Rechercher

10 juillet 1971La Française Marie-Chantal Demaille devient championne du monde de fleuret

10 juillet 1971, la Française Marie-Chantal Demaille devient championne du monde de fleuret
Après vingt-et-un ans de disette, la France compte à nouveau dans ses rangs une championne du monde de fleuret. Marie-Chantal Demaille succède ce 10 juillet 1971 à son ainée Renée Garilhe, dont le titre remontait à 1950. L’apogée d’une carrière hors-norme qui se poursuit encore aujourd’hui.

Par Julie Begon

Publié le 09 juillet 2022 à 17h00

À 29 ans, alors professeure d’éducation physique au lycée Jean-Bart de Grenoble, Marie-Chantal Demaille réalise l’exploit de remporter l’or en finale des championnats du monde d’escrime en fleuret, à Vienne, en Autriche. 

Nous sommes le 10 juillet 1971, et, avec ce titre, elle met fin à vingt-et-une années de disette pour l’escrime française, dont le dernier sacre remontait à la victoire de Renée Garilhe en 1950. 

Une récompense logique pour une escrimeuse à qui tout sourit ? Pas vraiment. Bien que pourvu d’un talent inné et précoce, Marie-Chantal Demaille n’aura pas une carrière linéaire l’emmenant logiquement sur le toit du monde en 1971. 

Fille d’un père maître d’arme, elle se met à l’escrime alors qu’elle à 13 ans. Dès l’année suivante, elle se classe troisième des championnats de France des moins de 20 ans, mais la fédération refuse de l’envoyer aux championnats du monde sous prétexte qu’elle est trop jeune.

Une décision qui ne passe pas auprès de la jeune prodige qui décide d’arrêter l’escrime. 

Marie-Chantal Demaille se concentre alors sur ses études et, à 16 ans, entame une maitrise en éducation sportive. Devenue autonome grâce à une bourse, l’escrime revient la titiller.

Elle renfile la tenue et, à 17 ans, elle remporte les championnats de France des moins de 20 ans.  

Un nouveau chapitre s’ouvre pour elle. Alors qu’elle est devenue mère d’un petit Philippe en 1961, Marie-Chantal Demaille souhaite changer de vie et va enseigner à Tunis, en Tunisie. L’escrime n’étant pas pratiquée là-bas, elle s’apprête à abandonner de nouveau le fleuret. 

Mais le destin en a décidé autrement. La Française y rencontre M. Nemeth, un maître d’arme hongrois, qui la motive à reprendre la compétition. Avec succès.

Marie-Chantal Demaille participera par la suite à trois olympiades : Tokyo 1964, Mexico 1968 et Munich 1971. Elle ne sera hélas pas médaillée aux JO, mais son heure de gloire arrive. 

Le 10 juillet 1971, Marie-Chantal Demaille s’apprête à affronter en finale des championnats du monde d’escrime la Hongroise Ildikó Rejto. Atteinte de surdité, la native de Budapest débarque à Vienne en pleine confiance et avec en poche sept médailles olympiques dont deux d’or. Pourtant, c’est bien la Française, professeur d’EPS, qui prend le dessus et décroche le titre. 

Une belle récompense pour mettre fin à sa carrière pour une troisième et dernière fois ? Surement pas. Marie-Chantal Demaille a mis du temps à s’en rendre compte, mais l’escrime c’est toute sa vie et elle n’a pas l’intention d’arrêter.

Aujourd’hui âgée de 80 ans, Marie-Chantal Demaille pratique encore le fleuret en compétition, dans la catégorie vétérans.

Son prochain objectif ? Les championnats du monde 2022. 

  • C’était aussi un 10 juillet 

Le 10 juillet 1976, lors d’une rencontre à Berlin préparant les JO de Montréal quelques semaines plus tard, la lanceuse de javelot d’Allemagne de l’Est, Ruth Fuchs, établit son quatrième record du monde avec un jet à 69,12 mètres.

L’Allemande qui règne de façon incontestée sur sa discipline dans les années 1970, est également la première femme à avoir dépassé les 60 mètres.

En 1993, elle avouera avoir pris des stéroïdes dans le cadre du programme de dopage d’État mis en place en Allemagne de l’Est. 

©Wikipedia

Ouverture ©Wikipedia

D'autres épisodes de "Un jour, un événement"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Le jour où l’aîné de la famille est venu te demander de lui acheter des protéines, tu n’as pas su quoi lui répondre… Déjà que ces produits ne font pas consensus chez les adultes, alors quid de leur effet sur des ados ? Pas de panique, ÀBLOCK! t’éclaire sur les besoins nutritionnels d’un corps en pleine croissance.

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Attention, première ! Une rencontre internationale de rugby commentée uniquement par des femmes, c’est le programme de ce 16 mars. Cette initiative forte, Ouvrons la voix, soutenue par la fédé du ballon ovale, entend prouver que l’expertise est tout autant du côté des filles que des gars. Alors, girls, marquons l’essai !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Aude Biannic, celle qui pédale pour les autres

Aude Biannic, celle qui pédale pour les autres

On met très souvent en avant les leaders de chaque formation, mais qui sont-ils sans leurs équipiers ? En fin de carrière, Aude Biannic reste une coéquipière de luxe pour sa leadeuse Annemiek van Vleuten. Portrait d’une Bretonne qui est d’une aide précieuse pour la suprématie de son équipe.

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Maame Biney, la black short-track attitude

Elle est la première femme noire à faire partie de l’équipe olympique américaine de patinage de vitesse sur piste courte et le revendique haut et fort. Cette reine du 500 m, sa discipline préférée dans le short-track, est une étoile de ce sport fascinant, toujours le sourire aux lèvres et la foulée explosive. Maame Biney sait comme personne briser la glace.

Lire plus »
Magalie Pottier

Magalie Pottier : « En BMX, l’inégalité des primes, ça me rend dingue ! »

Rideuse philosophe, plus artiste que casse-cou, cette multi-championne du monde et de France de BMX Race, 31 ans au compteur, s’éclate aujourd’hui en Freestyle. Première Championne de France de la discipline, Magalie Pottier excelle dans la maîtrise de son vélo, mais aussi de son mental. Favorite, elle prenait le départ ce week-end pour les Championnats de France. Et d’ouvrir la voie pour les futures rideuses dans une discipline en pleine envolée.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner