

Sa vie de pionnière, elle l’a vécue à cent à l’heure, entre sa passion pour la mécanique et son goût pour la vitesse. Tragiquement décédée l’an dernier à l’âge de 39 ans, celle qui fut « la femme la plus rapide du monde » était une casse-cou féministe un peu dingue mais adorable. Elle restera à jamais dans la course. Moteur !

Lire plus »
Nutrition

Nutrition du sportif confiné : l’appel du frigo

Pas facile de savoir comment se nourrir en temps de confinement. Celui qui poursuit sa routine sportive tant bien que mal doit trouver un nouveau moyen de faire le plein d’énergie sans prendre de kilos indésirables. Pas impossible. Les conseils et 3 recettes maison de la diététicienne spécialisée dans la nutrition sportive Marion Lassagne.

Lire plus »
Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »
En basket...sur les pistes !

En basket…sur les pistes !

Courir en haute altitude pour la bonne cause ? Un combo qui vaut le détour et ce sera le 15 mai, lors de la première édition du Marathon des Alpes qui s’engage pour la recherche contre la sclérose en plaques. On vous explique tout.

Lire plus »
Margot Boch et Carla Sénéchal

Margot Boch et Carla Sénéchal : « Le bobsleigh féminin n’est pas médiatisé, on a bien l’intention de le mettre en lumière ! »

Surnommées les « sœurs jumelles » du bobsleigh féminin français, Margot Boch et Carla Sénéchal glissent à pleine vitesse vers leurs rêves de qualification aux JO de Pékin, en 2022. La vingtaine mature, la passion embarquée dans leur engin, la pilote et la pousseuse ravivent enfin une discipline féminine glacée depuis dix ans. Un beau virage pour la visibilité du sport féminin !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner