Rechercher

Chamari Atapattu L'inspirante cricket woman

Chamari Atapattu, l'inspirante cricket woman
Sport adulé dans les anciennes colonies anglaises, le cricket voit monter la notoriété d'une joueuse au talent indéniable. Chamari Atapattu brille batte en main depuis 2009. En club ou avec l'équipe nationale du Sri Lanka, elle écrit l'histoire de son sport.

Par Alexandre Hozé

Publié le 12 juin 2022 à 18h01

La force de l’inspiration… point à ne pas négliger dans le sport de haut niveau. Pour certaines stars, les similitudes avec leurs idoles de jeunesse sont frappantes. Neymar qui dribble comme Ronaldinho, Iga Swiatek qui domine comme Rafael Nadal sur terre-battue… 

Les champions et championnes nouvelle génération récupèrent les points forts des anciens et les remodèlent à leur sauce. Chamari Atapattu, star sri-lankaise de cricket, ne fait pas exception à la règle.

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Son joueur préféré, Sanath Jayasuriya, a dominé le circuit mondial. Batteur agressif et imprévisible, il a changé les codes de cette partie du jeu. Et pour ce faire, le monsieur surprenait son monde en inversant sa prise sur la batte. 

Spécificité unique en son genre, en tout cas à très haut niveau, jusqu’en 2009. C’est à ce moment précis que la jeune Chamari Atapattu débarque sur la scène internationale du cricket. Pourtant droitière, elle batte comme une gauchère. Mais, bon, au vu des résultats, on ne peut qu’approuver. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

D’autant plus que la Sri-Lankaise utilise cette technique depuis toujours. Bercée par les exploits de Sanath Jayasuriya, elle commence le cricket à l’âge de 4 ans. Entourée de garçons, elle se fait sa place et finit même par devenir meilleure que ses camarades. 

Sa montée en puissance est progressive, mais une fois arrivée à son prime, plus rien ni personne ne fut en mesure de l’arrêter. Et ce n’est pas fini.

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Ses débuts avec l’équipe nationale ont lieu en 2009. La jeune femme a seulement 19 ans, mais elle n’est pas impressionnée. En 2011, elle réalise une performance digne de l’élite du cricket. Face à l’Irlande, elle inscrit 111 runs lors de son passage à la batte. Un century (100 runs en un match) à 21 ans, pas mal. 

Elle réitère en 2014 face à l’Afrique du Sud, histoire de confirmer qu’elle est l’une des meilleures batteuses du circuit. Et personne ne peut affirmer le contraire. 

Lors de la saison 2016-2017, Chamari Atapattu est désignée joueuse de l’année par la fédération sri-lankaise de cricket (en toute objectivité, évidemment). Et la voilà aussi reconnue comme la meilleure batteuse dans les compétitions internationales. 

L’Australie, une des top nations du circuit, a notamment fait les frais du talent de la prodige qui, avec 178 runs, a tout simplement survolé l’une des compet’ de cricket restée mémorables. Ses malheureuses adversaires ont tout tenté, lancer avec ou sans rebond, avec plus ou moins d’effet, mais rien à faire. 

À la fin de la saison, les Rebels de Melbourne qui avaient compris la leçon, s’en sont aller draguer miss Atapattu de l’autre côté de l’océan : Chamari accepte la proposition et devient la première Sri-lankaise à intégrer un club étranger. 

Une fierté pour la native de Kurunegala qui devient à son tour une source d’inspiration pour les jeunes filles fans de cricket. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Depuis, elle brille dans la ligue australienne et également avec la sélection du Sri Lanka. Devenue capitaine, Chamari Atapattu a réalisé sept centuries depuis 2009, le dernier récemment contre le Pakistan. 

À 32 ans, sa carrière est encore loin d’être bouclée et c’est bien ce qui pose problème à ses adversaires. Mais, pour les très nombreux adeptes de cricket, le plaisir d’observer Chamari Atapattu batte en main devrait perdurer plusieurs années encore. 

©Dimitri Crusz/Red Bull Content Pool

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Julie Allemand

Basket : ces Européennes qui s’offrent les States

Assistons-nous enfin à l’éclosion des joueuses européennes aux États-Unis, territoire si prisé du basket mondial ? Dans le championnat américain de basketball féminin, la WNBA, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. Et à y parvenir. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Lire plus »
Fanny Caspar

« Bump It » : tout schuss pour le ski freestyle féminin !

Ce 25 février 2021 aurait dû avoir lieu, en Andorre, un show de ski freestyle 100% féminin. Des rideuses devaient y promouvoir la cause des femmes dans le sport extrême. La Covid-19 est passée par là et la démo est reportée en 2022, mais pas le soutien aux sportives du ski freestyle. Ni à celles qui rêvent, en secret, de se lancer sur la piste. On se lève tous et toutes pour « Bump It » !

Lire plus »
La question qui tue

Pourquoi, le soir, je suis ballonnée ?

Cette question qui tue, on nous l’a posée plusieurs fois. Genre, des sportives et des pas (toujours) sportives, si si ! Il semblerait que gonfler le soir venu soit malvenu. Et que ça concerne aussi celles qui font leurs abdos consciencieusement. Parce que (hey, on vous le dit, là, tout de suite, ça a pas forcément à voir). Alors, on va tenter une réponse avec notre coach, Nathalie Servais. Mais, on est d’accord qu’on n’est pas gastro, hein ?

Lire plus »
La question qui tue

En sport, la récup, c’est obligé ?

On les adore ces séances où on pète la forme, où tous les exercices nous semblent easy, où on se dépasse en mode “même pas mal“. Forcément, ça donne envie de recommencer. Vite, trop vite. Et c’est là que la récupération joue son rôle. Pas convaincu ? Lis plutôt la réponse de notre coach, Nathalie Servais !

Lire plus »
Sasha DiGiulian

Sasha DiGiulian, la première de cordée qui donne de la “voie”

À tout juste 28 ans, l’Américaine est l’une des figures les plus célèbres du monde de l’escalade. Sasha DiGiulian gravit les montagnes à la force de ses bras et de son mental de roc. Icône de l’ascension, elle a pour ambition d’entraîner d’autres femmes dans sa cordée. Et ainsi de féminiser un milieu encore peu ouvert à la diversité.

Lire plus »
Clara Direz, la skieuse qui s'envole

Clara Direz, la skieuse qui s’envole

Elle a la glisse dans le sang. Depuis ses jeunes débuts, la skieuse savoyarde trace sur les pistes. Peu importe les blessures, Clara Direz est toujours revenue, la hargne aux skis. Pour les championnats du monde de Méribel et Courchevel, sa détermination est plus grande encore.

Lire plus »
Jessica Vetter

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une aventurière qui rend hommage à des exploratrices, une championne olympique polyvalente, une crossfiteuse épanouie (Jessica Vetter sur notre photo), les Carnets de route d’une reine du marathon, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Ronda Rousey

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un photographe aux clichés détonants, une athlète aux rebonds imprévisibles, l’histoire des wonderwomen du MMA (dont Ronda Rousey sur notre photo) et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner