Rechercher

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large » Navigatrice, 34 ans, technico-commerciale

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »
Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Propos recueillis par Sophie Danger

Publié le 06 octobre 2023 à 10h58

« Jai créé lassociation Famabor il y a deux ans. Javais alors le projet de participer à la Mini Transat et, pour cela, il me fallait une structure. Je me suis dit que fonder une association avec des amis me permettrait, non seulement, de fédérer plus de monde mais également de faire parler dun sujet qui me tenait à cœur depuis longtemps : l’égalité femme-hommes dans le sport. Cette idée est le fruit de mon expérience personnelle et professionnelle.

Jai toujours gravité dans un milieu très masculin, le milieu de la voile, et jai toujours trouvé quil ny avait pas assez de filles. Jentendais souvent dire : « Cest fou, une petite nana comme toi qui fait ça ! ». Cest à la fois chouette ces remarques parce que cest gratifiant mais quand on est une fille, on nest pas moins légitime quun homme lorsque que lon veut faire de la course au large ou de la voile.

Pour autant, jai eu la chance, pour ma part, de me voir confier assez rapidement des responsabilités en bateau, ce qui ma donné confiance en moi. Ado, quand je faisais de la voile en habitable, on ma laissé faire des manœuvres de port, on ma laissé prendre la barre. Jai compris que j’étais « capable de » même si je voyais très peu de femmes arriver au port en tenant la barre de leur bateau. Jai eu de la chance.

Il y a aussi le fait que je me sens très très bien en mer. Cest mon élément et je ne me suis jamais sentie incapable de naviguer. Quand on a une passion, quon se sent bien dans un milieu, que lon a limpression de bien faire, on a envie de continuer et ce, quelque que soit la discipline.

Jai plus senti que le fait d’être une femme pouvait être un frein dans ma vie professionnelle lorsque j’étais formatrice-monitrice. Dans l’école de croisière je travaillais, il ny avait quasiment que des hommes.

En me voyant, certaines personnes étaient réticentes. Je suis une femme et je suis toute petite. Pour quelques-uns, cela signifiait que je ne devais pas être capable de maîtriser un gros voilier. Javais plus besoin de démontrer mes compétences que certains de mes collègues masculins qui correspondent davantage à lidée que lon se fait dun skipper.

Pourquoi ? Je nai pas de théorie arrêtée sur le sujet et cest pour cela quavec Famabor, lambition était aussi dessayer de comprendre les origines de cette situation. Selon moi, les raisons ont à voir avec quelque chose de profondément ancré dans notre culture.

Limage que renvoie la voile est une image assez physique : cest un sport dur, il faut aller en mer, ce qui peut être assez impressionnant. Tout cela fait que lon ne va pas forcément orienter les petites filles dans cette voie. Pourtant, tout cela vaut aussi pour les garçons. Beaucoup dentre eux nont pas envie de se faire mal mais ils doivent montrer une image de force, montrer quils ont un mental dacier, du courage.

©Distillerie de la Tour

Ceci étant, ce qui vaut pour la voile vaut aussi pour beaucoup dautres disciplines, je pense au rugby par exemple. Mais cest en train de changer. Je n’étais pas très optimiste à ce sujet mais jai limpression que ça arrive. Pour preuve, il y a de plus en plus de courses mixtes.

Ça reste une sensation, je nai pas de chiffres pour étayer mes propos, mais jai limpression que cest de plus en plus accepté. Je le vois aussi avec ma nouvelle aventure professionnelle. Après avoir travaillé pendant trois mois dans un chantier dIMOCA avec le skipper Benjamin Ferré, je suis allée travailler dans une voilerie. J’occupe la fonction de technico-commerciale, cest-à-dire que je vends des voiles et je navigue en même temps pour apporter mon expertise.

Dans cette profession, il y a très peu de femmes, je nen connais dailleurs aucune, que ce soit en Bretagne ou même vers La Rochelle. Cest aussi je me dis que ça change.

Lors de mon entretien de recrutement, on ma dit que le fait d’être une femme n’était pas la raison pour laquelle javais été embauchée mais quils navaient jamais reçu de candidature avec mon profil et que ça les intéressait.

Durant mon projet Mini, pas mal de filles mont contactée via Famabor pour avoir des conseils. Elles mont dit quelles avaient besoin de sidentifier. Pour ma part, je me suis identifiée autant à des hommes qu’à des femmes mais, comme les femmes sont plus rares, tu tidentifies peut-être plus.

Quoi quil en soit, mes actions de communication ont eu un impact. À lavenir, jaimerais avoir plus de temps pour développer lassociation et, pourquoi pas, créer un évènement. Normalement, je devrais être moins tout le temps en mer et pouvoir y réfléchir.

Pour ce qui est de mes projets de navigation, après la Mini, qui a été assez intense, jai envie d’être un peu plus à terre en ce moment et de continuer à naviguer mais sur les bateaux des autres. Je ne ferme pas complètement la porte à un autre projet de course au large. Ça me démange beaucoup.

Ma première sortie sur lIMOCA sur lequel jai bossé pendant trois mois m’a donné envie de my remettre. Ça fait rêver mais ce nest pas pour tout de suite. »  

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Maman d’un enfant en bas âge, la trentenaire Noëlie n’a pourtant jamais lâché le guidon et s’est fait une place de choix dans le monde du vélo. Son prochain défi ? La course reine de l’ultra-cyclisme, la RAF 2500km, sans assistance et en totale autonomie. Avec sa coéquipière Elsa, elles seront le premier duo féminin de toute l’histoire de la RAF. De vraies Indiana Jones au féminin !

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n'aurais pensé faire ça dans ma vie. »

Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n’aurais pensé faire ça dans ma vie. »

En juin dernier, elle est arrivée première de l’Ironman de Nice dans la catégorie 40-44 ans, la voilà maintenant en route pour les Championnats du monde de la spécialité qui se dérouleront à Hawaï le 14 octobre. Adeline Trazic, professeure d’arts plastiques, n’a qu’une ambition : franchir la ligne d’arrivée et faire le plein d’émotions sur la terre du triathlon.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Le sport se met au vert à Besançon

Le sport se met au vert à Besançon

Rando-Kayak, VTT, trails, l’une des régions les plus vertes de France lance sa nouvelle édition du festival Grandes Heures Nature. Du 24 au 26 juin, ça va pagayer, pédaler et courir sur les sentiers ! Prêt à faire le plein d’oxygène ?

Lire plus »
Maddie Hinch, le hockey n’aura pas eu sa peau

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Elles sont championnes de VTT, de BMX, de rugby ou de hockey sur gazon (Maddie Hinch, notre photo) ; elles sont adeptes de foot américain ou de yoga, toutes ont eu la faveur de nos colonnes cette semaine. Championnes du monde ou du quotidien, elles nous bluffent. Des rencontres, enquêtes ou témoignages à (re)découvrir pour être ÀBLOCK!

Lire plus »
Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Elle a déjà été de trois campagnes. Alignée sur 100 mètres haies à Pékin et Londres, engagée en bobsleigh à deux à Sotchi, Lolo Jones a désormais les Jeux d’hiver en ligne de mire à partir du 4 février. L’Américaine de 39 ans espère y décrocher une médaille qui se refuse obstinément à elle depuis quatorze ans.

Lire plus »
Sandy Montanola : « L’idée est toujours la même : le sport masculin est l’étalon de mesure et le sport féminin vise à y ressembler »

Sandy Montanola : « L’idée est toujours la même : le sport masculin est l’étalon de mesure et le sport féminin vise à y ressembler. »

Elle travaille sur les inégalités femmes-hommes dans les médias. Maîtresse de conférences à l’université de Rennes 1, responsable de la formation en Journalisme de l’IUT de Lannion et co-responsable de la mission égalité-diversité de la CEJ (conférence des écoles en journalisme), Sandy Montanola dresse, avec nous, un panorama de l’évolution du traitement médiatique du sport féminin. Où tout reste à faire.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Les « Cholas » et le skate, une affaire qui roule

Les « Cholas » et le skate, une affaire qui roule

Sur leur planche, elles sillonnent le pays en tenue traditionnelle. Ces jeunes skateuses boliviennes ont ainsi trouvé comment revaloriser leur héritage indigène et lutter contre les discriminations. Rencontre avec Estefanny Morales et Suzan Meza, deux membres du groupe ImillaSkate.

Lire plus »
Julia Chanourdie

Julia Chanourdie : « Lorsque j’escalade, je suis une guerrière ! »

Gravissant la rude paroi du monde de l’escalade avec l’agilité prudente et conquérante d’une Spiderwoman, Julia Chanourdie, 24 ans, vient d’entrer dans l’histoire de son sport en devenant la première grimpeuse française et la troisième mondiale à réussir une voie cotée 9b. Un exploit réalisé de main de maître. Athlète au sommet de son art, elle représentera la France aux JO de Tokyo. Conversation ascensionnelle avec une fille au mental de roc.

Lire plus »
Isabeau Courdurier : « Retrouver du plaisir en VTT m’a permis de sortir de mes comportements destructeurs. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du ski, du rugby, du VTT (Isabeau Courdurier sur notre photo), de la breakdance… Des héroïnes, des légendes, des championnes, la semaine a été riche encore une fois sur ÀBLOCK! Séance de rattrapage pour ne rien manquer du sport féminin qui fait bouger les lignes. Bonne lecture !

Lire plus »
Charlotte Hym et Madeleine Larcheron

Charlotte Hym et Madeleine Larcheron, les rideuses françaises entrent en… Skate

Elles seront deux. Deux Françaises à porter fièrement les couleurs de l’équipe de France lors des épreuves de skateboard qui auront lieu le 25 juillet (street) et le 4 août (park) aux JO de Tokyo. Charlotte Hym et Madeleine Larcheron auront l’occasion de marquer l’Histoire des Jeux Olympiques en s’invitant sur le premier podium consacré à la discipline. Faisons les présentations.

Lire plus »

Steffi Graf : 5 infos pour briller au filet

Alors que la finale dames de Roland-Garros vient de se jouer, ÀBLOCK! rend hommage à une sacrée nana du tennis. 22 titres du Grand Chelem, 5 en Masters et l’or olympique, c’est tout simplement une légende vivante. L’ancienne joueuse de tennis, Steffi Graf, reste dans les plus belles archives des courts. Dans le sport comme dans l’humanitaire, elle a trouvé sa place. Retour sur une love-story entre une joueuse et sa raquette en 5 infos.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner