Rechercher

Alice MarbleLa fabuleuse histoire de l’espionne qui venait du tennis

la fabuleuse histoire de l’espionne qui venait du tennis
Elle a été l’une des figures les plus importantes du tennis d’avant-guerre. L’Américaine Alice Marble a révolutionné le jeu et imposé le short sur les courts. Chanteuse à ses heures, elle s’est également essayée au cinéma, à la mode, aux médias et... à l’espionnage !

Par Sophie Danger

Publié le 16 mars 2023 à 12h54, mis à jour le 26 avril 2023 à 2h48

Sa vie ressemble à un roman. Alice Marble, figure incontournable du tennis d’avant-guerre, a vécu pleinement une vie riche d’aventures et de rebondissements. Un parcours rocambolesque qui débute le 28 septembre 1913 à Beckwourth, une petite bourgade perdue dans les montagnes de la Sierra Nevada.

Elle a 3 ans lorsque ses parents – Harry, bûcheron, et Jessie, infirmière – décident de prendre la direction de San Francisco pour s’y installer avec leur cinq enfants. C’est là, au bord du Pacifique, qu’Alice Marble va s’initier au sport.

Douée, elle excelle en basket, pratique l’athlétisme, aime la boxe mais sa préférence va au baseball. Supportrice des San Francisco Seals pour qui elle chasse les balles perdues, elle finit par en devenir, officieusement, la mascotte. Elle a alors 13 ans et une seule envie : devenir joueuse de baseball professionnelle.

©Wikipedia

Une lubie à laquelle son frère ainé, Dan, va rapidement mettre fin. Pressé de voir sa petite soeur s’illustrer dans un domaine plus « féminin », il lui offre une raquette de tennis.

Alice Marble se prend au jeu et commence à s’entraîner régulièrement sur les courts municipaux du Golden Gate Park. Talentueuse, elle enchaîne les victoires en compétition et se fait un nom qui résonne bientôt dans tout l’état.

L’année 1932 marque un tournant dans sa carrière. La Californienne, jusqu’alors sans entraîneur, s’associe à Eleanor Tennant qui va devenir son coach, son mentor et son manager. La saison suivante, elle atteint les quarts de finale de l’US National Championships, futur US Open.

Une trajectoire fulgurante qui va néanmoins connaitre un coup d’arrêt brutal quelques mois plus tard.

©Wikipedia

Alice Marble se rend à Paris pour disputer son premier tournoi à l’étranger. En pleine rencontre, elle s’écroule sur la terre battue de Roland-Garros. Les médecins lui diagnostiquent une tuberculose et lui annoncent qu’elle ne pourra plus jamais jouer au tennis. La Franciscanaise va rester hospitalisée deux ans.

Avec l’aide de Tennant, elle parvient à reprendre miraculeusement du service en 1936. Le début d’une épopée sportive extraordinaire. En moins de quatre saisons, la sculpturale blondinette, met le circuit mondial à ses pieds.

Victorieuse de l’US National Championships à quatre reprises en simple (36, 38, 39, 40), elle réalise un incroyable triplé à Wimbledon (Grande-Bretagne) en 1939 en survolant le simple, le double dames et le double mixte.

En tout, elle va rafler pas moins de dix-huit couronnes dans ce que l’on appellera plus tard, les Majeurs : cinq en simple, six en double dames et sept en double mixte.

Alice Marble, victorieuse de la Wightman Cup for America en 1939, compétition de tennis féminin entre les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Une moisson exceptionnelle pour la protégée de Tennant qui, non contente de garnir son étagère à trophées, révolutionne le jeu féminin en pratiquant un tennis très agressif, inédit pour l’époque. Un héritage de ses années de baseball. Marble à l’oeil et les bras. Elle excelle à l’engagement et inaugure le style service-volée chez les dames.

En un mot comme en cent, la Californienne détonne. Les journalistes s’emballent pour ce sosie de Greta Garbo qui joue « comme un homme » et fait scandale en délaissant la jupe plissée au profit du short sans se soucier du qu’en dira-t-on.

©Spyscape

En 1940, la redoutable miss Marble décide de passer professionnelle. Elle se produit dans de lucratives tournées d’exhibition, dispense des courts et fraye avec le tout-Hollywood.

Une vie de bohème durant laquelle elle va s’essayer, tour à tour, à la chanson et se produire dans les clubs huppés de New York et de Londres, au cinéma en acceptant un petit rôle dans un film de George Cukor, à la mode en créant des lignes de vêtements et à l’animation à travers des émissions de radio.

Elle collaborera également avec des journaux, des magazines, des comics et prêtera même main forte… aux services secrets américains.

© National Portrait Gallery London

Cet épisode-là remonte à l’année 1945. La guerre touche à sa fin et Alice Marble a vécu son lot de tragédies. Mariée à Joe Crowley, un officier de l’armée de l’air, elle perd son époux au combat quelques jours seulement après avoir fait une fausse couche. Dévastée, elle tente de se suicider.

Quelques temps plus tard, elle est abordée par un officier des renseignements dans un restaurant de Manhattan. Ce dernier veut lui confier une mission : renouer avec un ancien amant, banquier en Suisse, pour confirmer les soupçons de blanchiment d’argent au profit des nazis qui pèsent sur lui. La Californienne s’envole pour l’Europe.

Elle reprend contact avec son soupirant et est à deux doigts de le piéger quand il l’a démasque. S’ensuit une folle course-poursuite dans les montagnes helvètes sous le feu nourri des balles de revolver. Alice, touchée au dos, est laissée pour morte. Elle se réveillera le lendemain dans un hôpital puis sera rapatriée à New York.

Révélée dans sa seconde autobiographie « Courting Danger », sortie après sa mort, cette histoire invraisemblable n’a, en réalité, jamais pu être corroborée mais contribue, aujourd’hui encore, à entretenir sa légende.

Espionne ou pas, Alice Marble continuera néanmoins, toute sa vie, à faire parler d’elle en prenant notamment fait et cause contre la ségrégation raciale. Elle se tiendra, à cet effet, aux côtés d’Althea Gibson, interdite de participation à l’US National Championship en raison de sa couleur de peau.

Introduite au International Tennis Hall of Fame dès 1964, elle finira par s’installer à Palm Spring, en Californie, et continuera à jouer au tennis et partager son savoir auprès de jeunes aspirants champions parmi lesquels une certaine Billie Jean King.

Elle s’éteindra le 13 décembre 1990 à l’âge de 77 ans, terrassée par une anémie pernicieuse. En souvenir, la ville de San Francisco renommera un court de tennis à son nom.

Ouverture : ©Wikipedia

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Sheryl Swoopes, la militante bien dans son basket

Sheryl Swoopes, la militante bien dans ses baskets

On lui a dit que c’était impossible alors elle l’a fait. Sheryl Swoopes, prodige texan du basketball, s’est imposée comme l’une des plus grandes joueuses américaines. Première à s’engager avec la WNBA, elle est aussi la première à avoir eu une basket à son nom. Sportive activiste, la désormais quinquagénaire a œuvré pour la cause homosexuelle et continue, aujourd’hui, à s’engager auprès de la jeunesse afro-américaine.

Lire plus »

JO 1928 : Lina Radke, l’athlète trop « disgracieuse » pour courir

Elle s’appelait Karoline Radke-Batschauer dite Lina Radke. Pionnière de l’athlétisme, cette Allemande qui courait comme un lièvre fut la première médaillée d’or olympique au 800m, mais aussi la dernière jusqu’en…1960. Après sa victoire, l’épreuve fut tout bonnement supprimée. Miss Radke avait manqué de grâce en franchissant la ligne d’arrivée…

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Sport Féminin Toujours 2023, ces expertes qui nous éclairent

Elles en ont fait une vocation. Chercher, analyser, décrypter, combattre, ces spécialistes ont toutes le même objectif : faire bouger les lignes en matière de sport féminin. En cette semaine de Sport Féminin Toujours qui milite pour une plus grande visibilité des championnes, l’occasion était trop belle de les mettre elles aussi en valeur. Nous les avons rencontrées et elles ne pratiquent pas la langue de bois !

Lire plus »
Manon Hostens : « Il faut faire entendre notre voix pour guider les jeunes générations ! »

Manon Hostens : « Le kayak est une passion que je veux partager. »

C’est la queen de la descente en kayak. Quadruple championne du monde cette année, Manon Hostens manie la pagaie comme personne, mais n’en a pas moins les pieds sur terre. À 27 ans, elle a à cœur de faire connaître son sport et sait que, pour ça, il faut de belles victoires . Cette fille ÀBLOCK! compte bien poursuivre sur son élan et a déjà les yeux tournés vers les Jeux de Paris 2024.

Lire plus »
Anais Quemener

Best-of 2023 : nos plus belles rencontres

Une foule de sportives (et quelques sportifs aussi) inspirantes, qui n’ont pas peur de donner de la voix pour faire bouger les lignes. Ça, vous commencez à le savoir, on est fans ! Pour bien finir 2023, un Best-of de nos interviews les plus marquantes s’impose. Enjoy !

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Maame Biney, la black short-track attitude

Elle est la première femme noire à faire partie de l’équipe olympique américaine de patinage de vitesse sur piste courte et le revendique haut et fort. Cette reine du 500 m, sa discipline préférée dans le short-track, est une étoile de ce sport fascinant, toujours le sourire aux lèvres et la foulée explosive. Maame Biney sait comme personne briser la glace.

Lire plus »
Wilma Rudolph

Wilma Rudolph, la « Gazelle Noire » du ghetto devenue athlète de légende

Une antilope semble courir sur la piste des JO de Rome, en 1960. Des jambes élancées au tonus impressionnant, une course d’une vitesse époustouflante alliée à une grâce d’exécution sans pareille. Cette tornade délicate, c’est Wilma Rudolph, ancienne infirme devenue athlète à 20 ans. Elle remportera trois médailles d’or au sprint. Surnommée la « Gazelle Noire », elle s’est bâti une destinée de légende à la force de ses jambes et de son mental d’acier.

Lire plus »
JOP 2024 : la France s’enflamme

Jeux Olympiques 2024 : la France s’enflamme

Plus de 400 communes, 65 villes étapes, 100 sites historiques et 10 000 relayeurs. Après le projet de cérémonie d’ouverture qui vise déjà très grand, c’est au tour du parcours de la flamme olympique de nous en mettre plein la vue à travers une épopée titanesque de 68 jours.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner