Rechercher

8 juillet 1961Iolanda Balas arrache le record du monde de saut en hauteur

8 juillet 1961, la Roumaine Iolanda Balas établit le record du monde du saut en hauteur à 1m90
La reine roumaine du saut en hauteur des années 1960 frappe encore très fort ce 8 juillet 1961. Lors d’une compétition à Budapest, elle améliore (pour la treizième fois !) le record du monde, en franchissant une barre à 1,90m.

Par Julie Begon

Publié le 07 juillet 2022 à 17h00, mis à jour le 07 juillet 2022 à 17h25

Iolanda Balas, ce n’est pas n’importe qui. Le 8 juillet 1961, l’athlète roumaine améliore son propre record du monde du saut en hauteur et en établit un nouveau à 1,90m… pour la treizième fois, s’il vous plaît !

C’est simple, entre 1957 et 1967 elle règne de façon incontestée sur sa discipline. 

Sa carrière mondiale avait pourtant mal démarré. Tout du moins, comparé à ce qui adviendra par la suite.

Lors de sa première participation aux Jeux Olympiques, à Melbourne en 1956, alors âgée de 19 ans, elle échoue à la 5e place. Honorable pour une première fois, mais ce n’est pas l’avis de son pays. En rentrant en Roumanie, elle est accusée d’avoir fait en sorte de perdre…

©Store Norske Leksikon

Des accusations qui ne tiendront pas longtemps. Après sa défaite en Australie, Iolanda Balas ne perdra plus une seule compétition jusqu’en 1967, année où elle prendra définitivement sa retraite sportive. 

Non seulement, elle gagne tout, mais elle le fait avec panache, sans que personne ne puisse lui opposer la moindre résistance. Pour sa première médaille d’or olympique à Rome en 1960, elle s’impose avec un saut à 1,85m.

Soit, quatorze centimètres de plus que la Polonaise Jarosława Jóźwiakowska et la Britannique Dorothy Shirley qui se partagent la deuxième marche du podium avec un saut à 1,71m.  

Quatre ans plus tard, elle rentrera encore un peu plus dans l’histoire en conservant son titre de championne olympique du saut en hauteur lors des JO de Tokyo 1964.

Encore aujourd’hui, Iolanda Balas est la seule femme à avoir empoché l’or sur deux olympiades consécutives.

Des années plus tard, la Roumaine fait toujours figure de légende de l’athlétisme mondiale. Treize jours après son record du monde du 8 juillet 1961, elle améliora une dernière fois sa marque, l’élevant à 1,91m.  

Tous ses records, Iolanda Balas les a établis en sautant avec cette façon bien à elle, sa technique de saut en ciseaux sophistiqué.

Ce n’est que dix ans plus tard, avec l’avènement de nouvelles techniques comme le rouleau costal, le rouleau ventral ou le Fosbury, que son record tombera.

L’Autrichienne Ilona Gusenbauer franchira, avec ce deuxième procédé, la barre des 1,92m. 

Iolanda Balas en mai 1961

Ouverture ©Wikipedia

D'autres épisodes de "Un jour, un événement"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »
Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète qui marche vers les sommets, une capitaine de l’équipe de France de rugby qui sait comment apprivoiser le ballon ovale (Manae Feleu sur notre photo), une fille qui court, qui court, et le décryptage d’un baromètre sur les jeunes et le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

« Savoir que l’on va laisser une empreinte dans le hand, c’est magnifique. »

Allison Pineau : « Savoir que l’on va laisser une empreinte dans le hand, c’est magnifique. »

En bleu, elle a tout gagné ! Championne olympique, championne du monde, championne d’Europe, Allison Pineau collectionne les titres sans jamais être rassasiée. À 32 ans, la meilleure joueuse du monde 2009 veut continuer à écrire l’histoire de sa discipline avec, à partir du 2 décembre, le Mondial qui débute en Espagne et, en ligne de mire, une victoire en Ligue des champions et un ultime sacre olympique à Paris 2024. Rencontre avec une fille qui a usé plus d’un parquet.

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Hal Connolly et Olga Fikotova

JO 1956 : Hal Connolly et Olga Fikotová, love story au temps de la guerre froide

Elle était lanceuse de disque, il était lanceur de marteau. Elle était tchécoslovaque, il était américain. En plein cœur des Jeux Olympiques de Melbourne, ils ont connu à la fois gloire et déshonneur en décrochant une médaille d’or et en vivant une histoire d’amour interdite entre bloc de l’Est et bloc de l’Ouest. Récit d’une « olympic romance » qui a enflammé le monde.

Lire plus »
Véronique Sandler

Véronique Sandler, la vététiste qui n’a pas peur de sortir du cadre

Elle n’a d’abord vécu que pour la compétition. Avant de lui tourner le dos, notamment faute de sponsors. Depuis 2016, Véronique Sandler a décidé de ne plus rider que pour le plaisir. Un choix payant pour la vététiste néo-zélandaise qui s’engage pour le VTT au féminin et régale, à grands coups de vidéos, une communauté grandissante sur les réseaux sociaux. Portrait d’une fille qui a la tête dans le guidon. Et en redemande.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner