Avec Clare Connor, le cricket féminin tient sa trajectoire

Clare Connor
Figure féminine dirigeante rare dans le milieu du cricket, l’ancienne joueuse pro Clare Connor deviendra en 2021 la première femme présidente de l’histoire du Marylebone Cricket Club (MCC). Historique pour ce gardien des lois du cricket âgé de plus de 200 ans ! Portrait d’une cricket-girl qui n’hésite pas à lancer des balles fortes en faveur d’un milieu sportif plus inclusif.

Par Claire Bonnot

Publié le 30 juillet 2020 à 12h11, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h10

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ancienne capitaine de l’équipe féminine de cricket d’Angleterre, directrice générale du cricket féminin de l’Angleterre et du Pays de Galles, Clare Connor est tout simplement un symbole du cricket féminin…

Une pionnière dans l’univers du cricket féminin

« Nous devons souvent regarder en arrière pour voir jusqu’où nous sommes allés. J’ai fait ma première visite à Lord’s (au MCC) en tant que fillette de neuf ans obsédée par le cricket et des étoiles plein les yeux à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans la Long Room. Les temps ont changé. »

Cette anglaise née en 1976 a toujours eu une passion pour le cricket et n’a jamais lâché la batte pour faire avancer la reconnaissance du cricket féminin.

Clare Connor

Clare Connor se fait connaître en tant que joueuse de l’équipe de cricket féminine nationale dès 1995 mais fait ses classes au Brighton College au sein d’équipes de garçons, faute d’équipe féminine.

La visibilité du cricket féminin est alors nulle : le grand public ne savait même pas à cette époque qu’une équipe nationale féminine existait. Clare Connor se souvient avoir dû s’acheter son propre blazer pour son premier match test en Inde pour le One-Day International.

Une victoire décisive

En 2005, alors qu’elle est la capitaine de l’équipe anglaise depuis 2000, elle permet à l’équipe de remporter les Women’s Ashes – matchs qui opposent tous les ans les équipes d’Angleterre et d’Australie – un exploit que l’Angleterre n’avait pas réussi depuis quarante-deux ans.

Elle prendra sa retraite en 2006 en laissant derrière elle une image de « leader inspirante » comme l’a qualifiée sa successeure, Charlotte Edwards.

Une étiquette qui sied à merveille à la « seconde » carrière toute dédiée au cricket féminin de celle qui s’y connaît en affranchissement des barrières : Clare Connor est la première femme à être nommée au comité du Conseil International de Cricket en 2009 ainsi qu’à trôner (en 2021 !) au siège de l’institution Marylebone Cricket Club…

Clare Connor
©Twitter/MCC

En tant que directrice générale du cricket féminin de l’Angleterre et du Pays de Galles (BCE), Clare Connor s’engage avec passion pour une visibilité et un financement accrus, ainsi qu’une sensibilisation des jeunes femmes et des petites filles à ce sport qui leur est désormais tout ouvert.

Généralement considéré comme réservé aux hommes, le cricket version féminine s’est développé en jeu et en popularité grâce aux actions de Clare Connor.

En 2014, l’équipe féminine d’Angleterre est devenue professionnelle et, en 2017, plus de 1,1 million de téléspectateurs britanniques se sont connectés à Sky Sports pour regarder l’Angleterre remporter la finale de la Coupe du monde féminine dans un Lord’s Cricket Ground à guichets fermés.

Un moment fondateur pour l’avenir du cricket féminin !

Permettre aux filles de faire carrière dans le cricket

Celle qui a grandi en jouant notamment dans des équipes de garçons a déclaré que le système devait offrir des parcours égaux aux filles et aux garçons.

Ainsi, en 2019, la BCE lançait le programme à 20 millions de livres sterling, « Inspiring Generations », visant à faire du cricket un sport inclusif pour les jeunes filles et femmes.

©Harrias

Premier volet : les contrats de professionnalisation :

« C’est un énorme pas dans la bonne direction, être en mesure d’offrir le cricket comme carrière à plus de femmes et de filles et de leur permettre d’avoir cette aspiration. Mais il y en aura encore un certain nombre qui devront jongler entre l’emploi et l’université. Le travail n’est pas terminé, mais au moins c’est une augmentation significative du nombre de joueuses qui peuvent se qualifier, de joueuses de cricket à plein temps à gagner un salaire décent. »

Suite des actions : des investissements pour les clubs de cricket féminins.

Clare Connor

En étant nommée première femme présidente du MCC en juin 2020, Clare Connor confirme le succès de son action pour la popularité du cricket féminin !

Cette Mecque du cricket, âgée de 233 ans, gardienne des lois du jeu, n’a autorisé ses premiers membres féminins qu’en 1998. « On me confie cette opportunité remarquable, l’opportunité de jouer un rôle pour aider le MCC, le club le plus influent du cricket, à prospérer et à grandir dans un avenir encore plus moderne et inclusif », s’est exprimée l’intéressée.

Le cricket féminin est fin prêt à disputer son grand match pour l’égalité !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Report du Tour de France ? Pas encore à l’ordre du jour…

Même si la Fédération française de cyclisme demande à ses afficionados de ne plus rouler afin de respecter les consignes de confinement en cette période de crise sanitaire, l’organisateur du Tour de France ne souhaite pas se prononcer pour l’instant sur un éventuel report de la Grande Boucle qui doit partir de Nice le 27 juin.

Lire plus »
Kate Hudson

Kate Hudson, nouvelle étoile de la planète fitness

Au royaume d’Hollywood, il n’y a qu’un pas entre le tapis rouge et l’entrepreneuriat. L’actrice Kate Hudson a fait ce pas de côté, en 2013, en co-créant Fabletics, une marque de sport pour femmes. Ou comment Kate Hudson est devenue un « coach sportif » bankable en deux temps trois mouvements…

Lire plus »
Tifany Huot-Marchand

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »
zumba

Zumba, entrez dans la danse !

Une tornade, un raz de marée. Cette discipline venue de Colombie a su trouver le combo gagnant – transpirer en s’éclatant – pour séduire des femmes qui veulent bouger sans pour autant avoir l’impression de faire du sport. Reportage au pays de cette danse devenue trendy.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner