Rechercher

Mais pourquoi, quand on est gosse, on nous bassine avec le sport ?

Mais pourquoi, quand on est gosse, on nous bassine avec le sport ? Kids
A-t-on encore besoin de le répéter ? La pratique sportive est essentielle pour le développement des enfants et des ados. Aussi bien sur le plan physique que mental. Mais si on doit encore vous le prouver, voici trois bonnes raisons de mettre les jeunes au sport !

Par Clotilde Boudet

Publié le 02 avril 2024 à 16h17

Pas toujours facile de convaincre les enfants de se bouger… surtout quand vient l’adolescence. Qu’ils aient baigné tout jeunes dans l’univers sportif ou qu’ils aient développé une appétence naturelle pour une discipline, c’est un fait : certains enfants aiment plus le sport que d’autres.

Pour les p’tits fans, pas besoin de trouver de subterfuges, et tant mieux ! Mais pour les autres, ÀBLOCK! réunis dans cet article 5 bonnes raisons à donner à un jeune pour le convaincre de se mettre au sport. Parce que oui, on le sait, bouger c’est « bon pour la santé »… Mais pas que !

Déjà, revenons sur les bases. Entre 5 et 17 ans, les recommandations de l’OrganisationMondiale de la Santé (OMS) sont très claires :

  • Faire soixante minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée à soutenue, principalement d’endurance.
  • Pratiquer trois fois par semaine des activités d’endurance d’intensité soutenue, ainsi que celles qui renforcent le système musculaire et l’état osseux.
  • Limiter le temps de sédentarité, en particulier le temps de loisir passé devant un écran.

©Shutterstock

Aux petits curieux (et parfois sceptiques) qui vous bombarderaient de questions sur le pourquoi du comment il est impératif de faire du sport, voici trois bonnes raisons à lui donner.

  • Le sport, c’est bon pour le corps

Suivre les recommandations de l’OMS est, peu importe ton âge, toujours une (très) très bonne idée. Surtout pour celles et ceux qui veulent rester en bonne santé ! Chez les enfants et les ados par exemple, le sport aide à bien grandir. Il améliore les capacités cardiorespiratoires et les aptitudes musculaires. On a donc des muscles plus puissants, ce qui est plutôt chouette compte tenu que notre cœur est… un muscle ! L’effet ricochet est immédiat : le sport aide nos bambins à améliorer leur santé cardiométabolique. Pression artérielle, dyslipidémie, glucose et résistance à l’insuline… Tout est boosté par une activité physique régulière.

Cette pratique permet aussi d’améliorer la santé osseuse. Et aux parents qui préfèrent voir en leur progéniture une grosse tête plutôt qu’un ou une athlète… notez que le sport optimalise les résultats cognitifs des enfants. Un jeune sportif sera mieux équipé pour acquérir des connaissances. Hé oui, pour être un bon élève, il ne suffit pas d’avoir la tête dans les bouquins ! Faire du sport quand on est enfant ou ado, c’est un peu comme un cadeau qu’on se ferait à soi-même… et pour toute la vie !

©Shutterstock

  • Le sport, c’est bon pour le moral

Aujourd’hui, on sait que la santé mentale est tout aussi importante que la santé physique. En 2023, une étude australienne a même permis de le démontrer. Des chercheurs de l’Université de Queensland ont analysé des données relevées sur plus de 4 200 enfants de 6/7 ans. Les scientifiques les ont suivis pendant huit ans, jusqu’à l’adolescence ! Pour le principal auteur de cette étude, le Dr Asad Khan, pas de doute : « La pratique régulière d’un sport dès l’enfance est associée à un meilleur bien-être mental chez les adolescents ».

Dans l’Hexagone aussi, on s’intéresse au bon fonctionnement du cerveau de nos gosses. Santé publique France a publié l’année dernière les tous premiers résultats d’Enabee. Cette étude nationale inédite s’est penchée sur le bien-être et la santé mentale des enfants de 3 à 11 ans scolarisés en France métropolitaine. Le résultat ? Il est un peu flippant : 13 % des 6-11 ans (donc entre le CP et le CM2) présentent au moins un trouble probable de santé mentale. On vous pose ça là.

©Shutterstock

  • Le sport, c’est bon pour l’insertion sociale

Si l’étude australienne a montré l’importance de mettre nos enfants en mouvement dès le plus jeune âge, elle a aussi relevé certaines inégalités. Est-ce que ça nous surprend ici ? Malheureusement, non… mais ça nous met en rogne ! Entre 6/7 ans, environ 59 % des petits garçons australiens participent à des sports d’équipe, contre seulement 26 % des filles. C’est encore plus rageant lorsqu’on sait que le sport, surtout collectif, aide les jeunes sur le plan social. En pratiquant un sport d’équipe, les enfants apprennent l’empathie, le respect (des règles comme des autres) et la cohésion. Autant dire que, fille comme garçon, on aurait tort de les en priver !

Inciter nos enfants à pratiquer une activité physique, c’est les aider à bien grandir. Aussi, on met sa pierre à l’édifice du changement : en inscrivant les filles au sport (et pas seulement à la danse ou à la gym), on aide à rendre ce dernier plus inclusif et égalitaire.

Alors, quoi ? On enfile nos baskets en famille pour bouger et faire bouger les lignes !

Ouverture ©Shutterstock

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manon Genest

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète d’exception et maman épanouie qui se confie sans langue de bois (Manon Genest sur notre photo), une cycliste qui se lance dans un défi fou, notre marathonienne préférée qui se frotte à la piste et notre rubrique Kids, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Hermine Bonvallet : « Dans le monde du surf, la première technique pour performer : savoir s’adapter »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rideuse de l’extrême, une folle histoire olympique du passé, une nouvelle chronique de notre marathonienne préférée et une championne qui sort la raquette du placard, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure

Marie Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure

La présidente du Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) était très attendue pour ces Jeux Paralympiques de Tokyo, ses derniers. La reine française du saut en longueur et ambassadrice du handisport n’a pas démérité et a remporté sa neuvième médaille paralympique, venant couronner une carrière buffante.

Lire plus »
Claire Supiot : « Mon parcours peut faire évoluer le monde du sport et au-delà. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une question qui tue les clichés, une olympienne historique (Claire Supiot, nageuse valide puis handi sur notre photo), un escape game sportif, une fille musclée et fière de l’être et une descendante du rénovateur des JO, récap’ de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner