Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Estelle Denis

« Que je fasse de la télé ou du sport, je suis shootée à l’adrénaline ! »

Estelle Denis
Elle est cash et piquante. Sportive qui joue pour gagner, femme qui aime en découdre, Estelle Denis est du genre à casser sa raquette lorsqu’elle perd un point au tennis. Inutile de la chercher, vous allez la trouver. Rencontre avec une journaliste sportive qui ne mâche pas ses mots.

Par Valérie Domain

Tu étais une enfant extrêmement sportive, ça te vient d’où, de tes parents ? 

Aucune idée ! J’aimais bouger, c’est tout. J’ai fait du judo à 6 ans. À l’école, pendant la récré, je jouais au foot avec les garçons. Il m’arrivait de jouer à l’élastique avec mes copines, mais ce n’était jamais pour m’amuser, toujours pour la performance, je voulais être celle qui saute le plus haut !

Quand j’avais 8 ans, mes parents sont allés m’inscrire au club de foot à côté de chez moi. Il n’y avait pas d’équipe féminine, pas grave, je jouais avec les gars ! D’ailleurs, j’étais un peu l’attraction dans ma petite ville d’Essonne… Mais mes parents n’auraient pas compris que je ne puisse pas faire de foot parce que j’étais une fille !

J’ai partagé les vestiaires avec les garçons jusqu’à ma puberté où il devient alors impossible de se déshabiller ou de prendre une douche…

Tu regardais le sport à la télé ?

Je n’avais pas la télé, mais j’allais chez mes grands-parents regarder Stade 2. J’étais toute petite, on s’installait devant l’émission avec mon grand-père, j’adorais la musique du générique ! Lorsque je voyais un champion monter sur le podium, ça me faisait vibrer. C’est encore vrai aujourd’hui, ça m’arrive de pleurer, ça m’émeut, c’est un tel accomplissement !

Mon rêve était d’être championne olympique, de n’importe quoi, je m’en fichais, juste une grande championne…

Estelle Denis
@DR

Tu aurais pu faire une scolarité en Sport-études ?

Est-ce que j’avais l’étoffe d’une championne de haut niveau ? Je ne pense pas. Mais c’est aussi que je n’ai pas eu l’opportunité de faire Sport-études. Les circonstances, des problèmes logistiques…ce ne fut pas possible. Par ailleurs, je n’ai jamais surperformé dans un sport.

Après avoir arrêté le football, tu as fait de l’athlétisme, pratiqué le tennis…

Le tennis, c’est un sport qui m’a tout de suite emballée. Je nourrissais une passion pour Steffi Graf, j’aurais voulu être elle ! L’athlétisme, je l’ai découvert quand j’avais une quinzaine d’années. Je suis tombée sur les Championnats du monde de Tokyo en 1991, je n’ai pas pu décrocher. Le duel Mike Powell/ Carl Lewis au saut en longueur est, pour moi, l’un des trois plus beaux moments de sport. Je suis allée direct m’inscrire au club d’athlé !

Je voulais faire du sprint. J’étais à l’agonie après ma première course, mais je n’aurais rien lâché. Or le coach m’a dit : « C’est bien, tu as un vrai mental, tu feras du demi-fond ! » Ça me correspondait beaucoup mieux, j’ai adoré ça ! J’ai même participé aux Championnats de France sur le 4 X 1000 m en cadette.

Estelle Denis
©DR

Lorsque tu as commencé tes études supérieures, tu as tout arrêté. Difficile à croire quand on t’entend parler de l’importance du sport dans ta vie…

Le sport me manquait, mais je n’avais pas le temps de m’y consacrer. Et on ne plaisante pas avec le sport. J’ai l’esprit de compétition, je n’aime pas jouer pour jouer. Ce qui m’intéresse, c’est de me dépasser.

J’ai donc repris le sport, tennis et course à pied, lorsque j’ai de nouveau pu me fixer des objectifs et m’entraîner suffisamment pour les atteindre.

Et lorsque tu as recommencé à courir, tu t’es lancée dans le 20 km de Paris, rien que ça ! 

Je m’étais remise au footing avec des copains, je disputais de nouveau des matchs de tennis pour être classée, et c’est Nathalie Renoux, lorsque nous étions sur M6, qui me propose de participer aux 20 km de Paris. Je trouvais ça complètement dingue, c’était de la folie, je ne me sentais pas prête.

Finalement, on a pris un coach, on s’est entraînée pendant un mois et on l’a fait en moins de 2h !

Estelle Denis/Karine Le Marchand
En mars 2015, entrainée par l'animatrice Nathalie Renoux, Estelle Denis participe avec Karine Le Marchand (ici à gauche) aux 20 km de Paris (©Twitter/Karine Le Marchand)

En 2015, tu participes au Marathon de Paris. Avec quel objectif ?

Le Marathon de Paris, c’est une vraie expérience de vie. Je l’ai préparé pendant quatre mois. Je le faisais pour quelque chose de très personnel, soutenue par toute ma famille. C’était magique.

Je me suis dit : « Si je finis, je peux tout réussir dans la vie. » J’avais un objectif de temps : 4h. Mais je me suis blessée avant, j’ai alors pensé : « Ok, 4h15 ». Je l’ai bouclé en 4h10. J’étais fière de moi.

Tu ne fais pas de renforcement musculaire, d’étirements ?

Je ne m’étire jamais, j’ai horreur de la muscu. J’ai essayé le CrossFit, mais ce n’est pas naturel, et j’aime le sport en plein air ! Je me sens bien à faire mon petit footing, mes 10 bornes à 11 km/heure, et mes matchs de tennis.

Estelle Denis
Estelle Denis et Emeric Chattey, guide pour athlètes non-voyants sur un 10 km, les yeux bandés, lors du challenge Harmonie Heroes, en mai dernier (©DR)

Tu avoues facilement t’emporter quand tu perds. Contre les autres ou contre toi-même ?

Contre moi-même. J’ai fait un match de tennis la semaine dernière, j’ai joué n’importe comment. J’étais si énervée que j’en avais les larmes aux yeux, j’aurais pu casser ma raquette ! On ne plaisante pas avec le sport.

En revanche, je ne m’énerve pas contre quelqu’un de plus fort que moi, mais j’y crois à chaque fois. Je jouerais contre Federer, je me dirais : « Sur un malentendu, tu peux gagner ! » Je ne sais pas moi, il pourrait ne pas être en forme, abandonner à cause d’une blessure.

Il y a toujours une chance au sport. Je me suis pris d’énormes roustes au tennis, mais j’ai toujours ce petit espoir de gagner à chaque fois.

Journaliste sportive, c’est un moyen d’être une championne de haut niveau par procuration ?

J’ai toujours voulu être journaliste. Pourquoi dans le sport ? Parce que j’aime ça. Et pourquoi en télé ? Parce que si les émotions en sport et en télé ne sont pas vraiment les mêmes, l’excitation et l’adrénaline, oui ! Je suis shootée à l’adrénaline.

J’avais une autre raison de vouloir être journaliste dans le sport : j’imaginais une ambiance très sympa, aller au boulot en jean, voir des matchs sans payer, être même payée pour ça !

Et puis, il y a le fait de bosser avec des mecs, j’ai toujours été entourée de mecs, ça me plait !

Estelle Denis
©Stéphane Grangier/L’EquipeMag

Et tu as toujours été prise au sérieux par ces mecs ? Plusieurs femmes journalistes de sport témoignent du machisme ambiant dans les rédactions…

Je n’ai jamais connu ça. Bien sûr ça existe, mais ce n’est pas une généralité. Je n’ai jamais revendiqué ma position de femme dans un monde d’hommes.

J’ai déjà eu des collègues comme Pierre Ménès ou Dominique Grimault qui m’appellent ″ma chérie″, je le ressens davantage comme une marque d’affection que comme un problème. D’autres, plus jeunes, m’appellent ″maman″, ça me fait marrer.

J’ai pratiqué le foot pendant cinq  ans, je me sens légitime à en parler. Et je bosse, j’adore ça ! Ma légitimité, c’est mon employeur qui me la donne.

La faible médiatisation du sport au féminin, c’est un problème qui te touche ?

Sport féminin, masculin, je ne veux pas entrer dans ce débat. Il s’agit de sport, point. On ne prend pas le problème par le bon bout. Si c’est moins médiatisé, c’est aussi parce qu’on manque de stars féminines dans des sports majeurs et très médiatisés comme le tennis ou le foot par exemple.

On a des championnes de foot, mais les résultats ne suivent pas toujours.

Estelle Denis
©DR

Tu es féministe ?

Je ne revendique rien en tant que femme. Je ne suis pas féministe, en tout cas si être féministe cela veut dire toujours se battre pour être l’égal de l’homme. 

En demandant l’égalité pour tout, on va perdre. Je suis féministe pour tout ce qui est injuste : la violence faite aux femmes, l’inégalité salariale, mais je suis aussi pour qu’on arrête de dire qu’une femme est comme ceci ou comme cela.

On est toutes différentes. Comme les hommes d’ailleurs. Ce sont les généralités qui me dérangent.

Estelle Denis
©L'Equipe

Des idoles françaises, tu en as ?

Oui, plusieurs. Laure Manaudou, Marion Bartoli, Amélie Mauresmo, Jeannie Longo.

Et Marie-José Pérec ! Elle a la grâce, c’est une athlète exceptionnelle, incroyable ! J’en ai pleuré quand elle a arrêté au moment des Jeux de Sydney, en 2000, elle est tellement belle à voir courir. C’est une championne qui m’a toujours beaucoup émue, forte mais avec ses failles.

Estelle Denis
©L'Equipe

Tu viens de reprendre ton marathon télévisuel avec « L’équipe d’Estelle »* sur la chaîne L’Équipe, à raison de 2 heures d’émission par jour, tu as le temps de faire du sport ?

Aujourd’hui, je veille à toujours me ménager une place pour faire du sport. Le plus souvent, c’est le week-end, mais quoiqu’il arrive, je n’y déroge jamais. C’est parfois compliqué, mais j’ai de la chance, j’ai toujours envie, toujours la pêche !

Penses-tu pouvoir inspirer des femmes à pratiquer ?

Je ne crois pas que ça marche comme ça. Chacun fait ce qu’il veut.

J’ai écrit un bouquin sur le running il y a deux ans**, avec des astuces pour pratiquer la course à pied, mais je savais que c’était une niche. Les femmes qui courent déjà n’en ont pas besoin, les filles qui n’ont pas envie de s’y mettre ne s’y mettent pas.

Il faut un déclic pour pousser quelqu’un à faire du sport. Je ne pense pas avoir ce pouvoir. 

*Estelle Denis présente « L’équipe d’Estelle » sur la chaîne L’Équipe, du lundi au vendredi, à partir de 17h30.

** « Demain, je m’y mets ! (vraiment) » (First)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

Agathe Bessard

Best-of 2020 (suite) : les mots exquis de nos championnes

« On ne peut contribuer à l’émancipation des femmes si on n’écoute pas leurs histoires », disait la féministe américaine Gloria Steinem. Depuis 9 mois maintenant, ÀBLOCK! invite les sportives à se raconter. Au-delà du sport et de ses performances, nous entrons dans leur univers très privé, cet univers fait de dépassement de soi qui leur permet de s’imposer, de se réaliser dans toutes les sphères de leur vie. En 2020, ÀBLOCK! a mis en lumière des femmes d’exception qui ont fait du sport un acte de militantisme, même si ce n’est, le plus souvent, ni conscient ni voulu. Et ce n’est qu’un début. Lisons-les, écoutons-les, ces confidences sont sources d’inspiration : leur force, leurs réussites, leur joie à aller toujours plus loin, mais aussi leurs doutes, leurs échecs sont une leçon de vie autant que de sport. Et 2021 sera encore une année riche de rencontres. Mais, pour l’instant, pour encore quelques heures, retrouvons celles qui ont illuminé 2020 à nos côtés !

Lire plus »
Sarah Fuller

Sarah Fuller : Un petit coup de pied dans le foot US, un grand pas pour le sport féminin

Elle a participé, au pied levé, à un match de l’équipe masculine de son université américaine et, d’un coup, d’un seul, elle est entrée dans l’Histoire… Sarah Fuller, 21 ans, powerful kicker de son équipe féminine, Vanderbilt Women’s Soccer, est devenue, le 28 novembre dernier, la première femme à participer à un match du « Power 5 », une organisation qui regroupe au niveau universitaire les cinq meilleures divisions américaines de football américain. Ou comment une sportive dégomme le plafond de verre…

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur, en 2024…

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
Magalie Pottier

Magalie Pottier : « En BMX, l’inégalité des primes, ça me rend dingue ! »

Rideuse philosophe, plus artiste que casse-cou, cette multi-championne du monde et de France de BMX Race, 31 ans au compteur, s’éclate aujourd’hui en Freestyle. Première Championne de France de la discipline, Magalie Pottier excelle dans la maîtrise de son vélo, mais aussi de son mental. Favorite, elle prenait le départ ce week-end pour les Championnats de France. Et d’ouvrir la voie pour les futures rideuses dans une discipline en pleine envolée.

Lire plus »
Laura Flessel

Laura Flessel : 5 infos pour briller à l’épée

Celle que l’on surnomme “la Guêpe” pour sa vitesse d’exécution et la précision de ses coups a marqué l’histoire grâce à sa spécificité de toucher ses adversaires aux pieds mais surtout grâce à son palmarès plus qu’impressionnant. Laura Flessel a pris sa retraite sportive en 2012, s’est frottée brièvement à la politique en 2017 avec un passage éclair au ministère des Sports, et demeure toujours très appréciée du public. Retour sur les 5 grandes dates de sa carrière d’escrimeuse.

Lire plus »
sport feminin

Le sport féminin ? En pleine lucarne !

L’été dernier, les records d’audience de la Coupe du monde féminine de foot et quelques mois plus tôt du Championnat d’Europe de handball féminin à la télévision ont prouvé que le public se passionnait de plus en plus pour les compétitions féminines. Et les dernières études ne font que réaffirmer cette réelle tendance. Pour autant, les jeux ne sont pas faits. Décryptage.

Lire plus »

Peterson Ceus : « La Gym Rhythmique masculine renvoie une image féminine de l’homme et ce n’est pas bien vu… »

Pour lui, c’est sa gym, sa bataille. Peterson Ceus se bat depuis sept ans pour que la gymnastique rythmique masculine soit reconnue par les instances sportives et devienne discipline olympique. Un combat contre les inégalités de genre qu’il espère mener à terme pour les générations à venir. Rencontre avec un athlète que rien ni personne n’est parvenu à mettre au tapis.

Lire plus »
Foot marocain

Maroc : la révolution du football féminin aura-t-elle lieu ?

Une avancée majeure, une priorité. C’est en tout cas le message que la Fédération Royale Marocaine de Football entend faire passer en signant des accords visant à booster le foot féminin dans son pays. Elle vient en effet d’entériner un contrat-objectifs avec les différents acteurs de la discipline. Preuve de l’intérêt grandissant que porte le pays à son développement. Et de son ambition à la faire entrer dans un Nouveau Monde. Explications.

Lire plus »