Bethanie Mattek-Sands Le tennis (tatoué) dans la peau

Bethanie Mattek-Sands
On l’a vue rire, s’enflammer, se délecter de renvoyer la balle lors des doubles à Roland-Garros. Celle que l’on surnomme “America’s Tennis Rock Star“ est une joueuse aussi chatoyante que les tenues et les couleurs qu’elle porte sur les courts du monde entier. Pour Bethanie Mattek-Sands, la vie est un jeu, tout comme ses parties de tennis. Portrait d’une flamboyante sportive.

Par Valérie Domain

Publié le 16 juin 2021 à 9h29, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h50

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Son père est comptable, sa mère infirmière, autant dire qu’elle n’est pas une enfant de la balle. Bethanie née Mattek un 23 mars 1985, dans le Minnesota, a touché sa première raquette alors qu’elle avait 5 ans pour devenir pro à 14 et se consacrer entièrement à sa carrière de joueuse en 2005.

Elle a alors 20 ans et le sourire jusqu’aux oreilles à chaque fois qu’elle se rend sur un court. Depuis, c’est sa marque de fabrique, son empreinte. Presque autant que son jeu qui allie vitesse et agilité lorsqu’elle s’approche du filet.

Rien ne semble la déstabiliser, en tout cas rien qui pourrait la faire renoncer au tennis. Grande allergique (on lui a diagnostiqué vingt-six allergies alimentaires graves), Bethanie Mattek-Sands alias “BMS“ est une coriace, le bras droit désormais entièrement tatoué, tel un étendard.

Elle a pris l’habitude de jouer avec de hautes chaussettes de compression -c’est la Bethanie’s touch, et n’aime rien moins que de varier les looks, si possible détonants et colorés : « Mon allure vestimentaire est en fonction de mon humeur du jour », dit-elle.

Des tenues qui séduisent ou qui agacent, c’est selon : elle a été sanctionnée à l’US Open, en 2005, pour avoir arboré un chapeau de cow-boy. On a beau jouer chez les yankees, le tennis, c’est du sérieux !

Une originalité qui n’est pourtant pas un obstacle à son talent. Son palmarès est riche et multiple : c’est en effet en double que l’Américaine s’illustre (elle était numéro 1 mondiale en 2017, elle est 13e aujourd’hui). Elle a remporté, avec sa partenaire, la Tchèque Lucie Šafářová, vingt-sept tournois dont cinq titres du Grand Chelem, mais aussi l’or olympique avec son compatriote Jack Sock, en double mixte, aux Jeux Olympiques de Rio.

Un double mixte qu’elle apprécie et qui le lui rend bien avec quatre titres du Grand Chelem remportés haut la main.

En simple, “BMS“ est un peu moins fortunée, son meilleur rang est 30e mondial, en juillet 2011. Elle est aujourd’hui, à 36 ans, 269e au classement WTA.

Ses meilleures performances datent de 2013 où elle bat des joueuses bien mieux classées qu’elle et son match phare reste celui remporté en 16e de finale contre Venus Williams à l’US Open, en 2019 (7/6, 6/3, 6/1).

2019, retour gagnant contre Venus Williams

Bethanie Mattek-Sands est alors de retour depuis peu sur les courts après une pause de dix mois due à une blessure spectaculaire lors du tournoi de Wimbledon, le 7 juillet 2017.

Là, sous l’œil médusé du public, elle est soignée à même le court pendant près d’une demi-heure avant d’être transportée à l’hôpital.

Son genou droit est en miettes, sa rotule est disloquée, ajoutez à cela une rupture totale du tendon rotulien et la joueuse pense devoir tirer un trait sur sa carrière : « J’ai perdu tous mes muscles, toute la force de ma jambe gauche, racontait la joueuse à Paris, de retour au tournoi de Roland-Garros, en 2018. C’est incroyable, la vitesse à laquelle tout cela disparait. Ma jambe droite était devenue plus courte que la gauche de près d’un centimètre et demi. Il n’était plus question de penser à jouer au tennis : ma vie toute entière était affectée par cette blessure. »

Mais la badass du circuit a un mental implacable : elle a le tennis dans la peau, sa peau devra s’y faire : « J’ai remonté la pente de manière progressive, en cochant chaque petite étape. Comme une immense échelle que je devais grimper, barreau après barreau : plier ma jambe, remarcher, recourir, le tout en appréciant chacun de ces moments. Même quand j’ai pu rejouer au tennis, je ne me suis pas concentrée sur la victoire, mais sur mes mouvements, mes entraînements. Pendant ma guérison, je n’ai jamais cessé de visualiser mentalement mes déplacements sur un court. Cela suffisait à me motiver. »

Son mari, Justin Sands, président d’une compagnie d’assurance américaine, dont elle ajoute le patronyme au sien, en 2008, la soutient. Always. Elle s’est mariée en noir, mais voit la vie en rose. Et c’est puissant.

Depuis, elle semble aborder chaque match comme une enfant qui aurait enfin retrouvé son doudou.

À Roland-Garros, le 13 juin dernier, elle avait choisi un look plutôt sage pour jouer la finale du double dames avec sa partenaire et ex-tenante du titre en simple, Iga Swiatek. Bethanie n’était pas d’humeur à épater la galerie, semble-t-il.

L’issue du match fut à son image : sans esbroufe. Elles furent battues (sèchement) par le duo tchèque Barbora Krejcikova/Katerina Siniakov (6-4, 6-2) en 1h14 de jeu.

Iga Swiatek et Bethanie Mattek-Sands, à Roland-Garros, en juin dernier

So what ? Bethanie Mattek-Sands n’a pas fini de jouer. La star de la récré ? C’est elle !

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Laury Thilleman

Le top 10 des influenceuses sport sur Instagram

Depuis le confinement, elles n’ont jamais été autant suivies. Les sportives des réseaux sociaux, plus particulièrement sur Instagram, ont su convaincre les plus sédentaires de bouger. Petite liste (non exhaustive) de ces influenceuses qui nous poussent à sauter dans nos baskets. Et à aimer ça !

Lire plus »
Amélie Mauresmo

Amélie Mauresmo : 5 infos pour briller sur les courts

Joueuse la plus titrée du tennis féminin français, Amélie Mauresmo s’est hissée au rang de légende. Malgré une carrière sportive arrivée à terme, l’ancienne numéro 1 mondiale ne se trouve jamais bien loin des courts. Retour sur les grandes dates d’Amélie Mauresmo, joueuse au remarquable revers à une main.

Lire plus »
violette morris

Violette Morris, cette amazone qui voulait vivre comme un homme

« Ce qu’un homme fait, Violette peut le faire ! ». Ce cri féministe date des années 1920. Son porte-voix ? Violette Morris, athlète omnisports qui fit sensation sur les terrains. Esprit libre s’habillant en homme et aimant des femmes, la sportive aux seins coupés fit scandale, traçant la voie d’un féminisme ultra contemporain. Histoire peu ordinaire d’une pionnière du sport féminin au destin hors du commun.

Lire plus »
Valérie Taylor

Valérie Taylor, la plongeuse écolo qui a inspiré « Les dents de la mer »

Plongeuse experte en requins, repérée en 1975 par Spielberg, la blonde Australienne au physique de sirène hollywoodienne a toujours eu à coeur de défendre les requins et regrette encore aujourd’hui que le film ait été contre-productif.
Celle qui n’a jamais eu peur de plonger quand il fallait y aller a été une des voix pionnières pour la conservation des fonds marins. Cap sous la mer toute !

Lire plus »
We Trail

Hey, We Trail ?

Retrouver la liberté, la nature, les sentiers…en courant, c’est la proposition alléchante de Scarpa. La marque spécialiste du trail organise, cet été, un périple financé par ses soins. Une micro-aventure pour laquelle il fallait répondre à un appel à candidatures dont on connait aujourd’hui les 5 finalistes. « We Trail » est en marche.

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

JO 1948 : Fanny Blankers-Koen, « mère indigne » devenue star de la piste

On la surnommait « La ménagère volante ». Spécialiste du sprint, elle est la seule à avoir décroché quatre médailles d’or en une seule édition. Un palmarès d’autant plus bluffant à une époque où les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les compétitions, encore moins les mères de famille. Récit d’une femme au foyer devenue femme médaillée.

Lire plus »
Lydia Bradey

Lydia Bradey, l’insatiable alpiniste en quête de liberté

Elle est la première femme à avoir atteint, en 1988, le sommet de l’Everest sans oxygène. Mais son record a longtemps été mis en doute par ses compagnons d’expédition. Une suspicion qui poursuivra la Néo-Zélandaise Lydia Bradey pendant des années avant qu’elle ne soit enfin réhabilitée. Histoire d’une alpiniste et guide de haute-montagne qui n’a jamais lâché le piolet.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner