Estelle Denis« Que je fasse de la télé ou du sport, je suis shootée à l’adrénaline ! »

Estelle Denis
Elle est cash et piquante. Sportive qui joue pour gagner, femme qui aime en découdre, Estelle Denis est du genre à casser sa raquette lorsqu’elle perd un point au tennis. Inutile de la chercher, vous allez la trouver. Rencontre avec une journaliste sportive qui ne mâche pas ses mots.

Par Valérie Domain

Publié le 05 août 2020 à 17h36, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h09

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Tu étais une enfant extrêmement sportive, ça te vient d’où, de tes parents ? 

Aucune idée ! J’aimais bouger, c’est tout. J’ai fait du judo à 6 ans. À l’école, pendant la récré, je jouais au foot avec les garçons. Il m’arrivait de jouer à l’élastique avec mes copines, mais ce n’était jamais pour m’amuser, toujours pour la performance, je voulais être celle qui saute le plus haut !

Quand j’avais 8 ans, mes parents sont allés m’inscrire au club de foot à côté de chez moi. Il n’y avait pas d’équipe féminine, pas grave, je jouais avec les gars ! D’ailleurs, j’étais un peu l’attraction dans ma petite ville d’Essonne… Mais mes parents n’auraient pas compris que je ne puisse pas faire de foot parce que j’étais une fille !

J’ai partagé les vestiaires avec les garçons jusqu’à ma puberté où il devient alors impossible de se déshabiller ou de prendre une douche…

Tu regardais le sport à la télé ?

Je n’avais pas la télé, mais j’allais chez mes grands-parents regarder Stade 2. J’étais toute petite, on s’installait devant l’émission avec mon grand-père, j’adorais la musique du générique ! Lorsque je voyais un champion monter sur le podium, ça me faisait vibrer. C’est encore vrai aujourd’hui, ça m’arrive de pleurer, ça m’émeut, c’est un tel accomplissement !

Mon rêve était d’être championne olympique, de n’importe quoi, je m’en fichais, juste une grande championne…

Estelle Denis
@DR

Tu aurais pu faire une scolarité en Sport-études ?

Est-ce que j’avais l’étoffe d’une championne de haut niveau ? Je ne pense pas. Mais c’est aussi que je n’ai pas eu l’opportunité de faire Sport-études. Les circonstances, des problèmes logistiques…ce ne fut pas possible. Par ailleurs, je n’ai jamais surperformé dans un sport.

Après avoir arrêté le football, tu as fait de l’athlétisme, pratiqué le tennis…

Le tennis, c’est un sport qui m’a tout de suite emballée. Je nourrissais une passion pour Steffi Graf, j’aurais voulu être elle ! L’athlétisme, je l’ai découvert quand j’avais une quinzaine d’années. Je suis tombée sur les Championnats du monde de Tokyo en 1991, je n’ai pas pu décrocher. Le duel Mike Powell/ Carl Lewis au saut en longueur est, pour moi, l’un des trois plus beaux moments de sport. Je suis allée direct m’inscrire au club d’athlé !

Je voulais faire du sprint. J’étais à l’agonie après ma première course, mais je n’aurais rien lâché. Or le coach m’a dit : « C’est bien, tu as un vrai mental, tu feras du demi-fond ! » Ça me correspondait beaucoup mieux, j’ai adoré ça ! J’ai même participé aux Championnats de France sur le 4 X 1000 m en cadette.

Estelle Denis
©DR

Lorsque tu as commencé tes études supérieures, tu as tout arrêté. Difficile à croire quand on t’entend parler de l’importance du sport dans ta vie…

Le sport me manquait, mais je n’avais pas le temps de m’y consacrer. Et on ne plaisante pas avec le sport. J’ai l’esprit de compétition, je n’aime pas jouer pour jouer. Ce qui m’intéresse, c’est de me dépasser.

J’ai donc repris le sport, tennis et course à pied, lorsque j’ai de nouveau pu me fixer des objectifs et m’entraîner suffisamment pour les atteindre.

Et lorsque tu as recommencé à courir, tu t’es lancée dans le 20 km de Paris, rien que ça ! 

Je m’étais remise au footing avec des copains, je disputais de nouveau des matchs de tennis pour être classée, et c’est Nathalie Renoux, lorsque nous étions sur M6, qui me propose de participer aux 20 km de Paris. Je trouvais ça complètement dingue, c’était de la folie, je ne me sentais pas prête.

Finalement, on a pris un coach, on s’est entraînée pendant un mois et on l’a fait en moins de 2h !

Estelle Denis/Karine Le Marchand
En mars 2015, entrainée par l'animatrice Nathalie Renoux, Estelle Denis participe avec Karine Le Marchand (ici à gauche) aux 20 km de Paris (©Twitter/Karine Le Marchand)

En 2015, tu participes au Marathon de Paris. Avec quel objectif ?

Le Marathon de Paris, c’est une vraie expérience de vie. Je l’ai préparé pendant quatre mois. Je le faisais pour quelque chose de très personnel, soutenue par toute ma famille. C’était magique.

Je me suis dit : « Si je finis, je peux tout réussir dans la vie. » J’avais un objectif de temps : 4h. Mais je me suis blessée avant, j’ai alors pensé : « Ok, 4h15 ». Je l’ai bouclé en 4h10. J’étais fière de moi.

Tu ne fais pas de renforcement musculaire, d’étirements ?

Je ne m’étire jamais, j’ai horreur de la muscu. J’ai essayé le CrossFit, mais ce n’est pas naturel, et j’aime le sport en plein air ! Je me sens bien à faire mon petit footing, mes 10 bornes à 11 km/heure, et mes matchs de tennis.

Estelle Denis
Estelle Denis et Emeric Chattey, guide pour athlètes non-voyants sur un 10 km, les yeux bandés, lors du challenge Harmonie Heroes, en mai dernier (©DR)

Tu avoues facilement t’emporter quand tu perds. Contre les autres ou contre toi-même ?

Contre moi-même. J’ai fait un match de tennis la semaine dernière, j’ai joué n’importe comment. J’étais si énervée que j’en avais les larmes aux yeux, j’aurais pu casser ma raquette ! On ne plaisante pas avec le sport.

En revanche, je ne m’énerve pas contre quelqu’un de plus fort que moi, mais j’y crois à chaque fois. Je jouerais contre Federer, je me dirais : « Sur un malentendu, tu peux gagner ! » Je ne sais pas moi, il pourrait ne pas être en forme, abandonner à cause d’une blessure.

Il y a toujours une chance au sport. Je me suis pris d’énormes roustes au tennis, mais j’ai toujours ce petit espoir de gagner à chaque fois.

Journaliste sportive, c’est un moyen d’être une championne de haut niveau par procuration ?

J’ai toujours voulu être journaliste. Pourquoi dans le sport ? Parce que j’aime ça. Et pourquoi en télé ? Parce que si les émotions en sport et en télé ne sont pas vraiment les mêmes, l’excitation et l’adrénaline, oui ! Je suis shootée à l’adrénaline.

J’avais une autre raison de vouloir être journaliste dans le sport : j’imaginais une ambiance très sympa, aller au boulot en jean, voir des matchs sans payer, être même payée pour ça !

Et puis, il y a le fait de bosser avec des mecs, j’ai toujours été entourée de mecs, ça me plait !

Estelle Denis
©Stéphane Grangier/L’EquipeMag

Et tu as toujours été prise au sérieux par ces mecs ? Plusieurs femmes journalistes de sport témoignent du machisme ambiant dans les rédactions…

Je n’ai jamais connu ça. Bien sûr ça existe, mais ce n’est pas une généralité. Je n’ai jamais revendiqué ma position de femme dans un monde d’hommes.

J’ai déjà eu des collègues comme Pierre Ménès ou Dominique Grimault qui m’appellent ″ma chérie″, je le ressens davantage comme une marque d’affection que comme un problème. D’autres, plus jeunes, m’appellent ″maman″, ça me fait marrer.

J’ai pratiqué le foot pendant cinq  ans, je me sens légitime à en parler. Et je bosse, j’adore ça ! Ma légitimité, c’est mon employeur qui me la donne.

La faible médiatisation du sport au féminin, c’est un problème qui te touche ?

Sport féminin, masculin, je ne veux pas entrer dans ce débat. Il s’agit de sport, point. On ne prend pas le problème par le bon bout. Si c’est moins médiatisé, c’est aussi parce qu’on manque de stars féminines dans des sports majeurs et très médiatisés comme le tennis ou le foot par exemple.

On a des championnes de foot, mais les résultats ne suivent pas toujours.

Estelle Denis
©DR

Tu es féministe ?

Je ne revendique rien en tant que femme. Je ne suis pas féministe, en tout cas si être féministe cela veut dire toujours se battre pour être l’égal de l’homme. 

En demandant l’égalité pour tout, on va perdre. Je suis féministe pour tout ce qui est injuste : la violence faite aux femmes, l’inégalité salariale, mais je suis aussi pour qu’on arrête de dire qu’une femme est comme ceci ou comme cela.

On est toutes différentes. Comme les hommes d’ailleurs. Ce sont les généralités qui me dérangent.

Estelle Denis
©L'Equipe

Des idoles françaises, tu en as ?

Oui, plusieurs. Laure Manaudou, Marion Bartoli, Amélie Mauresmo, Jeannie Longo.

Et Marie-José Pérec ! Elle a la grâce, c’est une athlète exceptionnelle, incroyable ! J’en ai pleuré quand elle a arrêté au moment des Jeux de Sydney, en 2000, elle est tellement belle à voir courir. C’est une championne qui m’a toujours beaucoup émue, forte mais avec ses failles.

Estelle Denis
©L'Equipe

Tu viens de reprendre ton marathon télévisuel avec « L’équipe d’Estelle »* sur la chaîne L’Équipe, à raison de 2 heures d’émission par jour, tu as le temps de faire du sport ?

Aujourd’hui, je veille à toujours me ménager une place pour faire du sport. Le plus souvent, c’est le week-end, mais quoiqu’il arrive, je n’y déroge jamais. C’est parfois compliqué, mais j’ai de la chance, j’ai toujours envie, toujours la pêche !

Penses-tu pouvoir inspirer des femmes à pratiquer ?

Je ne crois pas que ça marche comme ça. Chacun fait ce qu’il veut.

J’ai écrit un bouquin sur le running il y a deux ans**, avec des astuces pour pratiquer la course à pied, mais je savais que c’était une niche. Les femmes qui courent déjà n’en ont pas besoin, les filles qui n’ont pas envie de s’y mettre ne s’y mettent pas.

Il faut un déclic pour pousser quelqu’un à faire du sport. Je ne pense pas avoir ce pouvoir. 

*Estelle Denis présente « L’équipe d’Estelle » sur la chaîne L’Équipe, du lundi au vendredi, à partir de 17h30.

** « Demain, je m’y mets ! (vraiment) » (First)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Stéphanie Gicquel

Stéphanie Gicquel : « Mes expéditions polaires, c’est fort, obsessionnel. »

Impressionnante. C’est le mot qui fuse lors de la conversation avec cette femme solide, volontaire, atypique. Stéphanie Gicquel détient le record de la plus longue expédition en Antarctique à ski sans assistance. Elle fait partie de ces athlètes que rien n’effraie. Les éléments, elle s’en fait un allié ; les peurs, elle les apprivoise. Les rêves, même glacés, elle leur donne vie. Rencontre avec une sportive étourdissante.

Lire plus »
Bethanie Makett-Sands

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une aviatrice américaine au sacré culot, une joueuse de tennis aussi colorée que ses médailles (Bethanie Makett-Sands, notre photo), une pionnière de la nage qui défiait les eaux en 1900, une autre, toute jeune, sacrée championne de natation, une chronique sur le sport féminin, le fameux 5 infos sur une tenniswoman aux allures de Grand Chelem, une question qui tue, une initiative qui rassemble et un peu d’actu avec l’Euro Basket 2021, vous n’avez qu’à demander, c’est sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une femme oiseau qui prend son envol, deux basketteuses prêtent pour un rêve américain, une actrice nouvelle star du fitness (Kate Hudson sur notre photo), une combattante bientôt aux JO, le sport en question ou deux initiatives qui prennent leur pied, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
La question qui tue

Je fais des abdos, mais j’ai pas la « plaquette de chocolat », c’est normal ?

Multiplier les exercices d’abdos pour qu’au final, ça se voit pas, c’est vraiment trop injuste. Mais, franchement, petit Calimero, est-ce qu’un ventre musclé, ça passe forcément par la fameuse « plaquette de chocolat » qui en met plein la vue ? Ou bien, on peut avoir des abdos en acier sans pour autant qu’ils soient bien visibles ? Question (existentielle) à laquelle notre coach, Nathalie Servais, s’est attelée avec rappel anatomique et tout le tralala.

Lire plus »
Nadia Nadim

Nadia Nadim : « Donnez-moi un ballon et j’oublie tout ! »

De réfugiée Afghane à superstar du foot. C’est le destin de Nadia Nadim, attaquante internationale, championne de France avec son ancien club, le PSG, et en partance pour les States. Il en faut beaucoup pour la mettre à terre. Sur le terrain comme dans la vie, Nadia ne lâche rien. Rencontre avec une sportive résiliente.

Lire plus »
Mélanie de Jesus dos Santos

Mélanie De Jesus Dos Santos, la discrète gymnaste qui nous en met plein la vue

Le bonheur ne tient parfois qu’à…une poutre. Mélanie De Jesus Dos Santos a été sacrée championne d’Europe à la poutre, fin avril, en Suisse. Elle enrichit ainsi un palmarès décoiffant : quadruple championne d’Europe de gym artistique et sept fois championne de France. La pimpante Martiniquaise, petit prodige de la gymnastique française, est aussi explosive que déterminée. Portrait d’une pépite prête à se challenger pour aller chercher le podium aux JO de Tokyo.

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner