Rechercher

19 juillet 1884Maud Watson remporte la première finale dames de l’histoire de Wimbledon

19 juillet 1884, la Britannique Maud Watson remporte la première finales dames de l’histoire de Wimbledon
Lors de la première édition féminine du tournoi de Wimbledon, l’histoire retiendra qu’il n’y a pas d’âge pour briller. Le 19 juillet 1884, la britannique Maud Watson, prodige de 19 ans, s’impose en trois sets face à nulle autre que sa grande sœur Lillian.

Par Julie Begon

Publié le 18 juillet 2022 à 17h00, mis à jour le 18 juillet 2023 à 17h31

Le talent, une histoire de famille chez les Watson. À tout juste 19 ans, Maud Watson remporte le 19 juillet 1884 la finale dames du tournoi de Wimbledon et devient la toute première femme à gagner le tournoi britannique et pas contre n’importe qui, contre sa sœur Lillian.

les liens du sang… mais, malgré tout, la compétition aura été serrée. Même si Maud arrive avec l’étiquette de grande favorite, elle devra se donner du mal pour parvenir jusqu’en finale et s’imposer face à son aînée.

En 1884, Maud Watson est considérée comme la meilleure joueuse de tennis d’Angleterre. Avant d’en arriver là, c’est chez elle qu’elle a commencé cette discipline qui l’enchante et qu’elle a amélioré son jeu en affrontant des hommes. Son père entraînait de jeunes étudiants de Cambridge et, pour faire ses armes, elle se confrontait à eux. Comme un jeu, mais plus vraiment avec le temps.

En 1881, les premières compétitions de tennis féminin apparaissent en Angleterre et Maud décide de s’y lancer cette même année. Pour son premier tournoi à Edgbaston, en Angleterre, à peine âgée de 16 ans, elle remporte la finale simple, mais aussi le double avec sa sœur Lillian de sept ans son aînée.

©Wikipedia

Maud Watson continue à gagner jusqu’en 1884 et s’engage, alors grandissime favorite, sur le premier tournoi féminin de Wimbledon. Mais, dans le sport, tout ne se passe pas toujours comme prévu et, pour s’imposer, elle va devoir tout donner.

On loue ses volées puissantes, ses services et son jeu si polyvalent qu’il est difficile de cibler ses faiblesses, mais c’est bien son sang-froid qui va lui permettre d’empocher cette première édition du tournoi sur gazon.

À l’exception de son premier match contre Mme Tyrwhitt Drake qu’elle remporte de façon expéditive, Maud Watson devra lutter pour revenir au score dans toutes ses autres rencontres. D’abord contre Blanche Williams quand elle est menée 4-2 dans le premier set. Puis, en demi-finale, contre la future sextuple championne de Wimbledon, Blanche Bingley-Hillward où elle doit aller jusqu’au troisième set pour décrocher son pass en finale.

Ernest Renshaw, Lillian Watson, Herbert Lawford et Maud Watson… ©Wikipedia

Et, enfin, contre sa sœur. Tout le monde pense que Maud va prendre le dessus sur Lillian en quelques minutes et que le match se jouera à sens unique et en faveur de la jeune prodige de 19 ans. Mais sa grande sœur de 26 ans ne compte pas lui offrir la finale et arrache même le premier set, forçant ainsi sa frangine à faire preuve de la détermination et du calme qui font sa renommée.

Ce sera chose faite, Maud se reprend et s’offre le titre en trois sets : 6-8, 6-3, 6-3. Vainqueur à 19 ans, le monde du tennis salive déjà à l’idée d’avoir devant lui la championne des dix prochaines années. Pourtant, il faudra se faire à l’idée que ce ne sera pas Maud Watson.

La Britannique aura brillé très fort et très tôt mais, après une seconde victoire à Wimbledon en 1885, elle déclinera doucement pour finalement arrêter sa carrière à peine trois ans après son premier sacre. Alors âgée de seulement 22 ans.

Ouverture ©Alchetron

D'autres épisodes de "Un jour, un événement"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Le Best-of ÀBLOCK!

Une crack qui nage à très grande vitesse, une fille qui prend son envol, une danseuse qui rêve de JO, les pionnières du baseball, une championne qui grimpe, une autre qui nous booste avec ses tutos (Jess Vetter sur notre photo) et un nouveau mercredi où les KIDS ont pris le MIC, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Kids

À la puberté, faut limiter le sport oui ou non ?

Le sport, quand on est parents d’un ado, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Qu’il pratique une activité sportive, évidemment… mais pas trop quand même. « Pense aussi à l’école » ! Et puis, il paraît que le sport et la puberté ne font pas bon ménage. Il paraît…

Lire plus »
Il était une fois le baseball... féminin

Il était une fois le baseball… féminin

Il débarquera aux Jeux Olympiques 2028 de Los Angeles. Rien de très surprenant pour un sport made in America. Les femmes en ont d’abord été écartées, mais elles ont vite pris les battes en main ! Retour sur l’histoire des pionnières du baseball.

Lire plus »
Premier Round, un combat ÀBLOCK! Kids

Premier Round, un combat ÀBLOCK!

S’engager pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes des quartiers prioritaires, lutter contre la maltraitance envers les enfants sous toutes ses formes, ce sont les missions musclées de Premier Round, asso lancée par la boxeuse Rima Ayadi.

Lire plus »
Sandrine Alouf : « Mes photos de sportives, c’est une loupe sur une société ultra genrée. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière qui a le break dans le sang, une asso qui se bouge, des fonds pour donner une chance à mille petites filles, une photographe qui met à terre les préjugés et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Mélissa Plaza : « Le slam est très thérapeutique. Quand je répare ces femmes en mettant les mots justes aux bons endroits, je me répare moi-même. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ex-footeuse qui rejoint la Team ÀBLOCK! pour slamer sur des championnes inspirantes (Mélissa Plaza sur notre photo), un nouvel éclairage juridique sur le sport, la présentation d’un mondial qui fait des vagues et une rubrique Kids qui nous donne des ailes, c’est le top de la semaine ! Enjoy !

Lire plus »
Justine Pedemonte : « Je fais de la moto, je suis une fille… au lycée, ça fait parler. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une histoire de raquettes et volants, une femme engagée qui donne de la voix pour réparer les corps, le retour des Kids (avec la pilote moto de 16 ans, Justine Pedemonte) et une double journée de grimpe en salle, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Claire Supiot : « Mon parcours peut faire évoluer le monde du sport et au-delà. »

Claire Supiot : « Mon parcours peut faire évoluer le monde du sport et au-delà. »

En participant aux JO de Tokyo, l’été dernier, elle devenait la première athlète française à avoir participé aux Jeux Olympiques puis, trente-trois ans plus tard, aux Jeux Paralympiques. Claire Supiot est une force de la nature. Souffrant depuis 2008 d’une pathologie évolutive qui entraîne une faiblesse musculaire, elle a pu sortir la tête de l’eau grâce à la natation qui lui offre de quoi vaincre les flots de la maladie. Un exemple de résilience dans le monde du sport 100 % ÀBLOCK!

Lire plus »
Julie Chupin tire dans le mille pour le handisport

Julie Chupin tire dans le mille pour le handisport

Amputée de la jambe gauche à l’aube de la trentaine, elle a réussi à trouver une nouvelle cible de vie : le tir à l’arc à haut niveau. Athlète handisport depuis seulement sept ans, championne de France handisport et 5e mondiale, Julie Chupin, 38 ans, se charge de « prendre du plaisir à tirer les bonnes flèches » pour les Jeux paralympiques de Tokyo 2021.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner