Rechercher

Mais pourquoi, quand on est gosse, on nous bassine avec le sport ?

Mais pourquoi, quand on est gosse, on nous bassine avec le sport ? Kids
A-t-on encore besoin de le répéter ? La pratique sportive est essentielle pour le développement des enfants et des ados. Aussi bien sur le plan physique que mental. Mais si on doit encore vous le prouver, voici trois bonnes raisons de mettre les jeunes au sport !

Par Clotilde Boudet

Publié le 02 avril 2024 à 16h17

Pas toujours facile de convaincre les enfants de se bouger… surtout quand vient l’adolescence. Qu’ils aient baigné tout jeunes dans l’univers sportif ou qu’ils aient développé une appétence naturelle pour une discipline, c’est un fait : certains enfants aiment plus le sport que d’autres.

Pour les p’tits fans, pas besoin de trouver de subterfuges, et tant mieux ! Mais pour les autres, ÀBLOCK! réunis dans cet article 5 bonnes raisons à donner à un jeune pour le convaincre de se mettre au sport. Parce que oui, on le sait, bouger c’est « bon pour la santé »… Mais pas que !

Déjà, revenons sur les bases. Entre 5 et 17 ans, les recommandations de l’OrganisationMondiale de la Santé (OMS) sont très claires :

  • Faire soixante minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée à soutenue, principalement d’endurance.
  • Pratiquer trois fois par semaine des activités d’endurance d’intensité soutenue, ainsi que celles qui renforcent le système musculaire et l’état osseux.
  • Limiter le temps de sédentarité, en particulier le temps de loisir passé devant un écran.

©Shutterstock

Aux petits curieux (et parfois sceptiques) qui vous bombarderaient de questions sur le pourquoi du comment il est impératif de faire du sport, voici trois bonnes raisons à lui donner.

  • Le sport, c’est bon pour le corps

Suivre les recommandations de l’OMS est, peu importe ton âge, toujours une (très) très bonne idée. Surtout pour celles et ceux qui veulent rester en bonne santé ! Chez les enfants et les ados par exemple, le sport aide à bien grandir. Il améliore les capacités cardiorespiratoires et les aptitudes musculaires. On a donc des muscles plus puissants, ce qui est plutôt chouette compte tenu que notre cœur est… un muscle ! L’effet ricochet est immédiat : le sport aide nos bambins à améliorer leur santé cardiométabolique. Pression artérielle, dyslipidémie, glucose et résistance à l’insuline… Tout est boosté par une activité physique régulière.

Cette pratique permet aussi d’améliorer la santé osseuse. Et aux parents qui préfèrent voir en leur progéniture une grosse tête plutôt qu’un ou une athlète… notez que le sport optimalise les résultats cognitifs des enfants. Un jeune sportif sera mieux équipé pour acquérir des connaissances. Hé oui, pour être un bon élève, il ne suffit pas d’avoir la tête dans les bouquins ! Faire du sport quand on est enfant ou ado, c’est un peu comme un cadeau qu’on se ferait à soi-même… et pour toute la vie !

©Shutterstock

  • Le sport, c’est bon pour le moral

Aujourd’hui, on sait que la santé mentale est tout aussi importante que la santé physique. En 2023, une étude australienne a même permis de le démontrer. Des chercheurs de l’Université de Queensland ont analysé des données relevées sur plus de 4 200 enfants de 6/7 ans. Les scientifiques les ont suivis pendant huit ans, jusqu’à l’adolescence ! Pour le principal auteur de cette étude, le Dr Asad Khan, pas de doute : « La pratique régulière d’un sport dès l’enfance est associée à un meilleur bien-être mental chez les adolescents ».

Dans l’Hexagone aussi, on s’intéresse au bon fonctionnement du cerveau de nos gosses. Santé publique France a publié l’année dernière les tous premiers résultats d’Enabee. Cette étude nationale inédite s’est penchée sur le bien-être et la santé mentale des enfants de 3 à 11 ans scolarisés en France métropolitaine. Le résultat ? Il est un peu flippant : 13 % des 6-11 ans (donc entre le CP et le CM2) présentent au moins un trouble probable de santé mentale. On vous pose ça là.

©Shutterstock

  • Le sport, c’est bon pour l’insertion sociale

Si l’étude australienne a montré l’importance de mettre nos enfants en mouvement dès le plus jeune âge, elle a aussi relevé certaines inégalités. Est-ce que ça nous surprend ici ? Malheureusement, non… mais ça nous met en rogne ! Entre 6/7 ans, environ 59 % des petits garçons australiens participent à des sports d’équipe, contre seulement 26 % des filles. C’est encore plus rageant lorsqu’on sait que le sport, surtout collectif, aide les jeunes sur le plan social. En pratiquant un sport d’équipe, les enfants apprennent l’empathie, le respect (des règles comme des autres) et la cohésion. Autant dire que, fille comme garçon, on aurait tort de les en priver !

Inciter nos enfants à pratiquer une activité physique, c’est les aider à bien grandir. Aussi, on met sa pierre à l’édifice du changement : en inscrivant les filles au sport (et pas seulement à la danse ou à la gym), on aide à rendre ce dernier plus inclusif et égalitaire.

Alors, quoi ? On enfile nos baskets en famille pour bouger et faire bouger les lignes !

Ouverture ©Shutterstock

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Le jour où l’aîné de la famille est venu te demander de lui acheter des protéines, tu n’as pas su quoi lui répondre… Déjà que ces produits ne font pas consensus chez les adultes, alors quid de leur effet sur des ados ? Pas de panique, ÀBLOCK! t’éclaire sur les besoins nutritionnels d’un corps en pleine croissance.

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Attention, première ! Une rencontre internationale de rugby commentée uniquement par des femmes, c’est le programme de ce 16 mars. Cette initiative forte, Ouvrons la voix, soutenue par la fédé du ballon ovale, entend prouver que l’expertise est tout autant du côté des filles que des gars. Alors, girls, marquons l’essai !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Motardes, vous avez un Bol…d’Or !

Motardes, vous avez un Bol…d’Or !

Le week-end prochain, ça va faire du bruit au circuit Paul Ricard ! Le Bol d’Or reprend la route au Castellet après plus d’un an de restrictions. Sur des dizaines de gars, vous pourrez compter les motardes sur les doigts d’une main. Alors, on les suit plutôt deux fois qu’une !

Lire plus »
Margot Boch et Carla Sénéchal : « Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Ces Jeux d’hiver, c’est un mélange de stress et d’excitation. »

Margot Boch et Carla Sénéchal : « Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Ces Jeux d’hiver, c’est un mélange de stress et d’excitation. »

Deux filles on the rocks, sinon rien. Margot Boch, la pilote, et sa partenaire de glisse Carla Sénéchal, la pousseuse, forme le premier binôme de bobsleigh féminin depuis dix ans. Ce n’est pas pour rien qu’on les surnomme « Les sœurs jumelles » dans cet univers de glace qui, pourtant, leur réchauffe le cœur. Rencontre avec des filles pas si givrées que ça et qui s’entraînent dur pour prendre le bon virage aux JO d’hiver 2022.

Lire plus »
 Lilou Ruel : "Il faut donner confiance aux filles, leur dire qu'elles peuvent devenir hyper forte en parkour." 

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des filles qui partent à l’assaut du désert péruvien, une jeune gardienne qui connaît sa première compétition internationale, une championne qui vise les sommets (Lilou Ruel sur notre photo) et une pionnière sifflet en bouche ? C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine, bonne lecture !

Lire plus »
En pleine lucarne : quand les fédés passent à la télé

En pleine lucarne : quand les fédés passent à la télé

Le 30 août dernier, quelques semaines après la chaîne du vélo créée par la fédé de cyclisme, Handball TV voyait le jour. Depuis quelques années, plusieurs fédérations sportives se sont lancées dans la grande bataille de la médiatisation de leur discipline en lançant leurs propres plateformes de diffusion. Zoom sur ces fédés qui se la jouent perso pour la bonne cause.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner