10 juillet 1971La Française Marie-Chantal Demaille devient championne du monde de fleuret

10 juillet 1971, la Française Marie-Chantal Demaille devient championne du monde de fleuret
Après vingt-et-un ans de disette, la France compte à nouveau dans ses rangs une championne du monde de fleuret. Marie-Chantal Demaille succède ce 10 juillet 1971 à son ainée Renée Garilhe, dont le titre remontait à 1950. L’apogée d’une carrière hors-norme qui se poursuit encore aujourd’hui.

Par Julie Begon

Publié le 09 juillet 2022 à 17h00

À 29 ans, alors professeure d’éducation physique au lycée Jean-Bart de Grenoble, Marie-Chantal Demaille réalise l’exploit de remporter l’or en finale des championnats du monde d’escrime en fleuret, à Vienne, en Autriche. 

Nous sommes le 10 juillet 1971, et, avec ce titre, elle met fin à vingt-et-une années de disette pour l’escrime française, dont le dernier sacre remontait à la victoire de Renée Garilhe en 1950. 

Une récompense logique pour une escrimeuse à qui tout sourit ? Pas vraiment. Bien que pourvu d’un talent inné et précoce, Marie-Chantal Demaille n’aura pas une carrière linéaire l’emmenant logiquement sur le toit du monde en 1971. 

Fille d’un père maître d’arme, elle se met à l’escrime alors qu’elle à 13 ans. Dès l’année suivante, elle se classe troisième des championnats de France des moins de 20 ans, mais la fédération refuse de l’envoyer aux championnats du monde sous prétexte qu’elle est trop jeune.

Une décision qui ne passe pas auprès de la jeune prodige qui décide d’arrêter l’escrime. 

Marie-Chantal Demaille se concentre alors sur ses études et, à 16 ans, entame une maitrise en éducation sportive. Devenue autonome grâce à une bourse, l’escrime revient la titiller.

Elle renfile la tenue et, à 17 ans, elle remporte les championnats de France des moins de 20 ans.  

Un nouveau chapitre s’ouvre pour elle. Alors qu’elle est devenue mère d’un petit Philippe en 1961, Marie-Chantal Demaille souhaite changer de vie et va enseigner à Tunis, en Tunisie. L’escrime n’étant pas pratiquée là-bas, elle s’apprête à abandonner de nouveau le fleuret. 

Mais le destin en a décidé autrement. La Française y rencontre M. Nemeth, un maître d’arme hongrois, qui la motive à reprendre la compétition. Avec succès.

Marie-Chantal Demaille participera par la suite à trois olympiades : Tokyo 1964, Mexico 1968 et Munich 1971. Elle ne sera hélas pas médaillée aux JO, mais son heure de gloire arrive. 

Le 10 juillet 1971, Marie-Chantal Demaille s’apprête à affronter en finale des championnats du monde d’escrime la Hongroise Ildikó Rejto. Atteinte de surdité, la native de Budapest débarque à Vienne en pleine confiance et avec en poche sept médailles olympiques dont deux d’or. Pourtant, c’est bien la Française, professeur d’EPS, qui prend le dessus et décroche le titre. 

Une belle récompense pour mettre fin à sa carrière pour une troisième et dernière fois ? Surement pas. Marie-Chantal Demaille a mis du temps à s’en rendre compte, mais l’escrime c’est toute sa vie et elle n’a pas l’intention d’arrêter.

Aujourd’hui âgée de 80 ans, Marie-Chantal Demaille pratique encore le fleuret en compétition, dans la catégorie vétérans.

Son prochain objectif ? Les championnats du monde 2022. 

  • C’était aussi un 10 juillet 

Le 10 juillet 1976, lors d’une rencontre à Berlin préparant les JO de Montréal quelques semaines plus tard, la lanceuse de javelot d’Allemagne de l’Est, Ruth Fuchs, établit son quatrième record du monde avec un jet à 69,12 mètres.

L’Allemande qui règne de façon incontestée sur sa discipline dans les années 1970, est également la première femme à avoir dépassé les 60 mètres.

En 1993, elle avouera avoir pris des stéroïdes dans le cadre du programme de dopage d’État mis en place en Allemagne de l’Est. 

©Wikipedia

Ouverture ©Wikipedia

D'autres épisodes de "Un jour, un événement"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Jessica Vetter

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une aventurière qui rend hommage à des exploratrices, une championne olympique polyvalente, une crossfiteuse épanouie (Jessica Vetter sur notre photo), les Carnets de route d’une reine du marathon, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Sarah Baum

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une génie tactique, une surfeuse en vogue (Sarah Baum sur notre photo), une pilote historique, une dame attachée au ballon rond ou encore notre ambassadrice qui parle cross, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Enyo Women's Fightwear, pour les combattantes ÀBLOCK!

Myriam Benadda, la combattante de MMA qui s’engage

Peu importe les terrains, les femmes dans le sport s’imposent. Et, là, c’est du côté de nos armoires que ça se passe. La combattante de MMA Myriam Benadda vient de lancer une collection pour les fighteuses, de quoi les vêtir comme bon leur semble et de manière responsable. Un combo gagnant !

Lire plus »
Il était une fois la voile… féminine/Kirsten Neuschafer

Il était une fois la voile… féminine

Les « vieux » loups de mer qui ont marqué l’histoire du nautisme ne manquent pas. Et les louves dans tout ça ? Comme le prouve l’histoire de la voile, le langage des mers se conjugue bien à tous les genres. On vous embarque dans un petit tour d’horizon de ces filles qui font des vagues.

Lire plus »

Le Trail de la Peur… mieux vaut courir vite !

Il était une fois un… territoire zombie. Le Samedi 4 novembre, l’île de Loisirs de Jablines-Annet (77) se métamorphose, tel un loup-garou, à la nuit tombée. À vous le parcours nocturne immersif 100 % Halloween vibes. Prêts pour le trail de la peur de votre vie ?

Lire plus »
Marathon Rose, les femmes en marche contre le cancer du sein

Marathon Rose, les femmes en marche contre le cancer du sein

« Le sport pour vaincre ! » Comme un cri du cœur, le slogan de l’association Casiopeea résume parfaitement le projet de son Marathon Rose qui prendra la route en octobre : marcher côte à côte pour lutter contre la maladie durant le mois de sensibilisation nationale, Octobre Rose. ÀBLOCK ! soutient cet essentiel top départ…

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Croisière des Alizés : la voile comme bouée de sauvetage

Croisière des Alizés : la voile comme bouée de sauvetage

« Offrir l’horizon et les vertus thérapeutiques de la voile en partage ». C’est la très belle initiative de l’association québécoise, La Croisière des Alizés, qui initie à la voile des jeunes filles vivant des troubles alimentaires et en chemin vers le rétablissement. Un élan de solidarité venu tout droit d’un vécu ou l’histoire d’une résilience par le sport. Larguons les amarres avec Nathaly, la mère d’Ariane, qui en sont les deux fondatrices.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner