Rechercher

Alexandra : « Si je peux aider quelqu'un à se mettre au sport, c'est juste génial ! » Boxe et running, comptable dans la fonction publique, 35 ans

Alexandra, « Si je peux aider quelqu'un à se mettre au sport, c'est juste génial ! »
Enfant, ado, enceinte ou jeune maman, Alexandra n'arrête jamais le sport. Gants aux poings ou baskets aux pieds, cette fille ÀBLOCK! s'épanouit dans l'effort et ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.

Propos recueillis par Alexandre Hozé

Publié le 12 octobre 2022 à 17h13

« Je fais du sport depuis que je suis toute petite. J’ai eu la chance d’avoir des parents qui en ont toujours fait, vélo et course à pied principalement. Donc, j’ai été élevée dans cette ambiance sportive et ça a toujours été un plaisir. Idem pour mes frères et sœurs, nos balades étaient des footings et on papotait en même temps.

Je n’ai jamais été inscrite en club. Il faut dire que ça aurait été une sacrée gestion avec cinq enfants ! On a juste fait un peu d’athlétisme, mais jamais à un niveau incroyable. 

Après, en tant qu’adolescente et jeune adulte, j’ai toujours continué le sport. Je n’étais pas très régulière et je n’avais pas d’objectif particulier, mais je pratiquais pour le plaisir. C’est en 2016, à 29 ans, que je me suis inscrite à la boxe française. Et ça a été le coup de foudre ! 

Cette discipline m’a donné le goût de la compétition, j’ai vu que j’étais à l’aise, que j’avais de réelles capacités pour ce sport. J’ai d’ailleurs remporté tous mes assauts ! J’ai toujours fait un peu de compét’, quelques cross avec l’école ou avec ma famille, mais c’est vraiment avec la savate que je m’y suis mise à fond. 

J’ai testé pas mal de sports, vélo, course à pied, badminton, mais je n’avais jamais réellement accroché, jusqu’à la savate. J’y allais trois fois par semaine, j’ai fait un peu de compétition, des interclubs… 

En 2019, je tombe enceinte. J’ai donc mis la boxe de côté, mais j’ai continué le sport durant toute ma grossesse. Des petits entraînements en visio avec des copains, en faisant attention à mes sensations. Je faisais aussi une à deux heures de marche par jour. 

En 2020, sortie de grossesse, je reprends tranquillement le contrôle de mon corps, je me remets à la boxe française avec des amis en attendant la réouverture des clubs.

Et en 2021, je change de région. Je quitte Paris pour débarquer à Nice. Je me trouve un super club de savate et, par la même occasion, le plaisir de faire ce sport dans un cadre plus clair. Je m’épanouis complètement dans la boxe. 

Mais en avril dernier, j’ai eu envie de me challenger sur une nouvelle discipline. Je me suis donc remise à la course à pied. J’avais déjà eu comme projet de faire un marathon il y a quelques années, mais mon genou ne me l’avait alors pas permis. Cette fois, je me suis fixée comme défi de faire un semi-marathon. Au début, c’était impossible pour moi de courir dix kilomètres. Je n’arrivais pas comme une compétitrice, je ne connaissais pas l’épreuve. 

Je me suis donc entraînée, j’ai vu que mon corps réagissait bien, sans doute grâce à ma pratique de la boxe française, et j’ai bouclé les vingt-et-un kilomètres en 1 heure et 46 minutes. J’étais trop contente ! J’aurais sans doute pu faire encore mieux, mais je n’étais pas là pour gagner quelque chose, j’avais juste comme objectif de faire moins de 1h50. 

À la base, je voulais arrêter la course à pied une fois mon semi-marathon terminé, mais j’en suis finalement devenue accro. J’ai trouvé un véritable épanouissement et un bien-être mental et physique dans ce sport, j’ai donc décidé de préparer un marathon, que je cours fin octobre. J’y vais pour le finir, avec tout de même un objectif au chrono, qui est de quatre heures. Je serai à l’écoute de mon corps et si j’arrive à faire moins de quatre heures, ce serait extraordinaire. 

J’ai adapté ma routine sportive, je suis passée à deux entraînements de boxe française par semaine, je fais plus de cardio et de musculation. J’ai un pseudo plan d’entraînement, mais il bouge pas mal selon les semaines. Et en plus de mes entraînements de boxe, j’ai trois séances de course à pied par semaine. 

Je m’entraîne, je n’ai jamais rien lâché. Sauf peut-être, pour l’instant, mon envie de me mettre au triathlon : j’ai dû prendre des cours de natation, faire du vélo… Mais à la rentrée, je me suis rendu compte que ça faisait beaucoup. Triathlon, marathon, boxe française… Donc, pour le moment, je me concentre sur la course à pied et la savate. La boxe reste mon sport référence, je n’arrêterai pas, mais une fois mon marathon passé, je reprends les entraînements pour le triathlon. 

J’ai fait aussi mon premier trail, récemment, j’avais envie d’essayer et ça s’est très bien passé, j’ai fini deuxième. J’étais tout de même un peu déçue, je pouvais gagner, j’ai ressenti de nouveau l’esprit de compétition. Je vais donc avoir une petite revanche à prendre lors d’un prochain trail ! 

Quand je cours, je suis à l’écoute de toutes mes sensations, mon esprit divague… C’est un moment où je suis centrée sur moi. Ça m’apporte un bien-être, un épanouissement dans mon quotidien. Ça m’aide aussi à être bien dans mon corps, mais surtout dans ma tête.

Si je ne fais pas mon sport, quelque chose ne va pas, je ne suis pas fière de moi, je ne me sens pas active. Le sport me permet réellement d’être bien avec mon corps et mon esprit. C’est en quelque sorte ma thérapie. 

C’est dans ce sens également que je suis active sur les réseaux sociaux. J’avais une page Facebook, mais c’est surtout depuis mon semi-marathon que je poste régulièrement. Je parle avec beaucoup de femmes, dans la rue ou sur les réseaux, pour les motiver, échanger. C’est le but de mes pages sur ces plateformes. 

Ça me permet aussi de montrer que, même avec un enfant, on peut continuer de faire du sport, que cette activité apporte énormément. J’ai beaucoup de retours positifs. Quand une femme me dit que je l’ai motivée à faire du sport avec mes publications, c’est une réussite, une satisfaction énorme. 

Je fais uniquement ça pour le plaisir, devenir coach ne m’intéresse pas du tout. Je me contente d’échanger avec amour, avec bienveillance, et si je peux aider quelqu’un à se mettre au sport, c’est juste génial ! 

Personnellement, ma pratique sportive m’a procuré de superbes expériences que je n’oublierai pas : ma première compétition de boxe, dans laquelle j’ai ressenti ce petit stress et beaucoup d’énergie ; les randonnées assez longues, avec des sommets importants… Et le marathon qui arrive, je l’attends avec impatience. 

Et puis j’ai d’autres objectifs : refaire des podiums sur des trails, me mettre au triathlon… Le défi ultime, c’est de faire un semi IronMan. Je dois d’abord être à l’aise en triathlon, mais si je vois que ça se passe bien dans la préparation et que je me sens prête, l’IronMan 2023 de Nice en semi pourrait être l’objectif. 

Mon enfant vient déjà un peu courir avec moi, il mime aussi des combats avec des petits gants de boxe. Il vit dans cet univers et quand il grandira, il choisira sa discipline. L’important, c’est de trouver un sport que l’on aime. Tant que tu prends du plaisir, c’est super. Et c’est vraiment ce que je veux transmettre à mon enfant. » 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Maman d’un enfant en bas âge, la trentenaire Noëlie n’a pourtant jamais lâché le guidon et s’est fait une place de choix dans le monde du vélo. Son prochain défi ? La course reine de l’ultra-cyclisme, la RAF 2500km, sans assistance et en totale autonomie. Avec sa coéquipière Elsa, elles seront le premier duo féminin de toute l’histoire de la RAF. De vraies Indiana Jones au féminin !

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »
Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n'aurais pensé faire ça dans ma vie. »

Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n’aurais pensé faire ça dans ma vie. »

En juin dernier, elle est arrivée première de l’Ironman de Nice dans la catégorie 40-44 ans, la voilà maintenant en route pour les Championnats du monde de la spécialité qui se dérouleront à Hawaï le 14 octobre. Adeline Trazic, professeure d’arts plastiques, n’a qu’une ambition : franchir la ligne d’arrivée et faire le plein d’émotions sur la terre du triathlon.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »
Coupe du Monde féminine de rugby à XV 2022, la guerre des étoiles ovales

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

L’histoire des filles sur les tatamis, la présentation de la plus grosse compét’ féminine du ballon ovale, une accro au sport qui témoigne et tout sur la sortie du livre de la championne olympique de hand Cléopatre Darleux, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Tour de France Femmes 2023, la route sera longue !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le parcours 2023 du plus fameux road trip français à vélo et un zoom sur le handball avec l’Euro qui débute. Une Bleue du hand toujours en activité qui répond à notre questionnaire sportif et une autre qui retrace son parcours avec l’équipe de France, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
violette morris

Violette Morris, cette amazone qui voulait vivre comme un homme

« Ce qu’un homme fait, Violette peut le faire ! ». Ce cri féministe date des années 1920. Son porte-voix ? Violette Morris, athlète omnisports qui fit sensation sur les terrains. Esprit libre s’habillant en homme et aimant des femmes, la sportive aux seins coupés fit scandale, traçant la voie d’un féminisme ultra contemporain. Histoire peu ordinaire d’une pionnière du sport féminin au destin hors du commun.

Lire plus »
Lil'Viber

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Deux légendes, du handball et du rugby, qui raccrochent les baskets, une motarde allumée (Lil’Viber sur notre photo), un duo de marins qui met les voiles, une histoire sportive et une petite odeur de Jeux Olympiques, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner