Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Camille :

« Avec la boxe, tu apprends que tu peux prendre des coups et te relever... »

Premier crochet, Podcast
Bienvenue dans le troisième épisode de ce podcast exigeant. Premier Crochet nous invite au cœur des salles de boxe, à la rencontre de nanas qui en jettent, apprennent à s’affirmer et parlent avec justesse de leurs émotions, leurs ressentis, leurs batailles. C’est au tour de Camille de s’exprimer sur le ring.

Notre réalisatrice, Audrey, elle-même boxeuse thaï, donne la parole à une boxeuse qui ne mâche pas ses mots. 

Camille parle collectif, car il ne s’agit plus que d’elle, mais de construire un espace pour que chacun.e puisse s’épanouir et grandir. Ils/elles veillent les un.e.s sur les autres et luttent ensemble contre les discriminations, le racisme et les remarques sexistes qui font le quotidien.

Camille a des milliers de choses à dire mais elle n’est pas là pour convaincre, elle veut faire, dire par sa présence qu’elle a le droit comme les autres d’être là, de taper dans un sac et de monter sur le ring.

À chaque femme qui franchit le seuil de la salle et reste, elle sait que le monde de la boxe est en train de changer. Au départ elles étaient deux meufs, maintenant elles sont huit.

Premier Corchet, podcast

Les mots de Camille sont bruts, percutants :

« On te dit tout le temps : “ Ne rentre pas toute seule ”. On ne te dit pas : “ Tiens-toi prête à frapper si tu rentres tout seule ”. On te fait donc bien comprendre que tu es une chose d’hyper précieux, mais que tu n’as pas la capacité de défendre cette chose hyper précieuse, donc il faut forcément que tu passes par les hommes pour te protéger. Parce que quand on te dit : “ Ne rentre pas toute seule ”, ça ne veut pas dire rentre avec une meuf…parce que deux meufs, elles sont encore seules… »

Premier Corchet, podcast

« Un jour, à l’entraînement, je viens de faire quarante pompes, je suis en sueur, et y a un mec qui s’approche et me lance : “ Salut princesse ! ”. Et là, je me dis : “ Mais j’ai l’air d’une princesse là, franchement ? ”

Et c’est pas méchant en fait, il est cool, mais, de une, j’ai pas envie que tu m’appelles princesse et, de deux, tu fais quoi là en fait ? Je suis en train de faire des pompes, tu vas te mettre à me draguer ? Ou alors m’expliquer comment je dois faire des pompes ? Ça prend un peu de temps de faire notre place. »

Si on l’écoutait ? 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi écouter…

Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Anne-Flore Marxer : « Chez moi, faire bouger les lignes, ça vient des tripes ! »

Depuis ses 18 ans, elle se bat pour l’inclusion des femmes dans les sports de glisse. Grâce à cette snowboardeuse franco-suisse à la personnalité magnétique, la pratique du freestyle et autre freeride évolue, se féminise doucement. À 36 ans, c’est désormais derrière une caméra qu’Anne-Flore Marxer s’engage et poursuit le combat. Passionnante conversation avec une sportive activiste.

Lire plus »
Lénaïg Corson

Lénaïg Corson :« En rugby, certaines remarques sexistes sont affligeantes ! »

Elle trace sa route rugbystique sans se retourner, plaquant sans vergogne les préjugés misogynes qui collent encore trop souvent au maillot des filles mordues de ballon ovale. Du haut de son 1,85 m pour 85 kg, Lénaïg Corson est l’un des piliers de l’équipe de France de rugby à XV. Dans la vie comme sur le terrain, elle est cash et sans peur. Échanges puissants avec une joueuse qui en a sous les crampons.

Lire plus »