Avec Clare Connor, le cricket féminin tient sa trajectoire

Clare Connor
Figure féminine dirigeante rare dans le milieu du cricket, l’ancienne joueuse pro Clare Connor deviendra en 2021 la première femme présidente de l’histoire du Marylebone Cricket Club (MCC). Historique pour ce gardien des lois du cricket âgé de plus de 200 ans ! Portrait d’une cricket-girl qui n’hésite pas à lancer des balles fortes en faveur d’un milieu sportif plus inclusif.

Par Claire Bonnot

Publié le 30 juillet 2020 à 12h11, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h10

Ancienne capitaine de l’équipe féminine de cricket d’Angleterre, directrice générale du cricket féminin de l’Angleterre et du Pays de Galles, Clare Connor est tout simplement un symbole du cricket féminin…

Une pionnière dans l’univers du cricket féminin

« Nous devons souvent regarder en arrière pour voir jusqu’où nous sommes allés. J’ai fait ma première visite à Lord’s (au MCC) en tant que fillette de neuf ans obsédée par le cricket et des étoiles plein les yeux à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans la Long Room. Les temps ont changé. »

Cette anglaise née en 1976 a toujours eu une passion pour le cricket et n’a jamais lâché la batte pour faire avancer la reconnaissance du cricket féminin.

Clare Connor

Clare Connor se fait connaître en tant que joueuse de l’équipe de cricket féminine nationale dès 1995 mais fait ses classes au Brighton College au sein d’équipes de garçons, faute d’équipe féminine.

La visibilité du cricket féminin est alors nulle : le grand public ne savait même pas à cette époque qu’une équipe nationale féminine existait. Clare Connor se souvient avoir dû s’acheter son propre blazer pour son premier match test en Inde pour le One-Day International.

Une victoire décisive

En 2005, alors qu’elle est la capitaine de l’équipe anglaise depuis 2000, elle permet à l’équipe de remporter les Women’s Ashes – matchs qui opposent tous les ans les équipes d’Angleterre et d’Australie – un exploit que l’Angleterre n’avait pas réussi depuis quarante-deux ans.

Elle prendra sa retraite en 2006 en laissant derrière elle une image de « leader inspirante » comme l’a qualifiée sa successeure, Charlotte Edwards.

Une étiquette qui sied à merveille à la « seconde » carrière toute dédiée au cricket féminin de celle qui s’y connaît en affranchissement des barrières : Clare Connor est la première femme à être nommée au comité du Conseil International de Cricket en 2009 ainsi qu’à trôner (en 2021 !) au siège de l’institution Marylebone Cricket Club…

Clare Connor
©Twitter/MCC

En tant que directrice générale du cricket féminin de l’Angleterre et du Pays de Galles (BCE), Clare Connor s’engage avec passion pour une visibilité et un financement accrus, ainsi qu’une sensibilisation des jeunes femmes et des petites filles à ce sport qui leur est désormais tout ouvert.

Généralement considéré comme réservé aux hommes, le cricket version féminine s’est développé en jeu et en popularité grâce aux actions de Clare Connor.

En 2014, l’équipe féminine d’Angleterre est devenue professionnelle et, en 2017, plus de 1,1 million de téléspectateurs britanniques se sont connectés à Sky Sports pour regarder l’Angleterre remporter la finale de la Coupe du monde féminine dans un Lord’s Cricket Ground à guichets fermés.

Un moment fondateur pour l’avenir du cricket féminin !

Permettre aux filles de faire carrière dans le cricket

Celle qui a grandi en jouant notamment dans des équipes de garçons a déclaré que le système devait offrir des parcours égaux aux filles et aux garçons.

Ainsi, en 2019, la BCE lançait le programme à 20 millions de livres sterling, « Inspiring Generations », visant à faire du cricket un sport inclusif pour les jeunes filles et femmes.

©Harrias

Premier volet : les contrats de professionnalisation :

« C’est un énorme pas dans la bonne direction, être en mesure d’offrir le cricket comme carrière à plus de femmes et de filles et de leur permettre d’avoir cette aspiration. Mais il y en aura encore un certain nombre qui devront jongler entre l’emploi et l’université. Le travail n’est pas terminé, mais au moins c’est une augmentation significative du nombre de joueuses qui peuvent se qualifier, de joueuses de cricket à plein temps à gagner un salaire décent. »

Suite des actions : des investissements pour les clubs de cricket féminins.

Clare Connor

En étant nommée première femme présidente du MCC en juin 2020, Clare Connor confirme le succès de son action pour la popularité du cricket féminin !

Cette Mecque du cricket, âgée de 233 ans, gardienne des lois du jeu, n’a autorisé ses premiers membres féminins qu’en 1998. « On me confie cette opportunité remarquable, l’opportunité de jouer un rôle pour aider le MCC, le club le plus influent du cricket, à prospérer et à grandir dans un avenir encore plus moderne et inclusif », s’est exprimée l’intéressée.

Le cricket féminin est fin prêt à disputer son grand match pour l’égalité !

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Naomi Osaka

Qui sont les femmes du sport les plus influentes en 2020 ?

Pour élargir toujours plus l’horizon du sport via le sport au féminin, une initiative a retenu l’attention d’ÀBLOCK ! : un classement annuel des femmes les plus influentes dans le monde du sport, délivré par ISportconnect, un réseau privé d’entreprises sportives internationales. Qui, selon eux, sont les nouvelles leaders à suivre en 2020 ?

Lire plus »
Diana Nyad La nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

En 2013, elle reliait à la nage, sans aucune protection contre les requins, Cuba à Key West, en Floride. Elle avait 64 ans. L’Américaine Diana Nyad était alors surtout connue pour avoir été championne de squash dans les années 80. Mais son rêve, c’était de relever ce défi aquatique. She did it. Et elle se raconte dans cet épisode du podcast « Merci pour ce moment » signé Quentin Faure.

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure

Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure

La présidente du Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) était très attendue pour ces Jeux Paralympiques de Tokyo, ses derniers. La reine française du saut en longueur et ambassadrice du handisport n’a pas démérité et a remporté sa neuvième médaille paralympique, venant couronner une carrière exemplaire.

Lire plus »
Le sport feminin

La laborieuse ascension du sport au féminin

Le sport féminin est-il en danger ? Malgré les efforts faits depuis une trentaine d’années pour plus d’égalité en matière de pratique sportive, la situation n’évolue que doucement. La pandémie de Covid-19 n’a pas arrangé les choses. Ce serait même tout le contraire.
Décryptage avec Carole Gomez, directrice de recherche en géopolitique du sport à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et autrice d’un rapport intitulé : « Sport mondialisé : les défis de la gouvernance ».

Lire plus »
We Trail

Hey, We Trail ?

Retrouver la liberté, la nature, les sentiers…en courant, c’est la proposition alléchante de Scarpa. La marque spécialiste du trail organise, cet été, un périple financé par ses soins. Une micro-aventure pour laquelle il fallait répondre à un appel à candidatures dont on connait aujourd’hui les 5 finalistes. « We Trail » est en marche.

Lire plus »
Ella Palis : pour elle, le foot, c'est de la balle !

Ella Palis : pour elle, le foot, c’est de la balle !

Petite dernière d’une famille accro au sport, Ella Palis ne fait pas exception. Elle perpétue la tradition à grands coups de crampons dans le milieu du ballon rond. Un rêve de carrière qui devient réalité avec sa première campagne internationale sous le maillot tricolore pour l’Euro 2022.

Lire plus »
Nouria Newman

Nouria Newman : « En kayak extrême, tu es seule face à toi-même. »

Baroudeuse kayakiste, elle maîtrise haut la main les rapides les plus dingues de la planète. À 28 ans, cette championne du monde de slalom en équipe et triple championne du monde de kayak extrême se fait désormais la main et la malle en kayak d’expédition aux conditions extrêmes. Accro à l’adrénaline, elle ne lâche jamais la pagaie. Un vent de fraîcheur sans langue de bois !

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Elle est photographe et réalisatrice de documentaires. Son dernier film, « Bande de skateuses », est une épopée immersive sur l’explosion du skateboard féminin en France. Partie à la rencontre de plusieurs générations du milieu de la glisse sur bitume, Marion Desquenne en a rapporté un témoignage qui va au-delà de la simple pratique du skate et en dit long sur une société qui a encore du boulot en matière d’égalité des genres.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner