Rechercher

Coupe du monde féminine de rugby 2022 Le récap'

Coupe du Monde féminine de rugby 2022, le récap'
Une nouvelle fois, les Bleues grimpent sur la troisième marche du podium d'une Coupe du monde de rugby. Une régularité qui, certes, impose le respect et témoigne d'un groupe bourré de talent et de caractère, mais ce XV de France voulait encore mieux. On refait les matches !

Par Alexandre Hozé

Publié le 14 novembre 2022 à 8h58, mis à jour le 13 avril 2023 à 16h24

Une fois de plus, les Bleues nous auront fait vibrer. Une fois de plus, elles ont tout donné sur le terrain. Une fois de plus, elles se sont dépassées et nous ont transcendés. Mais une fois de plus, elles concluent la Coupe du monde à la troisième place. 

Il y a certes des manières bien plus décevantes de conclure une telle compétition. Une septième médaille de bronze en dix mondiaux, c’est une statistique inédite et qui témoigne d’une régularité dans le très haut niveau qui en impose. 

Mais on le sait, on l’avait dit, le XV de France débarquait en Nouvelle-Zélande pour faire mieux encore. Les trente-deux joueuses, Thomas Darracq et son staff, tous rêvaient de l’or. Et jusqu’à cette demi-finale du 5 novembre, le rêve semblait plus proche que jamais. 

©France Rugby

Après un premier match de poule maîtrisé contre l’Afrique du Sud, les Françaises ont chuté face au XV de la Rose. Treize à sept pour les Anglaises, la bête noire des Bleues n’arrête pas de gagner. Mais tout ne fut pas négatif dans ce crunch. La défense bleue a été étouffante, limitant à un petit score une attaque anglaise complètement on fire sur ce mondial. 

Le véritable coup dur face à l’Angleterre ne fut pas la défaite, mais la blessure de la demi de mêlée Laure Sansus. Meilleure joueuse du dernier Tournoi des VI Nations, elle doit quitter le terrain dans le premier choc de la Coupe du Monde pour l’équipe de France. Et le verdict est on ne peut plus lourd : rupture des ligaments croisés, la Française est out pout le reste de la compétition. Rapidement après cette annonce, Laure Sansus déclare mettre un terme à sa carrière, s’arrêtant sur une bien triste note. 

Difficile de se relever d’un tel imprévu pour un groupe. Mais les Bleues sont concentrées. Pauline Bourdon prend la suite de Laure Sansus dans le XV de départ et l’équipe de France se qualifie pour les quarts de finale grâce à une large victoire face aux Fidji. 

©France Rugby

L’affiche pour ce premier match à élimination de cette Coupe du monde a des allures de piège. L’Italie est moins forte sur le papier, mais lors du dernier affrontement, les Françaises avaient perdu pied face à la furia italienne. 

Mais, cette fois, on ne parle plus de préparation. Concentrées, les Bleues ne laissent aucune chance à leurs adversaires. Les avants font parler leur puissance, la défense est une fois de plus infranchissable… Joanna Grisez réalise une énorme performance, inscrivant un triplé qui assure une large victoire aux siennes. Trente-neuf à trois, l’équipe de France se hisse une fois de plus dans le dernier carré d’une Coupe du Monde. 

Et comme toujours lors d’une demi-finale, le défi est de taille. La Nouvelle-Zélande, devant son public, sur son terrain de l’Eden Park. La même pelouse sur laquelle les messieurs avaient échoué d’un petit point, face aux All Blacks, en finale du mondial 2011. 

©France Rugby

Les Françaises étaient décidées à connaître un autre sort. Leur première mi-temps est superbe, elles mènent dix-sept à dix au moment de la pause. Mais la réaction des Blacks Ferns (surnom des joueuses néo-zélandaises) fait mal. Trop mal. Quinze points de suite en à peine plus de vingt minutes.

Et même si un essai de Romane Ménager enflamme l’équipe de France pour le dernier quart d’heure, le score ne bougera plus. La dernière pénalité de Caroline Drouin est trop loin, la puissance manque à la demi d’ouverture française. Vingt-cinq à vingt-quatre pour la Nouvelle-Zélande : onze ans après, l’histoire se répète. 

La petite finale face au Canada est remportée au caractère, une qualité dont ce XV de France ne manque pas. Et à plates coutures : 36-0 ! Mais cette médaille de bronze garde un goût d’amertume. Une fois de plus, les Bleues ont échoué aux portes de la finale. Une fois de plus, elles ne sont pas pleinement satisfaites. 

Mais, une fois de plus, les Bleues ont prouvé, si besoin était, qu’elles forment l’une des meilleures équipes de la planète. Et une chose est sûre, elles reviendront encore plus ÀBLOCK! 

Ouverture ©France Rugby

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Il était une fois le surf féminin

Il était une fois le surf… féminin

N’en déplaise à certains, le surf se conjugue presque depuis toujours au féminin. L’un des sports additionnels des JO de Paris 2024, dont les épreuves se tiendront à Tahiti, a vu nombre de filles apprivoiser la planche. Ce week-end a lieu la Surf Ranch Pro 2023 aux États-Unis, occasion parfaite pour refaire l’histoire côté surfeuses.

Lire plus »
« Savoir que l’on va laisser une empreinte dans le hand, c’est magnifique. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rencontre avec une (déjà) légende du handball actuellement en plein Mondial en Espagne (Allison Pineau sur notre photo), un podcast avec une nageuse qui s’est jouée des requins, cinq infos sur une championne de la peuf, la petite histoire du handball féminin et une chorégraphie engagée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bonne lecture !

Lire plus »
Octavie Escure : « La danse a été ma thérapie pour surmonter les incidents de la vie. »

Octavie Escure : « La danse a été ma thérapie pour surmonter les incidents de la vie. »

Elle est une ballerine hors du commun. Élevée dans le tulle et l’organza, entre entrechats et gracieuses révérences, elle quittera l’univers feutré du classique pour devenir la danseuse du rockeur anglais Peter Doherty pendant dix ans. Avant de créer la méthode Fit’Ballet qui démocratise la danse classique. Elle vient de publier son livre qui mêle histoire de vie et routine sportive dans la toute nouvelle collection ÀBLOCK!

Lire plus »
Pauline Ferrand-Prévot

Best-of 2020 : les exquises paroles de nos championnes

Elles nous ont inspirés, nous ont émus, soufflés, amusés ou encore étonnés. Par leurs mots, leurs émotions si bien exprimées. Leurs confidences sont des cadeaux et nous sommes fiers de les accueillir toutes ces filles ÀBLOCK! Merci, girls, d’avoir fait de 2020, année troublée, une année de partage. Merci d’avoir accompagné notre nouveau média. Cela valait bien de réunir ici quelques pépites glanées au gré de nos rencontres. Le choix a été si difficile que nous reviendrons prochainement mettre en lumière d’autres championnes pour d’autres délicieuses petites phrases. Vive 2021 avec vous ! Savourez !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner