Sandy Heribert : « J'aime les sports avec des moteurs, du bruit, des odeurs d’essence... »

Sandy Heribert
À croire que dans son métier, elle a tous les défauts : blonde, grande et jolie. Journaliste sportive en télé, cette franco-belge-british a appris à avaler des couleuvres avec pour seule idée en tête : prouver que le profil belle plante n’est pas incompatible avec le talent. Et surtout qu’on peut être une femme et savoir parler de sport. Dont acte.

Par Valérie Domain

Publié le 06 juillet 2020 à 19h38, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h15

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Tu es animatrice télé, et avant tout journaliste sportive. Une passion pour le journalisme ou pour le sport ?  

Les deux  ! J’ai toujours voulu être journaliste, et plutôt dans le sport, parce que le sport fait partie de ma vie depuis que je suis petite. Je crois que j’ai tout testé, du basket à la natation, en passant par le volley, le badminton, la planche à voile, la plongée, le snowboard…

Tu confies avoir été « éduquée à la garçonne », c’est-à-dire ?

Je faisais du sport nautique et extrême avec mon père, du motocross, du jet ski, du karting… J’aimais bien ces ambiances musclées, j’ai toujours adoré les sports avec des moteurs, du bruit, des odeurs d’essence. Mais je n’étais pas un garçon manqué, je faisais justement de la danse pour être un peu plus fille  ! C’était un bon équilibre, même si j’ai commencé par du classique puis du jazz avant de terminer par du hip-hop en baggy !  

Sandy Heribert

Tu es entrée à Eurosport par la « petite porte » comme tu dis, pourquoi ?

Mon père préférait que je fasse des études de marketing plutôt que de journalisme, parce que c’était un métier avec peu de débouchés. J’ai donc contourné ça en passant un master en marketing des médias et lorsque j’ai dû m’orienter professionnellement, j’ai tout de suite pensé à Eurosport. J’y suis entrée en tant que marketing manager sur la partie internationale d’Eurosport, je m’occupais aussi de la communication du WTCC, le Championnat du monde des voitures de tourisme. Je dis donc que j’y suis entrée par la petite porte car, à terme, je voulais y devenir journaliste.

Sandy Heribert

Et tu as repris tes études…

J’ai repris un master, en journalisme cette fois, et en alternance sur Eurosport. Je suis partie tout en bas de l’échelle, j’ai adoré. Rapidement, on m’a fait faire des tests, des tests en direct  ! J’ai animé les Championnats du monde de snowboard au Canada. En live.

J’étais très excitée, avec une super équipe prête à me donner ma chance, mais en gros, j’ai vite senti qu’il fallait faire mes preuves. Et le meilleur conseil qu’on m’a donné alors était de me sur-préparer, pour être stressée le moins possible.

Non seulement, j’ai donné le meilleur, mais j’ai pris un plaisir fou  ! Je n’ai pas eu peur, je savais que j’étais faite pour ça. Être là, à un micro, devant une caméra, parler de sport… j’en rêvais depuis enfant.

Sandy Heribert

Puis il y a eu, en 2014, les JO de Sotchi, un challenge ?

Toujours pour Eurosport International, je suis repartie commenter le Championnat du monde de ski freestyle puis effectivement, il y a eu les JO de Sotchi. Je pensais partir au casse-pipe car on n’avait pas les droits de diffusion, je me demandais si j’avais les épaules pour faire deux émissions par jour.

Là, j’ai testé l’écriture de textes  : il fallait raconter les JO sans avoir d’images. J’ai aussi connu mes premiers prompteurs. Finalement, ça s’est bien passé. J’étais bien entourée.

Sandy Heribert

Tu t’es pourtant fait quelques ennemis au sein de la rédaction…

Je m’en suis fait beaucoup à vrai dire  ! 

On m’a fait payer cher le fait que ça marche vite et bien pour moi, en m’ignorant, en faisant comme si je n’étais pas là, ni de bonjour ni d’au revoir. Et puis c’est bien connu, une femme ne sait pas parler sport et pour peu qu’elle soit jolie, c’est fini !

J’ai tout de suite senti que je devrais travailler deux fois plus qu’un homme et plus encore lorsque tu es grande et blonde de surcroit ! Ma force à Eurosport, c’était que j’étais bilingue. Je pouvais tout présenter en anglais et je connaissais mes sujets parfaitement.

Heureusement, car tu n’as pas droit à l’erreur. Alors, oui, je les compte sur les doigts de la main ceux qui m’ont félicitée pour mon travail à Sotchi.

Pourtant, tu n’as rien lâché…

J’étais en rage, mais je peux les remercier aujourd’hui car  ça m’a donné une sacrée niaque  !

Quand Eurosport a été racheté par les Américains de Discovery, les budgets de production ont été gelés.

J’avais 31 ans, diplôme de journaliste en poche, un an d’antenne en direct et en anglais… j’ai quitté mon CDI et je suis allée toquer à la porte de toutes les rédactions.

Sandy Heribert

Et ça a pas mal remué !

J’ai fait plein de choses  ! J’ai officié sur ma chaîne Sports Extrêmes, ma passion, pendant six mois puis j’ai développé mon réseau, intégré i-télé pendant un an, une super expérience car j’étais dans le feu de la matinale. C’était physiquement très difficile, je me levais à 2h du matin et rentrais chez moi à 13h. Je n’avais plus de vie sociale, je ne maintenais que mes séances de sport  : course à pied, fitness, vélo, yoga, ski.

J’ai ensuite présenté une série documentaire de voyage dans la montagne, mon meilleur projet jusque-là, j’y étais vraiment moi-même. Je me suis éclatée : j’ai plongé sous la glace, sauté d’un hélicoptère, dormi contre le flanc d’une montagne, incroyable !

J’ai aussi été «  speaker » dans des stades, j’ai tourné pour Netflix, j’ai animé le Ballon d’Or, présenté un talkshow sociétal sur l’automobile tous les jeudis pendant un an sur Auto-Moto La Chaîne et, depuis un an, j’y anime V6, une émission auto pour ceux qui aiment les sensations fortes.

Enfin, depuis janvier 2019, j’anime quelques émissions de divertissement sur France 2. Ma carrière est un mélange des genres, entre sport et désormais divertissement.

Sandy Heribert

Tu maries même les deux en animant le nouveau tournoi de tennis UTS (Ultimate Tennis Showdown) diffusé en ce moment sur Eurosport et sur les réseaux sociaux. Ce format inédit  veut dépoussiérer le tennis…

L’idée d’UTS  : du tennis, de l’émotion et du show ! C’est du tennis 2.0, rapide, court, intense, avec du jeu. Je suis en direct toutes les heures, avec des invités, des résumés des matchs… avec une experte du tennis à mes côtés : Alizé Lim.

Le but de ce tournoi est de rajeunir les spectateurs car ils vieillissent. Le tennis ne se renouvelle pas, la moyenne d’âge est de 61 ans. UTS, c’est une ligue parallèle, créée par Patrick Mouratoglou, le coach de Serena Williams. Il l’a montée en trois semaines, c’est diffusé sur 60 chaînes dans le monde, c’est assez dingue  !

Et, il faut bien l’avouer, j’aime plutôt ce qui est assez dingue !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Amalia

Amalia, 40 000 km pour la bonne cause

Un événement solidaire et sportif. L’ONG Baroudeur de l’Espoir lance la 6e édition d’Amalia. Un challenge unique, celui de marcher 40 000 km pour sensibiliser à la situation dramatique des enfants du Proche-Orient et récolter des fonds pour leur retour à l’école. Chaussez vos baskets, c’est à partir d’aujourd’hui !

Lire plus »

Simonne Mathieu, la reine de la terre battue qui fit trembler les filets en 1930

Elle est la deuxième meilleure joueuse de tennis française de tous les temps, mais la mémoire collective n’a pas retenu son nom. Simonne Mathieu, tapie dans l’ombre écrasante de Suzanne Lenglen, n’a pas eu la place qu’elle méritait dans les livres d’histoire. Et pourtant. La Francilienne, deux fois victorieuse en simple de Roland-Garros, s’est illustrée par son talent sur les courts, mais aussi par son parcours de résistante au service de la France libre.

Lire plus »
Lucie Bertaud

Lucie Bertaud, jamais aussi libre que dans une cage

Voix rauque et débit de mitraillette, Lucie Bertaud est une passionnante pipelette. Cette figure de la boxe féminine française, aujourd’hui championne de MMA (arts martiaux mixtes), se raconte comme elle combat : sans triche et sans artifice. Sur le ring, dans une cage ou dans la vie, elle donne tout ce qu’elle a. Échanges percutants.

Lire plus »
Mary Davis

Mary Davis, la femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Althea Gibson

Althea Gibson, la première icône noire du tennis si vite oubliée

À l’heure où Wimbledon se termine, l’occasion est toute trouvée de rendre hommage à une figure du circuit qui a, a elle seule, révolutionné le monde du tennis. Douze ans avant son compatriote Arthur Ashe, Althea Gibson est la première athlète noire à s’être imposée en Grand Chelem. L’Américaine, victorieuse de Roland-Garros en 1956 a ajouté à son impressionnant palmarès deux victoires, en simple, à Wimbledon et à l’US Open. Avant de sombrer dans l’oubli.

Lire plus »
Cendrine Browne

Cendrine Browne, la skieuse qui respire à fond

Elle a la glisse dans le sang. La canadienne Cendrine Browne est une fondue de ski. C’est le cas de le dire car elle, son truc, c’est le ski de fond, un sport qui la fait vibrer. Venue tardivement à la compét’, elle a découvert un espace d’expression et de liberté inattendu. Aujourd’hui, elle s’engage pour que les filles aient toute leur place dans le monde enneigé des sportifs.

Lire plus »
Martina Hingis

Martina Hingis, la « Swiss Miss » qui jouait au tennis comme on joue aux échecs

Plus jeune N°1 mondiale de l’histoire du tennis, la Suissesse Martina Hingis est une championne qui marqua aussi les esprits par sa défaite tragique à Roland-Garros en 1999. Elle a remporté 25 tournois du Grand Chelem (en simple et en double) au cours de sa carrière mais seule la terre battue parisienne lui aura fait défaut, et par deux fois ! Retour sur une surdouée du tennis au jeu rare et au caractère bien trempé.

Lire plus »
Allyson Felix Allyson Felix, dernier tour de piste pour une athlète toujours dans la course ?

Allyson Felix, dernier tour de piste pour une athlète toujours dans la course ?

Elle pourrait rejoindre Carl Lewis au panthéon olympique. À 35 ans, Allyson Felix dispute, à Tokyo, les cinquièmes (et sans doute derniers) Jeux Olympiques de sa carrière. Alignée sur 400 mètres en individuel et 4×400 en relais, la sprinteuse californienne, neuf médailles à son actif dont six en or, pourrait, en cas de nouveau podium, égaler le record de son illustre compatriote avec dix médailles. Portait d’une sprinteuse à la pointe de son art.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner