Rechercher

Sally Ride L’astronaute qui voulait devenir championne de tennis

Sally Ride, l’astronaute qui voulait devenir championne de tennis
Ses aptitudes sportives auraient pu lui ouvrir les portes du circuit féminin. Sally Ride, tenniswoman prometteuse, s’orientera finalement vers les sciences. En 1983, elle entre dans l’Histoire en devenant la première Américaine à voyager dans l’espace.

Par Sophie Danger

Publié le 17 mars 2023 à 18h29, mis à jour le 25 avril 2023 à 1h43

Elle a pensé, un temps, faire carrière dans le tennis. Son coup droit et son appétence pour les sciences en décideront autrement. Sally Ride, disparue il y a dix ans, a marqué lhistoire en devenant la première américaine à voyager dans lespace, la troisième femme après les Soviétiques Valentina Terechkova et Svetlana Savitskaïa.

Née en 1951 à Los Angeles en Californie, laînée du couple Ride nourrit, très jeune, une passion pour le sport. Fan inconditionnelle des Dodgers, célèbre franchise de baseball, elle espère, un temps, intégrer leffectif californien avant que sa mère ne len dissuade : ce nest, hélas, pas envisageable pour une fille.

©Sally Ride Science/UC San Diego

Sally Ride va se consoler avec le tennis, discipline quelle découvre à la faveur dune virée familiale en Europe. Elle a 9 ans quand elle tape ses premières balles en Espagne. De retour au pays, la jeune fille commence à sentraîner sous la direction dAlice Marble, victorieuse à Wimbledon en 1939 et quadruple vainqueur de lUS Championships futur US Open – en 1936, 1938, 1939 et 1940.

En 1965, ses bons résultats lui valent dintégrer la prestigieuse Westlake School for Girls de Los Angeles. Son diplôme en poche, elle met le cap sur le Swarthmore College, un établissement situé à une trentaine de kilomètres de Philadelphie en Pennsylvanie.

Ride y joue au golf, intègre l’équipe de hockey sur gazon et continue denchaîner les bons résultats en tennis. Tombeuse de l’Eastern Intercollegiate Women’s Singles en 1968, elle réitère lexploit lannée suivante.

Sally Ride (à droite) était entraînée par la joueuse de tennis (et aventurière !) Alice Marble… ©Robert Weintraub/California Museum

Malheureusement pour Sally Ride, le climat de Pennsylvanie savère beaucoup moins clément que celui de Californie. Le Swarthmore College na pas de courts couverts. La jeune femme, qui envisage alors sérieusement une carrière professionnelle, fait ses bagages et regagne son état natal en janvier 1970. Ses études sur pause, elle va alors se consacrer uniquement au tennis.

Une parenthèse qui ne durera que trois mois. La Los Angélienne – qui invoquera, plus tard, avec humour, son coup droit défaillant pour justifier son choix – rêve dexcellence et réalise quelle nest peut-être pas faite pour une carrière dathlète. Ses aptitudes sportives vont néanmoins lui ouvrir les portes de luniversité de Stanford, en Californie. 

©Sally Ride Science/UC San Diego

La brillante Américaine, qui suit un double cursus de littérature anglaise et de physique, continue à briller sur les courts sous les couleurs de son université. Il lui arrive également de dispenser quelques leçons pour financer ses études.

Cest dailleurs à loccasion dun camp d’été au Lac Tahoe, dans le Nevada, en 1972, quelle affronte Billie Jean King, son idole, en double. Cette dernière lincite à reprendre le fil de sa carrière sportive mais Sally Ride a tranché : son avenir s’écrira dans le domaine des sciences.

Après avoir obtenu une licence en physique et une licence en littérature anglaise en 1973, elle décroche une maîtrise en sciences et physique deux ans plus tard. Elle complètera sa collection de diplômes avec un doctorat en philosophie en 1978. 

Sally Ride avec Billie Jean King, à sa droite…©Collect Space BJ King

En 1977, sa vie bascule à la faveur dune petite annonce parue dans le Stanford Daily. La National Aeronautics and Space Administration (NASA) recrute des astronautes et, pour la première fois, les femmes sont les bienvenues. Sally Ride postule.

Elle fera partie des six candidates retenues. Sen suivent des mois dun entraînement intensif durant lesquels son passé de sportive va lui servir. Sa carrière, Sally Ride la commence au sol avant d’être choisie pour faire partie de l’équipage de la septième mission de la navette Challenger.

Le 18 juin 1983, elle embarque avec quatre astronautes masculins pour un vol de six jours. Elle est la première Américaine dans l’espace

©NASA

Sally Ride participe à une seconde mission spatiale en 1984. Elle se prépare à la troisième quand la navette Challenger explose peu après son décollage le 28 janvier 1986. La NASA suspend les vols pendant deux ans.

La Californienne quitte lagence fédérale américaine et se tourne vers lenseignement. Professeure de physique à l’université de Californie à San Diego, elle prend la direction du California Space Institute, institut spatial attaché à la faculté.

Militante, elle co-fonde Imaginary Lines, qui deviendra Sally Ride Science en 2001, pour faciliter laccès aux sciences pour les jeunes filles.

Atteinte dun cancer du pancréas, elle décède le 23 juillet 2012 à San Diego. Elle avait 61 ans. 

Ouverture ©Tam O'Shaughnessy, biographie de Sally Ride

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le questionnaire sportif de… Diane Marie-Hardy

Le questionnaire sportif de… Diane Marie-Hardy

Elle ambitionnait les JO, mais son corps a dit stop. En plein championnats de France Elite d’athlétisme, en juin dernier, l’heptathlète Diane Marie-Hardy a dû renoncer à toutes les compétitions en raison d’une blessure au tendon d’Achille. Mais cette sportive acharnée n’a pas dit son dernier mot et a repris sa préparation physique. Entre deux entraînements, elle a répondu à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une enquête sur la bigorexie ou quand trop de sport tue le sport, une joueuse de hand passée à la moulinette, une experte de l’évolution du sport féminin qui parle sans langue de bois, un Top littéraire pour bouger en 2023, des témoignages de filles pour qui le sport, c’est la vie (comme la motarde Lil’Viber sur notre photo)… Régalez-vous !

Lire plus »
Pauline Ferrand-Prévot

Best-of 2020 : les exquises paroles de nos championnes

Elles nous ont inspirés, nous ont émus, soufflés, amusés ou encore étonnés. Par leurs mots, leurs émotions si bien exprimées. Leurs confidences sont des cadeaux et nous sommes fiers de les accueillir toutes ces filles ÀBLOCK! Merci, girls, d’avoir fait de 2020, année troublée, une année de partage. Merci d’avoir accompagné notre nouveau média. Cela valait bien de réunir ici quelques pépites glanées au gré de nos rencontres. Le choix a été si difficile que nous reviendrons prochainement mettre en lumière d’autres championnes pour d’autres délicieuses petites phrases. Vive 2021 avec vous ! Savourez !

Lire plus »
Corse coach vocab

Une Corse ? Cékoiça ?

Ça a un peu à voir avec l’île de Beauté, mais davantage encore avec le plongeon. Mais aucun lien avec l’univers de la natation. Alors, c’est quoi ? Une technique de défense en volley-ball ! Les joueurs, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Suite de notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Sharni Pinfold

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des anecdotes insolites pour patienter avant les prochains JO de Tokyo, une motarde désenchantée qui préfère fuir les circuits que de subir encore et encore la misogynie, une jockey girl de 21 ans, Cravache d’or et bien en selle, une haltérophile à la détermination en fonte ou encore une baronne qui s’envoyait en l’air il y a plus de cent ans… retour sur quelques-unes des pépites de la semaine.

Lire plus »
Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Vous avez le rythme dans la peau ? Ça tombe bien, le 5 décembre, au théâtre du Châtelet à Paris, on fête les 20 ans de l’évènement Battle Pro ! Les meilleur.e.s breakdanceurs et breakdanceuses vont s’affronter dans cette salle qui accueille régulièrement des cérémonies comme le Ballon d’Or ou les Césars.

Lire plus »
Déborah Ferrand

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un questionnaire sportif de haut vol avec une parachutiste joyeusement perchée (Déborah Ferrand sur notre photo), une rencontre avec les reines du bobsleigh français Margot Boch et Carla Sénéchal, deux filles pas si givrées que ça, l’histoire du tennis de table conjugué au féminin ou une expression de coach décryptée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Régalez-vous !

Lire plus »
Delphine Cascarino, l’agréable surprise de l’attaque française

Delphine Cascarino, l’agréable surprise de l’attaque française

L’Euro Foot 2022 va-t-il la révéler ? Delphine Cascarino a marqué les esprits lors du premier match des Bleues en inscrivant le troisième but de la rencontre face à l’Italie. Son palmarès est déjà bien garni, mais une victoire lui fait de l’œil : celle qu’elle ravira sous le maillot tricolore en équipe A. Et elle a tout pour réaliser son rêve. Portrait d’une attaquante inattendue qui vaut le détour.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner